Navigation – Plan du site

Pierre Escudé (dir.), « Langues et discriminations », Les cahiers de la LCD, n° 7, juin 2018

Thomas Veret
Langues et discriminations
Pierre Escudé (dir.), « Langues et discriminations », Les Cahiers de la LCD, n° 7, juin 2018, 208 p., Paris, L'Harmattan, ISBN : 9782343152172.
Haut de page

Texte intégral

1Étudier le rapport entre langues et discrimination implique de donner voix à la sociolinguistique, une discipline qui s’est en partie construite sur l’analyse de situations de contact entre différentes langues et de variation au sein d’une même langue. Dans ces situations, la diversité linguistique donne souvent lieu à un traitement différencié des pratiques des uns et des autres. Le mérite de ce numéro est toutefois de combiner à l’éclairage des sociolinguistes celui de spécialistes d’autres disciplines, telles que le droit ou la psychologie clinique. Délimiter théoriquement la discrimination linguistique requiert en effet une solide mise au point, notamment sur le plan juridique. Elle est fournie d’emblée par le sociolinguiste Philippe Blanchet, dans un premier article percutant, et par Jean-Marie Woehrling, qui livre une analyse conceptuelle extrêmement précise de la discrimination, dans son rapport au principe d’égalité. Selon cet ancien magistrat, l’égalité définit juridiquement une norme qui est la même pour tous. La loi, par exemple, doit s’appliquer indifféremment selon les individus et les situations. Pourtant, il arrive qu’une application indifférenciée de la loi ait pour effet de défavoriser certaines personnes, notamment dans le cas des langues. Pour prendre acte de ces formes indirectes de discrimination, l’auteur cite l’exemple de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires1, qui apporte une réponse juridique ambitieuse à la discrimination linguistique.

  • 2 Philippe Blanchet, Discriminations : combattre la glottophobie, Paris, Textuel, coll. « Petite Ency (...)

2Toutefois, comme le note Pierre Escudé dans son introduction, c’est l’analyse de situations fermement ancrées dans la réalité sociale qui permet de mieux comprendre le concept de discrimination linguistique, comme celui, avancé par Blanchet, de « glottophobie »2. En contrepoint nécessaire de l’argumentation conceptuelle des deux premiers articles, la plupart des contributions s’appuient en effet sur une compréhension de la discrimination linguistique telle qu’elle s’actualise au jour le jour, dans des situations concrètes. Le texte de Nathalie Freynet et Richard Clément permet ainsi de saisir les conséquences psychologiques de la discrimination linguistique à partir de l’expérience des Canadiens francophones résidant dans des zones où l’anglais est majoritaire. Ceux-ci ne sont pas stigmatisés parce qu’ils parlent le français plutôt que l’anglais, mais en raison de leur accent, perçu comme incorrect par les locuteurs québécois auxquels ils sont confrontés. L’article de Jean-Pierre Cavaillé, polémique de son propre aveu, pose la question du rôle des chercheurs dans la reconduction de discriminations d’ordre culturel et linguistique à l’endroit des communautés roms. En mettant l’accent uniquement sur des questions sociales comme l’accès au logement, certains spécialistes délégitimeraient la revalorisation culturelle et linguistique de ces communautés. Pour l’auteur, qui ne cache pas son parti-pris militant, refuser le maintien d’une différenciation culturelle et linguistique équivaut à cautionner la discrimination de ces communautés.

3Un des terrains privilégiés de l’analyse des discriminations linguistique est le système éducatif français, qui constitue l’arrière-plan de nombre des contributions. La plupart des auteurs du numéro décrivent en effet l’école française comme le lieu d’une discrimination linguistique systématisée, qui perpétue « la matrice d’idéologie monolingue » (p. 18) autour de laquelle s’est forgé l’État-nation. Pour Pierre Escudé, cette matrice idéologique conçoit la langue française comme inséparable de l’universalisme républicain ; elle trouve sa source dans le moment révolutionnaire, où « seul ce qui est français est universel, donc fondé en légitimité pour tout homme, tout citoyen » (p. 19). Depuis la fin des Lumières jusqu’à l’époque contemporaine, Escudé mène une analyse historique rigoureuse de la manière dont l’école a érigé une telle idéologie en principe avant d’intégrer, progressivement et tardivement, les « langues vivantes régionales » à l’école républicaine.

4C’est d’ailleurs tout l’intérêt de ce numéro que d’articuler cette profondeur historique avec l’actualité d’une école républicaine encore discriminante à bien des égards. Cette affirmation ne va toutefois pas de soi. Selon Maryse Adam-Maillet, les acteurs de l’école (depuis les enseignants jusqu’au ministère de l’Éducation nationale) jugent le plus souvent que les discriminations sont « importées » de l’extérieur de l’école : la stigmatisation de certains élèves tirerait sa source des structures sociales préexistantes, et non du système éducatif en lui-même. L’article de Claudine Nicolas et Sofia Stratilaki-Klein fournit un exemple de cette perception : un des enfants auprès desquels elles ont enquêté dit s’être senti isolé, et même mis à l’écart par les autres élèves parce qu’il ne maîtrisait pas le français (p. 135). On comprend que les enseignants puissent se sentir impuissants face à de telles discriminations, dont l’école n’est pas à l’origine. Pourtant, le rôle des enseignants n’est pas à minimiser : alors qu’ils poursuivent les objectifs assignés par l’Éducation nationale, ce sont eux qui se heurtent à une réalité sociale complexe faite de multilinguisme. Pour nombre d’entre eux, la présence d’autres langues que le français à l’école représente ainsi un obstacle à l’apprentissage.

