Navegación – Mapa del sitio

Manuel Cervera-Marzal, Post-vérité. Pourquoi il faut s’en réjouir

Jean Bernatchez
Post-vérité. Pourquoi il faut s'en réjouir
Manuel Cervera-Marzal, Post-vérité. Pourquoi il faut s'en réjouir, Lormont, Le Bord de l'eau, col. « Bibliothèque du Mauss », 2019, 122 p., ISBN : 9782356876171.
Inicio de página

Texto completo

1Cet essai sociologique et philosophique soutient une thèse étonnante : la post-vérité et le populisme ne seraient pas des menaces pour la démocratie, mais rendraient plutôt possible sa régénération. « Cette défense du mensonge est si éloignée du sens commun que le lecteur pourrait y voir de l’ironie. Il n’en est rien » (p. 7). Le mensonge serait même la condition de l’action politique, prétend Manuel Cervera-Marzal. Le concept de post-vérité, consacré mot de l’année 2016 par le Dictionnaire d’Oxford, est ainsi défini dans ses pages et dans celles de l’essai : « des circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d’influence pour modeler l’opinion publique que les appels à l’émotion et aux opinions personnelles » (p. 34-35). Le livre est publié aux éditions Le Bord de l’eau dans La Bibliothèque du Mauss (Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales), une collection qui propose de « regarder la société et l’existence humaine avec d’autres lunettes que celles que nous offrent l’économisme et l’utilitarisme ambiants » (p. 6). L’essai est organisé en 45 courts chapitres.

2L’auteur puise ses arguments dans un vaste corpus d’écrits où certains penseurs se démarquent : Hannah Arendt, Cornelius Castoriadis, Michel Foucault et Friedrich Nietzsche, entre autres. De Hannah Arendt1, il retient comme postulat cet argument clé qui écarte la « stupide opposition » entre les faits et les opinions : « les faits sont la matière des opinions, et les opinions, inspirées par différents intérêts et différentes passions, peuvent différer largement et demeurer légitimes aussi longtemps qu’elles respectent la vérité de fait » (p. 35). Ce sont les faits qui sont objets de débat, soutient-elle, et cela rend possible la liberté d’opinion. L’auteur est aussi attentif aux arguments de Chantal Mouffe et d’Ernesto Laclau sur le populisme de gauche, source d’inspiration de La France insoumise, mais avec certaines réserves : « Mouffe et Laclau proposent une ontologie politique sophistiquée, originale et convaincante. […] Pourtant – c’est là le paradoxe – Mouffe et Laclau adoptent une théorie de la démocratie sommaire, convenue et insatisfaisante » (p. 84).

3Manuel Cervera-Marzal soutient une autre thèse forte : la science politique est une escroquerie ! On devine cette fois une pointe d’ironie dans ce jugement sans appel puisque lui-même est docteur en science politique de l’Université libre de Bruxelles et de l’Université Paris-Diderot. Le politiste (comme il se définit) confesse ressentir une frustration suite à ses échecs répétés pour être recruté à l’université : il dit ne pas maîtriser les codes d’entrée de ce milieu. « La science consiste à formuler des lois, à établir des régularités, à dégager des invariants et à prédire les événements. Or la politique est le domaine d’activité humaine qui n’obéit à aucune loi, qui ne cesse de nous surprendre, qui varie sans cesse, qui ne peut faire l’objet d’aucune prédiction » (p. 25). Il donne pour exemples certains événements politiques inattendus : le Brexit en Grande-Bretagne, l’élection de Donald Trump comme président des États-Unis et la défaite de François Fillon aux élections présidentielles en France. « Science politique » est selon lui un oxymore, mais il est acceptable de parler d’« études politiques ».

  • 2 « Les décodeurs du Monde vérifient déclarations, assertions et rumeurs en tous genres ; ils mettent (...)

