Navigation – Plan du site

Éric Charmes, La revanche des villages. Essai sur la France périurbaine

Aurore Flipo
La revanche des villages
Eric Charmes, La revanche des villages. Essai sur la France périurbaine, Paris, Seuil, coll. « La république des idées », 2019, 105 p., ISBN : 978-2-02-141256-7.
Haut de page

Texte intégral

1Faisant suite à un article éponyme publié en 2017 sur La vie des idées, l’ouvrage d’Éric Charmes, directeur du laboratoire de Recherches Interdisciplinaires Ville Espace Société, propose de revisiter de manière synthétique et critique l’hypothèse d’une France « coupée en deux » entre villes riches et dynamiques d’une part, et campagnes pauvres et délaissées de l’autre. L’essai publié dans la collection « La République des Idées » a vocation à alimenter le débat public, particulièrement à propos, en cette période de « Grand débat national », où la question territoriale est à la fois mise en lumière et assez pauvrement analysée. Avec cet ouvrage, Éric Charmes prolonge et vulgarise la réflexion entamée il y a une dizaine d’années en sciences humaines et sociales sur les transformations du périurbain, en mettant en avant sa diversité sociale et géographique.

  • 1 Ripoll Fabrice, Rivière Jean, « La ville dense comme seul espace légitime ? Analyse critique d'un d (...)

2Bien que la notion de périurbanité soit passée largement dans le débat public, la focale a beaucoup porté sur ses aspects les moins désirables, qu’ils soient péjoratifs ou misérabilistes ; au point de se demander si la seule forme légitime d’habiter serait la ville dense1. Or, le rappelle Éric Charmes, la périurbanité est aussi le fruit d’une utopie, celle de la ville à la campagne, et le dynamisme voire même l’exclusivité de certains de ces espaces dits périurbains témoignent de leur forte attractivité : telle est la « revanche » des villages. Si les ménages du périurbain sont en moyenne plus modestes que les habitants des grandes agglomérations, la périurbanité est loin d’être une simple zone de relégation sociale et spatiale. Pour appuyer son propos, l’ouvrage aborde successivement quatre aspects des relations entre villes et campagnes, conçus comme autant de thèses scientifiques, mais aussi de chantiers politiques : la périurbanité comme urbanisation de la campagne (chapitre 1), l’impact environnemental du périurbain (chapitre 2), les valeurs et les modes d’habiter associés au périurbain (chapitre 3) et enfin la répartition territoriale des pouvoirs (chapitre 4).

  • 2 Voir par exemple Dodier Rodolphe (dir.), Habiter les espace périurbains, Presses Universitaires de (...)
  • 3 Davezies Laurent, Talandier Magali, L’émergence des systèmes productivo-résidentiels. Territoires p (...)
  • 4 Bruneau Ivan, Laferté Gilles, Mischi Julian et Renahy Nicolas, Mondes ruraux et classes sociales, E (...)

3En interrogeant les liens entre villes et campagnes, l’analyse de la périurbanité contribue à interroger les modes d’inscription spatiale des groupes sociaux. Peut-on projeter sur l’espace physique les grandes structures de différenciation de l’espace social ? La tentation est forte de chercher dans des indicateurs universels l’expression de ces différenciations (degrés d’urbanité, d’éloignement des centres, de mobilité...). Cependant, la réalité n’est pas homogène2, et la complication vient aussi du fait que la périurbanité n’est pas une catégorie stable. Un critère de mobilité des actifs est retenu depuis 1996 par l’INSEE (40 % au moins de la population active travaillant hors de la commune de résidence et dans l’aire urbaine) pour définir les espaces périurbains mais, comme l’auteur le rappelle, si les mobilités touristiques et résidentielles étaient prises en compte, la périurbanité serait bien plus étendue3. Elle pose aussi la question de la définition concomitante de la ruralité, également très hétérogène4, et dont le caractère isolé est discutable dans la mesure où nombre de mobilités contemporaines ne correspondent pas à la forme idéaltypique de la pendularité domicile-travail. L’extension de la périurbanité doit donc aussi se comprendre dans le contexte de l’augmentation généralisée de la mobilité, et demanderait sans doute de réinterroger la distinction entre rural et périurbain.