5Certains auteurs défendent à cet égard un renversement de perspective. La présence d’autres langues serait loin d’être un frein ; au contraire, elle favoriserait l’acquisition de nouveaux savoirs. Pour soutenir cette position, Pierre Escudé remonte aux propositions visionnaires de Saussure et de Ferdinand Buisson : la connaissance d’autres langues permet d’après eux de saisir plus précisément les mécanismes linguistiques propres à chacune. En comparant les différentes langues autour de lui, l’élève se dote d’une conscience métalinguistique plus aigüe. La comparaison linguistique est donc un atout intellectuel, qu’on retrouve également sur le plan politique pour défendre un idéal de fraternité : dans un discours de 1911, Jaurès affirme que les élèves du Sud de la France gagneraient à s’appuyer sur la connaissance des différentes langues romanes pour « se sent[ir] en harmonie naturelle, en communication aisée avec [le] vaste monde des races latines » (p. 81).

6Par ailleurs, plusieurs des auteurs rappellent que les apprentissages scolaires se déroulent toujours en langue. Pour atteindre les objectifs posés par l’Éducation nationale, la langue se doit d’être une ressource, et non un problème. L’article de Claudine Nicolas et Sofia Stratilaki-Klein est éclairant à cet égard : beaucoup d’enseignants jugent que la maîtrise du français est un préalable à l’apprentissage, quelle qu’en soit la matière. Or, « [l]’enseignement de disciplines autres que le pur “français langue de scolarisation” (grammaire, textes, lire-écrire sur de la langue hors de tout contexte disciplinaire) permet […] de développer chez les élèves leur compétence en compréhension et en production de la langue de scolarisation : l’apprentissage de la langue de la discipline ne peut se faire indépendamment de l’apprentissage de la discipline elle-même » (p. 131).

7Le principal mérite de ce numéro est de dépasser la simple pétition de principe militante. Les articles de Philippe Blanchet et de Jean-Marie Woehrling, comme l’introduction de Pierre Escudé, fournissent une mise au point théorique sur le concept de discrimination linguistique, qui est un préalable pour lutter contre cette discrimination. Mais puisqu’il s’agit bien de « lutter », le lecteur peut apprécier les solutions pragmatiques décrites par les auteurs pour mener cette lutte : de la modification des textes de loi jusqu’aux menues attentions du quotidien. Le terrain privilégié de ces préconisations est l’école : Escudé plaide en faveur d’une « éducation linguistique globale » qui miserait sur le multilinguisme pour faciliter l’apprentissage. Plus concrètes encore sont les propositions de Claudine Nicolas et Sofia Stratilaki-Klein : pour bousculer les représentations des enseignants face aux difficultés des élèves allophones, il faut mettre en place des formations permettant aux enseignants de gagner en réflexivité et de s’ouvrir davantage à l’altérité linguistique. C’est aussi ce que préconise Maryse Adam-Maillet, pour qui la lutte contre les discriminations ne se mène qu’à la faveur d’un travail de longue haleine auprès de tous les acteurs du système éducatif français, à commencer par les élèves eux-mêmes. La diversité de leurs « biographies linguistiques » devrait obliger les enseignants à penser une didactique d’excellence qui soit compréhensive et accueillante (p. 149).

8La perspective qui vise à réaliser le principe de non-discrimination semble primordiale à bien des égards, ne serait-ce qu’afin de mettre en avant le sens proprement linguistique du mot « discrimination ». En effet, en linguistique, la discrimination est sans rapport avec l’idéologie puisqu’elle est définie comme « la capacité pour chacun de discerner, de reconnaître et de savoir reproduire ce qui appartient à une langue ou à une autre » (Escudé, p. 90-91). Cette forme de discrimination, inclusive et dynamique, permet la participation de chacun à des situations linguistiques complexes. Surtout, elle permet de construire du commun sans lisser les différences.

Haut de page

Notes

1 https://rm.coe.int/168007c07e.

2 Philippe Blanchet, Discriminations : combattre la glottophobie, Paris, Textuel, coll. « Petite Encyclopédie critique », 2016. Forgé sur le modèle des mots comme « xénophobie » ou « homophobie », le terme met l’accent « sur les dimensions humaines et sociales des discriminations linguistiques » (II, 5).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Veret, « Pierre Escudé (dir.), « Langues et discriminations », Les cahiers de la LCD, n° 7, juin 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 08 avril 2019, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/32399

Haut de page

Discipline

Sciences du langage

Sociologie

Droit

Sciences de l'éducation

Psychologie - sciences cognitives

Anthropologie

Histoire

Haut de page

Rédacteur

Thomas Veret

Après des études de lettres modernes et de sciences sociales, Thomas Veret se consacre à un projet de recherche en sociolinguistique sur les enjeux de l’écriture scientifique dans le désenclavement de la recherche produite en Afrique.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page