Navigation – Plan du site

Deboleena Roy, Molecular Feminism. Biology, Becomings, and Life in the Lab

Thomas Crespo
Molecular feminisms
Deboleena Roy, Molecular feminisms. Biology, becomings, and life in the lab, Washington, University of Washington Press, 2018, 282 p., ISBN : 9780295744100.
Haut de page

Texte intégral

1Comment mettre au service du féminisme la science et en particulier la biologie, une entreprise historiquement produite pour et par des hommes blancs occidentaux, dans un contexte capitaliste ? N’est-ce pas irrémédiablement travailler pour l’ennemi ? Pour répondre à cette question, Deboleena Roy, sous la double casquette de neuroscientifique et de féministe, tente de rendre compte, dans une approche typique des études des sciences et des techniques, des liens qui existent entre le type de question que l’on pose, les métaphores que l’on emploie, les outils que l’on mobilise et les implications politiques de nos investigations. Elle montre ainsi que tout programme de recherche s’ingénie à éclaircir certains aspects du réel et en laisse de côté d’autres, ce qui a des conséquences politiques que le chercheur ne peut pas négliger.

2Pour cette raison, Molecular Feminisms propose de partir du lien entre pratiques de laboratoire et concepts mobilisés pour en rendre compte. L’objectif est de montrer que la science est en dialogue constant avec son dehors : la science est produite dans un certain contexte et elle façonne ce contexte par l’intermédiaire de métaphores qui servent de lien entre les deux. Changer de métaphores doit permettre de produire une science féministe, anti-raciste, décoloniale, etc., bref, de produire « la biologie que nous désirons ». Par exemple, lorsqu’on réduit l’ovule à son cytoplasme (son noyau est petit par rapport à la taille de la cellule), on ne fait pas qu’une simplification, on transmet aussi à toute la cellule le caractère « passif » prêté au cytoplasme. De ce fait, on a tendance à voir l’ovule comme un gros réservoir nutritif lui-même passif, ce qui empêche de regarder du côté de son activité lorsqu’on étudie la fécondation et, ce faisant, on passe à côté des interactions complexes entre spermatozoïde et ovule. Ici, changer de métaphore c’est littéralement faire de la meilleure science. Pour mieux comprendre la démarche qui peut apparaître déroutante, il faut partir des sources : l’ouvrage est difficile et il demande d’avoir compris les thèses qui structurent l’argumentation. Premièrement, Deboleena Roy est une constructiviste dans le sillage de Judith Butler qui considère que notre accès au réel (ici biologique) est médiatisé par des représentations : il n’y a pas d’accès direct au réel. Par exemple, le concept de « chromosome » ne décrit pas seulement le réel, il reflète aussi nos intérêts socio-historiquement situés à propos du réel : nos préoccupations façonnent nos modèles et ces dernières conditionnent ce que nous découvrons et ce que nous laissons de côté. Deuxièmement, Deboleena Roy est une épistémologue féministe : c’est pourquoi, dans Molecular Feminisms, le genre est une médiation fondamentale pour comprendre comment est produite la science. Or, cette dernière s’est faite et continue à se faire surtout selon les préoccupations d’hommes blancs et occidentaux. La science aura donc tendance à se formaliser selon la logique et les représentations des dominants. Mais, pour paraphraser Butler (citée p. 117), « la vie déborde les modèles ». Troisièmement, cet ouvrage est une contribution à l’épistémologie de l’ignorance : pour comprendre l’activité scientifique, il faut être attentif aux connaissances qui sont produites mais aussi à celles qui ne sont pas produites. En effet, en dépit de ses qualités, la science ne saisit qu’une partie du réel. Dans le cas qui nous préoccupe : la partie du réel qui intéresse les femmes, les personnes racisé.e.s, etc., est souvent oubliée. Dire que les ovaires sont le développement par défaut du bourgeon génital en l’absence de l’activation du gène SRY, c’est considérer qu’il faut éclairer la genèse des organes génitaux mâles et qu’on peut laisser de côté celle des organes génitaux femelles. Et en effet, alors que la genèse des testicules est bien documentée, la littérature sur les ovaires ne s’est étoffée qu’à partir des années 2000. Quatrièmement, l’ouvrage prend appuis sur les Sciences and Techniques Studies (STS) qui pensent la science avant tout comme un domaine lié à la production de technologies, lesquelles vont modifier les rapports des individus à leur environnement. Les technologies médiatisent donc le rapport au réel et ces nouvelles médiations vont à leur tour influencer la manière dont on fait de la science. On retombe sur le constructivisme.

