Navigation – Plan du site

Pierre Martin, Crise mondiale et systèmes partisans

Fabrizio Li Vigni
Crise mondiale et systèmes partisans
Pierre Martin, Crise mondiale et systèmes partisans, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2018, 325 p., ISBN : 978-2-7246-2340-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple : Ogien Albert et Laugier Sandra, Le principe démocratie, Paris, La Découverte, 2014 ; (...)

1« Ce livre traite des systèmes partisans occidentaux, de leur genèse, et de leurs transformations » (p. 7). Ainsi commence le livre du politologue Pierre Martin. Le style clair et direct de ce début ne caractérise pas seulement l’introduction : tout le livre est en effet d’une agilité et d’une linéarité qui facilitent la lecture, malgré la complexité de l’objet traité. Face au bouleversement général des paysages politiques des démocraties représentatives du monde entier depuis 2008, plusieurs ouvrages se proposent de fournir une clé de lecture de ce qui est en train de se passer. Si certains prennent en compte les nouveaux mouvements politiques axés sur l’hyper-démocratie1, d’autres, comme celui de Pierre Martin, se focalisent sur l’évolution des partis politiques. Pourquoi, se demande-t-il, le « club des partis de gouvernement » (p. 146) des démocraties représentatives a-t-il reculé et quelles sont les perspectives d’avenir pour les systèmes politiques de ces pays ? Le livre en question a le mérite de résumer de manière ordonnée et commensurable ces dernières années turbulentes, en fournissant des éléments d’analyse qui, s’ils ne sont ni exhaustifs ni définitifs, sont pertinents et stimulants pour des recherches ultérieures.

2Le terrain d’étude du livre est circonscrit – par souci de cohérence et de comparabilité – aux « pays développés pratiquant des élections libres sans interruption depuis la fin de la seconde guerre mondiale, principalement les pays d’Europe, d’Amérique du Nord (Canada et États-Unis), d’Océanie (Australie et Nouvelle-Zélande) et d’Asie (Israël et Japon) » (p. 8). L’auteur mobilise les données officielles des résultats électoraux, de grands indicateurs macroéconomiques, des sondages, ainsi que des travaux universitaires et journalistiques.

3Pierre Martin dédie l’introduction à l’exposé de son positionnement théorique. Les trois théories qu’il utilise – théorie des clivages, théorie des systèmes-monde et théorie des réalignements – adhèrent, d’après lui, au « paradigme de la complexité » (p. 16-17), attentif aux causalités enchevêtrées, à l’historicité et à l’imprédictibilité intrinsèque des phénomènes sociaux.

4Le premier chapitre du livre aborde la période allant de 1945 à 2008 et analyse quantitativement le déclin des partis de gouvernement de droite et de gauche, visible à partir des années 1970, ainsi que la diminution de la participation électorale et la progression de la volatilité du vote qui accompagne ce phénomène. Jusqu’en 2008, les principaux effets en ont été l’abstention et l’accroissement du vote pour les écologistes et la droite radicale. Il est intéressant de relever ici la classification des familles politiques transnationales que l’auteur propose : « extrême gauche et nouvelle gauche, communistes, socialistes et sociaux-démocrates, centre gauche, libéraux démocrates, écologistes, démocrates radicaux, centre droit, agrariens, démocrates-chrétiens, conservateurs-libéraux, droite radicale (dont l’extrême droite) » (p. 21-22). La famille des « démocrates radicaux » est une catégorie inédite, englobant les nouveaux partis comme le Parti Pirate (Islande, Suède, Allemagne, etc.) et le Mouvement 5 Étoiles italien. Ces partis « se caractérisent par des revendications libertaires, écologistes, de démocratie participative et de réduction des inégalités sociales » (p. 23).

5Le chapitre deux se propose d’analyser les causes du déclin des partis de gouvernement, résumées en quatre points : le recul de la croissance économique, source d’inégalités ; l’accroissement des attentes politiques et économiques des citoyen.ne.s vis-à-vis de la politique dans un contexte consumériste, ce qui est source de frustration ; la révolte antibureaucratique et antifiscale accrue par le néolibéralisme, source d’un refus de l’État ; et la constitution d’une classe politique qui a fait croitre la méfiance des électeur.trice.s vis-à-vis des élu.e.s, définis comme des « professionnels de la politique » ou comme une « caste ».

6Le chapitre trois aborde les autres pays du corpus. Si l’Espagne, la Grèce, Malte et le Portugal « n’ont connu aucun déclin de leurs grands partis de gouvernement jusqu’en 2008 » (p. 81), les pays de l’Europe de l’Est « n’ont pas réussi à développer des systèmes partisans stables avec de grands partis de gouvernement influents et durables » (p. 88-89), ce qui s’est traduit par une abstention accrue ou par le soutien apporté aux figures autoritaires. Les États-Unis et l’Australie représentent une exception, due au verrouillage des deux partis de gouvernement de par la structure institutionnelle de l’élection dans ces pays. Enfin, Canada, Japon et Nouvelle Zélande s’alignent sur les pays de l’Europe occidentale.

  • 2 Pierre Martin cite, en l’occurrence, Aristote et Montesquieu, pour qui l’élection menait inévitable (...)

