Navigation – Plan du site

Emma Aubin-Boltanski, Le corps de la Passion. Expériences religieuses et politiques d’une mystique au Liban

Thomas Witzeling
Le corps de la Passion
Emma Aubin-Boltanski, Le corps de la Passion. Expériences religieuses et politiques d'une mystique au Liban, Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2018, 231 p., ISBN : 978-2-7132-2728-8.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage d’Emma Aubin-Boltanski est le fruit d’une recherche ethnographique au long cours (sept ans), initiée à Beyrouth et à Damas en 2008. L’anthropologue s’est intéressée à cinq femmes chrétiennes, membres d’un réseau de mystiques féminines formé dans les années 1980 entre les grandes villes du Liban et de la Syrie. Très varié sur le plan confessionnel (maronites, grecques catholiques ou arméniennes), ce « réseau marial global » (p. 9) l’est également socialement : il réunit des femmes issues de quartiers défavorisés mais aussi des membres de la moyenne ou grande bourgeoisie. Grâce à Internet, images, messages, visions et prières circulent aisément entre les membres du réseau. De plus, « s’inscrivant dans une longue chaîne de mystiques stigmatisées, [ces femmes] témoignent de l’influence exercée par le dolorisme catholique sur les chrétiens du Proche-Orient » (p. 9).

2La chercheuse suit en particulier le parcours de Catherine Fahmi, une catholique maronite d’une quarantaine d’années habitant avec son mari et ses trois enfants dans le quartier paupérisé de Nabca, à Beyrouth. L’auteure a fait le choix – selon nous justifié – de privilégier une analyse de type « micro », s’intéressant à une personne dans toute son épaisseur biographique. Cela permet de comprendre par la suite le réseau dans sa globalité. Chaque mardi matin, chez elle, entourée d’une foule de fidèles, « Catherine de Nabca », comme on l’appelle, est emportée par une extase durant laquelle elle prête sa voix à la Vierge. À Pâques, lors du Vendredi Saint, elle revit la Passion et reçoit les stigmates du Christ.

  • 1 Emma Aubin-Boltanski, Catherine ou le corps de la Passion, Joun Films / CEIFR-EHESS, 2012.

3Composé de six chapitres, l’ouvrage peut être divisé en deux parties. La première se concentre sur la figure de Catherine, sa biographie, le message qu’elle véhicule, ses rapports avec l’Église, et sur le contexte politique (crucial !). La seconde partie s’attache à décrire et à analyser en détail les dispositifs apparitionnels et visionnaires au centre desquels se trouvent non seulement des corps de chair, mais aussi des corps de plâtre et de papier (statues et images). L’ouvrage est avantageusement enrichi d’une vingtaine d’illustrations en couleurs, dont des captures d’écran du film réalisé par l’auteure en 20121.

4Dans le premier chapitre, l’anthropologue décrit subtilement le haut degré de réflexivité ainsi que « l’impudeur » avec lesquels Catherine dévoile son histoire. Tout comme les saints vivants ou les leaders charismatiques, elle se construit au contact de sa société, et dans le regard de ceux qui l’entourent : « elle en est le reflet, absorbant des attentes et des désirs tout à la fois individuels et collectifs » (p. 35). Au fil du temps, Catherine a, dans une dialectique avec son entourage (prêtres, secrétaires, fidèles), façonné une « narration de soi » qu’elle livre volontiers à ses visiteurs. À huit ans, elle entend une voix intérieure qui la guide, identifiée à l’adolescence comme étant celle de Saint Charbel Makhlouf. Par la suite, son mariage avec un homme de père musulman marque une rupture radicale d’avec sa famille. Il s’agit peut-être d’une clé pour comprendre son identité singulière d’intercesseur. « La vie d’une personne devenant visionnaire, possédée ou voyante aurait été préalablement marquée d’un épisode de crise/rupture préparant l’élection, le statut et la fonction » (p. 40). Dans ce chapitre, la notion de sainteté est également analysée, avec beaucoup de finesse : elle est caractérisée par l’ambivalence et l’indétermination (la sainteté est suggérée, jamais affirmée) ; de plus, le processus de son authentification doit sans cesse être réitéré.

  • 2 Le propos aurait peut-être gagné en clarté si l'opposition entre sacré et profane avait été problém (...)

