Navigation – Plan du site
La littérature comme objet social II

La littérature comme objet social II

Mélanges offerts à Denis Saint-Jacques
Marie-Andrée Beaudet, Micheline Cambron, Lucie Robert (dir.), La littérature comme objet social II. Mélanges offerts à Denis Saint-Jacques, Montréal, Nota Bene Editions, coll. « Études culturelles », 2019, 252 p., ISBN : 9782895186342.
Notice publiée le 26 février 2019

Présentation de l'éditeur

L’objectif de ce livre est double. Un peu plus de vingt ans après la tenue à Québec d’un colloque intitulé « La littérature comme objet social », il nous a paru nécessaire de faire le point sur les développements méthodologiques, théoriques et heuristiques déployés ces dernières années par de nouvelles générations de chercheurs qui se réclament diversement d’une tradition qui remonte aux travaux fondateurs de György Lukács et de Lucien Goldmann et qui ont intégré dans leur réflexion les avancées de la sociocritique (depuis Claude Duchet), de l’analyse du discours social (depuis Marc Angenot), de la théorie du champ et de l’institution littéraire (depuis Pierre Bourdieu et Jacques Dubois). Au fil des ans, les recherches se sont développées sur des terrains variés, qui débordent largement la stricte analyse de textes. Elles reflètent ainsi la diversité, la complémentarité et l’intérêt d’une tradition qui n’a cessé de se remettre en question.

Second objectif, lié de très près au premier : nous avons souhaité que cette mise à jour soit l’occasion de souligner l’apport singulier à cette discipline de Denis Saint-Jacques, professeur émérite de l’Université Laval. Les signataires de cet ouvrage ont travaillé avec lui à un titre ou à un autre et savent tous le rôle important qu’il a joué dans le renouvellement des modèles de recherche en études littéraires. La diversité de ses champs d’intérêt l’a conduit à développer des méthodologies issues de différents courants sociologiques et à accueillir des interrogations liées à l’ensemble des pratiques artistiques. Homme d’équipe avant tout, il a su déployer à la fois l’initiative, l’autorité et l’humilité nécessaires au travail collectif. Les textes réunis ici témoignent de cette transmission fondamentale.

Haut de page

Auteurs

Marie-Andrée Beaudet (dir.)

Marie-Andrée Beaudet enseigne au Département des littératures de l'Université Laval. Elle a notamment publié Langue et littérature au Québec (1895-1914) à l'Hexagone. Depuis 2000, en collaboration avec Pierre Nepveu, elle travaille à l'édition de l'oeuvre éparse de Miron.De 2000 à 2012, en collaboration avec Pierre Nepveu, elle a travaillé à l'oeuvre éparse de Gaston Miron. Ils ont signé les éditions de Poèmes épars, d'Un long chemin. Proses 1953-1996 et de L'Avenir dégagé. Entretiens 1959-1993. Elle est également l'auteure de L'Album Miron, paru en 2006.

Micheline Cambron (dir.)

Spécialiste de la littérature québécoise des XIXe et XXe siècles, ses enseignements ont porté sur la littérature québécoise (Anne Hébert, Littérature québécoise du XIXe siècle) et les questions d’épistémologie littéraire (Anthropologie et littérature, Théories et méthodes critiques, Littérature, culture et médias, Questions d’histoire littéraires). Elle a dirigé les séminaires Du populaire et du vernaculaire dans la littérature québécoise (1840-1970), Presse et vie culturelle au Québec, Questions d’histoire littéraire québécoise, L’utopie au Québec et le Séminaire de méthodologie, sans négliger pour autant l’initiation à la lecture littéraire (Études de textes).

Lucie Robert (dir.)

Lucie Robert est une professeure de littérature québécoise. Elle est Professeure titulaire au Département d'études littéraires de l'Université du Québec à Montréal. Ses travaux portent notamment sur l'histoire littéraire, le théâtre et la sociologie de la littérature québécoise

Publications du même auteur

Haut de page