Navigation – Plan du site

Lectures partenaire du Transatlantic Collaborative Translation Workshop

Faire collaborer en tandem et à distance des binômes d’étudiant·es de master français·es et étatsunien·nes, en vue de produire des traductions qui répondent aux exigences d’une publication scientifique, tel est le défi que propose l’Atelier transatlantique de traduction collaborative / Transatlantic Collaborative Translation Workshop1 mis en place conjointement à l’ENS de Lyon et au Barnard College de Columbia University. La revue Lectures s’est associée à cette entreprise en proposant aux étudiant·es de traduire des comptes rendus d’ouvrages de sciences sociales en langue française qui gagnent à être connus des publics anglophones. Les premières traductions qui résultent de cette collaboration ont été mises en ligne récemment2. D’autres suivront prochainement.

Sur le plan pédagogique, la formule de ce workshop présente de nombreux intérêts. Contrairement aux exercices purement scolaires, le travail confié aux étudiant·es constitue une « tâche authentique » (selon la terminologie didactique) qui leur permet d’appréhender en situation réelle le fonctionnement de l’économie du savoir. En effet, en contribuant à la circulation internationale de l’information scientifique, ils·elles se confrontent également aux protocoles et aux exigences de l’édition. En lui-même, le travail de traduction leur permet aussi de développer un ensemble de compétences à la fois linguistiques, scientifiques et interculturelles.

Si l’objectif de publication contribue à la motivation individuelle des participant·es (cette première traduction pourra figurer sur leur CV), il offre également aux binômes d’étudiant·es un projet d’intérêt collectif donnant sens à une collaboration distante – collaboration qui est loin d’être évidente dans les dispositifs scolaires classiques. En effet, bien qu’ils·elles soient inscrit·es dans des parcours de formation similaires, orientés vers l’enseignement ou la recherche, les masterant·es de l’ENS de Lyon et leurs pair·es du Barnard College de Columbia University n’ont évidemment pas la possibilité de se réunir physiquement pour travailler ensemble : la médiation des diverses technologies de communication est ici indispensable. Le dispositif pédagogique de l’atelier prévoit en début de session des séances de visioconférence qui permettent de « regrouper » des deux classes. Les participant·es peuvent ainsi faire connaissance et assister ensemble aux interventions qui cadrent les tâches de traduction à accomplir au cours des mois suivants. Chaque binôme organise ensuite ses propres modalités de communication (courriel, smartphone, skype…), la traduction elle-même s’effectuant via une plateforme collaborative en ligne.

À l’ENS de Lyon, c’est Layla Roesler3 qui a mis en place et qui anime l’atelier de traduction ; au Barnard College de Columbia University, le workshop est encadré par sa collègue Laurie Postlewate4. Ce partenariat initié en 2018 fait suite à une collaboration mise au point par Layla Roesler avec un College de la London University, entre 2014 et 2017. La formule actuelle de l’atelier bénéficie donc des enseignements retirés de cette première expérience pédagogique5.

En 2019, une revue anglophone également spécialisée dans la publication de comptes rendus devrait s’associer au dispositif, ce dont Lectures ne peut que se réjouir. Grâce à ce nouveau partenariat, qui est en phase de test, les étudiant·es pourront donc cette année s’engager dans un double projet éditorial : traduire en français un compte rendu d’ouvrage de langue anglaise et traduire vers l’anglais un compte rendu d’ouvrage de langue française.

La rédaction de Lectures remercie vivement Layla Roesler et Laurie Postlewate pour leur initiative originale et stimulante, ainsi bien sûr que tou·tes les étudiant·es engagé·es dans la traduction d’un compte rendu. Cette nouvelle forme de contribution s’inscrit parfaitement dans l’esprit et dans les pratiques collaboratives de notre revue, d’autant plus qu’elle participe à notre effort d’internationalisation. Nous accueillerons donc avec plaisir et intérêt les prochains comptes rendus traduits par la promotion 2019 du Transatlantic Collaborative Translation Workshop !

Notes

1 https://french.barnard.edu/FRENBC3001.

2 Le premier compte rendu traduit est celui que Matthias Fringant a consacré à l’ouvrage Pierre Bourdieu, Sociologie générale, volume 1. Cours au Collège de France (1981-1983), Raisons d’agir, 2015. La traduction a été assurée par Élisabeth Beauvallet (ENS de Lyon), Ioannis Iakovoglou (ENS de Lyon) et Sierra Watkins (Columbia University, Barnard College) : https://journals.openedition.org/lectures/30887. La seconde traduction concerne l’ouvrage Gérard Mauger, Willy Pelletier (dir.), Les classes populaires et le FN. Explications de vote, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2017. Le compte rendu de Romain Castellesi a été traduit par Elena Fineberg (Columbia University, Barnard College) et Ulysse Lechine (ENS de Lyon) : https://journals.openedition.org/lectures/30862.

3 http://cercc.ens-lyon.fr/spip.php?article109.

4 https://barnard.edu/profiles/laurie-postlewate.

5 Pour plus de détails sur le fonctionnement et les enjeux pédagogiques de l’atelier, voir : Layla Roesler, « Traduction, technologie et publics spécifiques : l’acquisition de compétences universitaires », Myriades, vol. 4, 2018, en ligne : http://cehum.ilch.uminho.pt/myriades ; Layla Roesler et Fabienne Dumontet, « Translation, Video-technology, and Interculturality: Benefits and Limits », in Kern Richard, Develotte Christine (dir.), Screens and Scenes. Multimodal Communication in Online Intercultural Encounters, New York, Routledge, 2018 ; Layla Roesler, « L’Internationalisation autrement. À la recherche de méthodes pédagogiques plus égalitaires », Cahiers de l’APLIUT/RPPLS, 2019 (à paraître).

Haut de page