Navigation – Plan du site

Alexandra Roulet, Améliorer les appariements sur le marché du travail

Eric Keslassy
Améliorer les appariements sur le marché du travail
Alexandra Roulet, Améliorer les appariements sur le marché du travail, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Sécuriser l'emploi », 2018, 112 p., ISBN : 9782724623451.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Philippe Aghion, Alexandra Roulet, Repenser l’État. Pour une social-démocratie de l’innovation, Par (...)

1Si l’on en croit la théorie néoclassique, le travail est une marchandise comme une autre. Aussi faudrait-il considérer qu’il existe une offre de travail (émanant des actifs, lesquels incluent les chômeurs) et une demande de travail (provenant des employeurs) qui, s’il n’y a pas d’« obstacles », se rencontrent pour assurer le plein-emploi. Cette vision purement théorique est démentie par les faits, notamment parce que le marché du travail est encadré par l’État (droit du travail, protection sociale etc.). Dès lors, il subsiste toujours un chômage incompressible qui provient d’une inadéquation entre l’offre et la demande de travail. Cette réalité ne s’explique pas seulement par l’intervention de l’État sur le marché du travail. C’est précisément l’objet de l’ouvrage d’Alexandra Roulet – qui avait publié, avec Philippe Aghion, en 2011 une excellente analyse des réformes à entreprendre en France1 – que de comprendre pourquoi offre de travail et demande de travail ne se rencontrent pas toujours, et pourquoi il y a mismatch (selon la terminologie anglo-saxonne).

2Officiellement, en France, on compte 2,5 millions chômeurs (au sens du Bureau international du travail) ; pourtant, Alexandra Roulet nous apprend qu’il existe au moins 300 000 propositions d’emploi qui ne trouvent pas preneur. Tout l’intérêt de cet ouvrage est d’évaluer l’importance de chacune des causes qui pourraient expliquer cette situation paradoxale.

3Le premier chapitre renvoie aux « décalages de métiers et de compétences entre offre et demande de travail » : plutôt que de parler de « fin du travail » (par exemple, en raison du progrès technique), Alexandra Roulet préfère évoquer une polarisation du marché du travail qui dessert les qualifications intermédiaires ; les emplois peu qualifiés (comme les services à la personne) et les emplois qualifiés (comme les postes d’ingénieurs) se développent au détriment des emplois nécessitant des qualifications moyennes. Mais il faut aussi tenir compte des mauvais choix d’orientation dans l’enseignement supérieur qui induisent, dans certaines branches, une offre de travail beaucoup trop importante au regard du niveau de la demande réelle. Lorsqu’on évoque ce décalage de compétences, on pense qu’il faudrait le résoudre par des politiques éducatives et des investissements dans la formation. L’auteur cite différentes études, toutes récentes, qui donnent des résultats contrastés : si la formation peut aider certains chômeurs, le coût pour la collectivité est élevé. En Fait, il serait préférable d’investir dans l’école, notamment dans les premiers cycles, de façon à ce que les futurs actifs soient mieux formés.

4Une autre explication du chômage d’inadéquation, traitée dans le deuxième chapitre, relève d’un « mauvais appariement géographique » (spatial mismatch) : les chômeurs n’habitent pas dans les régions où les emplois se créent ; la mobilité résidentielle du travail est freinée par des facteurs bien difficiles à solutionner comme le fait d’être propriétaire de son logement ; on constate aussi avec Alexandra Roulet que les femmes (même sans enfants) et les personnes peu qualifiées sont moins prêtes à déménager dans la perspective de trouver un emploi que les autres.

5Le troisième chapitre étudie les effets de l’assurance chômage sur l’appariement du marché du travail. Il est établi que lorsque le niveau de remplacement des revenus des chômeurs est élevé et/ou qu’il dure (trop) longtemps, le retour à l’emploi est plus long ; pour autant, il ne faudrait pas en déduire trop rapidement qu’il est nécessaire de réduire le montant et la durée de l’assurance chômage (et de renforcer le contrôle des chômeurs, par exemple) – comme le fait le gouvernement français actuel. En effet, les études citées par Alexandra Roulet démontrent que de telles mesures conduisent les chômeurs à accepter un emploi trop rapidement, provoquant deux conséquences majeures : une sous- utilisation des qualifications disponibles et la forte probabilité d’un retour imminent au chômage.

6Le quatrième et dernier chapitre montre que les difficultés d’appariement sur le marché du travail tiennent aussi aux pratiques de recrutement des entreprises et aux comportements de recherche des demandeurs d’emploi. Même lorsque les compétences et la localisation géographique des offres d’emploi et des chômeurs coïncident, on saisit ici que d’autres obstacles nuisent au bon fonctionnement du processus d’appariement. Les entreprises – en particulier les petites et moyennes (PME) – n’ont pas toujours les moyens financiers d’avoir un département des ressources humaines, ce qui peut rendre la recherche du « bon » candidat plus aléatoire. Du côté des chômeurs, la recherche d’emploi peut être entravée par une information imparfaite sur les opportunités existantes, par une mauvaise évaluation des emplois qu’ils pourraient obtenir ou encore par leur manque de « patience » (une recherche d’emploi suppose un effort aujourd’hui pour un bénéfice demain). Certes, Pôle emploi développe des programmes visant à favoriser une meilleure adéquation entre l’offre et la demande de travail. Cependant, d’après Alexandra Roulet, leurs effets sont relativement modestes : d’une part, ce sont surtout les entreprises qui étaient déjà en contact avec Pôle emploi qui profitent des « services aux entreprises », et non les autres ; d’autre part, les programmes d’aide au retour à l’emploi des chômeurs coûtent très cher pour des résultats globalement insuffisants.

7Améliorer les appariements sur le marché du travail est un livre concis et précis. Bien documenté, il apportera une mine d’informations à tous ceux qui s’intéressent au fonctionnement du marché du travail.

Haut de page

Notes

1 Philippe Aghion, Alexandra Roulet, Repenser l’État. Pour une social-démocratie de l’innovation, Paris, Seuil ; La République des idées, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Alexandra Roulet, Améliorer les appariements sur le marché du travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 24 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30713

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page