Navegación – Mapa del sitio

Marion Cauvet, Baptiste Perrissin Fabert, Les monnaies locales : vers un développement responsable. La transition écologique et solidaire des territoires

Mathilde Fois-Duclerc
Les monnaies locales : vers un développement responsable
Marion Cauvet, Baptiste Perrissin Fabert, Les monnaies locales : vers un développement responsable. La transition écologique et solidaire des territoires, Paris, Éditions Rue d'Ulm, col. « Sciences durables », 2018, 128 p., préface de Michel Aglietta, ISBN : 978-2-7288-0583-9.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Pour une présentation synthétique et une mise en perspective des monnaies locales parmi l’ensemble (...)

1Depuis les années 1970, des centaines de monnaies locales ont fait leur apparition dans le monde, souvent face à des situations économiques et sociales dégradées. Depuis la fin des années 2000, ces initiatives se sont multipliées, notamment en France, suscitant un intérêt croissant dans le champ politique, jusqu’à bénéficier d’une reconnaissance juridique claire à travers la loi de 2014 sur l’économie sociale et solidaire. Dans le champ universitaire, « les chercheurs en sciences sociales reconnaissent progressivement l’intérêt de ce nouvel objet de recherche »1 pour leurs disciplines. Or, « malgré leur essor récent, les monnaies locales complémentaires demeurent […] marginales en termes de volume de circulation » (p. 117). Partant de ce constat, ce petit ouvrage écrit à quatre mains permet d’interroger le rôle que ces dispositifs peuvent endosser dans le « développement durable » et la revitalisation des économies locales.

2Face à une situation d’urgence climatique devenue incontestable, Marion Cauvet et Baptiste Perrissin Fabert livrent ici une présentation des différents types de monnaies locales et de leur fonctionnement, puis exposent différentes pistes qui permettraient à ces initiatives de se développer et d’apporter une contribution substantielle à la transition écologique et solidaire. L’objectif pédagogique et militant de l’entreprise est clair, puisque l’on trouvera de nombreux exemples et près d’une vingtaine de figures d’illustration tout au long des 118 pages que compte le texte.

  • 2 Aglietta Michel et Orléan André, La monnaie entre violence et confiance, Paris, Odile Jacob, 2002.
  • 3 Blanc Jérôme, Exclusion et liens financiers : Monnaies sociales, rapport 2005-2006, Paris, Economic (...)
  • 4 Pour une synthèse didactique sur le sujet, voir Dubuisson-Quellier Sophie, La consommation engagée, (...)
  • 5 Le « cap » du million d’unités en circulation a été franchi le 7 octobre 2018 à l’occasion de l’évé (...)

