Navigation – Plan du site

Dominique Pestre, Introduction aux Science Studies

Mathieu Quet
Introduction aux Science Studies
Dominique Pestre, Introduction aux Science Studies, La Découverte, coll. « Repères », 2006, 122 p., EAN : 9782707145963.
Haut de page

Texte intégral

1Avec ce livre, Dominique Pestre apporte sa contribution à la construction d'un édifice commun pour les science studies. On appelle généralement ainsi le courant des études sur la science apparu dans les années 1970, dominé d'abord par les apports anglo-saxons, et dont l'essor en France est dû aux efforts conjugués de plusieurs chercheurs critiques, dont le plus célèbre est aujourd'hui Bruno Latour. Ce champ d'étude très éclaté, et souvent critiqué, a néanmoins déplacé les questions de l'épistémologie, de l'histoire et de la sociologie des sciences. En particulier, il a souvent refusé de distinguer les interrogations épistémologiques d'interrogations politiques plus générales. Ainsi, les science studies ont-elles contribué à montrer que les enjeux scientifiques recouvrent des enjeux sociaux cruciaux. C'est d'abord ce déplacement du centre de gravité de l'épistémologie que Pestre invite à observer. Cependant, plus qu'une introduction historique et institutionnelle aux différents débats et aux acteurs du champ, l'ouvrage de Dominique Pestre est un état des lieux, une réflexion globale sur les avancées récentes du domaine, ainsi qu'une présentation des directions actuelles de recherche (et une invitation à les poursuivre).

2Le point de départ de cette intrusion des sciences sociales dans l'histoire et la philosophie des sciences se trouve dans les travaux de David Bloor. Celui-ci s'est opposé à la vision normative des historiens et des philosophes des sciences qui considéraient que, si la fausseté peut s'expliquer par des causes sociales, en revanche, la vérité ne peut s'expliquer que par la rationalité scientifique. Il a donc mis en oeuvre un programme afin de donner une explication sociale tant aux énoncés reconnus comme vrais qu'à ceux déclarés faux. Au même moment, Harry Collins promeut l'analyse de cas concrets plutôt que de grands ensembles statistiques, et amène la sociologie des sciences vers une approche plus directe des pratiques scientifiques. Il rédige ainsi les premières études de controverses, forme d'analyse qui sera d'une grande importance pour le champ, car elle permet d'observer à l'oeuvre les déterminants sociaux de la vérité et de la fausseté. Pestre discute abondamment les thèses de ces deux auteurs à la lumière des évolutions récentes, et rend ainsi justice à des textes souvent critiqués mais peu lus. Il fait de même au chapitre 2, en reprenant les termes du débat sur le relativisme pour tenter une sortie par le haut : plutôt que de faire de cette notion un épouvantail, défendre ce que la posture relativiste peut apporter à l'analyse historique des sciences. Il invite donc à un relativisme raisonnable, c'est à dire à la suspension du jugement personnel de l'historien ou du sociologue analysant des controverses.

3Le chapitre 3 aborde la théorie de la traduction et montre comment Latour, Callon, et leurs successeurs vont abandonner le cadre trop étroit des études de controverse pour une analyse généralisée des phénomènes de circulation des problèmes et des connaissances dans le monde social, débordant largement les frontières des seules institutions scientifiques. Selon Pestre, leur approche ouvre essentiellement deux pistes : l'analyse de la dimension spatiale de la science, d'une part, et l'anthropologie des objets et des techniques, d'autre part. Bien entendu, le principe de symétrie généralisée défendu à travers la théorie de la traduction (accorder un « rôle » aussi important aux acteurs qu'aux objets qu'ils manipulent dans les phénomènes de traduction) n'est pas exempt de défauts. Par exemple, pour Simon Schaffer, c'est seulement une autre forme de naturalisation des objets de la science. Pour Dominique Pestre cependant, c'est autre chose qu'il faut tirer du discours et de la posture de Latour et Callon : un affaiblissement des grandes dichotomies sur lesquelles nous nous appuyons généralement entre savoir et contexte, représenter et agir, nature et humains. En même temps, cette posture a un coût politique, en refusant sa mission de mise au jour des dominations et des inégalités, au profit du seul discours des acteurs sur les mécanismes de pouvoir.

4Les trois chapitres suivants de l'ouvrage portent sur des pistes de recherche en développement, ainsi que sur des objets longtemps négligés par l'histoire et la sociologie des sciences. Le chapitre 4 revient sur les objets sans noblesse de l'histoire des sciences, qui ont pourtant souvent permis de mettre en avant des mécanismes primordiaux. Par le traitement et l'évocation de différents cas pratiques (qui est le procédé essentiel de Pestre dans ce livre), sont mis en avant l'importance de pratiques peu prises en compte (sciences mimétiques de reproduction des phénomènes naturels, civilités de la preuve, etc.), l'importance des technologies littéraires, différentes entre les époques et les lieux, ou encore le rôle joué par le choix des équipements, encore peu étudié, mais qui permet d'observer les jeux de pouvoir et d'influence entre expérimentateurs, théoriciens et ingénieurs.

5Le chapitre 5 se penche sur le rôle des femmes dans la science, ainsi que le rôle de la science dans la construction des inégalités de genre.Deux aspects intéressent Pestre dans ce chapitre sur les femmes et la science. D'abord, cela donne un angle pour resituer socialement les sciences : comme toute construction humaine, elles sont traversées par des inégalités sexuelles, des rapports de domination. Mais, plus fondamentalement, c'est l'occasion d'étudier le rôle des sciences (en particulier des sciences biologiques) dans « la fabrication et la perpétuation des inégalités de genre ». C'est donc l'occasion de mettre en œuvre une épistémologie pleinement politique : consciente des enjeux sociaux soulevés par la production et la structure mêmes du discours scientifique.

6Le sixième et dernier chapitre est enfin une proposition d'histoire générale des relations imbriquées entre sciences, techniques, économie et politique. Pestre évoque à ce sujet les mathématiques mixtes, les ingénieurs savants, ou encore l'histoire naturelle et l'agronomie : multiplicité qui invite à prendre en considération différents modes de production de la science, qualifiés ici de « régimes de production, de régulation et d'appropriation des savoirs ». C'est donc une tâche ambitieuse, de détermination de la fluctuation de ces régimes, que fixe Pestre à une histoire des sciences de long terme.

7Cet ouvrage retrace l'éclatement du noyau autour duquel se sont longtemps articulées les études sur la science. Il se situe en cela dans une tradition d'études sur la science souvent contestée, mais dont on ne peut plus aujourd'hui ignorer la vigueur, ni les apports pour une analyse sérieuse des mécanismes en œuvre dans les pratiques scientifiques. En cela, il s'agit d'une intéressante introduction à l'actualité d'un domaine de recherche dynamique : le recours à des études de cas courtes mais structurées permet à la fois d'illustrer son discours, et de donner un aperçu convaincant du foisonnement des études menées dans le domaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Quet, « Dominique Pestre, Introduction aux Science Studies », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 09 novembre 2006, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/324

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page