Navigation – Plan du site

Emmanuelle Lallement (dir.), « Éclats de fête », Socio-anthropologie, n° 38, 2018

Sarah Demichel-Basnier
Éclats de fête
Emmanuelle Lallement (dir.), « Éclats de fête », Socio-anthropologie, n° 38, 2018, 188 p., Paris, Editions de la Sorbonne, ISBN : 979-10-351-0095-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Critique déjà formulée dans Isambert François-André, Le sens du sacré, Paris, Éditions de Minuit, 1 (...)

1Qu’en est-il de la fête dans les sociétés contemporaines ? Persiste-t-elle sous une forme dégradée, appauvrie ? Est-elle en voie de disparition ou au contraire se renouvelle-t-elle sous des formes inédites, moins grandiloquentes que les anciennes frairies ? Ce numéro de Socio-Anthropologie, dirigé par Emmanuelle Lallement, a pour ambition de caractériser le phénomène festif, tant dans sa diversité que dans sa complexité, et l’envisage comme un symptôme des transformations et restructurations du monde contemporain. La fête n’est plus seulement circonscrite à une communauté close sur elle-même, affirmant son identité et la cohésion de ses membres. Elle se déroule désormais dans les espaces urbains, s’ouvre sans cesser de revendiquer une identité territoriale, régionale ou nationale. Plutôt que de chercher en vain les manifestations de sa forme traditionnelle, parfois idéalisée1, les contributeurs de ce numéro appréhendent la fête dans son « éclatement », avec des travaux empiriques et théoriques récents qui s’intéressent à ses formes professionnalisées, institutionnalisées, commercialisées, permettant de renouveler les réflexions sur les thèmes classiques de l’objet : transgression, consommation, ordre et désordre, etc. Pour plus de clarté, nous avons choisi de répartir les contributions à ce dossier en trois thématiques – non exclusives les unes des autres.

  • 2 Population vivant au Sénégal, au Nord de Dakar.

2La première est celle de la mobilité du phénomène festif, elle aborde la question des frontières théoriques lorsque les réalités observées sont mouvantes, ou encore les recompositions des identités locales ou des appartenances communautaires. Céline Spinelli propose d’éclaircir les concepts de « fête » et de « festival » en mettant à profit ses observations ethnographiques au Brésil. Pour l’auteure, la multiplication des festivals en Europe est liée au processus d’industrialisation, qui recompose la vie sociale entre temps de travail et temps de loisir, et à l’individualisme qui fait émerger des modes de vie nouveaux. Ainsi, les festivals combleraient un déséquilibre entre ces deux principaux temps de la vie quotidienne, et permettraient un regain d’expériences collectives dans des sociétés où les fêtes publiques ont perdu de leur attrait. Tandis que la fête comprend des manifestations de don et d’entraide, la logique marchande incluse dans la structuration de la vie sociale imprègne le festival et amoindrit son efficacité symbolique. La logique marchande se retrouve sous d’autres formes dans les fêtes organisées par des associations ou des personnalités grecques à Bruxelles, analysées par Katerina Seraïdari, puisqu’elle n’altère pas leur efficacité symbolique. Ces fêtes « promotionnelles », valorisant la culture grecque, récoltent des fonds afin d’aider la population grandement paupérisée depuis la crise de 2008. Par-delà les frontières et par diverses actions, elles renforcent le lien social et redorent l’image du pays dans une logique de compensation. En outre, elles mélangent les temporalités (par les références à la Grèce Antique par exemple), favorisent l’exportation et le commerce des produits locaux et véhiculent un discours politique mettant en avant la solidarité avec le peuple, dans un contexte européen marqué par la montée des nationalismes. Dans un contexte différent, le concept de « communauté émotionnelle » permet à Alice Aterianus-Owanga de mettre l’accent sur le rôle des émotions dans les recompositions des appartenances communautaires en contexte migratoire. Les festivités caractérisées par la musique et la danse que sont les tànnëbéers sénégalaises sont traditionnellement ancrées dans des solidarités rurales féminines. Dans les quartiers dakarois, en contexte urbain, ces fêtes participent de la socialisation féminine et permettent la résolution d’éventuels conflits entre épouses d’un même homme. Des villages à la ville, les tànnëbéers se sont diffusées en Europe via des associations créées par des Sénégalais de la diaspora. Marqueur identitaire wolof2 à leur origine, elles sont le support d’appartenances nouvelles et d’identification à une « communauté nationale multiethnique ». Des acteurs aux vécus migratoires, aux origines ethniques et aux appartenances sociales variées sont réunis lors de ces fêtes pour recréer un « univers de sens » partagé grâce à la mise en commun des connaissances chorégraphiques et kinesthésiques. L’expérience chorégraphique et musicale des tànnëbéers, par les émotions et souvenirs qu’elle suscite, recrée de façon sensible la nation sur le sol européen.

  • 3 Caillois Roger, L’homme et le sacré, Paris, Gallimard, 1950.
  • 4 Van Gennep Arnold, Les rites de passage, Paris, Picard, 1909.