3Prenons un exemple : la génétique s’est trouvée définie comme l’étude de l’ADN et de ses mécanismes de transcription, ce qui fait de la biologie de synthèse une discipline voisine de la programmation, au moins en terme de représentations. Il y a une parenté conceptuelle entre informatique et génétique. Mais cette parenté a des liens avec la façon dont est utilisée concrètement la génétique : l’attention portée à ce qu’il y a de strictement chromosomique dans la génétique permet aux chercheurs de laisser de côté les conditions matérielles de possibilité de production en masse des organismes dont le génome a été fabriqué. Si on reprend la métaphore : ils s’intéressent au software et non pas au hardware. Pourtant, pour faire tourner un logiciel, il faut des ressources ; il en va de même pour les propriétés qui nous intéressent de l’ADN : une bactérie a besoin de sucre et de lipide, des milliards de bactéries qui doivent produire à une échelle industrielle ont besoin d’énormes quantités de sucre et de lipide. Et c’est là que le politique fait son apparition dans la science. En effet, cette recherche en génétique est directement liée à ses applications pratiques, le plus souvent la production à grande échelle de substances (médicaments, mais aussi biocarburants). Or, qui dit grande échelle dit aussi besoin considérable en ressources. De la même manière que les immenses quantités de données disponibles sur Internet doivent être stockées dans des serveurs invisibles mais gourmands en ressource, il faut nourrir les bactéries utilisées pour produire des cosmétiques ou des biocarburants. Mais comme le hardware n’a pas été intégré à la biologie de synthèse, cette partie du travail va, de fait, être oubliée de la recherche et on peut présenter les promesses et les avancées de cette même recherche sans s’interroger sur son coût réel. Ainsi, ne voyant que les avantages, on peut d’autant mieux justifier l’exploitation des ressources et de la main d’œuvre, notamment dans des pays... qui ne profitent pas des retombées de la recherche. La boucle est bien bouclée : les représentations sont solidaires de modes d’organisation de la division du travail international, et cela aux profits de certains et aux détriments d’autres. En somme, l’exploitation des uns repose sur l’idée qu’elle produit plus de bien que de mal. Mais ceux qui profitent des bienfaits de ces nouvelles technologies ne sont pas ceux qui ont à en payer le coût réel. Autant dire que leur avis est particulièrement biaisé. Exploiter des mines de coltan est un petit prix à payer pour avoir accès à la micro-informatique, surtout quand les mineurs sont des individus racisés et « sans valeur », exploités dans des pays à peine connus des consommateurs.

4Deboleena Roy propose de changer à la fois notre rapport à la production, notre rapport à l’environnement et les préoccupations qui dirigent la recherche. Autant le dire tout de suite, si elle montre de façon convaincante comment s’articulent les représentations et les structures d’oppressions capitalistes, racistes et sexistes, le lecteur qui cherche des « solutions » restera sur sa faim. Puisque les sciences sont liées à la société, Deboleena Roy ne prétend pas proposer toute seule des solutions depuis son laboratoire. En revanche, elle parvient à montrer comment nous pouvons produire des instruments conceptuels et des représentations qui donnent plus de place à ce qui est ignoré dans la science traditionnelle. L’ouvrage est ardu car, dans son ambition de proposer des conceptions alternatives, l’autrice utilise énormément de néologismes ou de termes techniques. Je suggère au lecteur peu familier des quatre sources (décrites plus haut) de passer les deux premiers chapitres (jusqu’à la page 89) et de s’appuyer sur le glossaire. Il ressortira de la lecture avec une critique convaincante de la façon dont est actuellement produite la science (essentiellement la génétique) et au bénéfice de qui ; il lui restera cependant à s’organiser politiquement pour penser une recherche qui prenne en compte son impact : non seulement sur les autres humains, mais aussi sur les autres espèces. En somme, il revient au lecteur de prendre ses responsabilités. Ce que fait l’autrice elle-même, membre d’un réseau scientifique, le neuro-gendering network, qui, par son poids, lui permet d’espérer infléchir certaines orientations de la recherche. Car il y a un double défi à relever : d’une part étendre le champ de nos préoccupations morales et politiques à l’environnement non humain, d’autre part ne pas perdre de vue l’humain. Ces deux exigences dessinent la critique post-humaniste de l’autrice, en attendant que des groupes s’en saisissent politiquement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Crespo, « Deboleena Roy, Molecular Feminism. Biology, Becomings, and Life in the Lab », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 04 février 2019, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/30982

Haut de page

Rédacteur

Thomas Crespo

Doctorant en deuxième année en philosophie féministe et en philosophie de la biologie à l’ENS de Lyon, sous la direction de Claude Gautier (Triangle), travaillant sur les innovations conceptuelles autour de la notion de « nature » des féministes travaillant avec ou depuis la biologie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page