Navigation – Plan du site

Laurent Besse, Albane Cogné, Ulrike Krampl, Stéphanie Sauget (dir.), Voisiner. Mutations urbaines et construction de la cité du Moyen Âge à nos jours

Juliette Hernu-Bélaud
Voisiner
Laurent Besse, Albane Cogné, Ulrike Krampl, Stéphanie Sauget (dir.), Voisiner. Mutations urbaines et construction de la cité du Moyen Âge à nos jours, Tours, Presses universitaires Francois Rabelais, coll. « Villes et Territoires », 2018, 296 p., ISBN : 978-2-86906-684-7.
Haut de page

Texte intégral

1Le caractère inexorable, permanent et omniprésent du voisinage, ainsi que la volatilité du terme forment le ciment de cet ouvrage qui entend saisir d’un point de vue historique cette notion largement explorée par les sciences sociales. Les contributions sont tirées de quatre journées d’études organisées dans le cadre d’un projet mené au CeTHiS de Tours entre 2014 et 2016 par Laurent Besse, Albane Cogné, Ulrike Krampl et Stéphanie Sauget. Lieu d’entraide ou de conflit, espace de monstration ou de dissimulation, zone instable entre désir d’exposition et de rencontre ou quête d’intimité, au-delà des limites floues de sa définition, le voisinage est source de contradictions et objet toujours mouvant. C’est cet objet mouvant qu’entendent suivre les treize contributeurs de ce recueil, à travers les transformations qu’il subit, le long d’une trame qui va de la juxtaposition des êtres, ou cohabitation passive, jusqu’aux limites de la communauté, forme extrême du voisinage. Les directeurs de l’ouvrage ont retenu pour titre la forme verbale voisiner, qui dit bien à quel point il s’agit ici de considérer les manifestations historiques d’un voisinage « actif » : la variété des sources, des méthodes, des lieux et des époques est mise à profit pour examiner comment, du Moyen Âge à nos jours, la transformation de la cohabitation en partage de l’espace a pu « contribuer à construire et à organiser la cité » (p. 19) – autrement dit, comment se sont entremêlées relations de voisinage et tissu urbain.

2Les études réunies dans la première partie (« Partages ordinaires de l’espace urbain ») portent sur les manières de départager l’espace et d’accorder les voisinages. Elles rappellent la polysémie du terme et l’ambivalence des définitions, du voisinage exprimé dans les textes de loi au voisinage ressenti, qui coïncident rarement, comme le montre l’étude du cas lyonnais par Susanne Rau, comme non plus ne coïncident dans leurs traductions relationnelles les différents niveaux de voisinage (Christine Mazzoli-Guintard, « Voisinage en terre d’Islam au Moyen Âge ») : la maille est lâche et malléable. Les textes de cette première partie rappellent avec profit que le prisme des sources judiciaires ne saurait suffire : si le mur mitoyen, symbole construit des relations entre voisins, et plus généralement la question des servitudes, apparaissent comme un enjeu considérable dans la Coutume de Paris et dans la jurisprudence qui la suit (Robert Carvais, « Les voisins et le voisinage saisis par le droit »), les documents de police analysés par Nicolas Vidoni (« Le voisinage comme catégorie de police… ») font état d’une notion très flottante encore, et comme le rappelle Christine Mazzoli-Guintard, pour n cas de mitoyennetés contentieuses dont témoignent les sources, combien d’ententes signées sous seing privé, qui n’ont pas laissé de trace ? De ces différents éclairages ressort la continuité des enjeux de voisinage qui, de Cordoue à Paris, en passant par Lyon et Montpellier, du Moyen Âge au XVIIIe siècle, ont façonné l’espace urbain : mitoyennetés, circulations, protection de l’intimité.

3Les postures adoptées face à ces enjeux font l’objet des études suivantes. Des stratégies mises en œuvre par le patriciat milanais à l’époque moderne pour choisir son voisinage, précisément décrites par Albane Cogné (« Choisir son voisinage ? Le cas du patriciat milanais à l’époque moderne »), aux pratiques institutionnelles instaurant un voisinage (Stéphanie Sauget, « Voisiner la gare Saint-Lazare au XIXe siècle »), on observe combien ce dernier peut être chose construite, comme le rappelle encore Bénédicte Florin en opposant la diversité sociale, tant verticale qu’horizontale, du Caire aux compounds de luxe du désert, lieu privilégié d’entre-soi, où donner forme au tissu urbain équivaut à sélectionner le voisinage.

4Les études réunies dans la seconde partie portent sur des situations de voisinage singulières. Dans un premier volet, sont ainsi exposées différentes formes de voisinage non spontané, dont l’objectif central est la création d’une communauté. Moyen de déformer et de reformer la structure des foyers, la pension parisienne est étudiée par Ulrike Krampl (« Se mettre en pension à Paris… ») qui, à travers l’analyse des petites annonces de la fin du XVIIIe siècle, montre les différents usages du procédé de mise en pension, dont le principal consiste à « faire société ». De ce point de vue, voisiner pour apprendre et apprendre à voisiner tendraient presque à se confondre, en témoignent les projets communautaires socialistes du début du XIXe siècle étudiés par Bernard Desmars et les centres sociaux des années 1890-1950 dont traite Laurent Besse. Tout éloignées qu’elles soient, ces deux formes de communautés se rejoignent dans l’idée d’un voisinage formateur, où l’on entend l’écho à l’interrogation initiale de l’ouvrage : les processus qui mènent de la cohabitation au voisinage actif ne se feraient pas sans une certaine forme d’éducation. À l’inverse, loin de ces entreprises en quelque sorte dirigées, le dernier volet du recueil porte sur la transformation des relations de voisinage en situation de crise, lorsque l’ambition morale des utopistes s’efface devant la réaction spontanée des voisins : les journées de juin 1848 à Paris étudiées par Alexandre Frondizi (« Lendemains de barricades… ») et les pogroms ukrainiens de 1919-1920 analysés par Thomas Chopard montrent encore combien la nature du voisinage est diverse.

5Dans un contexte de concentration toujours plus grande de l’habitat en territoire urbain, l’éclairage donné par une approche historique, qui met en évidence les invariants anthropologiques liés au voisinage autant que la finesse des variations casuelles, à l’échelle d’une ville, d’un quartier ou d’une rue, rappelle que la structuration de la cité ne saurait être standardisée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Hernu-Bélaud, « Laurent Besse, Albane Cogné, Ulrike Krampl, Stéphanie Sauget (dir.), Voisiner. Mutations urbaines et construction de la cité du Moyen Âge à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 11 mars 2019, consulté le 18 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/32211

Haut de page

Rédacteur

Juliette Hernu-Bélaud

Chercheur post-doctorante au Centre de théorie et analyse du droit (UMR 7074), projet ANR Experts.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page