3La deuxième thématique aborde les pratiques et les socialisations festives. Djakouane et Négrier s’intéressent à la part de fête dans l’activité des festivaliers des Eurockéennes de Belfort en comparant les motivations, les pratiques festives et les relations entretenues entre les « habitués » et les « nouveaux » festivaliers. Les auteurs soulignent l’ambivalence de la fête au sein des festivals : ces derniers constitueraient davantage une invitation à faire la « fête pour soi » sur un espace donné, alors même qu’ils ne seraient plus une « fête en soi » dans les représentations individuelles, mais plutôt une offre culturelle ou un cadre pour faire la fête. Cette ambivalence ne doit pourtant pas réduire le festival à un ersatz de fête, sous prétexte que celui-ci fait l’objet d’instrumentalisations ou d’anticipations. En réalité, l’examen des pratiques sociales révèle une dialectique entre les comportements des festivaliers et l’organisation des programmateurs, et non un assujettissement. Alix Boirot montre comment le tourisme festif du Springbreak étasunien contribue à l’intégration et à la reproduction des normes d’âge et de genre chez les jeunes participants. Ces festivités sont marquées par l’absence de transgression et s’appuient au contraire sur un idéal dominant d’hédonisme consumériste, où l’objectif est d’accroître sans fin et sans conscience son plaisir, par l’hyperconsommation d’alcool, l’excès d’heures éveillées, de danse, de flirts voire de relations sexuelles éphémères. Ces observations remettent en cause la distinction classique de Caillois3 entre la linéarité et la morosité du quotidien d’un côté et l’intensité incroyable, le pouvoir transgressif de la fête de l’autre. La fête constitue un espace-temps immergé dans la société et non en rupture avec elle, puisque les normes sociales y sont toujours opérantes : l’impératif de retenue sexuelle chez les jeunes femmes est observé, leur désir sexuel étouffé sous peine d’être stigmatisé, ce qui contraste avec la disponibilité sexuelle des hommes, jamais questionnée car allant de soi. La forte médiatisation du Springbreak comme « rite de passage » conduit l’auteure à interroger l’usage de ce concept de Van Gennep4 : en effet, si le Springbreak est un rite de passage, il n’en constitue finalement qu’un parmi d’autres dans le passage à l’âge adulte. Enfin, la contribution d’Edgar Charles Mbanza présente une analyse de certains lieux et formes de la sociabilité festive dans des quartiers populaires, à partir d’observations menées dans deux ghettos urbains à Dakar et à Nairobi. La sociabilité festive, qu’elle soit à l’intérieur ou à l’extérieur du foyer, est dans ce contexte liée à la mobilisation d’outils technologiques (télévision, haut-parleurs, chaîne hifi). L’auteur donne de multiples exemples en ce sens : « l’ambiance » de la télévision lors de visites à une famille, le phénomène de la « tour » où des femmes se livrent à des performances dansées sur le son transmis par le griot ou le DJ. Par une analyse fine des pratiques festives ordinaires, il révèle les moyens de résister à la stigmatisation chez ces populations précaires, afin de consolider les liens de voisinage ou familiaux que la distance géographique affaiblit.

  • 5 Boissevain Jérémy, Revitalizing European Rituals, Oxford/New York, Routledge, 1992.

4Enfin, la fête pose la question des liens entre tradition et modernité, ce qui constitue la dernière thématique du dossier. C’est dans le quartier historiquement festif de Paris, à Montmartre, que nous invitent Anne Monjaret et Michela Niccolai. Les auteures s’intéressent au rapport au passé que le public montmartrois entretient par la fête, présenté en trois idées principales : la recherche d’un « temps perdu », d’une ambiance festive à travers les manifestations (chanteurs de rue) ; le changement de signification du passé par la réactualisation de fêtes paysannes (Fête des Vendanges) et enfin le décor festif du quartier lui-même : ses rues pavées, les façades de lieux emblématiques, les éléments architecturaux (« chiens-assis »). À la suite de la vague de revitalisation des fêtes locales en Europe, relevée par Jérémy Boissevain5, nos sociétés contemporaines connaîtraient l’essor d’un nouveau type de fête : la fête « éclatée », plus en lien avec les valeurs individualistes et la prédominance du loisir. Une autre contribution donne l’exemple de la Fête du marché aux cerises, dans les Bouches-du-Rhône, et situe son éclatement à deux niveaux. À l’échelle locale, cet événement se compose d’activités diverses, situées à des endroits dispersés sur un espace géographique large, ce qui individualise les parcours des participants : chacun peut vivre son expérience festive selon des choix qui lui sont propres. Son organisation n’est plus le fait de la municipalité mais celui de multiples acteurs, notamment associatifs. À l’échelle nationale, elle est de loin la seule fête à prendre une activité économique locale pour objet ; sa recette, composée de tradition (l’exploitation de la cerise), de folklore populaire (costumes régionaux) et d’intérêts économiques, se retrouve ainsi dans divers territoires.

5Pour conclure, le dossier puis l’entretien avec Michel Agier, qui offre une réflexion sur le carnaval contemporain à partir de ses travaux de recherche au Brésil, analysent avec beaucoup de finesse et sur des terrains variés la fête dans ses formes contemporaines. Cependant, on peut regretter que la contribution de Gérard Dubey ne porte pas sur un cinéma plus contemporain que celui de Jacques Tati, et que l’extrait choisi en « Écho » soit tiré d’un ouvrage de Jean Nicolas traitant de la violence populaire dans la France du XVIIe siècle.

Haut de page

Notes

1 Critique déjà formulée dans Isambert François-André, Le sens du sacré, Paris, Éditions de Minuit, 1982.

2 Population vivant au Sénégal, au Nord de Dakar.

3 Caillois Roger, L’homme et le sacré, Paris, Gallimard, 1950.

4 Van Gennep Arnold, Les rites de passage, Paris, Picard, 1909.

5 Boissevain Jérémy, Revitalizing European Rituals, Oxford/New York, Routledge, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Demichel-Basnier, « Emmanuelle Lallement (dir.), « Éclats de fête », Socio-anthropologie, n° 38, 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 14 mars 2019, consulté le 25 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/32413

Haut de page

Lieu

France

Afrique

Bruxelles

Sénégal

États-Unis

Brésil

Haut de page

Rédacteur

Sarah Demichel-Basnier

Doctorante à l’Université de Caen Normandie – Laboratoire CERREV.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page