5Le second chapitre, le plus long avec le chapitre 6, détaille le message délivré par Catherine ainsi que le contexte politique et religieux. En effet, « les itinéraires des mystiques libanaises et syriennes sont étroitement liés aux événements politiques que traversent leurs pays » (p. 53). La vie de Catherine fut profondément marquée par la « guerre d’élimination » que se livrèrent en 1990 les deux principaux leaders de la communauté maronite, Michel Aoun et Samir Geaga. Six ans plus tard, peu de temps après l’opération « Raisins de la colère » menée par Israël, la mystique rendit publique sa « grâce », ce qui témoignerait d’un « déplacement de l’expression politique dans l’univers domestique et féminin » (p. 53). Quelques belles lignes suivent sur l’espace domestique hybride de Catherine, mi-public et mi-privé, mi-sacré et mi-profane2, qu’Emma Aubin-Boltanski compare fort à propos aux « églises de maison » (oikos) au temps du christianisme primitif (p. 55).

  • 3 Foucault Michel, « Leçon du 1er mars 1978 », in Sécurité, territoire, population. Cours au Collège (...)

6Le troisième chapitre décrit les relations que Catherine entretient avec les différents représentants de l’Église. On rappelle qu’au Liban, « où le jeu politique reste régi par le confessionnalisme » (p. 22), l’institution religieuse exerce encore une autorité importante. « Loin de constituer un corps homogène, l’institution est traversée par divers courants (libéraux, charismatiques, traditionalistes) dont les tenants adoptent, à l’égard de [Catherine], des postures très contrastées allant de l’hostilité la plus ouverte à l’allégeance la plus complète » (p. 22). L’anthropologue mobilise ensuite de manière très éclairante la notion foucaldienne de « contre-conduite ». Les cinq thèmes repérés par le philosophe au Moyen Âge3 se retrouvent ainsi chez Catherine : ascétisme, formation d’une communauté, mystique, retour à l’Écriture et croyances eschatologiques. « [C]es formes diffuses de résistance ont ceci de paradoxal qu’elles remettent en cause le pouvoir pastoral, sa structure et son rôle de médiation tout en lui étant intrinsèquement liées et en contribuant pleinement, de l’intérieur, à son maintien et à son évolution » (p. 94) ! S’ensuit une description des « couples clercs-mystiques », formés par la femme mystique et son directeur spirituel, un homme souvent doté d’un statut officiel au sein de l’Église. Le chapitre se termine avec le portrait in situ de six de ces hommes (dont deux laïcs), qui exercent chacun une fonction dans l’entourage de Catherine.

  • 4 Piette Albert, Le fait religieux. Une théorie de la religion ordinaire, Paris, Économica, coll. « É (...)

7Le rôle essentiel joué par les images chez les mystiques de Beyrouth et de Damas constitue l’objet du quatrième chapitre. « Les fidèles attribuent [à ces images] une agentivité et une intériorité : comme s’il s’agissait de personnes, ils interagissent avec elles, […] leur adressent des prières, les caressent, les embrassent, dans l’attente d’une “réponse”, un signe manifestant une “présence” efficace ici et maintenant » (p. 121). La particularité de ces images icônes est d’être des « choses changeantes » : impossible dès lors de les enfermer dans des catégories précises. « L’attitude du dévot […] à l’égard de cet “objet-personne” censé manifester la présence de la Vierge n’est ni complète acceptation ni rejet total. Se situant dans l’entre-deux si bien décrit par Albert Piette4, elle est marquée par un mouvement sans cesse oscillatoire de va-et-vient, de doute et d’hésitation » (p. 123). L’auteure retrace ensuite minutieusement la trajectoire singulière de l’image de Notre-Dame de Soufanieh (p. 127-143).

  • 5 Ce qui avait déjà fait l’objet d’un article : Aubin-Boltanski Emma, « Un corps qui fait images : Le (...)

8Dans les deux derniers chapitres, Emma Aubin-Boltanski détaille le rituel hebdomadaire au cours duquel Catherine, en extase, prête corps et parole à la Vierge, ainsi que celui de la « crucifixion » (insilâb), qui voit la mystique revivre le mythe de la Passion et recevoir les cinq blessures du Christ5. On dit des fidèles qui se rendent chez Catherine qu’ils « visitent la grâce », sa maison étant elle-même appelée la maison de la grâce. Mais qu’est-ce au juste que la grâce ? « Les réponses à cette question sont d’une infinie variété : un son, une voix, la vision d’un halo lumineux, une image qui au toucher se révèle visqueuse, une odeur de rose, le goût de l’encens. Il s’agit à chaque fois de projections de significations » (p. 148). Modernité oblige, les fidèles utilisent intensivement leur smartphone pour filmer et photographier, y compris en mode « selfie ». « Dans son face-à-face avec les images, Catherine se transforme elle-même en image. Son corps est dès lors traité comme une “icône”, comme le lieu d’une présence sacrée puissante et agissante » (p. 154).

