Navigation – Plan du site

Miguel Benasayag, Fonctionner ou exister ?

Gaëtan Mangin
Fonctionner ou exister?
Miguel Benasayag, Fonctionner ou exister?, Paris, Le Pommier, coll. « Essais et documents », 2018, 140 p., ISBN : 978-2-7465-1746-2.
Haut de page

Texte intégral

1« Tout fonctionne bien, mais je souffre […]. Dans mon couple, des choses ne fonctionnent pas bien » (p. 53) : tel est le type de constat auquel se rendent de plus en plus d’individus qui entament une démarche curative. Et si le problème venait à proprement parler de cette injonction au fonctionnement ? C’est en tout cas l’hypothèse de Miguel Benasayag, dont les recherches se situent au croisement entre biologie, philosophie et psychanalyse. Dans une société qui tend à imposer la nécessité d’une vie ordonnée, une société où toute faiblesse est considérée comme une défaillance, il lui semble urgent de réinstaurer une part de négativité, d’émotivité et de contingence.

2L’ouvrage s’ouvre ainsi sur un tableau de notre époque : les individus auraient massivement intériorisé une idéologie rationnelle qui les invite à appréhender leur vie de manière entrepreneuriale, à investir en vue d’une réussite elle-même quantifiable. D’une part les plus jeunes sont invités à lisser leurs affinités électives au profit d’une flexibilité attendue par notre société de la performance et son idéologie productiviste. De l’autre, les anciens qui endossaient jusqu’alors des rôles de passeurs, de sages transmettant leur expérience à ces jeunes, se trouvent marginalisés car jugés improductifs. Pour l’auteur, notre monde aurait perdu de son sens tragique, désigné ici par le lien subtil et profond qui unit les individus à l’ensemble plus vaste auquel ils se réfèrent, ce lien garantissant leur sentiment d’appartenance à une communauté. En conséquence, le futur ne tiendrait plus ses promesses, il serait synonyme de danger face auquel l’angoisse prime.

3D’où cet état de fait : la réaction dominante consiste à croire en une nouvelle utopie orientée vers le seul fonctionnement. Or, pour l’auteur, l’ensemble du vivant répondrait à une dualité entre d’un côté une appréhension du monde en termes d’efficacité et de fonctionnement, et de l’autre une appréhension existentielle centrée sur les expériences sensibles et pourvoyeuses de sens. Nous serions dès lors en train d’assister à une colonisation de l’existence par la logique du fonctionnement et, ce faisant, observerions l’avènement du monde du tout quantifiable, où la fin justifie les moyens et où l’ensemble de la société et de ses membres sont sujets à évaluation. Si l’on suit Benasayag, c’est in fine « l’endosquelette » de nos désirs personnels qui se voit refoulé au profit d’un « exosquelette » (p. 16) de caractéristiques garantes d’intégration sociale.

4Dans son raisonnement, cette idéologie du fonctionnement est principalement soutenue par l’innovation technologique, synonyme d’un progrès promettant de repousser toute limite, même la mort – qui deviendrait alors une défaillance comme une autre. Mais là où les courants transhumanistes rêvent d’un futur dans lequel la technique pallierait les failles de l’homme jusqu’à tendre vers sa dématérialisation, réalisant l’idéal utopique de l’émancipation du corps, Benasayag nous rappelle que les algorithmes qui permettent de modéliser les comportements humains et de prévoir nos agissements ne cherchent pas à les comprendre pour autant. Sans adopter une position technophobe, il nous met en garde contre notre tendance à rationaliser les comportements humains et à déléguer aveuglément notre sort à la technique. Cette dernière se présente certes comme un outil incontournable, notamment dans le domaine médical, mais l’enjeu est selon lui de définir le type d’hybridation que l’homme prévoit d’opérer par son biais, ceci pour proscrire toute artéfactualisation du vivant sous-tendue d’eugénisme. Plus encore, il s’agirait de garder à l’esprit que les individus sont irréductibles à des sommes de données immuables et que toute modélisation reste relative à un moment précis, à une représentation partiale et partielle de la complexité de l’expérience vécue.

5Pour Benasayag, l’objectif est donc de trouver le moyen de s’émanciper de cette doxa pour renouer avec la part existentielle de la vie. Sans chercher à gommer toute logique fonctionnelle, il prône surtout une recherche de la juste mesure qui permette aux individus de renouer avec la négativité. Car ce qui caractérise à ses yeux la société du fonctionnement généralisé, c’est ce « refoulement du négatif » (p. 37), de tout ce que l’on ne peut pas immédiatement comptabiliser comme réussite et que notre société a tendance à assimiler à des défaillances – mort, maladie, tristesse… Pointant les excès de notre époque, l’auteur fonde son propos sur ce qu’il présente comme une loi fondamentale : l’ensemble du vivant, sa reproduction ainsi que son évolution, résulterait d’une infime sélection elle-même conditionnée par un phénomène de perte quasi-totale. Sous sa plume, cette réhabilitation du négatif se présente comme une alternative à notre obsession de dépasser nos limites : bien que la croyance aveugle en la technique déploie à l’infini le champ des possibles, Benasayag rappelle que ces mêmes possibilités restent majoritairement théoriques.

