Navigation – Plan du site

Stanislas Jeannesson, Fabrice Jesné, Éric Schnakenbourg (dir.), Experts et expertises en diplomatie. La mobilisation des compétences dans les relations internationales du congrès de Westphalie à la naissance de l’ONU

Blaise Truong-Loï
Experts et expertises en diplomatie
Stanislas Jeannesson, Fabrice Jesné, Éric Schnakenbourg (dir.), Experts et expertises en diplomatie. La mobilisation des compétences dans les relations internationales du congrès de Westphalie à la naissance de l'ONU, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2018, 343 p., ISBN : 978-2-7535-7484-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Haas Peter, “Epistemic Communities and International Policy Coordination”, International Organ (...)
  • 2 Voir par exemple Jansen Sabine, Les Boîtes à idées de Marianne. État, expertise et relations intern (...)
  • 3 Se référer par exemple pour l’expertise financière à Rosenberg Emily, Financial missionaries to the (...)

1Cet ouvrage rassemble les actes d’un colloque qui s’est tenu à l’université de Nantes les 12 et 13 mai 2016 au sujet des experts en diplomatie, c’est-à-dire des individus sans « pouvoir décisionnaire » mais « dont les savoirs, les techniques et les compétences sont convoqués » (p. 8) dans les négociations diplomatiques afin de favoriser l’efficacité et la qualité de la prise de décision. L’ouvrage se démarque des travaux menés sur ce thème en prenant d’abord ses distances avec le concept de « communauté épistémique », très usité en sciences politiques1 pour désigner un réseau d’acteurs « capable non seulement de produire et légitimer une expertise, mais encore d’en faire un puissant facteur d’influence » (p. 8). En insistant sur la cohérence et les ressources collectives de ce réseau, l’idée de « communauté épistémique » rend en effet mal compte de la genèse et du développement de l’expertise diplomatique, que cet ouvrage cherche justement à retracer. Par une approche compréhensive à long terme (1648-1945), il se démarque également de la plupart des études historiques, centrées sur un moment précis2 ou un type d’expertise particulier3. Cette ampleur du cadre temporel n’est toutefois possible qu’au prix d’un resserrement géographique, puisque le livre se concentre principalement sur des acteurs français.

2Les dix-huit contributions sont réunies autour de deux grandes parties de taille égale. La première place au cœur de son propos la définition de l’expert en diplomatie et les interactions entre les experts et les diplomates. La seconde illustre la diversité des expertises mobilisées dans la sphère diplomatique – François Ternat traitant par exemple de l’expertise maritime, Michel Catala de l’expertise religieuse et Guillaume Tronchet de l’expertise universitaire. Organisées chacune de manière chronologique, ces deux sections reviennent sur l’importance croissante de l’expertise dans les relations entre les États. Dans ce récit, le XVIIème siècle joue un rôle particulier. À cette époque, la complexification des questions internationales rendit nécessaire le recours ponctuel à des juristes, capables d’éclairer les souverains sur des points de droit international ou de droit local – spécifiques par exemple aux territoires germaniques. Les chancelleries auraient par la suite internalisé l’expertise dont elles avaient le plus besoin, tout en continuant à faire appel à des experts extérieurs, notamment à l’occasion des grandes conférences internationales – comme celles de La Haye (1899 et 1907) ou celle de la Paix (1919).

3Tout au long de cette histoire, la question de l’autonomie des experts sert de fil rouge. En théorie simple adjuvant des négociations diplomatiques, l’expert n’a-t-il pas aussi une agency, « une action propre, intégrée à la dynamique générale de la diplomatie » (p. 14) ? Cette question pointe un paradoxe de l’expertise en diplomatie. D’un côté, l’expert se doit d’être efficace pour permettre à l’État qui l’emploie de s’imposer dans l’arène diplomatique. De l’autre, il ne peut en aucun cas apparaître comme un serviteur inconditionné des intérêts d’un gouvernement. C’est sa reconnaissance en tant qu’homme de science désintéressé – grâce à son insertion dans des réseaux savants transnationaux par exemple – qui rend son recours intéressant, lui conférant une aura d’impartialité. Aux yeux de Philippe Rygiel, cette « multipositionalité » des experts (p. 215) a alors pour corollaire une forme d’indépendance, dont témoigne notamment l’article de Louis Clerc sur Albert Geouffre de La Pradelle. Jurisconsulte du Quai d’Orsay, ce dernier mobilisa dans les années 1920 son influence pour promouvoir contre rémunération les intérêts diplomatiques de la Finlande, nouvellement indépendante. Si les auteurs reconnaissent donc la capacité des experts à poursuivre un agenda distinct de celui des chancelleries, ils réfutent en revanche l’idée que se développerait une technocratie internationale gouvernant au nom du savoir rationnel et au détriment du pouvoir politique des États. Au contraire, tous insistent sur le « poids du politique, la force du souverain et la primauté des intérêts de l’État » (p. 320). D’après Vincent Laniol, les écrits du for privé des experts traduisent même leur frustration quant à leur incapacité à faire triompher sur la scène internationale des principes universels (p. 161). De plus, l’intensification du recours à l’expertise ne saurait s’analyser comme une forme de dépolitisation des affaires diplomatiques. À cet égard, Olivier Feiertag montre comment le développement de l’expertise financière internationale dans l’entre-deux-guerres ne correspond pas à « une déprise ou une impuissance du politique […] [mais] au contraire [à] la politisation extrême des relations financières qui résulte à la fois de la suspension des mécanismes automatiques de l’étalon-or et du principe des réparations » (p. 288) à la fin de la Première Guerre mondiale.

