Navigation – Plan du site

Jean-Baptiste Comby, Julie Pagis (dir.), « Politiques de catégorisation du monde social », Politiques de communication, n° 10, 2018

Laure Mouchard
Politiques de catégorisation du monde social
Jean-Baptiste Comby, Julie Pagis (dir.), « Politiques de catégorisation du monde social », Politiques de communication, n° 10, printemps 2018, 224 p., Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, ISBN : 978-2-7061-4211-6.
Haut de page

Texte intégral

1L’opus de Politiques de communication daté du printemps 2018, coordonné par Jean-Baptiste Comby et Julie Pagis, se propose de renseigner différentes pratiques de catégorisation du monde social. Questionnant la possible « neutralisation » (p. 8) de ces catégorisations par des groupes autorisés et les rapports de pouvoirs qu’elles occasionnent ou qu’elles supportent, ce numéro met aussi en avant des alternatives qu’elles peuvent tout aussi bien servir. Du « jeune diplômé » à l’« intello précaire », en passant par le « bobo », une série hétéroclite de catégories est exposée, dont la plupart réfèrent aux domaines professionnels qui demeurent un des lieux privilégiés de la « mise en ordre » du monde, de sa conservation comme de sa transformation (p. 11).

2Le dossier s’ouvre sur un article qui, quoique très dense et truffé d’acronymes, est remarquable par sa lisibilité. Nathalie Hugo-Piron y expose l’histoire de la catégorie de « jeune diplômé » mise en œuvre dès le début du XXe siècle par des mouvements d’ingénieurs et de cadres, dans le but de préserver, sinon leurs intérêts de classe, du moins leurs positionnements hiérarchiques. En effet, c’est en décrivant de manière assez catastrophée la situation archétypale du « jeune ingénieur en chômage » (p. 35) que ces groupements syndicaux ont espéré parvenir à contrôler et juguler tant les entrées dans la profession que le nombre croissant d’ingénieurs diplômés. Une de leurs stratégies consistait notamment à s’assurer le concours d’institutions qui leurs étaient extérieures, comme le Comité des travailleurs intellectuels qui indexa les difficultés rencontrées par le jeune diplômé au problème plus vaste du « chômage intellectuel » ; une autre tactique était de faire émerger des groupements non plus syndicaux mais corporatifs, organisés sous le modèle de l’association, comme l’Association pour l’emploi des cadres et des techniciens (APEC). En saisissant le feuilletage historique de cette catégorie du « jeune diplômé », l’auteure rend compte in fine du caractère de neutralité qui s’y est attaché à mesure que les intérêts des syndicats et organisations corporatistes devenaient des leitmotivs de l’action publique. Cette dernière s’est d’ailleurs emparée à son tour de la catégorie, en créant par exemple en 1954 la Commission permanente consultative pour l’étude de l’emploi dans les professions non manuelles qualifiées mais encore en instituant la même année l’APEC (p. 45).

  • 1 Zerguine Valérie, « Précaires et branchés », Technikart, n° 25, septembre 1998.
  • 2 Rambach Anne, Rambach Marine, Les intellos précaires, Paris, Fayard, 2001.

