Navigation – Plan du site

Séverine Awenengo Dalberto, Richard Banégas (dir.), « Citoyens de papier en Afrique. Des écritures bureaucratiques de soi en Afrique », Genèses, n° 112, 2018

Gaia Gondino
Citoyens de papier en Afrique
Séverine Awenengo Dalberto, Richard Banégas (dir.), « Citoyens de papier en Afrique. Des écritures bureaucratiques de soi en Afrique », Genèses, n° 112, septembre 2018, 192 p., Paris, Belin, ISBN : 978-2-410-01413-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour approfondir voir Bayart Jean-François, L'État en Afrique.La politique du ventre, Paris, Fayard (...)
  • 2 Un thème qui rejoint celui de l’ouvrage : Jean-Marc Weller, Fabriquer des actes d'État. Une ethnogr (...)

1En s’inscrivant dans une perspective propre aux études classiques sur l’État en Afrique1, le numéro de Genèses « Citoyen de papier en Afrique » exploite la relation entre citoyens et papiers pour offrir un aperçu original sur le fonctionnement au quotidien de la bureaucratie étatique2. Les directeurs de l’ouvrage, Séverine Awenengo Dalberto et Richard Banégas, autant que les auteurs.e.s semblent guidé.e.s par un objectif commun : mettre en cause la relation rigide entre les documents, les pratiques corruptives et les institutions dans les contextes subsahariens. La stratégie proposée consiste à partir de situations socio-historiquement situées afin de construire les outils nécessaires à questionner les rapports entre citoyens et État.

  • 3 Pour approfondir la notion de citoyenneté ordinaire voir Carrel Marion, Neveu Catherine (dir.), Cit (...)
  • 4 Le mot margouillat est le terme courant pour nommer différentes espèces de reptiles, dont le gecko, (...)

2Pour exposer brièvement les contenus de la première partie, il semble tout d’abord intéressant de souligner la présence de trois pôles autour desquels s’articulent les relations prises en considération : les citoyens ou usagers, les papiers et leur dimension matérielle et l’État avec ses fonctionnaires, ses institutions et ses guichets. Le fil rouge entre les textes réside dans l’analyse minutieuse autant des manières avec lesquelles les rapports entre ces trois référents se nouent, que des figures d’intermédiation qui les facilitent et les rendent possibles. Dans le cas présenté par Louise Barré, la pièce d’identité est décrite, dans le contexte ivoirien des années 1950 à 1970, en tant qu’instrument de revendication des droits familiaux. L’état civil se constitue ainsi en tant que terrain de bataille pour les groupes sociaux et les individus qui s’approprient des discours et des pratiques bureaucratiques de manière active, loin d’une réduction des subjectivités en catégories administratives. De façon similaire, l’analyse proposée par Sidy Cissokho sur l’usage des permis de conduire au Sénégal met au centre de la réflexion les rapports ordinaires à l’État. Grâce à un travail ethnographique auprès des chauffeurs de taxi dans les gares routières, l’auteur focalise l’attention sur les représentations et les pratiques qui entourent l’utilisation du permis, afin d’esquisser un complexe portrait de savoirs-faires, représentations et diverses incarnations quotidiennes de l’État. En revanche, l’étude de Laurent Fourchard privilégie une perspective différente en prenant en considération le caractère « incorporé » des papiers d’indigénéité au Nigeria. Dans ce cas, les documents deviennent une preuve tangible d’une politique discriminatoire envers une certaine portion de population, mais en même temps permettent de s’interroger sur la question de la citoyenneté ordinaire dans un contexte si ethniquement diversifié3. Enfin, à travers les figures des « margouillats »4 à Abidjan, Armando Cutolo et Richard Banégas cherchent à rendre compte de la frontière poreuse entre l’institutionnel et le populaire, entre l’univers d’une supposée impersonnalité bureaucratique étatique et celui des relations personnelles soumises à des obligations morales habituelles. Les narrations offertes par ces intermédiaires permettent non seulement d’observer le chevauchement de ces deux mondes, mais aussi d’élaborer une analyse ponctuelle des formes de gouvernementalité des papiers en Côte d’Ivoire et des mécanismes de justification morale de la nationalité.

  • 5 Pour approfondir le rôle des archives, voir Farge Arlette, Foucault Michel (dir.), Le désordre des (...)
  • 6 Dobry Michel, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de Sciences Po, 1986.

