Navigation – Plan du site

Xavier Molénat, Nicolas Journet, Frédéric Gros, Jean-François Dortier, L'individu contemporain. Regards sociologiques

Clémence Bosselut
L'individu contemporain
Xavier Molénat (dir.), L'individu contemporain. Regards sociologiques, Sciences Humaines Editions, 2006, 345 p., EAN : 9782912601384.
Haut de page

Texte intégral

1Jugements désenchantés ou alarmistes sur le narcissisme, l'égoïsme et l'hédonisme de l'individu contemporain, inquiétudes face à un individu « incertain », « insaisissable », affirmations d'une nouvelle « invention de soi », proclamations d'un individu autonome et réflexif, en réseau... Si l'opposition classique entre structures sociales et individu semble dépassée, s'il est acquis pour les auteurs que « l'autonomisation croissante des individus ne signifie pas moins de société » (p. 2), le débat sur la définition des individus et des relations entre individus et société n'en reste pas moins vif. Des journalistes scientifiques du magazine Sciences Humaines et vingt-huit auteurs dont de très grands spécialistes (essentiellement sociologues mais pas exclusivement) sont mobilisés dans cet ouvrage, au fil d'une quarantaine de textes inédits et d'articles actualisés parus initialement dans le magazine. L'ouvrage ne vise pas à trancher parmi ces différentes théories et propositions d'interprétation de la modernité de l'individu, mais plutôt à mettre en évidence « quelques profils existentiels bien différenciés entre lesquels nos vies ne cessent d'osciller » (p. 11).

2Nous ne nous hasarderons pas à prétendre résumer la diversité de l'ouvrage, dont l'intérêt est justement d'ouvrir des pistes de réflexions et de lecture. Nous nous bornerons donc à un rapide survol des thématiques abordées : une première partie, qui se veut la plus historique, retrace la naissance de l'individu contemporain et s'interroge sur la spécificité de notre époque quant aux formes que prend l'individualité contemporaine et aux conséquences que cela entraîne sur le regard sociologique. Elle montre en particulier comment des « efforts conceptuels et méthodologiques » ont été entrepris pour « ne pas réduire les être singuliers à de simples épigones de la structure sociale », par des articles sur les histoires de vie et le journal intime par exemple.

3La deuxième partie met l'individu face aux mutations sociales contemporaines. Les individus contemporains évoluent dans une société qui apparaît tour à tour exigeante, complexe et inquiétante et sont confrontés selon les auteurs à une « seconde modernité », une « hypermodernité », une « modernité liquide », une « modernité réflexive » ou à la « société de l'incertitude » ou du « risque ». Loin d'être simplement une querelle sémantique ou une recherche de l'hyperbole, la tentative d'une description de la société pose aussi la question des outils intellectuels qui permettent de la comprendre (p. 108). C'est ce qu'ont tenté de faire plusieurs auteurs depuis une quinzaine d'années.

4La troisième partie de l'ouvrage rassemble des articles sur la sphère de l'intime et des relations électives de l'individu. Les frontières entre vie publique et vie privée se délitent au sein des familles et sur le petit écran, le fantasme du contrôle absolu de la relation émerge, les nouvelles technologies semblent à la fois désincarner et stimuler les rapports sociaux et servir de support à la construction identitaire. Comment la sociabilité, les formes de communication, le lien social, la famille et les relations amoureuses évoluent-elles dans ce contexte ?

5La quatrième partie enfin s'interroge sur « l'individu(alisme) en actes », autrement dit sur les conséquences de l'individualisme sur les pratiques sociales : si les institutions semblent moins fortes à cause de l'individualisation des pratiques, elles ne disparaissent pas, elles se recomposent et se transforment. Ainsi, les pratiques militantes s'individualisent mais ne disparaissent pas, les cadres religieux explosent mais le sentiment religieux reste très fort. Le rapport au corps, les goûts culturels et l'essor du « psychomarché », autrement dit de la sphère du développement personnel, témoignent également des évolutions des pratiques sociales. L'ouvrage s'achève par une série d'articles sur les organisations et le monde de l'entreprise : le travail sur soi et l'autonomie y sont encouragées mais cela ne signifie pas pour autant la fin de la domination ou des modèles de pouvoir, au contraire. Les ambiguïtés de l'avènement du « développement personnel » et de la responsabilisation individuelle au sein de l'entreprise sont ainsi mises en exergue par plusieurs des auteurs.

6Cet ouvrage témoigne d'un bon effort de vulgarisation, il est bien composé et permet d'acquérir rapidement et facilement un aperçu de la grande diversité des débats contemporains sur toutes ces questions : les textes, qui prennent la forme d'entretiens, d'articles conceptuels et théoriques ou de bilan d'enquêtes empiriques en partie tirés du magazine, sont brefs, clairs, bien structurés, introduits et remis dans le contexte du débat global. De plus, les outils (une bibliographie sélective commentée, de brèves biographies des auteurs des textes, des pages « points de repères » et des encadrés sur des thèmes précis au fil du texte) qui accompagnent les textes sont pertinents. La structure de l'ouvrage qui s'apparente presque à un manuel permet de ne pas le lire de façon cursive, ce qui peut sembler préférable pour éviter l'effet de redondance et de saturation des discours. Peut-être aurait-il parfois été intéressant pour donner plus de reliefs aux différences de points de vue et de perceptions de l'individu qui sous-tendent les discours, de faire dialoguer des auteurs lors d'un entretien, plutôt que de les interroger seuls ? L'ensemble constitue donc une bonne introduction à la richesse, la diversité et la complexité du sujet et est une invitation à approfondir la multitude des pistes de réflexion proposées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Bosselut, « Xavier Molénat, Nicolas Journet, Frédéric Gros, Jean-François Dortier, L'individu contemporain. Regards sociologiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 19 octobre 2006, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/314

Haut de page

Rédacteur

Clémence Bosselut

Doctorante en sociologie au sein de l'Équipe de Recherche sur les Inégalités Sociales (ERIS) du Centre Maurice Halbwachs.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page