4L’auteur croit que le mensonge généralisé mène au chaos, mais qu’il en va de même du dogme de la vérité. Emmanuel Kant considère que la vérité est un devoir moral, mais qu’une société qui soumet la politique à un impératif de totale transparence est impensable. « Si la politique interdisait le mensonge, elle s’autodétruirait. C’est pourquoi la politique se contente de sanctionner le mensonge quand il atteint un degré exagéré, ce qui est une façon de reconnaître que, le reste du temps, le mensonge a droit de cité » (p. 13). L’auteur déconstruit le mythe de la neutralité. Il condamne le fact-checking, pratique qui consiste à isoler une affirmation d’une personnalité politique ou médiatique et à la soumettre à une vérification factuelle. Grâce à Decodex2, Le Monde exerce pareil jugement depuis 2017, comme si ce journal pouvait prétendre être au-dessus des autres organes de presse sur le plan de la vérité ; comme s’il était possible que, d’un côté, se retrouvent les partisans d’une idéologie, personnes politiques ou militantes, et de l’autre, des journalistes neutres et objectifs qui ne donnent que dans les faits et la vérité.

5La post-vérité est invoquée quand la population privilégie une option politique qui va à l’encontre de celles préconisées par les médias dominants. Dans cette perspective, Internet est un outil démocratique puisqu’il donne la parole à des personnes qui en étaient auparavant privées, et il permet l’émergence de voix alternatives. En outre, Internet est aussi le canal d’expression des désinformateurs, des complotistes et des trolls de tous genres. Donner la parole à tout le monde comporte son lot de risques, mais la liberté d’expression consiste justement à la liberté de tenir toutes sortes de propos, y compris des faussetés et des ignominies. « Internet n’est qu’un outil, un canal, par lequel peut s’écouler un torrent de boue comme une rivière de diamants » (p. 51). Dans cette perspective, l’auteur estime que « la démocratie est le plus rationnel des régimes politiques (car la délibération produit un surcroît de vérité), de l’autre côté, que la démocratie est le plus risqué des régimes politiques (car on ne sait pas ce qu’il advient lorsque la parole est ouverte à tous) » (p. 56-57).

  • 3 Conjoints dans la vie, la politiste belge Chantal Mouffe et le politiste argentin Ernesto Laclau (d (...)

6Le populisme n’est pas une idéologie, prévient l’auteur, rejoignant en cela la plupart des politistes spécialistes de la question. « Le populisme désigne une conjoncture historique spécifique, et relativement rare, dans laquelle un certain régime politique, en l’occurrence la démocratie libérale, vacille » (p. 74). Son point de vue s’apparente à celui de Chantal Mouffe et d’Ernesto Laclau3 qui, grâce à la promotion du populisme de gauche, tentent de délester le populisme de sa connotation péjorative : « cette tentative est l’une des pistes – politiques et théoriques – les plus stimulantes de ces dernières années » (p. 73). Pour ces deux auteurs, le peuple se définit comme un projet ouvert et indéterminé. Son unité est le fruit d’un travail d’unification qui met l’accent sur un ennemi commun : l’oligarchie. « Le travail des partis politiques n’est donc pas de représenter / refléter un peuple déjà existant mais de construire ce peuple, de fabriquer son unité manquante, de le faire exister en le dotant d’une homogénéité » (p. 77).

  • 4 « Un affect est un état de l’esprit tel qu’une sensation, une émotion, un sentiment, une humeur » ((...)
  • 5 « Militer = exciter », écrit-elle en substance (p. 53). Catherine Dorion, Les luttes fécondes, Mont (...)

