Navigation – Plan du site

Marc Joly, Pour Bourdieu

Kevin Toffel
Pour Bourdieu
Marc Joly, Pour Bourdieu, Paris, CNRS, 2018, 416 p., ISBN : 978-2-271-11867-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fabiani Jean-Louis, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque, Paris, Seuil, 2016.

1On ne compte plus les ouvrages consacrés à la sociologie de Pierre Bourdieu, ni ceux dans lesquels les auteurs se sont essayés avec plus ou moins de sérieux à situer la position du sociologue dans le champ des sciences sociales d’hier et d’aujourd’hui. Le livre de Marc Joly, au vu de sa qualité, mérite une place de choix dans cette littérature. Véritable essai scientifique, ce livre est certes une réponse à celui de Jean-Louis Fabiani1, mais c’est surtout d’un livre projet qu’il s’agit, un livre « pour Bourdieu et le type de sociologie qu’il a essayé de promouvoir » (p. 9). Démonstration empirique à l’appui, Joly s’y fixe but de « rappeler les principes et valeurs de base du métier de sociologue » (p. 22) ; tant et si bien que Pour Bourdieu aurait pu s’intituler Pour la sociologie. Si l’ouvrage de Fabiani en est l’occasion et en constitue le fil rouge, seule une des trois parties du livre y est véritablement consacrée. Autrement plus vaste, l’entreprise de Joly est celle d’une sociologie de la réception intellectuelle du livre de Fabiani.

2Pour expliquer le succès de Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque auprès d’une « certaine élite culturelle française » (p. 18), Joly commence par analyser les « sources intellectuelles » (p. 25) de la sociologie de Bourdieu. Pensées au prisme d’un champ des possibles toujours structuré par un ordre du pensable, les origines inséparablement épistémologiques, théoriques et pratiques du programme de recherche bourdieusien sont restituées à l’aune de leurs conditions sociales d’émergence. C’est partant des prises de position de Bourdieu et de ceux qui ont travaillé avec, à côté, ou contre lui – puis retraçant leurs fondements dans les positions et les habitus qui les sous-tendent – que Joly propose de « Comprendre Bourdieu » (titre de la première partie). Pour ce faire, de nombreuses archives, privées comme institutionnelles, et une analyse attentive de la littérature secondaire, couplés à l’érudition de l’auteur, permettent de resituer les enjeux à la fois scientifiques et institutionnels du champ intellectuel français dès l’après-guerre.

  • 2 Voir Bourdieu Pierre (dir.), La Misère du monde, Paris, Seuil, 1993.
  • 3 Bourdieu Pierre, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’Agir, 2004.

3Comprendre Bourdieu ne se limite pas à saisir les conditions de son émergence mais aussi celles de sa réception. Et on sera ici plus réservé quant à quelques pans de l’analyse de Joly, notamment sur l’hypothèse de la « misère de position »2 qui conduit à certains discrédits de Bourdieu. On s’étonne en particulier de son analyse d’un exemplaire d’Esquisse pour une auto-analyse3 annoté par Claude Dubar. Considérant ces annotations comme « une manifestation “privée” (une manifestation d’humeur) du caractère systématique et répété des attaques que Bourdieu et son groupe ont dû subir sur un terrain “moral” » (p. 93), et les rapportant à la position de leur auteur, la brève analyse à laquelle se livre Joly nous semble problématique pour deux raisons au moins. D’abord, s’il s’agit d’un matériel empirique, ces quelques traces restent maigres pour tirer la conclusion suivante : Dubar était jaloux. Mais on regrettera aussi que Joly, dont l’ouvrage fait l’éloge de la sociologie, emprunte sur ce point ses arguments essentiellement au registre psychanalytique. C’est l’un des rares moments du livre où la « démonstration » ne convainc pas.

