Navigation – Plan du site

Politique(s) et vieillissement

Isabelle Mallon
Politique(s) et vieillissement
« Politique(s) et vieillissement », Politix, n° 72, 2005, De Boeck, EAN : 9782200920692.
Haut de page

Texte intégral

1Le vieillissement démographique des sociétés occidentales constitue un enjeu social dont la visibilité s'accroît : ces sociétés comprennent de plus en plus de vieux, qui vivent de plus en plus vieux, alors que les cohortes de jeunes sont numériquement plus faibles. Si le sens commun réduit le plus souvent la question du vieillissement aux problèmes de gestion des populations âgées (les restreignant le plus souvent, au gré des constructions médiatico-politiques, au financement des retraites et à la prise en charge médicale et sociale des personnes très âgées), les recherches en sciences sociales embrassent des objets plus variés : le numéro 72 de la revue Politix, intitulé « Politique(s) et vieillissement » donne un aperçu de la diversité des recherches) sur un thème particulier, puisqu'elle confronte la question du vieillissement à celle du (des) politique()s. Ce titre, (volontairement ?) ambigu recouvre des contributions très différentes les unes des autres : si la plupart se centrent sur les politiques publiques qui dessinent des parcours des âges, voire des « cultures de l'âge » (A.-M. Guillemard), et donc des modèles sociaux de vieillissement, celle de S. Lovell aborde une question toujours très rapidement évoquée : celle du vieillissement du personnel politique (à partir de l'exemple de la Russie Soviétique). Cette contribution souligne en creux le déficit de réflexion sur le vieillissement actuel du personnel politique français (et ses éventuels effets sur les politiques de la vieillesse), peu constitué en enjeu politique, alors même que le vieillissement des citoyens ordinaires occupe dans les débats publics une place de choix. Le dossier cherche en définitive à cerner la manière dont les politiques (au deux sens du terme, c'est-à-dire les politiques publiques et les acteurs de la chose publique) construisent la vieillesse et le vieillissement, en institutionnalisant des ruptures et des scansions dans le parcours des âges, mais également en contraignant les individus à s'orienter, à se placer dans ce parcours des âges.

2L'un des apports principaux de ce dossier est bien de démontrer la dimension socialement construite de l'âge et donc du vieillissement, qu'il soit saisi aux âges élevés (H. Thomas, T. Frinault), dans les foyers pour immigrés (R. Gallou) ou sur le marché du travail (A.-M. Guillemard). Les articles mobilisent, de manière contrastée, trois niveaux d'analyse : les politiques (études des systèmes de prise en charge de la vieillesse et de leur construction), les acteurs professionnellement en charge de la vieillesse (qui ne sont pas nécessairement des politiques) et les individus concernés par ces politiques. Un premier intérêt du dossier réside dans la comparaison internationale instituée pour démontrer le caractère construit du vieillissement, et mettre en perspective les choix de politique publique français : que ce soit dans la gestion de la « dépendance », c'est-à-dire du handicap aux âges élevés, ou dans la définition des carrières des « seniors », l'âge est construit en France comme un facteur discriminatoire. Cette perspective comparatiste, très développée dans l'analyse des politiques publiques, fait apparaître en creux le déficit de réflexions comparées sur des logiques sociales moins institutionnalisées, au sens de moins fixées dans des procédures écrites, des dispositifs administratifs et légaux. Un deuxième apport consiste à réintroduire dans l'analyse et dans le champ des sciences sociales, des populations oubliées (comme les immigrés vieillissant en foyer) ou parfois exclues a priori du champ de l'analyse (comme les vieillards institutionnalisés analysés par H. Thomas). En ce sens, le dossier rassemble des contributions classiques puisqu'il permet de visibiliser des populations invisibles (ou de réajuster des images déformées du vieillissement).

3Pour autant, le dossier me paraît typique d'une prise en compte du vieillissement par « le haut », dans une analyse qui saisit vieillesse et vieillissement par les politiques publiques et les institutions de prise en charge des populations âgées. Autrement dit, les perspectives de recherche choisies (à l'exception de celle de R. Gallou) insistent sur l'imposition par les politiques publiques de chemins de vieillissement aux populations âgées. Or, les manières dont les individus ciblés par ces politiques les reçoivent, s'y soumettent, y résistent éventuellement, ou leur échappent en les ignorant, est absente de l'analyse. Elles contribuent pourtant à construire des voies possibles de vieillissements. Cette variété des vieillissements possibles n'est ainsi que peu abordée dans les articles : ne serait-ce pas un effet des matériaux utilisés, du niveau (macro-social) d'enregistrement et d'analyse de l'avancée en âge, en somme du point de vue (institutionnel) engagé sur le vieillissement ? Pour donner un exemple, la « carrière » de vieillard décrite par H. Thomas, comme processus régulier de dépossession de soi et d'intégration dans un sujet collectif au fur et à mesure du vieillissement me semble ainsi singulièrement rectiligne, offrant peu de points de rupture, d'étapes, de bifurcations, de « turning points » comme le théorisent les sociologues interactionnistes américains dans leur conception de la « carrière ».

4Ce numéro de Politix reflète un état du champ de recherches en train de se constituer autour des questions de vieillesse et de vieillissement. L'âge en effet a longtemps été peu légitime pour les sciences sociales (à l'exception notable de l'anthropologie). Si « la jeunesse n'est qu'un mot » (Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1981), elle a l'avantage de constituer une période décisive de la socialisation, objet canonique de la sociologie. La vieillesse a longtemps été un objet délaissé, peu légitime, rencontré par les sociologues en leur âge mûr. Les transformations sociales récentes ont ouvert ce champ de recherches : la diversité des objets témoigne d'une attention des chercheurs aux multiples dimensions du vieillissement. Mais les objets y sont encore très éclatés (comme le caractère éclectique du dossier l'illustre), largement soumis à la demande sociale ou à la commande publique, et construits sinon dans un aveuglement volontaire des chercheurs aux travaux des autres, au moins dans une ignorance polie. D'où l'impression, pour le chercheur débutant, d'un morcellement des recherches, d'une mosaïque qui rend difficile la recomposition d'un paysage scientifique aux lignes nettes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Mallon, « Politique(s) et vieillissement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 19 octobre 2006, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/325

Haut de page

Rédacteur

Isabelle Mallon

Isabelle Mallon est maître de conférences à l'Université Lyon-2 et membre du Groupe de recherche sur la socialisation (GRS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page