Navigation – Plan du site

Sophie Ponthieux, Le capital social

Muriel Epstein
Le capital social
Sophie Ponthieux, Le capital social, La Découverte, coll. « Repères », 2006, 121 p., EAN : 9782707147493.
Haut de page

Texte intégral

1Difficile de faire l'exégèse d'une exégète et c'est pourtant la seule chose que peut être cet article sur « Le capital social » de Sophie Ponthieux. En effet, l'auteure réalise dans son livre une forme de résumé commenté des œuvres de tous les auteurs ayant travaillé sur le sujet. L'analyse est précise, souvent assez mordante, voire humoristique, et son « capital social » se lit agréablement. Loin d'une « neutralité bienveillante », Sophie Ponthieux a écrit là un livre très politisé... Face à l'entreprise de Robert Putnam, qu'elle qualifie de « croisade pour le capital social », elle répond que ce concept est devenu un « objet à tout faire » servant tout autant à ajuster les équations des économistes, qu'à se défausser de vraies politiques publiques au profit d'une fictive incitation à la création de capital social - ce dernier se réduisant parfois à des visions simplistes, comme cette suggestion d'éteindre la télévision pour rendre les gens plus riches de contacts et en meilleure santé.

2Economiste avant d'être sociologue, Sophie Ponthieux éclaire et explicite les liens entre l'économie et la sociologie, à la fois historiquement et étymologiquement, sur les usages des mots « capital » et « social » dans les deux champs. Le livre recense également un nombre conséquent de définitions du capital social, et souvent de façon quasi exhaustive toutes les définitions des auteurs les plus en vue... On retient alors un foisonnement d'explications sur ce qu'est le capital social. Par exemple : « les diverses sortes de capitaux qu'un individu peut mobiliser du fait de ses relations sociales » (Bourdieu) ; le « sous-ensemble des interactions sociales qui sont durables ou ont des effets durables » (Collier) ; ou encore « les caractéristiques de l'organisation sociale telles que les réseaux, les normes et la confiance, qui facilitent la coordination et la coopérationpour un bénéfice mutuel » (Putnam). Les définitions sont explicitées et lorsqu'un même auteur a donné plusieurs définitions, Sophie Ponthieux prend soin de les citer toutes en même temps. Cela permet tout à la fois de comprendre chaque auteur tout en situant les différences conceptuelles.

3Après une introduction où l'auteure annonce la couleur (montrer la multiplicité du « capital social »), les commentaires se déroulent sur cinq parties, découpées par concepts et par auteurs, avant de conclure qu'elle espère « un usage parcimonieux du concept ». Sa première partie, sur Coleman, le présente comme un fondateur du capital social et introduit son œuvre.

4La seconde partie, essentiellement sur Granovetter, Lin et Burt présente les travaux sur les réseaux sociaux, les « emboîtements », les liens forts et faibles, les trous structuraux.

5La troisième introduit les travaux de Bourdieu et surtout le cadre théorique que ce dernier prenait, notamment le positionnement dans un monde inégalitaire et la difficulté à accéder au capital social contrairement à Coleman qui faisait des liens sociaux une externalité positive.

6C'est dans la quatrième partie de l'ouvrage que Sophie Ponthieux mène sa propre « croisade contre Putnam », où elle présente et égratigne les travaux d'un « médiatisateur » de « capital social à tout faire ». Avec une certaine mesure toutefois, puisqu'elle explique également en quoi les travaux de Putnam ont pu faire progresser la recherche. On peut cependant regretter la place prise par cette destruction en règle. En effet, au delà des usages abusifs qu'elle dénonce, le « capital social », ou plus généralement l'étude de réseaux relationnels, permet bien souvent de mieux comprendre des phénomènes locaux et même si, comme elle l'explique, d'autres facteurs plus ou moins « cachés » agissent tout à la fois sur les capitaux sociaux et financiers, cela n'invalide pas l'intérêt pour ce sujet, central pour la sociologie. La cinquième partie, consacrée à des auteurs qui ont pris la suite de Putnam, insiste sur ce qu'elle appelle « l'inflation du capital social » c'est à dire l'usage « à tout faire » de ce nouveau concept.

7Finalement, malgré une fin qui s'englue un peu, comme le concept, dans la « croisade » et « l'inflation », les trois premières parties de l'ouvrage posent de façon intéressante et structurée tout à la fois une histoire du concept de « capital social » avec ses difficultés et ses limites, et les auteurs qui y ont contribué. L'ouvrage, en ce sens, est conforme à la vocation des « Repères », car effectivement, il pourrait constituer un bon cours introductif sur le capital social ou une synthèse pertinente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Epstein, « Sophie Ponthieux, Le capital social », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 29 octobre 2006, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/316

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page