4Intitulée « Critique d’un lector », la deuxième partie est à la fois le pivot dont l’articulation du livre dépend, et son origine : répondre. En partant de la discussion menée par Fabiani autour de la triade champ-habitus-capital, Joly rappelle la genèse et l’esprit, simultanément théorique et pratique, dans lequel cette boîte à outils a été forgée. C’est ici à un travail minutieux et méthodique d’enquête sur les lectures de Fabiani que Joly s’est attelé – de ses lectures, et de ses omissions… Rappelant la « liberté sous contrôle » (p. 107) qui est celle du chercheur au moment de mener l’enquête, Joly revient sur les obligations tant relatives à l’objet qu’à la tradition disciplinaire dans laquelle s’inscrit une telle entreprise. La liste qu’il dresse d’auteurs et de travaux soigneusement évités par Fabiani est à cet égard stupéfiante, et ce d’autant plus si l’on désire, comme l’affirme Fabiani dans son livre, mener une rigoureuse analyse de l’homme et de ses concepts. « On ne le répétera pas assez : sur Bourdieu, comme sur n’importe quel objet, on peut dire beaucoup de choses, on peut jeter quelque lumière […]. Il suffit, pour cela, de procéder avec méthode, de réunir, d’ordonner et de recouper le plus grand nombre possible de témoignages et d’informations » (p. 112-113). Et c’est bien cette méthode qui permet à Joly de montrer que Bourdieu n’était ni structuraliste, ni héroïque, ceci en restituant l’origine de ses concepts. En outre, pour lui : le champ étant le fruit d’une abstraction de la réalité, un outil de modélisation du monde, la question même de sa disparition est inepte ; l’habitus n’est pas synonyme de socialisation, mais renvoie tant à l’incorporation qu’à la mise en pratique de schèmes de pensée et d’action qui, fruits d’enjeux de pouvoir spécifiques, ne peuvent se saisir qu’à l’aide d’une théorie sociologique intégrée ; et discuter avec sérieux la prétendue propagation tous azimuts du concept de capital nécessite de s’armer des recherches menées sur la question.

  • 4 Voir Bourdieu Pierre, Méditation pascaliennes, Paris, Seuil, 1997.
  • 5 Voir Bourdieu Pierre, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 67-78 (« Comment (...)

5À la lumière du travail de Joly, il est manifeste que la théorie n’a de sens que si elle opère dialectiquement avec des pratiques de recherche. Empiriste à l’encontre d’un Fabiani lector hors-sol qu’il met à l’examen des faits, c’est toute la sociologie que Joly engage pour mener une « critique de la raison scolastique »4 – rappelant que cette science permet de comprendre des phénomènes que l’apesanteur constitutive de « l’idéologie professionnelle des intellectuels »5 interdit au philosophe.

  • 6 Elle-même divisée entre d’un côté la nouvelle sociologie du sujet émergeant dans les années 1980 au (...)
  • 7 Bien que cette opposition d’ordre typologique entre les disciplines repose sur des éléments avérés, (...)
  • 8 Voir Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude et Passeron Jean-Claude, Le Métier de sociologue, Par (...)

6Consacrée à une réflexion quant au statut épistémologique de la sociologie, la dernière partie sur « L’ambition sociologique » (titre de la troisième partie) est notamment vouée au dévoilement de quelques raisons pour lesquelles le projet sociologique de Bourdieu a pu être taxé de réductionnisme à maintes reprises. Joly s’y attèle à saisir les sciences sociales comme un champ de luttes mettant aux prises l’histoire, la philosophie et la sociologie6. Dans cette arène, la philosophie et l’histoire, considérées par l’auteur comme des alliées objectives dans le champ intellectuel, s’opposent à la sociologie, à la fois moins libre, et d’autant plus critique de l’ordre social qu’elle est capable de saisir et d’objectiver les conditions mêmes de sa construction7. Partant de cet espace conflictuel, Joly nous conduit ensuite habilement à la mise en lumière de quelques contradictions d’un régime épistémologique passeronien d’ascendance wébérienne qui préfigurerait, selon Fabiani, la fin du prétendu naturalisme d’un « métier de sociologue »8 marqué par un esprit durkheimien. Enfin, Joly discute des finalités selon lui éminemment idéologiques – donc scientifiquement pauvres – qui sont celles d’une « “philosophie des sciences sociales” » (p. 281) portée par des philosophes comme Bruno Karsenti, en mal d’une position dominante qui leur fait désormais défaut.