4Cette importance du politique est également notable dans trois autres résultats importants de l’ouvrage. Premièrement, le recours aux experts n’est pas le propre des grandes puissances, capables d’entretenir une large technostructure. Il s’avèrerait même d’autant plus intéressant pour les petits États qu’une argumentation convaincante permet de palier un déficit de puissance. Fabrice Jesné souligne par exemple qu’à la fin du XIXème siècle, l’Italie est une puissance affaiblie qui cherche avant tout à apparaître sur la scène internationale comme une « puissance morale » (p. 263), amie de tous. L’excellence scientifique de certains de ses experts lui permet ainsi de déployer un « soft power à dimension morale, juridique, intellectuelle et scientifique » (p. 264). Deuxièmement, les experts ne sont pas uniquement choisis pour leurs compétences techniques, leur proximité avec le pouvoir jouant aussi un rôle certain (voir p. 213), tout comme le ton des théories dont ils sont les auteurs. Celles-ci doivent certes légitimer les revendications des diplomates qu’ils assistent, mais sans être non plus trop véhémentes (voir p. 189). Enfin, les experts sont en position d’ébruiter par leurs publications les controverses techniques au cœur des affaires internationales. Ils contribuent ainsi à limiter le secret des négociations et font entrer l’opinion publique sur la scène diplomatique. La pression populaire qui en découle participe alors d’une forme de politisation nouvelle des discussions entre les États, comme le montre Stanislas Jeannesson à propos des conférences de La Haye (voir p. 143).

5Si l’introduction et la conclusion reprennent bien ces développements, elles opposent en revanche de manière plus problématique la figure de l’expert et celle du diplomate. En questionnant l’autonomie du premier vis-à-vis du second, elles postulent forcément une forme d’antagonisme entre ces deux catégories d’acteurs. Plusieurs des contributions invitaient pourtant à sortir de cette dichotomie, en particulier pour interroger l’expertise que peut acquérir et revendiquer le diplomate. Virginie Martin explique par exemple que sous la Première République, les diplomates accèdent à un statut d’expert du fait de nouveaux critères de recrutement : tandis que l’homme de terrain doit désormais maîtriser l’art d’observer, l’employé de bureau synthétise et restitue ses observations afin d’éclairer la prise de décision. De ce dialogue entre les deux pôles de l’action diplomatique naîtrait selon elle une science consacrant le diplomate comme un expert à mi-chemin entre l’action et la réflexion (voir p. 28-29). Plusieurs chapitres interrogent également le statut et l’expertise que l’on peut accorder aux consuls. Chargés des relations des ressortissants d’un État dans un autre État, les consuls sont des spécialistes des pays où ils résident : ils doivent en connaître l’histoire, la géographie, les structures économiques ou l’organisation militaire, comme le montre François Brizay à propos du personnel en poste à Naples et en Sicile au XVIIème siècle. De ce fait, ils peuvent selon Gerald Sim être ponctuellement placés en situation d’expert, c’est-à-dire aider à la prise de décision. Tous ces développements font de l’ouvrage une contribution très intéressante pour cerner non seulement « l’expert en diplomatie » (c’est-à-dire l’expert épisodiquement plongé dans l’arène diplomatique) mais aussi « l’expert de la diplomatie » (c’est-à-dire le diplomate devenu expert du fait même de son activité). On ne peut donc que regretter que l’introduction ne mette pas plus en avant cette idée.

6On peut également s’interroger sur les conséquences que l’ouvrage prête à l’expertise en diplomatie. À en croire la conclusion, elle serait bien plus bénéfique à des individus – en termes de carrière – qu’à une profession, une discipline, un statut ou un type d’expertise tout entiers (voir p. 319). Pourtant, les chapitres de Ferenc Tóth ou Philippe Rygiel suggèrent que la mobilisation diplomatique de savoirs linguistiques ou juridiques joua beaucoup dans la création de cursus nationaux de langues orientales ou dans l’institutionnalisation d’une discipline telle que le droit international.

7Il n’en reste pas moins que l’ouvrage rassemble des contributions passionnantes et étayées par un travail d’archives fort intéressant, qui privilégie la littérature grise – « cette documentation interne à la sphère diplomatique [qui] renseigne [sur] les échanges “derrière le rideau” » (p. 320) – et les écrits du for privé des experts. Les pistes de recherche qu’il suggère, en particulier concernant le besoin de prosopographies d’experts, sont également fort stimulantes.

Haut de page

Notes

1 Voir Haas Peter, “Epistemic Communities and International Policy Coordination”, International Organization, 1992, vol. 46, n° 1, p. 1-35.

2 Voir par exemple Jansen Sabine, Les Boîtes à idées de Marianne. État, expertise et relations internationales en France, Paris, Éditions du Cerf, 2017 ; ou encore Kitsikis Dimitri, Le rôle des experts à la Conférence de la Paix de 1919. Gestation d’une technocratie en politique internationale, Ottawa, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1972.

3 Se référer par exemple pour l’expertise financière à Rosenberg Emily, Financial missionaries to the world: the politics and culture of dollar diplomacy, 1900-1930, Cambridge, Harvard University Press, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blaise Truong-Loï, « Stanislas Jeannesson, Fabrice Jesné, Éric Schnakenbourg (dir.), Experts et expertises en diplomatie. La mobilisation des compétences dans les relations internationales du congrès de Westphalie à la naissance de l’ONU », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 23 janvier 2019, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30669

Haut de page

Rédacteur

Blaise Truong-Loï

Élève à l’École normale supérieure, agrégé d’histoire.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page