9L’auteure remarque que le rituel public de l’insilâb, qui attire une foule nombreuse très variée sur le plan social et confessionnel, est révélateur « de l’existence, au Liban, d’une “niche sociologique” favorable à l’épanouissement d’un mysticisme conférant une place à l’extraordinaire dans l’espace-temps quotidien d’une famille, d’un quartier et d’une communauté » (p. 170).

  • 6 S’inspirant des travaux d’Élisabeth Claverie et d’Albert Piette, l’auteure a « fait le choix […] de (...)

10Avec cet ouvrage, Emma Aubin-Boltanski réalise à notre sens un tour de force, ceci pour au moins cinq raisons. Tout d’abord, elle a pu suivre un groupe précisément durant les années où celui-ci s’agrégeait autour de la mystique et se structurait progressivement – ceux qui pratiquent l’ethnographie savent ce que cela représente en recherches et en travail en amont. En second lieu, elle sait donner à des phénomènes qui défient l’entendement (stigmates, messages délivrés par la Vierge, etc.) un statut analytique et ethnographique adéquat, ce qui lui permet de décrire la place que ces phénomènes occupent au sein des interactions6. Ensuite, la richesse et l’épaisseur de l’ethnographie (notamment des extraits de son journal de terrain), alliée à une belle écriture limpide, offrent au lecteur une bonne intelligence des scènes décrites. Notons encore les conditions difficiles rencontrées par l’auteure : des appartements parfois trop petits ne lui offrant aucune possibilité de retrait, une « culture panique » du religieux (hurlements de la mystique, plaies saignantes sur son front et ses mains, pleurs de l’assistance) qui par moments menaçait d’impliquer la chercheuse malgré elle dans le dispositif. Et, pour finir, saluons la documentation historique très fouillée et toujours pertinente, qui permet de saisir pleinement la dimension diachronique de l’expérience mystique (à la différence peut-être de certains travaux en sociologie des religions qui portent sur les « nouvelles spiritualités »).

Haut de page

Notes

1 Emma Aubin-Boltanski, Catherine ou le corps de la Passion, Joun Films / CEIFR-EHESS, 2012.

2 Le propos aurait peut-être gagné en clarté si l'opposition entre sacré et profane avait été problématisée. Voir notamment Borgeaud Philippe, « Le couple sacré/profane. Genèse et fortune d'un concept "opératoire" en histoire des religions », Revue de l'histoire des religions, vol. 211, n° 4, 1994, p. 387-418.

3 Foucault Michel, « Leçon du 1er mars 1978 », in Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, EHESS-Gallimard-Seuil, coll. « Hautes Études », 2004, p. 195-232.

4 Piette Albert, Le fait religieux. Une théorie de la religion ordinaire, Paris, Économica, coll. « Études sociologiques », 2003, p. 75-82.

5 Ce qui avait déjà fait l’objet d’un article : Aubin-Boltanski Emma, « Un corps qui fait images : Le rituel de la crucifixion (Liban) », Social Compass, vol. 63, n° 2, 2016, p. 213-233.

6 S’inspirant des travaux d’Élisabeth Claverie et d’Albert Piette, l’auteure a « fait le choix […] de donner “heuristiquement crédit” aux acteurs rencontrés sur le terrain lorsque, pour de “bonnes raisons”, ils affirment être en présence d’êtres divins et/ou surnaturels » (p. 11).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Witzeling, « Emma Aubin-Boltanski, Le corps de la Passion. Expériences religieuses et politiques d’une mystique au Liban », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 13 février 2019, consulté le 26 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/31242

Haut de page

Rédacteur

Thomas Witzeling

Doctorant à l’Institut d’histoire et anthropologie des religions (IHAR) de l’université de Lausanne (Suisse), et membre du comité du Programme doctoral d’histoire et sciences des religions (PDHSR).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page