3D’emblée, les auteurs reprennent à leur compte une approche institutionnaliste de la monnaie : celle-ci est définie non seulement par les trois fonctions économiques que lui assigne la théorie classique (unité de compte, moyen de paiement et réserve de valeur), mais aussi et surtout par sa dimension sociale et politique, dans la veine des travaux de Michel Aglietta (qui préface d’ailleurs cet ouvrage) et André Orléan2. En ce sens, la monnaie constitue un « lien social fondamental » dont l’existence repose tout entière sur la confiance que lui accordent ses usagers. Les monnaies complémentaires, ces « dispositifs d’échanges de biens, de services ou de savoirs organisés par et pour des groupes humains de petite taille au moyen de l’établissement d’une monnaie interne »3, ont en commun de viser des objectifs multiples, de nature économique, sociale et environnementale. Elles diffèrent fortement par leurs modes de fonctionnement, ce qui amène les auteurs à proposer une typologie très simple des monnaies locales, classées en deux grandes catégories : les monnaies convertibles et les systèmes de crédit mutuel. Les monnaies convertibles, à la manière du Bristol Pound au Royaume-Uni, sont émises en contrepartie de la monnaie nationale, qui est alors déposée sur un fonds de garantie. Elles permettent une « consommation engagée »4, par la labellisation préalable (sur des critères géographiques et/ou sociaux et écologiques) des commerces et entreprises susceptibles d’accepter les paiements en monnaie locale ; côté Français, c’est l’eusko en Pays basque nord qui incarne avec le plus de vitalité ce modèle : depuis la publication de l’ouvrage, qui mentionne  410 000 euskos en circulation en 2015, la barre symbolique du million d’unités a été franchie, ce qui place l’eusko au premier rang des monnaies locales en Europe5. Les systèmes de crédit mutuel, quant à eux, permettent de créer de la monnaie sans passer par un intermédiaire bancaire. La monnaie est créée ex nihilo par la contraction d’une dette entre deux membres du réseau, dans une unité rattachée (à parité) à la monnaie centrale (comme c’est le cas pour le wir suisse), ou bien dans une unité de temps à la manière des systèmes d’échange local (SEL) utilisés « pour les échanges de services, de biens et de savoirs entre particuliers » (p. 53) ; elle peut aussi être créée en échange de la réalisation d’écogestes (on parle alors de « monnaie verte »), comme c’était le cas dans la ville brésilienne de Curitiba durant les années 1970 : les citoyens qui participaient à la collecte des déchets se voyaient remettre par la municipalité des jetons valables pour l’achat de titres de transports publics, de fournitures scolaires et de denrées alimentaires locales. Pour les auteurs, « ces moyens d’échange alternatifs permettent la création de nouveaux flux économiques entre des ressources inexploitées (dans le cas du curitiba, la sous-utilisation des transports publics) et des besoins non satisfaits (gestion des déchets) » (p. 50).

  • 6 Les données sur le nombre de monnaies locales dans l’hexagone, ainsi que, pour les plus importantes (...)

4Un rapide état des lieux des monnaies locales en France6, des systèmes d’échange local (SEL) aux monnaies locales complémentaires et citoyennes (MLCC) en passant par les accorderies, autorise différents constats : si ces initiatives se multiplient sur le territoire national, elles sont souvent portées par des collectifs militants et ont du mal à étendre leur réseau de circulation au-delà de ces cercles d’interconnaissance, si bien que « la masse monétaire médiane en circulation de chaque monnaie équivaut à 35 000 euros pour environ 300 à 500 adhérents » (p. 58). Dès lors, à quelles conditions les monnaies locales peuvent-elles constituer de véritables catalyseurs de la transition écologique sur un territoire ?

5Afin de répondre à cette question, la seconde partie de l’ouvrage aborde différentes propositions, qui renvoient aux dimensions de la monnaie évoquées en introduction.

  • 7 Si la notion d’externalité n’est pas directement mobilisée par les auteurs, on comprend bien que c’ (...)

6Des propositions de nature économique d’abord : les auteurs se prononcent en faveur de monnaies « hybrides », qui combinent le fonctionnement des monnaies convertibles et celui des systèmes de crédit mutuel de manière à « tisser un réseau économique local complet » et multiplier les ressources disponibles pour le financement de la transition écologique et solidaire. Ainsi, « les monnaies locales hybrides ont la possibilité de dynamiser les économies locales en stimulant la production et la consommation par l’intégration de l’ensemble des acteurs du territoire, producteurs et consommateurs » (p. 65). Les auteurs plaident par ailleurs pour « une proposition d’innovation radicale » consistant à rétribuer en monnaie locale les services qui produisent des externalités positives7 sur le territoire, de façon à valoriser (ou monétiser) leur valeur sociale et/ou environnementale : « à l’échelle d’un territoire, donner une valeur à un service environnemental ne dit pas à quel prix on peut l’acheter mais révèle sa contribution au bien-être collectif » (p. 79).