3C’est sur un versant nettement moins historien que les contributions de Cyprien Tasset et d’Anne de Rugy s’inscrivent. Le premier étudie les appropriations de la catégorisation « intellos précaires ». Prenant pour appui un sous-échantillon modeste de huit entretiens menés avec des acteurs partageant quelques-uns des traits de la condition de « précaire intellectuel » (instabilité dans l’emploi, pluriactivité fréquente, contrats à durée déterminée, salaires bas ou inégaux et peu prévisibles, dans des secteurs indexés de près ou de loin à la culture ou aux professions intellectuelles), l’article souligne néanmoins des aspects très probablement généralisables du processus même de catégorisation. L’auteur indique tout d’abord les fondements matériels de cette catégorie médiatisée et formalisée par deux textes-clefs : le manifeste « Précaires et Branchés » paru dans Technikart1 en 1998 et plus encore l’ouvrage d’Anne et de Marine Rambach, Les Intellos précaires2. Tout en s’y reconnaissant, les enquêtés que nous présente Cyprien Tasset s’approprient de façon très variable la catégorie. En constatant leurs ressemblances et leurs dissemblances avec le portrait-robot dressé par ces trois auteures (sorte de « proposition d’identité collective », p. 98), ils apprécient sa « pertinence » (p. 100) au regard de leurs conditions de vie et s’y réfèrent par des « auto-identifications plus ou moins complexes » (p. 98).Si l’une des enquêtés indique qu’elle s’est reconnue dans le portrait dressé par les Rambach et participe à certaines manifestations pour la revalorisation des droits des précaires culturels, une autre dénie aux précaires leur statut de « victimes » (p. 110) pour s’affirmer précaire par choix. Dans une optique résolument libérale, elle décrit alors la fragilité des conditions de travail et l’incertitude des revenus comme le « prix à payer » (p. 111) pour exercer des activités professionnelles épanouissantes. La contribution de Cyprien Tasset souligne le caractère profondément relationnel des catégories entre elles, mobilisées par les acteurs tour à tour pour se conformer, se définir mutuellement ou s’exclure et s’opposer (intermittents, travailleurs indépendants ou « autonomes », salariés). En exposant la pluriactivité fréquente des enquêtés, leur adhésion ou leur engagement simultané dans différents statuts professionnels et, partant, leur impossibilité à se définir par des catégories corporatives traditionnelles (comme celles des organisations syndicales majoritaires), l’auteur explique les « difficultés qui s’opposent à une éventuelle politique du précariat culturel » (p. 98).

4Consacré à des trajectoires de déclassement volontaire, l’article d’Anne de Rugy n’étudie pas de front la question de la catégorisation, mais bien plutôt celle de la remise en cause des hiérarchies professionnelles et de ses possibles accointances avec une critique de l’ordre économique. L’auteure dépeint huit trajectoires professionnelles qui, alors qu’elles pourraient être décrites comme des « mobilités descendantes » subies, sont vécues par les enquêtés comme des « bifurcations » (p. 128) intentionnelles et heureuses. Ainsi pouvons-nous suivre, dans cette contribution, le parcours d’un ex-trader converti à l’enseignement des sciences économiques et sociales dans le secondaire ou la transformation d’un chargé de mission au cabinet de la Mairie de Paris en éleveur de brebis.

  • 3 Boltanski Luc, Thévenot Laurent, « Finding one’s way in social space. A study based on games », Soc (...)

5Toujours dans le domaine des catégorisations liées aux mondes professionnels, la contribution collective de Thomas Amossé, d’Étienne Pénissat et de Rémi Sinthon s’interroge sur les « marqueurs sociaux » et les « supports de repérage dans le monde social » (p. 170-177) que nous mobilisons pour définir une profession. Les auteurs rejouent, sur tablette, une expérience menée dans les années 1980 par Luc Boltanski et Laurent Thévenot3 où des enquêtés devaient identifier la profession d’une personne à partir d’indices de différentes natures (description de ses conditions de travail, de ses modes de consommation, etc.). Alors que l’hypothèse d’un « brouillage des structures sociales » est de plus en plus admise et qu’un « déclin du modèle des classes sociales » (p.161 et p.160) pourrait rendre l’expérience-jeu caduque, les résultats de leur enquête semblent confirmer ceux que Boltanski et Thevenot ont obtenus trois décennies plus tôt. La réussite au jeu dépend moins de la « possession d’un stock de connaissances savantes que [de] celle de connaissances pratiques ou [de] la capacité à avoir une certaine distance vis-à-vis de sa position sociale » (p. 178), même si d’autres facteurs la déterminent par ailleurs. L’identification de la profession par les joueurs passe par l’appréciation d’éléments indirectement liés à la profession en tant que telle : ainsi les enquêtés sélectionnent-ils des indices qui n’y réfèrent pas directement (comme le type de la voiture que possède l’individu-mystère, ou le lieu de ses dernières vacances). Ainsi, nous mettrions en œuvre, quotidiennement, des « théories ordinaires » du monde social « fondé[e]s sur l’homologie entre des professions d’une part et des pratiques préférences ou goût d’autre part » (p. 172).

