Navigation – Plan du site

Sandrine Garcia, Le goût de l’effort. La construction familiale des dispositions scolaires

Edouard Couëtoux
Le goût de l'effort
Sandrine Garcia, Le goût de l'effort. La construction familiale des dispositions scolaires, Paris, PUF, coll. « Education et société », 2018, 204 p., ISBN : 978-2-13-062454-7.
Haut de page

Texte intégral

1Les inégalités sociales à l’école occupent une place importante en sociologie, pourtant Sandrine Garcia réussit à apporter une contribution originale à ce champ d’étude. Grâce à une soixantaine d’entretiens réalisés avec des parents d’enfants scolarisés en primaire, l’auteure met en lumière les conditions sociales à l’origine de la réussite scolaire des enfants des classes moyennes intermédiaires et supérieures.

2Le premier chapitre présente l’objet et la méthode de la recherche. Il inscrit l’ouvrage parmi les études portant sur la mobilisation scolaire des classes moyennes. Le deuxième et le quatrième chapitre montrent les points communs et les variations dans les pratiques familiales d’accompagnement éducatif des enfants dans les classes moyennes intermédiaires et supérieures. Des cas inattendus d’échec scolaire d’enfants nés de parents relativement diplômés y sont aussi analysés. Le troisième chapitre développe les rapports entre les parents et l’institution scolaire selon le milieu social. Enfin, le dernier chapitre analyse les difficultés scolaires d’enfants issus des catégories populaires. Trois thématiques traversent l’ensemble de ce travail et en constituent les principaux apports.

3Tout d’abord, l’auteure montre que le travail « d’accompagnement éducatif » des parents de la classe moyenne est crucial dans la réussite scolaire de leurs enfants. En effet, la transmission par osmose du capital culturel au sein de la famille n’est pas le premier facteur de réussite à l’école primaire. Bien au contraire, l’avantage scolaire des enfants de classe moyenne n’a rien d’automatique et est lié à une mobilisation parentale constante. De nombreux parents des classes moyennes anticipent et/ou enrichissent les apprentissages scolaires par des pratiques de « pédagogisation » de la vie quotidienne : par exemple, un acte aussi anodin que l’usage de deux dés au cours des jeux de société favorise l’apprentissage des additions. Sandrine Garcia met surtout en avant l’importance de l’inculcation familiale de « dispositions ascétiques ». Ainsi, les enfants en réussite scolaire étudiés par cette enquête ont tous des parents qui posent la réussite scolaire comme une norme non négociable à laquelle leurs enfants doivent se soumettre. Cette norme scolaire, initialement imposée de l’extérieur, construit progressivement une disposition à « se mettre spontanément au travail ». Les parents, par leur encadrement, réussissent à apprendre à leurs enfants l’autocontrainte à mesure que ceux-ci avancent dans leur scolarité. Cette incorporation repose sur des conditions spécifiques de socialisation familiale. En premier lieu, les parents (souvent la mère) sont en mesure de dégager du temps pour accompagner la mise au travail de leurs enfants. La présence parentale rapprochée agit à la fois comme une force de surveillance contraignant l’enfant à s’engager dans le travail scolaire et comme un soutien offrant valorisation et appui. En deuxième lieu, les parents adhèrent à des valeurs compatibles avec l’exercice d’une forme d’autorité assez directive sur leurs enfants. Cet exercice de l’autorité est nécessaire pour contrecarrer les stratégies enfantines d’évitement du travail scolaire. Enfin, la reconnaissance et l’amour accordés à l’enfant dépendent largement du respect de la norme scolaire. Or ces conditions ne sont pas toujours réunies dans toutes les familles de classes moyennes et a fortiori de classes populaires. À ce titre, le cas de la famille Lambert est particulièrement intéressant : Damien est en grande difficulté scolaire alors que ses deux parents sont diplômés de l’enseignement supérieur et occupent des postes à responsabilité. Malgré les ressources culturelles parentales, la situation familiale combine plusieurs facteurs défavorables à la réussite scolaire. Tout d’abord, les Lambert rentrent tard de leur travail, ce qui ne leur permet pas de libérer du temps pour s’occuper des devoirs de Damien. Ensuite, les parents de Damien se caractérisent par des pratiques éducatives d’évitement systématique de la contrainte. Imprégnés par les « valeurs expressives » d’épanouissement de l’enfant, les Lambert refusent de faire entrer Damien dans le « moule » scolaire et ne le contraignent jamais réellement à se mettre au travail. Par ailleurs, Damien est fortement valorisé dans la famille quelles que soient ses performances scolaires. Les familles des catégories populaires cumulent elles aussi plusieurs caractéristiques faisant obstacle à la réussite scolaire alors qu’elles désirent cette réussite. Elles manquent souvent d’un capital culturel suffisant pour mettre en œuvre des pratiques de pédagogisation de la vie quotidienne. En outre, la pensée « naturaliste » y est très présente : pour de nombreux parents de milieux populaires, l’absence ou la présence du goût d’apprendre est liée à une nature enfantine sur laquelle il n’est pas possible d’agir. De surcroît, les parents de classes populaires apparaissent plus imprégnés que ceux de classes moyennes par les conceptions démocratiques et négociatrices de l’éducation. Cela les amène plus souvent à refuser des pratiques trop directives au nom de la nécessaire « autonomie » de leur enfant. Au contraire, ils valorisent constamment leurs enfants pour consolider l’estime de soi de ces derniers. Enfin, les conditions d’existence des parents issus de catégories populaires ne sont pas favorables à l’exercice d’une contrainte sur leurs enfants dans la mesure où cela reviendrait « à se contraindre eux-mêmes à les contraindre, à un moment où ils peuvent être happés par la fatigue, ou par des préoccupations concernant la gestion de la vie quotidienne dans un contexte de précarité » (p. 178).