7Des propositions d’ordre politique ensuite, en faveur d’une réappropriation citoyenne de la monnaie : outre l’intérêt pédagogique des monnaies locales, l’enjeu se situe au niveau de la gouvernance de celles-ci. Comment étendre les réseaux de circulation au-delà des cercles militants, sans pour autant perdre de vue l’identité du projet ? Par une gestion démocratique des monnaies locales, suivant le principe « une personne = une voix » cher à l’économie sociale et permettant aux usagers de s’impliquer véritablement dans la définition des objectifs du dispositif. Mais pour les auteurs, le changement d’échelle qu’ils appellent de leurs vœux ne se fera pas sans un engagement des pouvoirs publics dans la dynamique des monnaies locales, qui pourrait passer par trois leviers : l’usage de la monnaie locale pour les services publics locaux (piscines, transports publics, etc.), pour les dépenses des collectivités (commandes publiques, traitement des fonctionnaires et indemnités des élus locaux, etc.) et pour le règlement des impôts locaux, ce qui demeure interdit en France.

8Les deux auteurs proposent ainsi une analyse résolument confiante dans le potentiel de transformation des monnaies locales, qui « permettent en effet à la fois de donner une “couleur” à l’argent en restreignant sa circulation dans un circuit économique géographiquement limité et responsable, et de relocaliser la création de valeur sur les territoires grâce à l’augmentation de la vitesse de circulation de la monnaie dans le circuit économique local » (p. 117). Il faut cependant préciser que le soutien des pouvoirs publics à des initiatives monétaires très souvent issues de l’espace des mouvements sociaux ne va pas de soi, la monnaie étant « toujours chargée de valeurs, toujours ancrée dans une communauté et dépendante d’un pouvoir souverain » (p. 22). En témoigne le bras de fer ayant opposé, au printemps 2018, l’État français (représenté par le préfet des Pyrénées-Atlantiques) aux élus de la commune de Bayonne sur la question de l’usage de la monnaie locale par la mairie. À ce titre, les interactions entre les pouvoirs publics, à différentes échelles, et les organisations gestionnaires des monnaies locales mériteraient d’être analysées en détail, y compris dans leur dimension conflictuelle.

Inicio de página

Notas

1 Pour une présentation synthétique et une mise en perspective des monnaies locales parmi l’ensemble des dispositifs monétaires « alternatifs », voir Blanc Jérôme, Les monnaies alternatives, Paris, La Découverte, 2018.

2 Aglietta Michel et Orléan André, La monnaie entre violence et confiance, Paris, Odile Jacob, 2002.

3 Blanc Jérôme, Exclusion et liens financiers : Monnaies sociales, rapport 2005-2006, Paris, Economica, 2006.

4 Pour une synthèse didactique sur le sujet, voir Dubuisson-Quellier Sophie, La consommation engagée, Paris, Presses de Sciences Po, 2018, compte rendu de Julien Pongérard pour Lectures disponible en ligne : https://journals.openedition.org/lectures/25111.

5 Le « cap » du million d’unités en circulation a été franchi le 7 octobre 2018 à l’occasion de l’événement Alternatiba organisé à Bayonne, et au terme d’une importante campagne de mobilisation des usagers. Voir en ligne : http://www.euskalmoneta.org/2018/11/07/leusko-premiere-monnaie-locale-deurope/

6 Les données sur le nombre de monnaies locales dans l’hexagone, ainsi que, pour les plus importantes, les chiffres concernant le nombre d’usagers, de professionnels et d’unités en circulation sont datés de fin 2016. Qui s’intéresse aux dynamiques des monnaies locales devra nécessairement les comparer avec des données actualisées qui n’ont sans doute pas encore été centralisées.

7 Si la notion d’externalité n’est pas directement mobilisée par les auteurs, on comprend bien que c’est de cela qu’il s’agit : « cette rétribution en unités de monnaie locale n’a pas vocation à financer l’intégralité du coût d’investissement d’un projet mais seulement la part qui correspond à la valeur du service social ou environnemental rendu et qui est, par définition, non marchand » (p. 74).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Mathilde Fois-Duclerc, « Marion Cauvet, Baptiste Perrissin Fabert, Les monnaies locales : vers un développement responsable. La transition écologique et solidaire des territoires », Lectures [En línea], Reseñas, 2019, Publicado el 10 febrero 2019, consultado el 19 marzo 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/31133

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página