7Rendre compte des déterminants théoriques, épistémologiques et institutionnels – en un mot sociaux – qui ont permis à l’ouvrage de Fabiani de rencontrer l’accueil favorable d’une « certaine élite culturelle française », telle est la démonstration de Joly. Examinant les raisons motrices des chercheurs qui ont pris Bourdieu pour cible, c’est Fabiani qui est rudoyé, de même que Luc Boltanski, Bernard Lahire, Cyril Lemieux, Paul Veyne, et bien d’autres ; des chercheurs dont les prises de positions sont examinées dans l’optique d’une discussion sérieuse, mais portée par un ton souvent corrosif. Le sociologue des sciences est brillant dans sa déconstruction scrupuleuse du Pierre Bourdieu de Fabiani. Reste que son irritation à l’encontre de certains collègues l’empêche parfois de les objectiver pleinement. Et l’auteur l’assume à demi-mot : Pour Bourdieu est, dit-il, marqué par « son aspect “engagé”, son allure de “manifeste” » (p. 312). On sent effectivement poindre sous la plume fréquemment agacée de Joly une tension entre la morale relative à l’objectivation et la tendance aux critiques bénévoles. Il n’en reste pas moins que sincère, méticuleux, conséquent, et adossé à un impressionnant appareil de notes, Pour Bourdieu n’est pas seulement convaincant, mais surtout salutaire pour la sociologie.

8Au fond, et on terminera ainsi ce rapide compte rendu d’un ouvrage qui mériterait bien davantage : un intérêt non négligeable de Pour Bourdieu est d’interroger indirectement le lecteur sur ce qu’hériter veut dire. Pour saisir l’ouvrage de Joly dans tout ce qu’il révèle, il faudrait situer son auteur, l’analyse à laquelle il se livre et ceux qu’il convoque pour ce faire – ceci par rapport à Fabiani, son analyse, et ceux sur lesquels elle s’appuie – dans l’espace des sciences sociales (françaises). En ressortiraient nombre d’oppositions entre les deux chercheurs et leurs lectures de Bourdieu, oppositions dont on soupçonne l’homologie avec les positions occupées et leurs prises de position respectives. Tout porte d’ailleurs à croire que Fabiani comme Joly ont cela à l’esprit : si le Pierre Bourdieu du premier « possède le statut de prise de position collective » (p. 143), nul doute que le Pour Bourdieu du second porte la voix d’une fraction concurrente.

Haut de page

Notes

1 Fabiani Jean-Louis, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque, Paris, Seuil, 2016.

2 Voir Bourdieu Pierre (dir.), La Misère du monde, Paris, Seuil, 1993.

3 Bourdieu Pierre, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’Agir, 2004.

4 Voir Bourdieu Pierre, Méditation pascaliennes, Paris, Seuil, 1997.

5 Voir Bourdieu Pierre, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 67-78 (« Comment libérer les intellectuels libres ? »).

6 Elle-même divisée entre d’un côté la nouvelle sociologie du sujet émergeant dans les années 1980 autour notamment de Laurent Thévenot et Luc Boltanski, et de l’autre la sociologie bourdieusienne.

7 Bien que cette opposition d’ordre typologique entre les disciplines repose sur des éléments avérés, elle manque parfois de nuance sous la plume de Joly. Les disciplines étant elles-mêmes des espaces de différenciation au sein desquels cohabitent des épistémologies extrêmement diverses, certains historiens – alors hétérodoxes ? – semblent par exemple plus proches du travail des sociologues que de celui de leurs pairs.

8 Voir Bourdieu Pierre, Chamboredon Jean-Claude et Passeron Jean-Claude, Le Métier de sociologue, Paris, Mouton de Gruyter, 1968.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kevin Toffel, « Marc Joly, Pour Bourdieu », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 16 février 2019, consulté le 26 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/31395

Haut de page

Rédacteur

Kevin Toffel

Docteur en sciences sociales et enseignant-chercheur à la HESAV.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page