  • 5 Mischi Julian, « L’interconnaissance rurale au prisme de la domination au travail. Cadres et ouvrie (...)

4Si l’auteur ne récuse pas l’existence d’une différenciation sociale entre centre et périphérie, il la modère : finalement, ce ne sont pas tant les campagnes qui concentrent les pauvres, que les villes qui concentrent les hauts revenus. De même, ce ne sont pas tant les villages qui sont peu attractifs, que les centres des petites villes. Si l’on adopte une échelle d’analyse localisée, on constate en effet qu’il existe des formes complexes de ségrégation spatiale dans les espaces non urbains, auxquels les cadres urbains ne sont d’ailleurs pas étrangers5.

  • 6 Par exemple Marchal Hervé et Stébé Jean-Marc, La France périurbaine, Presses Universitaires de Fran (...)

5Pour l’auteur, les campagnes ne doivent cependant leur salut qu’à l’extension de cette influence urbaine. Il demeure que, à temps de parcours égal, les centres des petites villes se vident alors que les lotissements se bâtissent à toute allure. On touche là au cœur de la critique du mode de vie périurbain, qui est souvent présenté comme une hérésie sur le plan environnemental, problématique à laquelle l’auteur consacre le chapitre 2. Éric Charmes rappelle ainsi que toutes mobilités comprises, ce sont bien les habitants des centres des grandes villes qui sont plus mobiles que les périurbains. Il relève également que certaines des solutions concrètes aux problèmes environnementaux émergent de la campagne, que ce soit les circuits courts ou encore l’autonomie énergétique, ainsi que d’autres auteurs l’ont aussi montré6. Pour l’auteur, le problème est davantage qualitatif que quantitatif.

  • 7 Landy Frédéric et Moreau Sophie, « Le droit au village » Justice spatiale / Spatial justice, n°7, 2 (...)
  • 8 Charmes Éric, La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine, PUF, 2011 ; compte-re (...)
  • 9 Voir Rathelot Roland, Safi Mirna, « Local Ethnic Composition and Natives’ and Immigrants’ Geographi (...)
  • 10 Pelletier Willy, Mauger Gérard, Les classes populaires et le FN. Explication de vote, Paris, Le Cro (...)

6La seconde partie de l’ouvrage (chapitres 3 et 4) est plus véritablement de l’ordre de l’essai, puisque l’auteur y développe des propositions visant à résoudre les problèmes posés par l’extension du périurbain. La première repose sur l’idée d’un « droit au village », que l’auteur reprend à F. Landy et S. Moreau7. Ce droit au village emprunte à la fois au droit à la ville de Lefebvre, dans sa dimension participative (un urbanisme par et pour les habitants), et à la philosophie des communs : il s’agit d’un « droit à agir avec ses voisins pour le bien commun » (p. 82) par l’institution d’une communauté politique qui permette de contrecarrer la tendance à la « clubbisation » que l’auteur a développée en détail ailleurs8. Si la proposition est séduisante, on regrettera cependant que la mixité sociale soit discutée à l’appui d’arguments culturels et psychologiques, ainsi réduite au bon (ou mauvais) vouloir des individus. En effet, la recherche sur l’hypothèse d’un white flight a montré que la ségrégation ethnique en France repose en grande partie sur des mécanismes structurels9, tandis que les recherches récentes ont apporté de nombreuses nuances aux clichés associant classes populaires, éloignement des villes, xénophobie et vote FN10.

  • 11 Bouba-Olga Olivier, Grossetti Michel, « La métropolisation, horizon indépassable de la croissance é (...)

