Navigation – Plan du site

Sébastien Charbonnier, Aimer s’apprend aussi. Méditations spinoziennes

Alfio Nazareno Rizzo
Aimer s'apprend aussi
Sébastien Charbonnier, Aimer s'apprend aussi. Méditations spinoziennes, Paris, Vrin, coll. « Pratiques philosophiques », 2019, 264 p., ISBN : 9782711628483.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il est auteur de : Deleuze pédagogue. La fonction transcendantale de l’apprentissage et du problème(...)

1Enseignant chercheur en philosophie de l’éducation et en didactique de la philosophie, Sébastien Charbonnier s’intéresse au problème de la pédagogie en philosophie depuis ses recherches doctorales et ses premières publications1. Dans Aimer s’apprend aussi, il propose une « pratique philosophique au sujet de l’amour » avec l’objectif d’accompagner le lecteur dans une transformation de la pratique amoureuse qui est aussi transformation de l’individu lui-même.

  • 2 La Virtue Epistemology est un ensemble de positions sur la théorie de la connaissance qui ont en co (...)
  • 3 En 1980, Ernest Sosa publie The Raft and the Pyramid : Coherence versus Foundation in the Theory of (...)
  • 4 Charbonnier Sébastien, « Les "vertus épistémiques" : un champ de problèmes crucial pour les science (...)

2Ce dernier ouvrage de Sébastien Charbonnier s’inscrit dans le champ de recherche développé par la tradition de la Virtue Epistemology, l’épistémologie des vertus2. Conçue comme un mouvement distinct au sein de l’épistémologie, elle a été initée par les travaux du philosophe américain Ernest Sosa qui a souligné la valeur perspectiviste de la vertu3. Comme Charbonnier même l’écrit ailleurs, la tradition de la Virtue Epistemology « invite à requestionner le sens de la formation de l’individu » et à repenser la vision de l’homme selon une idée de perfectionnisme moral qui veut que « tout homme doit s’exercer à devenir meilleur lui-même et à rendre meilleure la société »4. Dans ce contexte, la philosophie n’est pas seulement un savoir, mais elle est aussi – et surtout – une pratique et, comme toute pratique, elle peut s’apprendre. Comme l’écrit Charbonnier, « apprendre la philosophie forme l’esprit et le corps critiques si et seulement si nous en sommes transformés pratiquement, et non en vertu de quelque information théorique qui serait, en soi, émancipatrice. C’est la forme de l’apprendre qui toujours est subversive, quel qu’en soit le contenu – que nous construirons ensemble et qu’aucun de nous ne sait par avance » (p. 8). On apprend donc à philosopher, comme d’ailleurs l’avait déjà affirmé Kant. Or, selon Charbonnier, par le geste de philosopher on peut apprendre à aimer, car aimer s’apprend aussi.

3Le cadre de l’ouvrage est donc celui donné par cette épistémologie des vertus. La pratique philosophique de Charbonnier vise à transformer les relations personnelles par la transformation de l’homme en tant qu’individu et, par conséquent, de la société. En ce sens, l’auteur envisage un projet pour la démocratie où la philosophie représenterait « une activité pratique orientée par le désir de mieux vivre » qui « s’exerce par le dialogue rationnel entre égaux » (p. 9). Ainsi, le problème de l’amour concerne plutôt le geste concret d’aimer et toutes les actions qui accompagnent ce geste. Le caractère pratique de ces enjeux est souligné par le choix de Charbonnier d’offrir à ses lecteurs un livre structuré comme un manuel en trente résolutions. Chaque chapitre se présente comme une leçon et l’ouvrage pourrait accompagner pendant un mois tout lecteur désireux d’en savoir davantage sur la pratique amoureuse. Le livre est écrit dans un style qui appartient plutôt au registre de la conversation, qui souligne l’importance que l’auteur attribue au dialogue comme geste positif permettant la construction d’un nous au sens spinozien où, par des artifices pratiques « je peux me donner pour réussir à percevoir l’autre comme mon égal, comme une source de joie, comme la chance de devenir plus rationnel, donc plus capable de comprendre vraiment le monde, les autres et moi-même » (p. 12). Dans ce processus, chacun étant responsable de sa propre parole doit apprendre à parler en son nom et pour ce faire il faut que chacun soit attentif à ce que le monde lui propose en se libérant des préjugés qui lui empêchent de s’ouvrir au monde même et d’écouter l’autre comme son égal.

4Les deux piliers de ce projet démocratique sont les verbes aimer et apprendre, que l’auteur définit dans les deux premières entrées du texte. En ce qui concerne l’amour, Charbonnier souligne le caractère actif de l’action d’aimer en le présentant sous la forme du verbe à l’infinitif. Si l’amour est une action, il n’est donc pas un simple événement qui arrive et que l’on ne peut pas contrôler, au contraire, il s’agit d’une force qui se développe à travers le temps et par l’habitude des gestes et des attitudes. Même si le geste d’aimer ne commence pas volontairement, on peut éduquer la volonté à ce geste, de manière à être prêt lorsque l’événement amoureux se présente. Si l’amour surprend et chacun réagit de manière différente et sans y penser, c’est l’apprentissage qui permet de profiter avec maturité de cette force en permettant la double expérience d’aimer et d’apprendre. Apprendre et aimer participent finalement d’un même processus et Charbonnier invite son lecteur à profiter davantage du chemin qu’il va parcourir plutôt que de se focaliser sur la destination. C’est un précepte qui remonte au moins à l’époque du stoïcisme : il vaut mieux se concentrer sur nos actions, qui dépendent de nous-mêmes, que sur les résultats, qui restent aléatoires et qui ne dépendent pas forcément de nous. Charbonnier fait sien ce précepte et en affirme la valeur politique : aimer rend meilleur, en apprenant à aimer on apprend à être meilleur, et en étant meilleur on rend meilleure la société. Ce processus se fait avec les autres et pour les autres, car « tout le problème éducatif est là : comment rencontrer l’autre ? » (p. 163). Ce qui permet la rencontre de l’autre c’est l’amour, qui comme « un élan qui permet la variation des perspectives » (p. 120) favorise concrètement le rapprochement de l’autre.

