Navigation – Plan du site

Julia Torlet, Le monde de la prostitution à Paris au XVIIIe siècle. Métier de corps, corps de métier ?

Théo Millot
Le monde de la prostitution à Paris au XVIIIe siècle
Julia Torlet, Le monde de la prostitution à Paris au XVIIIe siècle. Métier de corps, corps de métier ?, Paris, L'Harmattan, coll. « Chemins de la mémoire », 2018, 274 p., ISBN : 978-2-343-15849-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Stéphanie Pryen, Stigmate et métier. Une approche sociologique de la prostitution de rue, Rennes, P (...)

1L’ouvrage est issu d’un mémoire de recherche qui met en avant une volonté de rupture à l’égard des mouvements néo-abolitionnistes faisant de la prostituée une victime de la domination masculine et d’un contexte socio-économique défavorable. À l’inverse, l’autrice affirme que la prostituée est une actrice d’un secteur économique où l’acte sexuel monnayé devient un service commercial comme un autre. La thèse est ancienne, s’inscrivant à la suite du mouvement des sex workers, qui émerge dans les années 1970, et du travail sociologique de Stéphanie Pryen définissant l’activité prostitutionnelle comme un « métier1 » avec une cohésion. Elle compare ce « monde » à une corporation, avec ses maîtres, les proxénètes, ses compagnons, les prostituées expérimentées et ses apprentis, les nouvelles venues.

2L’ouverture de la première partie, « Trajectoires personnelles et carrières prostitutionnelles », offre une typologie des prostituées parisiennes. L’autrice cherche ici à donner de la cohérence à trois sphères fondées sur un critère, le lieu de racolage. La prostitution de rue, celle des maisons et enfin celle des femmes entretenues investissent toutes l’espace public mais obéissent à des logiques différentes, parfois antagonistes. Pourtant, l’argumentaire est animé par la volonté de montrer que les intérêts de ces femmes convergent vers une « réussite » (p. 188) professionnelle définie par les gains et des degrés d’autonomie difficilement appréciables. Par ailleurs, l’autrice intègre les « proxénètes » au monde de la prostitution, et surtout nuance la séparation qui existerait avec les femmes prostituées. Pour justifier cette thèse encore peu explorée, l’autrice rappelle qu’une grande partie des proxénètes sont des femmes, et souvent d’anciennes prostituées, à l’image des maquerelles qui dirigent les maisons de débauche. Cette proxénète prend part avec les prostituées à un mode de vie collectif, qu’il s’agisse de la vie en maison, ou encore des solidarités qui s’expriment dans la rue ou dans le monde de la galanterie. La maquerelle partage également des savoirs et des pratiques (sociaux, sexuels, sanitaires…) qu’elle transmettrait aux nouvelles venues dans un souci de construction d’un corps cohérent. La figure du proxénète, même lorsqu’elle est masculine, est présentée de manière bien plus positive qu’à l’accoutumée. Elle permet la « formation » (p. 50), « l’ascension sociale » (p. 99) de la prostituée, mais aussi sa « protection » (p. 43) à l’égard des clients, de la police et de la criminalité.

3L’étude n’ignore pas les pratiques de prostitution, comme les passes communes ou le tribadisme qui, selon l’autrice, renforcent les solidarités. Ces spécificités qui diversifient l’offre sexuelle des maisons intègrent les prostituées dans un système économique concurrentiel, mais également dans des sociabilités qui contribueraient à la formation d’un esprit de corps. L’intimité partagée par ces femmes permettrait de se prémunir des abus potentiels des clients, mais également d’échanger des renseignements, des conseils, ou des avertissements. De plus, les rituels d’initiation, tout comme les gestes quotidiens, favorisent l’identification de la prostituée à un « métier », un « monde », à l’image de l’usage de pseudonymes ou des pratiques d’hygiène et de santé (prophylaxie vénérienne, contraception, avortement) qui se développent dans la deuxième partie du XVIIIe siècle à Paris.