7Le second axe de réflexion proposé par Éric Charmes pose une question fondamentale à l’aune de l’actualité, qui est celle de la distribution territoriale des pouvoirs. À la fois trop importantes en termes d’urbanisation, aboutissant à une course à la construction, et « naines » sur le plan administratif et financier, les communes du périurbain semblent condamnées à être dominées par les pôles urbains sous l’influence desquelles elles se trouvent, alimentant le sentiment d’inégalité entre ville et campagne. La rationalisation de la dépense publique en est également l’une des principales responsables, résultant en l’éloignement croissant des services publics, alors que la justification de cette rationalisation par le statut de « locomotive économique » des grandes villes tend à être remise en cause par certains travaux11. L’auteur propose à ce titre de redonner toute sa place à l’échelon des départements, à même d’organiser la répartition des ressources, des pouvoirs et des prérogatives au niveau local.

8En définitive, la revanche dont parle Éric Charmes n’est pas celle d’une campagne qui « gagnerait » sur les villes un combat idéologique sur la définition du bien habiter. Elle est plutôt à comprendre comme la nécessité d’une redéfinition des relations entre ville et campagne, prenant acte à la fois des « opportunités » et des « problèmes » posés par la périurbanisation, plutôt qu’occupant le terrain de la morale. Que l’on partage ou non les pistes proposées par l’auteur, cet ouvrage constitue un support de réflexion à la fois stimulant et très accessible.

Haut de page

Notes

1 Ripoll Fabrice, Rivière Jean, « La ville dense comme seul espace légitime ? Analyse critique d'un discours dominant sur le vote et l'urbain », Les Annales de la recherche urbaine, N°102, 2007, p. 120-130.

2 Voir par exemple Dodier Rodolphe (dir.), Habiter les espace périurbains, Presses Universitaires de Rennes, 2012.

3 Davezies Laurent, Talandier Magali, L’émergence des systèmes productivo-résidentiels. Territoires productifs, territoires résidentiels, quelles interactions ?, La Documentation française, 2014.

4 Bruneau Ivan, Laferté Gilles, Mischi Julian et Renahy Nicolas, Mondes ruraux et classes sociales, Editions de l’EHESS, 2018 ; compte-rendu de Gaspard Sénéchal pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/30157.

5 Mischi Julian, « L’interconnaissance rurale au prisme de la domination au travail. Cadres et ouvriers d’un établissement industriel », in Bruneau Ivan et al., Mondes ruraux et classes sociales, Éditions de l’EHESS, 2018, p. 151-182.

6 Par exemple Marchal Hervé et Stébé Jean-Marc, La France périurbaine, Presses Universitaires de France, 2018 ; compte-rendu de Valentin Potier pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/27507.

7 Landy Frédéric et Moreau Sophie, « Le droit au village » Justice spatiale / Spatial justice, n°7, 2015 [en ligne].

8 Charmes Éric, La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine, PUF, 2011 ; compte-rendu de Gérard Creux pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/5242.

9 Voir Rathelot Roland, Safi Mirna, « Local Ethnic Composition and Natives’ and Immigrants’ Geographic Mobility in France, 1982–1999 », American Sociological Review, Volume 79, n°1, 2014, p. 43-64.

10 Pelletier Willy, Mauger Gérard, Les classes populaires et le FN. Explication de vote, Paris, Le Croquant, 2017 ; compte-rendu de Romain Castellesi pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/22848.

11 Bouba-Olga Olivier, Grossetti Michel, « La métropolisation, horizon indépassable de la croissance économique ? », Revue de l'OFCE, n° 143, 2015, p. 117-144.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Flipo, « Éric Charmes, La revanche des villages. Essai sur la France périurbaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 28 février 2019, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/31890

Haut de page

Rédacteur

Aurore Flipo

Sociologue, chercheure associée à Pacte (Université Grenoble-Alpes) et postdoctorante au LAET (Université de Lyon).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page