  • 5 Par l’usage du participe présent du verbe aimer, je veux souligner le caractère devenant du process (...)
  • 6 Nous faisons référence à G. Deleuze, Logique du sens, Paris, Les Éditions de Minuit, 1969, « Premiè (...)
  • 7 Il est évident que nous faisons référence au mythe d’Éros raconté par Diotime dans le Banquet de Pl (...)

5Apprendre à aimer consitue donc un processus qui relève du devenir, au sens deleuzien : on ne passe pas du non-savoir au savoir et du non-amour à l’amour, mais c’est « en même temps » qu’on devient plus savant ou plus aimant5 qu’on ne l’était auparavant. Comme l’Alice de Lewis Carroll « en même temps » grandit et rapetisse, le processus d’apprentissage à l’amour est caractérisé par un devenir-fou qui va dans les deux sens à la fois et qui ne s’arrête pas6. C’est la nature de l’amour, engendré par l’union de l’abondance et de la pauvreté7 ; c’est la nature de l’homme, dont le devenir est scandé par le désir, et par le désir amoureux. L’amour est donc un geste qui s’apprend et ce sont les petites actions vertueuses du quotidien qui permettent d’apprendre cette pratique : apprendre à aimer ce n’est ni admirer, ni mépriser ; c’est refuser de contredire ; c’est dialoguer (et dialoguer, ça s’apprend aussi) ; c’est construire avec d’autres de nouvelles idées qui nous aident à devenir meilleurs et à rendre notre société meilleure qu’elle ne l’était auparavant.

6En conclusion, il nous reste à nous demander dans quel rayon placer ce livre de Sébastien Charbonnier. D’un côté, nous pourrions être tentés de le placer dans le rayon du développement personnel, car le titre et la structure par résolutions semblent cligner l’œil à cette mode du moment. D’ailleurs, dans la postface sous forme d’interview Gaëlle Jeanmart fait référence au manque de « philosophicité » de cette publication. De notre point de vue, loin d’être une critique, cette remarque caractérise l’ouvrage et place la focale sur la volonté de l’auteur de présenter un livre où la philosophie est délivrée des chaînes de l’académisme. Il ne s’agit donc pas d’un livre destiné aux adeptes du coaching, mais il trouve sa place dans un rayon consacré à la philosophie, plus spécifiquement à la philosophie pratique en tant que pratique pour la réalisation de soi. Parce que lorsqu’on apprend à aimer, la conséquence la plus grande c’est d’apprendre à se connaître soi-même et d’apprendre à s’aimer soi-même – et c’est seulement après avoir rencontré soi-même que l’on peut rencontrer les autres.

Haut de page

Notes

1 Il est auteur de : Deleuze pédagogue. La fonction transcendantale de l’apprentissage et du problème, Paris, L’Harmattan, 2009 ; Que peut la philosophie ? Être le plus nombreux possible à penser le plus possible, Paris, Éditions du Seuil, 2013, ; L’Érotisme des problèmes. Apprendre à philosopher au risque du désir, Paris, ENS Éditions, 2015.

2 La Virtue Epistemology est un ensemble de positions sur la théorie de la connaissance qui ont en commun la notion de vertu. Ces théories abordent les problèmes épistémologiques traditionnels en faisant appel aux capacités cognitives du sujet. La Virtue Epistemology abandonne les modèles épistémiques qui neutralisent le sujet cognitif et affirme le rôle du caractère de chaque individu en ce qui concerne l’accès à la connaissance. Nous renvoyons à l’entrée « Virtue Epistemology » de la Stanford Encyclopedia of Philosophy : https://plato.stanford.edu/entries/epistemology-virtue/#Know.

3 En 1980, Ernest Sosa publie The Raft and the Pyramid : Coherence versus Foundation in the Theory of Knowledge. Dans cet article, il met en évidence les limites structurelles des théories épistémiques classiques et propose une nouvelle voie en utilisant pour la première fois la notion de vertu intellectuelle considérée comme disposition du sujet à acquérir des croyances qui structurent son accès à la connaissance.

4 Charbonnier Sébastien, « Les "vertus épistémiques" : un champ de problèmes crucial pour les sciences de l’éducation », Le Télémaque, 2015/2 (N° 48), p. 105-116. URL : https://www.cairn.info/revue-le-telemaque-2015-2-page-105.htm. Nous conseillons cet article comme lecture préparatoire de l’ouvrage ici recensé.

5 Par l’usage du participe présent du verbe aimer, je veux souligner le caractère devenant du processus envisagé par Charbonnier, processus qui concerne « en même temps » le savoir et le fait de devenir plus savant. Il est clair qu’ici devenir plus aimant veut dire devenir plus capable d’aimer et pour ce faire il faut apprendre à savoir aimer.

6 Nous faisons référence à G. Deleuze, Logique du sens, Paris, Les Éditions de Minuit, 1969, « Première série de paradoxes, du pur devenir », p. 9-12.

7 Il est évident que nous faisons référence au mythe d’Éros raconté par Diotime dans le Banquet de Platon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alfio Nazareno Rizzo, « Sébastien Charbonnier, Aimer s’apprend aussi. Méditations spinoziennes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 08 février 2019, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/31125

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page