Navigation – Plan du site

Introduction à l’édition française de : Branko Milanovic, Inégalités mondiales. Le destin des classes moyennes, les ultra-riches et l’égalité des chances

Marie Duru-Bellat
Inégalités mondiales
Branko Milanovic, Inégalités mondiales. Le destin des classes moyennes, les ultras-riches et l'égalité des chances, Paris, La Découverte, 2019, 288 p., traduit de l'anglais par Baptiste Mylondo, préface de Thomas Piketty, postface de Pascal Combemale et Maxime Gueuder, ISBN : 978-2-348-04249-2.
Haut de page

Notes de la rédaction

Marie Duru-Bellat a rédigé un compte rendu1 de l’ouvrage de Branko Milanovic lors de sa publication en anglais, auquel nous renvoyons les lecteurs et lectrices. Elle nous fait aujourd’hui l’amitié de compléter sa recension par un court texte centré sur l’édition française de l’ouvrage.

Texte intégral

1Publié en 2016 sous le titre Global Inequality. A New Approach for the Age of Globalization, ce livre majeur de l’économiste américain Branko Milanovic vient de sortir en langue française dans la traduction de Baptiste Mylondo. La formule retenue pour le sous-titre, si elle est pertinente, se veut aussi attractive pour les lecteurs français, très familiers du thème de la crise des classes moyennes ou de l’égalité des chances, et de la montée des « super-riches »… Ils ne manqueront pas d’être fascinés par le graphique de la couverture – largement repris dans la presse francophone –, graphique dit de la courbe de l’éléphant, qui illustre tout à la fois l’enrichissement très net qu’ont connu pendant les années 1988-2008 les classes moyennes des pays émergents, l’explosion des revenus des 1% les plus riches des pays riches et enfin la stagnation des classes moyennes des pays de l’OCDE. Il y a donc, comme le souligne Thomas Piketty dans sa préface, du bon – la sortie de la pauvreté d’un nombre considérable de personnes – et du mauvais – l’accroissement des inégalités – dans la mondialisation intense qui a caractérisé cette période.

2Pour autant, notent Pascal Combemale et Maxime Gueuder dans leur postface, il serait faux d’en conclure que, selon un schéma simpliste de vases communicants, « la croissance des pays émergents s’est faite au détriment des classes moyennes occidentales » (p. 260). En effet, ce sont des gains relatifs de revenus que représente cette courbe, c’est-à-dire ce qu’ont gagné les personnes sur la période, et non le niveau absolu de leurs revenus. Or, vu les énormes inégalités de revenus qui existent entre les pays, les classes moyennes des pays dits développés restent bien plus riches que les classes moyennes émergentes des pays pauvres (après impôts, les premières ont un revenu annuel qui se situe entre 5 000 et 10 000 dollars, alors que le revenu annuel des secondes se situe dans la fourchette de 1 000 à 2 000 dollars).

3Alors que les tendances observées par Branko Milanovic jusqu’en 2008 semblent perdurer depuis (note Thomas Piketty), les inégalités mondiales sont plus que jamais à l’ordre du jour, d’autant plus que les pays africains restent en marge de ce mouvement de sortie de la pauvreté, qui est avant tout le fait des pays asiatiques. D’où un certain nombre de suggestions politiques de l’auteur, autant actuelles que polémiques. Ainsi, Branko Milanovic, convaincu qu’il n’y a aucune raison philosophique de ne pas étendre le critère de l’égalité des chances à l’échelle mondiale, suggère que la seule voie pour s’attaquer à l’injustice liée au pays où l’on naît est d’ouvrir bien plus largement les portes des pays riches aux migrants en provenance des pays pauvres. Conscient des résistances à cette idée, l’auteur ajoute – ce qui ne manquera pas de susciter débat – qu’une manière de rendre ces migrations acceptables dans les pays d’accueil est de proposer aux migrants, certes un travail, mais aussi des droits différents de ceux des citoyens desdits pays. Une autre suggestion, très en phase avec des débats politiques d’actualité autour du retour en force des héritiers, est de privilégier une redistribution des dotations (initiales, qu’elles prennent la forme d’un « patrimoine universel » ou d’un accès égalisé à l’éducation) plutôt que des revenus courants.

4Bref, alors que pour l’auteur, s’efforcer de contrer la mondialisation serait une erreur – le protectionnisme freinerait à la fois la croissance des pays avancés et des pays émergents –, de multiples pistes existent pour limiter les inégalités entre pays et en leur sein. Extrêmement clair et convainquant, ce livre qui démonte l’imbrication des phénomènes économiques et des choix politiques devrait susciter bien des débats.

Haut de page

Notes

1 Branko Milanovic, Global Inequality. A New Approach for the Age of Globalization, Cambridge, Harvard University Press, 2016 ; compte rendu de Marie Duru-Bellat pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/22236.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Introduction à l’édition française de : Branko Milanovic, Inégalités mondiales. Le destin des classes moyennes, les ultra-riches et l’égalité des chances », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 04 mars 2019, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/32066

Haut de page

Rédacteur

Marie Duru-Bellat

Sociologue spécialiste des questions d’inégalités sociales et genrées (Observatoire sociologique du changement et IREDU).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page