3Ce dossier présente des éléments d’évidente originalité : en premier lieu, il propose une approche qui ne considère pas comme allant de soi les mécanismes sous-jacents à la production documentaire, mais, au contraire, en fait l’avant-poste privilégié pour observer les mécanismes de co-construction de l’État autant « par le bas » que « par le haut ». Toutes les contributions partent de l’hypothèse que l’utilisation, la circulation et la matérialité des papiers ne sont pas neutres, mais constituent un véritable lieu du politique où les représentations et l’appartenance à l’imaginaire national sont produites et (re)négociées. En deuxième lieu, grâce à l’outil de l’enquête ethnographique, ce travail parvient à mettre en discussion la relation souvent biunivoque entre production documentaire et corruption. À titre d’exemple, Armando Cutolo et Richard Banégas montrent bien comme les démarcheurs ivoiriens « qui entrent en corruption avec les fonctionnaires du palais de justice sont effectivement partie prenante des normes pratiques de l’État » (p. 82). De même, Sidy Cissoko relève que le phénomène « corruption » se présente « autant comme le produit de l’enchâssement des relations administratives dans un ensemble des normes et des pratiques uniformes, que comme le produit de représentations de l’État socialement situées » (p. 39). Ensuite, il nous semble heuristiquement très relevant d’insister sur le double caractère des procédures bureaucratiques mises en place par les institutions publiques : on voit, d’un côté, que les papiers peuvent assumer un rôle émancipateur et d’activation des nouvelles subjectivités, comme dans le cas présente par Louise Barré, mais que, de l’autre, ils peuvent tout de même représenter les traces matérielles d’une stratégie de contrôle et de régulation, comme le souligne Laurent Fourchard. Notons un dernier point, qui semble peut-être le moins visible, mais qui ouvre des intéressantes pistes de recherche futures : le rôle des papiers dans l’analyse des changements des régimes. Les traces documentaires, qu’il s’agisse de permis de conduire, de papiers d’indigénéité ou de nationalité ou bien d’actes fonciers, des plans d’aménagement urbains ou encore d’actes de naissance, représentent un véritable « terrain de recherche »5 – peu exploré – pour questionner les temporalités des régimes politiques et la fluidité des transitions6.

4En guise de conclusion, il nous semble que les trois parties du numéro dialoguent assez bien entre elles. En conjuguant les différentes composantes du dossier, le public peut bénéficier d’un produit équilibré qui offre aussi l’occasion d’une réflexion méthodologique sur les atouts et les inconvenants de l’approche ethnographique. Notre seul regret est que le dossier ne soit pas plus riche en contributions : il nous semble que quelques textes supplémentaires auraient pu pousser en peu plus loin la réflexion proposée. Ce dossier donne en tout cas forte envie de lire dans l’avenir d’autres approfondissements sur le thème, qui puissent développer les pistes ouvertes dans celui-ci et, ainsi, promouvoir les espaces interdisciplinaires de rencontre entre sciences sociales et histoire.

Haut de page

Notes

1 Pour approfondir voir Bayart Jean-François, L'État en Afrique.La politique du ventre, Paris, Fayard, 2006 et Pezzano Antonio (dir), 2016, « Le pratiche dello stato in Africa : spazi sociali e politici contestati », Afriche e Orienti, n° 2-3, 2016, p. A. XVIII.

2 Un thème qui rejoint celui de l’ouvrage : Jean-Marc Weller, Fabriquer des actes d'État. Une ethnographie du travail bureaucratique, Paris, Économica, coll. « Études sociologiques », 2018 ; compte rendu de Pierre Alayrac pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/30375.

3 Pour approfondir la notion de citoyenneté ordinaire voir Carrel Marion, Neveu Catherine (dir.), Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris, Karthala, coll. « Recherches internationales », 2014 et Cerutti Simona, Étrangers. Étude d'une condition d'incertitude dans une société d'Ancien régime, Montrouge, Bayard, 2012.

4 Le mot margouillat est le terme courant pour nommer différentes espèces de reptiles, dont le gecko, mais dans le jargon ivoirien, il désigne, au sens figuré, les usuriers dont la profession consiste à prêter de l’argent avec des taux de remboursement très élevés.

5 Pour approfondir le rôle des archives, voir Farge Arlette, Foucault Michel (dir.), Le désordre des familles. Lettres de cachet des Archives de la Bastille au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard ; Julliard, 1982.

6 Dobry Michel, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de Sciences Po, 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaia Gondino, « Séverine Awenengo Dalberto, Richard Banégas (dir.), « Citoyens de papier en Afrique. Des écritures bureaucratiques de soi en Afrique », Genèses, n° 112, 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 12 février 2019, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/31177

Haut de page

Rédacteur

Gaia Gondino

Gaia Gondino est doctorante en changement social et politique dans les universités de Turin, de Florence et de Paris Nanterre. Ses intérêts de recherche portent sur l’intermédiation politique dans le contexte nordafricain, spécialement tunisien, les transformations du monde du travail et sur le rôle des archives et des traces documentaires dans le processus de formation des États.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page