4L’ouvrage souligne que les rapports entre l’école et les parents sont très inégaux selon le milieu social. Les parents des classes moyennes disposent de ressources (culturelles, sociales et économiques) qui leur permettent de ne pas dépendre totalement des prescriptions et verdicts scolaires. Généralement, ils accordent leur confiance aux enseignants mais n’hésitent pas à en contourner les prescriptions si elles leur déplaisent, tout en cherchant à préserver de bonnes relations avec l’école. Les parents de catégories moyennes disposent d’une assurance sociale leur permettant de se fier à leur expertise et à leurs ressources propres sans dépendre exclusivement de l’école. Par exemple, dans la famille Sanson (les deux parents sont infirmiers), l’apprentissage de la lecture à l’école par des méthodes modernes est complété par les méthodes plus anciennes de la grand-mère, ancienne institutrice. Les parents réussissent à mener cet accompagnement scolaire intense sans déclencher l’hostilité des enseignants pourtant très attachés à la norme implicite selon laquelle les parents sont dénués de toute expertise pédagogique et doivent se contenter de suivre les préconisations de l’institution (ce que l’auteure appelle la norme de « non-empiètement »). Les parents de classes moyennes parviennent à conserver de bonnes relations avec l’école malgré leurs interventions pédagogiques, parce qu’ils ont une maîtrise des interactions sociales. Ainsi, ces parents ont tendance à minorer voire à invisibiliser leurs interventions. Au contraire, les familles les moins dotées entretiennent un rapport dominé à l’institution scolaire : leur manque de ressources les rend dépendantes des verdicts scolaires. Se sentant incompétentes pédagogiquement, elles ne cherchent pas à faire réaliser des apprentissages à leurs enfants alors que ceux-ci pourraient en bénéficier. De même, ces familles ne disposent pas de ressources pour s’opposer aux injonctions de l’école : malgré ses doutes sur l’efficacité du suivi médico-psychologique, Madame Uchet, non-diplômée et sans-emploi, est incapable de s’opposer aux préconisations scolaires et accepte donc d’emmener son fils au CMPP. Lorsque ces parents peu dotés cherchent tout de même à intervenir dans la scolarité de leurs enfants, ils le font le plus souvent de manière maladroite, ce que les enseignants interprètent comme une attaque contre leur expertise. Par conséquent, ces parents sont renvoyés à leur incompétence sociale.

5Enfin, l’ouvrage questionne les logiques pédagogiques dominantes à l’école primaire. En insistant sur l’autonomie des élèves face aux savoirs et en disqualifiant les apprentissages les plus mécaniques, les pédagogies actuelles renforceraient l’influence de la socialisation familiale sur le parcours scolaire. Les enfants qui ne bénéficient pas, dans leur famille, de l’inculcation de dispositions ascétiques ni de certains apprentissages mécaniques, n’auraient plus l’occasion de les acquérir à l’école en raison des pratiques pédagogiques actuelles. L’auteure cite l’exemple du déchiffrement qui n’est plus enseigné à l’école car considéré comme une forme inférieure de lecture en comparaison de la lecture compréhension. Par conséquent, les parents qui livrent à l’école des enfants « scolarisables » parce que déjà scolarisés à la maison, feraient apparaître les autres enfants comme souffrant de handicaps cognitifs qu’il faudrait traiter médicalement. Les enfants scolarisables livrés par les « parents excellents » empêcheraient les enseignants de comprendre que seuls les enfants ayant bénéficié de conditions spécifiques de socialisation familiale peuvent être en situation de réussite face aux exigences pédagogiques actuelles. La médicalisation des difficultés scolaires aurait donc pour conséquence de désociologiser ces dernières. Ce phénomène serait d’autant plus critiquable qu’il aboutirait à retirer du temps scolaire aux enfants en difficulté pour les placer dans des dispositifs médico-psychologiques dont l’efficacité n’est pas démontrée.

6Le Goût de l’effort est un livre stimulant, riche et bien écrit dont la lecture est recommandable à tous ceux qui s’intéressent à la sociologie de l’école.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edouard Couëtoux, « Sandrine Garcia, Le goût de l’effort. La construction familiale des dispositions scolaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 06 février 2019, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/31053

Haut de page

Rédacteur

Edouard Couëtoux

Professeur de Sciences économiques et sociales au Lycée Albert Châtelet de Saint-Pol sur Ternoise.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page