  • 1 Se référer tout particulièrement au second scolie de la proposition 40 dans la seconde partie de l’(...)
  • 2 Semblable à ce qu’un sociologue pourrait qualifier de dispositions.

6Mais si le projet transhumaniste et sa colonisation du vivant semblent à ses yeux faire fausse route, il en est de même pour ce pôle qui prône inversement le refus de la technique et le retour à un passé empreint de la pureté fantasmée des traditions. Pour l’auteur, il s’agirait davantage d’adopter un point de vue décentré sur la réalité, qui permette non seulement de penser, mais aussi d’agir dans la complexité. Cette perspective d’appréhension, qu’il qualifie d’« éthique situationnelle » (p. 131), se fonde alors sur la théorie de la connaissance de Spinoza1, pour qui : une connaissance d’un premier genre regroupe les idées confuses relatives à l’expérience subjective et aux opinions, une connaissance d’un second genre s’apparente à la raison et à la connaissance des causes, et une connaissance d’un troisième genre tient à une vision du monde suffisamment englobante pour saisir la complexité des faits et de leurs relations. D’où l’éthique situationnelle de Benasayag repose sur ce troisième genre de connaissance, sur l’attitude qui consiste à n’appréhender la réalité vécue ni selon l’expérience que l’on en fait, ni en se contentant de saisir les causes des phénomènes, mais en adoptant une position à la fois objective et décentrée, permettant de saisir l’ensemble des déterminants d’une situation. Ainsi, Benasayag parle de « donne » pour désigner l’ensemble des éléments constitutifs d’un individu – son âge, sa culture, son histoire, sa socialisation, etc. – qui s’expriment dans chaque situation. Par le truchement d’une éthique situationnelle, il s’agit selon lui de comprendre par exemple qu’en cas de conflit, le traitre devient un traitre parce que sa donne2 rencontre un contexte, une situation précise qui l’y mène – et non parce que ce traître serait déterminé par une quelconque essence. D’après Benasayag, une autre situation aurait pu le mener, avec les mêmes dispositions, à s’engager dans une perspective opposée. Cette part d’imprévu, l’auteur la qualifie d’ailleurs de « casting situationnel » (p. 93), qu’il s’agirait pour tout un chacun de saisir humblement dans l’instant, de manière à restituer son épaisseur à l’existence.

7Loin de prendre le parti de la pleine conscience bouddhiste, sur laquelle il ironise en ce qu’elle mènerait à la contemplation et donc à l’inaction, Benasayag nous invite préférablement à repenser notre rapport utilitaire au temps. Dans une société qui nous incite à appréhender tout processus comme une étape péniblement nécessaire à la réalisation d’un but, il nous propose au contraire d’éprouver pleinement le chemin. Son essai anti-utilitariste, qui se situe dans la lignée de ses recherches sur la singularité du vivant, résonne comme un éloge de la défaillance. Illustré d’exemples tant personnels que cliniques, il nous alerte sur la tendance au fonctionnement généralisé et nous rappelle que pour penser et agir dans la complexité contemporaine, il faudrait avant tout renouer avec l’existence, en ceci qu’elle seule est à même de subvenir à notre immuable quête de sens.

  • 3 Comme en témoigne notamment la revue du MAUSS : Mouvement Anti-Utilitariste en Sciences Sociales.

8Sous la forme de ce court manifeste, Benasayag se donne l’ambition d’alerter le plus grand nombre sur les dérives de la pensée rationnelle. Et c’est précisément ce qui fait sa pertinence : si la pensée anti-utilitariste a trouvé sa place au sein des sciences humaines et sociales3, elle demeure le plus souvent méconnue au-delà. Toutefois, bien que la dichotomie entre fonctionnement et existence de Benasayag s’avère convaincante, elle aurait gagné à être plus richement caractérisée. De nombreuses illustrations permettent certes de saisir ce qui relève de l’un ou l’autre de ces deux pôles théoriques, mais leurs définitions restent relativement implicites. En outre, ce manifeste ancré dans l’époque contemporaine gagnerait à expliciter les causes de la perte de tragique qu’il décrit – de même que de la colonisation du vivant qui en découle. Tout juste l’ancien résistant guévariste évoque-t-il « le projet néolibéral » (p. 78) vers lequel tend notre société contemporaine.

Haut de page

Notes

1 Se référer tout particulièrement au second scolie de la proposition 40 dans la seconde partie de l’Éthique.

2 Semblable à ce qu’un sociologue pourrait qualifier de dispositions.

3 Comme en témoigne notamment la revue du MAUSS : Mouvement Anti-Utilitariste en Sciences Sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëtan Mangin, « Miguel Benasayag, Fonctionner ou exister ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 26 janvier 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30718

Haut de page

Rédacteur

Gaëtan Mangin

Doctorant en sociologie à l’UBFC et membre du Centre Georges Chevrier (UMR 7366).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page