7Le chapitre quatre propose un pas de côté pour faire une analyse historique et politologique du développement du capitalisme et des démocraties représentatives. Relativement à ces dernières, Pierre Martin propose d’appeler ces régimes politiques des « régimes représentatifs libéraux démocratisés », donc oligarchiques, puisque la démocratie au sens strict se base sur le pouvoir décisionnel effectif du peuple et sur le tirage au sort2.

  • 3 Année de la première crise pétrolière.
  • 4 Stein Rokkan, Seymour M. Lipset, Structures de clivages, systèmes de partis et alignement des élect (...)
  • 5 Qui porte aussi sur la poly-crise post-2008 : crise financière, crise des réfugiés et crise terrori (...)

8Le chapitre cinq aborde les transformations des systèmes partisans occidentaux entre 1945 et 19733, puis entre 1973 et 2008. S’appuyant sur la théorie des clivages de Seymour Lipset et Stein Rokkan4, Pierre Martin illustre ce qu’il appelle la « reconversion partisane », à savoir la capacité des partis de changer de programme et de base électorale si nécessaire. Après une excellente synthèse de ce qu’est le néolibéralisme, l’auteur considère que les anciens clivages qui structuraient l’axe droite-gauche se renouvellent par l’apparition de deux nouveaux clivages : celui opposant identité et cosmopolitisme (qui englobe selon lui la division postnationalisme/souverainisme), et celui – analysé dans le chapitre six5 – opposant altermondialistes et néolibéraux. La thèse forte de l’auteur est que les électeur.trice.s de Bernie Sanders, de Podemos, de Syriza, de Jeremy Corbyn, de la France Insoumise, du Mouvement 5 Étoiles et du Parti Pirate se recoupent : il s’agit surtout des classes moyennes diplômées, plutôt jeunes, déçues et précarisées par la mondialisation, et en partie des classes populaires, qui toutefois restent en général attirées par l’abstention ou par d’autres partis.

  • 6 Au sens de Tainter Joseph, The Collapse of Complex Societies, Cambridge, Cambridge University Press (...)

9Le chapitre sept constitue la conclusion de l’ouvrage et le lieu du bilan et des perspectives. Sans tomber dans des prédictions déterministes, Pierre Martin entrevoit tout d’abord un accroissement de la nouvelle configuration partisane « tripolaire, opposant principalement une droite conservatrice-identitaire, une gauche démocrate-écosocialiste et un centre libéral-mondialisateur (p. 258). Dans le scénario pessimiste, cette reconfiguration peut amener à des gouvernements de plus en plus autoritaires ; dans le scénario optimiste, le système institutionnel est transformé en profondeur pour inclure les revendications écologistes, égalitaires et participatives. En prenant en compte l’effet de la crise environnementale, l’auteur n’exclut toutefois pas la possibilité d’un effondrement6 (lent) des États-Nations. Dans la postface de l’ouvrage, le politologue Hanspeter Kriesi s’attèle à résumer les points de concordance et de divergence qu’il entretien avec Pierre Martin.

10En définitive, on pourrait reprocher à l’auteur de mobiliser relativement peu de variables pour offrir ses analyses et ses thèses, et de dire peu ou rien de certains phénomènes sociétaux comme l’avènement de l’Internet et son rôle dans la demande de participation. Cependant, Pierre Martin assume dès l’introduction les limites de son analyse, ne prétendant pas donner des lectures sociopolitiques que ses variables ne pourraient guère appuyer. De plus, l’analyse est d’ordre macroscopique et axée sur le temps long. Enfin, la pertinence de la relation entre ces variables n’est pas nouvelle, étant plutôt consensuelle dans les arènes scientifique, politique et médiatique. Toujours est-il que ce livre a le mérite d’aborder des phénomènes récents, contradictoires et d’importance capitale, en proposant une mise en cohérence convaincante et stimulante pour des recherches ultérieures.

Haut de page

Notes

1 Par exemple : Ogien Albert et Laugier Sandra, Le principe démocratie, Paris, La Découverte, 2014 ; compte rendu de Rémi Caveng pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/15987.

2 Pierre Martin cite, en l’occurrence, Aristote et Montesquieu, pour qui l’élection menait inévitablement à l’oligarchie. Voir aussi : Gil Delannoi, Le tirage au sort. Comment l’utiliser ?, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Nouveaux débats », 2019. https://journals.openedition.org/lectures/31471

3 Année de la première crise pétrolière.

4 Stein Rokkan, Seymour M. Lipset, Structures de clivages, systèmes de partis et alignement des électeurs. Une introduction, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, 2008.

5 Qui porte aussi sur la poly-crise post-2008 : crise financière, crise des réfugiés et crise terroriste.

6 Au sens de Tainter Joseph, The Collapse of Complex Societies, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrizio Li Vigni, « Pierre Martin, Crise mondiale et systèmes partisans », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 19 février 2019, consulté le 26 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/31531

Haut de page

Rédacteur

Fabrizio Li Vigni

Après avoir obtenu le doctorat en sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales avec une thèse sur les « sciences de la complexité », Fabrizio Li Vigni a commencé à mener des recherches sur les civic tech pour étudier les nouvelles formes de politique telles qu’elles se font en ligne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page