6Deux contributions s’écartent, tant par leur méthodologie que par leur thème, de ce corps d’articles consacré à l’espace professionnel. Alice Simon, dans une enquête menée auprès d’enfants, tente d’exposer ce qui constitue leur « opinion politique ». Elle indique clairement, d’une part que leur opinion se fonde en grande partie sur une partition du monde entre « gentils et méchants », et d’autre part que certaines catégories constituées sont plus aisément mobilisables par eux et qu’elles sont dites sur le mode de l’évidence (comme la catégorie « racisme », unanimement décriée par les enfants et rapportée souvent à leur expérience individuelle, familiale ou amicale). L’article de Corentin Roquebert analyse des titres d’articles de presse qui mettent en œuvre des catégories de « style de vie » (comme bobos, dandy, racaille, prolos, etc., p. 55). Il montre que les journaux jouent des rôles prescripteurs différenciés dans leur promotion : elles apparaissent dans la presse « lifestyle », mais s’institutionnalisent véritablement dans le « pôle intellectuel » du champ journalistique (p. 69). Si cette étude soulève des interrogations intéressantes (considérer la presse comme un intermédiaire dans le processus de la validation de ces catégories), sa focalisation sur les titres des articles ne permet pas au lecteur d’accéder à la mobilisation « en pratique » de ces catégories dans le corps des productions journalistiques (dans cette optique, l’analyse de la catégorie « racaille » nous semble insuffisante). Une étude pragmatique de quelques textes dans leur entièreté pallierait ce manque.

  • 4 Offerlé Michel, Sociologie des groupes d’intérêts, Paris, Monchrestien, 1998, p. 20, cité par Cypri (...)
  • 5 Schütz Alfred, Le chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens Klincksieck, 1987.
  • 6 Hacking Ian, « Making up people », in Thomas Heller, Morton Sosna et David E. Wellberry (dir.), Rec (...)
  • 7 Gusfield Joseph, La culture des problèmes publics, Paris, Économica, 2009 [1981].
  • 8 Everett Hughes, Le regard sociologique : essais choisis, Paris, EHESS, 1996.

7Si ce numéro accorde une grande place aux catégorisations du professionnel, il permet par ailleurs d’aborder la question des « professionnels de la catégorisation ». En entrant par ces divers objets, le lecteur peut approcher d’abord le rôle des configurations syndicales et de la politique publique dans l’établissement de ces catégories comme les expose Nathalie Hugo-Piron, puis la figure des « entrepreneurs en représentation »4, et encore l’engagement des professionnels de la presse dans leur mobilisation. Ce numéro de Politiques de communication, riche de ces contributions et d’une introduction précise, gagnerait à être plus éclectique dans les références qu’il mobilise. Les emprunts à la sociologie bourdieusienne et aux travaux de Boltanski et Thévenot, utiles et sûrement nécessaires, écrasent une frange de travaux, anglo-saxons notamment, qui auraient pu servir le propos général sur la catégorisation. La « typification » d’Alfred Schütz5, les travaux de Ian Hacking6 sur les genres humains, ceux de Joseph Gusfield sur les problèmes publics et sur la définition des situations jugées problématiques7, ou encore ceux de Everett Hughes8 sur les questions liées aux professions, n’y sont par exemple pas mentionnés. Ils auraient pourtant apporté beaucoup à l’approche générale de la catégorisation.

Haut de page

Notes

1 Zerguine Valérie, « Précaires et branchés », Technikart, n° 25, septembre 1998.

2 Rambach Anne, Rambach Marine, Les intellos précaires, Paris, Fayard, 2001.

3 Boltanski Luc, Thévenot Laurent, « Finding one’s way in social space. A study based on games », Social Science Information, vol. 22, n° 4-5, 1983, p. 631-680.

4 Offerlé Michel, Sociologie des groupes d’intérêts, Paris, Monchrestien, 1998, p. 20, cité par Cyprien Tasset p. 104.

5 Schütz Alfred, Le chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens Klincksieck, 1987.

6 Hacking Ian, « Making up people », in Thomas Heller, Morton Sosna et David E. Wellberry (dir.), Reconstructing Individualism, Stanford University Press, Stanford, 1986 et Entre science et réalité, la construction social de quoi ?, Paris, La Découverte, 2001.

7 Gusfield Joseph, La culture des problèmes publics, Paris, Économica, 2009 [1981].

8 Everett Hughes, Le regard sociologique : essais choisis, Paris, EHESS, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Mouchard, « Jean-Baptiste Comby, Julie Pagis (dir.), « Politiques de catégorisation du monde social », Politiques de communication, n° 10, 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 19 mars 2019, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/32561

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page