Navigation – Plan du site

Didier Fassin, Quand les corps se souviennent. Expériences et politiques du sida en Afrique du Sud

David Michels
Quand les corps se souviennent
Didier Fassin, Quand les corps se souviennent. Expériences et politiques du sida en Afrique du Sud, La Découverte, coll. « armillaire », 2006, 440 p., EAN : 9782707148070.
Haut de page

Texte intégral

1La question du sida a atteint, en Afrique du Sud, un niveau de politisation auquel elle n'a jamais accédé dans les autres pays du monde. Cette situation n'est pas simplement le résultat mécanique de la gravité de l'épidémie qui, avec près de six millions de personnes atteintes, place le pays en première place des nations affectées. Cette singularité qui fait du sida non seulement l'objet de politiques, mais aussi un enjeu politique qui suscite de vives polémiques, trouve sa source dans l'histoire. En effet, alors qu'à partir de 1994 le pays, en rompant avec l'apartheid, entre dans une nouvelle ère, la terreur biologique succède à la terreur politique. L'épidémie de sida fait ré-émerger le passé que l'on s'attache à solder voir oublier. Les différentes prises de positions, les affrontements mais aussi l'expérience subjective des personnes atteintes sont sur-déterminées par l'histoire. Dans le présent, c'est le passé qui s'actualise.

2En effet comment comprendre les déclarations du président sud-africain Thabo Mbeki niant le lien entre le virus HIV et le sida, tout en insistant sur les facteurs sanitaires et socio-économiques de l'épidémie, ou encore le succès, parmi la population, des rumeurs de complot autour de la diffusion du virus, sans tomber dans un jugement hâtif d'irrationalité et sans recourir à l'explication largement répandue concernant le sida en Afrique où la « culture » et les « croyances » sont posées comme autant d'obstacles à la lutte contre le sida? « A partir d'une ethnographie informée d'une historiographie, et non dans la perspective ethnocentrique et atemporelle qui a souvent prévalu » (p.12) répond Didier Fassin qui dénonce les « effets déhistoricisants et déshumanisants » du «  culturalisme anthropologique ». L'accueil réservé aux théories dissidentes concernant l'étiologie du sida, les enjeux politiques autour de la gestion de l'épidémie s'inscrivent de fait dans une histoire nationale et dans un contexte mondial.

  • 1 Elaboré par plusieurs chercheurs de la côte ouest des Etats-Unis, cette théorie est un scénario alt (...)

3C'est ce que montre notamment l'auteur en faisant la sociologie de la controverse déclenchée par les prises de positions de Thabo Mbeki. La polémique prend forme en 2000 quand le président organise une conférence de consensus où il invite non seulement les tenants de l'explication virale mais aussi les chercheurs dissidents défendant une théorie non-consensuelle1. Très vite le débat déborde le champ scientifique (à la différence de ce qui s'était passé aux Etats-Unis) et oppose apparemment deux camps homogènes : orthodoxes et hérétiques. En fait les positions ne sont pas si claires. Du côté de ceux qui défendent l'action du gouvernement, si quelques uns des acteurs adhèrent aux positions hétérodoxes, certains sont en fait sensibles aux déterminations sociales du sida et à leur conséquences pratiques dans l'accès aux traitements, tandis que d'autres manifestent tout simplement leur solidarité avec leur ancien compagnon de lutte contre l'apartheid. Du côté des opposants, il n'y a pas non plus d'homogénéité : à côté des activistes qui se battent pour l'accès aux traitements, on trouve les experts (chercheurs et les médecins) peu sensibles aux questions sociales liées à la maladie et les membres de l'opposition pour lesquels le sida est une aubaine politique.

  • 2 Par exemple dans les essais où une des deux cohortes ne reçoit pas de traitement mais seulement un (...)