4Enfin, l’analyse de la répression policière de la troisième partie révèle une inadéquation entre un cadre législatif de plus en plus ferme et une application policière faisant preuve d’une tolérance qui préfigure, selon l’autrice, la réglementation du XIXe siècle. Des ordonnances royales de 1684 à celle du Lieutenant Général de police Lenoir de 1778, elle souligne le durcissement législatif de la répression sans pour autant ignorer la proximité des inspecteurs à l’égard de ce qu’ils considèrent comme un « mal nécessaire ». L’enfermement dans l’hôpital de la Salpêtrière demeure la principale sanction menaçant les prostituées parisiennes. En revanche, Julia Torlet relève la relative quiétude des proxénètes et la rareté des comparutions au tribunal criminel. Source de précieuses informations, la coopération entre proxénètes et police favorise la surveillance et le contrôle d’individus suspects naviguant entre les différentes sphères, de la rue à la galanterie. La police redoute avant tout la visibilité de l’activité et les scandales qui peuvent l’accompagner. De ce fait, à condition d’éviter tout débordement, les prostitutions de rue et de maison ne subissent pas d’entrave majeure à leur essor. Pour relier cette dernière partie à sa thèse, l’autrice avance alors deux arguments. D’une part, la répression des dérives participe de l’homogénéisation par la norme de la prostitution. D’autre part, l’enfermement offre aux femmes des occasions de réunion où s’approfondit cet esprit de corps tant recherché. Néanmoins, derrière l’élégant palindrome qui dirige l’argumentaire de l’ouvrage, se cache un manque de méthode historique qui enraye sa mécanique. La rareté des références aux sources laisse le lecteur seul face aux affirmations et aux généralisations de l’autrice. Ainsi, alors que les citations se réfèrent généralement à des lettres ou des publications d’observateurs appartenant à la galanterie comme Justine Pâris et Marguerite Gourdan ou aux élites intellectuelles comme Louis-Sébastien Mercier et Restif de la Bretonne, l’autrice multiplie les généralisations à l’ensemble du « monde » de la prostitution. Par exemple, elle argumente en faveur d’un lien affectif, voire « maternel » (p. 71), entre les prostituées et les proxénètes sous prétexte qu’une femme qualifie Madame Gourdan de « chère maman » (p. 72). La distance critique à l’égard des sources, rarement contextualisées, paraît ainsi insuffisante, tout comme la définition du corpus.

5Il est également possible de regretter l’absence d’interrogation sur les concepts qui soutiennent la thèse de l’autrice : qu’est-ce qu’un métier ? Ne peut-on pas mettre en évidence la spécificité de l’activité prostitutionnelle ? Quels sont les critères retenus pour désigner un proxénète ? De la même manière, certains choix peuvent prêter à débat, comme celui d’exclure le client du « monde » de la prostitution alors même que le désir masculin façonne les contours de l’offre sexuelle.

  • 2 Clyde Plumauzille, Prostitution et Révolution. Les femmes publiques dans la cité républicaine (1789 (...)
  • 3 Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisirs à Paris au XIXe siècle, Par (...)

6En dernier lieu, il nous semble que la thèse de l’autrice souffre d’un manque de considération à l’égard de l’historiographie de la prostitution. Mis à part l’ouvrage pionnier de Marie-Érica Benabou, l’autrice ne mentionne à aucun moment le travail révolutionnaire de Clyde Plumauzille2 et l’approche géographique défendue par Lola Gonzalez-Quijano3 n’est pas employée. La ville de Paris s’efface derrière des intérieurs qui ignorent leur localisation. La dimension spatiale du phénomène prostitutionnel n’est que brièvement abordée au travers d’une courte liste de pôles comme l’Hôtel de Ville, le quartier de la Boucherie ou celui du Port-au-Blé. Finalement, cette quête d’une cohérence au sein de toutes les activités prostitutionnelles, quel que soit le milieu social évoqué, se laisse dépasser par l’hétérogénéité de l’objet d’étude.

Haut de page

Notes

1 Stéphanie Pryen, Stigmate et métier. Une approche sociologique de la prostitution de rue, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 1999.

2 Clyde Plumauzille, Prostitution et Révolution. Les femmes publiques dans la cité républicaine (1789-1804), Paris, Champ Vallon, coll. « La chose publique », 2016. Compte rendu de Lilian Mathieu pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/21865.

3 Lola Gonzalez-Quijano, Capitale de l’amour. Filles et lieux de plaisirs à Paris au XIXe siècle, Paris, Vendémiaire, coll. « Chroniques », 2015. Compte rendu de Pierre-Louis Buzzi pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/19468.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Théo Millot, « Julia Torlet, Le monde de la prostitution à Paris au XVIIIe siècle. Métier de corps, corps de métier ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 21 mars 2019, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/32645

Haut de page

Rédacteur

Théo Millot

Doctorant contractuel à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et agrégé d’histoire, prépare une thèse sous la direction de Dominique Kalifa intitulée « Proxénètes et proxénétisme en France au début du XXe siècle (1903-1946) : acteurs, réseaux, représentations ».

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page