7La raison et l’intérêt sont deux dimensions importantes de la vie politique, mais une troisième l’est autant, soutient l’auteur : les affects4. « Mouffe et Laclau – c’est un de leurs principaux mérites – mettent l’accent sur la dimension affective de la vie politique. Un peuple se soude par ses affects, son sentiment d’appartenance à une aventure collective, ce frisson charnel qui parcourt l’épiderme lors des grands épisodes collectifs » (p. 79). Cette idée est développée sous différentes formes par Nicolas Machiavel, Baruch Spinoza et Sigmund Freud, entre autres. Pas de politique sans désir, donc, insiste l’auteur, et il dresse un parallèle entre l’attirance politique et l’attirance sexuelle : « sexe et politique partagent la même texture : séduction, jouissance, pulsions » (p. 80). La nouvelle députée québécoise Catherine Dorion, associée au parti Québec solidaire qui s’inspire de La France insoumise, fait elle aussi ce constat dans un essai politique d’une grande sensibilité où elle invite à libérer le désir en amour et en politique5.

8Cet essai de Manuel Cervera-Marzal est franchement intéressant, considérant le retour des populismes6, frères jumeaux de la post-vérité. La posture de l’auteur est provocante, mais inspirante. Sur le plan du contenu, il assume ses jugements à l’emporte-pièce. « L’essai procède par tâtonnement. Il n’a pas la perfection glacée des disciplines académiques. Il se sait faillible et provisoire » (p. 67). L’auteur estime que cette forme littéraire ne s’adresse pas à tout le monde – d’ailleurs, peu de gens achèteront son livre, concède-t-il – mais à des lecteurs attentifs aux « plis du texte » et à ce qui est écrit entre les lignes. Sur le plan de la forme, l’organisation en courts chapitres rend la lecture conviviale. Ces chapitres sont liés grâce à des transitions habiles. Il ne s’agit pas d’un collage de textes, sauf pour le cas de la lettre que l’auteur adresse aux femmes qui reconnaissent aux hommes la liberté d’importuner7 : cet extrait est en décalage par rapport au reste de livre. Il faut aussi déplorer la présence de quelques coquilles qui ont résisté à l’épreuve de la révision linguistique. Dans l’ensemble cependant, cet ouvrage mérite de trouver son lectorat, constitué de toute personne intéressée à mieux comprendre la vague populiste qui déferle actuellement sur le monde.

Inicio de página

Notas

1 Hannah Arendt, La crise de la culture, Paris, Gallimard, 1972.

2 « Les décodeurs du Monde vérifient déclarations, assertions et rumeurs en tous genres ; ils mettent l’information en forme et la remettent dans son contexte » (https://www.lemonde.fr/verification).

3 Conjoints dans la vie, la politiste belge Chantal Mouffe et le politiste argentin Ernesto Laclau (décédé en 2014) ont de nombreux écrits communs, mais il est possible de retenir les deux titres suivants, révélateurs de leur pensée : Ernesto Laclau, La raison populiste, Paris, Seuil, 2008 ; et Chantal Mouffe, Pour un populisme de gauche, Paris, Albin Michel, 2018.

4 « Un affect est un état de l’esprit tel qu’une sensation, une émotion, un sentiment, une humeur » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Affect). Voir aussi Frédéric Lordon, La société des affects, Paris, Seuil, 2013 ; compte rendu de Yannick Floquet pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/12403.

5 « Militer = exciter », écrit-elle en substance (p. 53). Catherine Dorion, Les luttes fécondes, Montréal, Atelier 10, 2017.

6 Voir Bernard Badie et Dominique Vidal (dir.), Le retour des populismes. L’état du monde 2019, Paris, Éditions La Découverte, 2018.

7 Il critique la lettre d’un collectif de 100 femmes, dont Catherine Deneuve, parue dans la tribune du journal Le Monde en janvier 2018, et qui exprime le rejet d’une certaine forme de féminisme.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Jean Bernatchez, « Manuel Cervera-Marzal, Post-vérité. Pourquoi il faut s’en réjouir », Lectures [En línea], Reseñas, 2019, Publicado el 18 febrero 2019, consultado el 15 noviembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/31446

Inicio de página

Redactor

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, Université du Québec à Rimouski (Canada), Groupe de recherche Apprentissage et socialisation.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página