4C'est en faisant l'histoire de la Santé Publique en Afrique du Sud que l'on peut comprendre les réponses officielles au sida. En effet, dès la fin du XIXème siècle les différentes épidémies de pestes, de tuberculose et de variole donne l'occasion de mettre en place des mesures de ségrégation. Tout au long du siècle la Santé Publique sert de justification à la différencialisation raciale et les épidémies sont partie prenante de l'histoire de la ségrégation. Ces politiques et leurs justifications mélangeant arguments biologiques et culturels participent à la construction de l'image de l'homme noir comme moralement mauvais, propagateur de germe et de surcroît inadapté à la civilisation. C'est autour des mêmes pathologies que la médecine et l'hygiénisme développent un discours sur la sexualité africaine comme hypersexualité. Représentation que l'on retrouve toujours dans une grande partie des travaux ethnologiques, épidémiologiques et démographiques sur le sida en Afrique qui axent leurs enquêtes sur l'études des comportements et des croyances tout en négligeant les facteurs socio-économiques comme la pauvreté, l'organisation des systèmes de soins, la malnutrition, etc. Par ailleurs, au moment où éclate la polémique, un débat s'engage concernant les pratiques des laboratoires pharmaceutiques dans la mise en place des essais cliniques en Afrique : il est démontré que ceux-ci ont des exigences éthiques bien moindres sur ce continent qu'ailleurs2. On comprend mieux à la lumière de cette histoire et du contexte scientifique comment les positions du gouvernement et de la population s'organisent selon deux modèles : une « économie du ressentiment » où le présent réactive le passé ; une « économie du soupçon » où le doute et la méfiance s'installe vis-à-vis des spécialistes et du monde blanc en général.

5Bien-sûr, l'ouvrage ne se limite pas à l'étude de cette controverse, et la deuxième partie, qui s'appuie sur des histoires de vie, illustre fort bien comment s'opère l'incorporation du passé et de la mémoire. Les biographies et les pratiques de chacun sont profondément marquées par l'histoire sud-africaine, par ses scansions. Nous laisserons le soin au lecteur de s'y référer.

6Au final rien de très « exotique » dans ce livre. Au-delà de leur particularité, les débats sud-africains ressemblent forts à ce que l'on peut avoir ici sur d'autres sujets. C'est cette anthropologie politique que défend l'auteur : « Il s'agit de penser notre commune humanité moins en terme de différence, qu'en terme d'inégalité, moins comme une affaire de culture que comme une question d'histoire. » (p. 13) Une anthropologie politique au double sens du terme donc, non seulement par son objet, mais peut-être plus encore par la morale et le désir de justice qui sous-tendent le travail de l'anthropologue.

Haut de page

Notes

1 Elaboré par plusieurs chercheurs de la côte ouest des Etats-Unis, cette théorie est un scénario alternatif qui conteste le rôle du VIH dans le sida et développe l'argumentaire suivant : ce que l'on appelle le sida est un syndrome qui associe des pathologies diverses connues autrefois sous d'autres nom ; les tests sérologiques ne sont pas fiables et ne présentent pas de corrélations avec des états cliniques ; le virus n'est qu'un passager innocent de l'organisme, les anticorps identifiés attestent simplement de la rencontre avec lui ; la transmission sexuelle est impossible, statistiquement inexistante ; ce dont meurent les enfants et les adultes, c'est en fait de la malnutrition, de la tuberculose, des maladies parasitaires ; les antirétroviraux sont inefficaces mais surtout toxiques ; gouvernement et médecine les utilisent seulement parce qu'ils ont partie liée avec industrie pharmaceutique.

2 Par exemple dans les essais où une des deux cohortes ne reçoit pas de traitement mais seulement un placebo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Michels, « Didier Fassin, Quand les corps se souviennent. Expériences et politiques du sida en Afrique du Sud », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 24 septembre 2006, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/309

Haut de page

Rédacteur

David Michels

David Michels est doctorant au Centre d'Anthropologie Sociale de Toulouse (CNRS-EHESS-UTM) et ATER à l'université Toulouse 2-Le Mirail.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page