Skip to navigation – Site map

Olivier Christin (dir.), Républiques et républicanismes. Les cheminements de la liberté

Tristan Boursier
Républiques et républicanismes
Olivier Christin (dir.), Républiques et républicanismes. Les cheminements de la liberté, Lormont, Le Bord de l'eau, series: « Bibliothèque républicaine », 2019, 274 p., ISBN : 9782356875884.
Top of page

Full text

  • 1 Pocok J. G. Agard, Le moment machiavélien. La pensée politique florentine et la tradition républi (...)

1Loin des tentatives classiques de construction d’une histoire homogène du républicanisme, cet ouvrage démultiplie les analyses de cas aussi riches que diverses, s’inscrivant ainsi dans la littérature contemporaine qui voit le républicanisme non comme un programme, mais comme un langage1. Le républicanisme est ainsi appréhendé comme un projet multiple qui a su faire face à des contextes historiques variés et qui peut fournir des réponses à des problématiques contemporaines : solidarité, laïcité, justice sociale, éducation.

  • 2 Christin Olivier (dir.), Demain, La République, Lormont, Le Bord de l’eau, coll. « Bibliothèque rép (...)

2Cet ouvrage fait suite à Demain, la République2, dans lequel une première série de questionnements était lancée autour d’enjeux théoriques tels que l’école, la citoyenneté, l’impôt ou la redistribution. Poursuivant ces réflexions, Républiques et républicanismes aborde ces enjeux sous une approche plus historique, mais également en les complétant par de nouvelles questions. Le républicanisme est-il un projet social ? Peut-on penser l’écologie grâce au républicanisme ? Comment les modèles républicains se sont-ils adaptés à des transformations du pouvoir ? Pour répondre à ces questions, Olivier Christin et ses collègues historien.n.es et philosophes, argumentent que l’écriture de l’histoire doit être replacée au cœur du projet républicain. Pour les auteur·e·s, cette préoccupation de la place de l’histoire dans le développement de la pensée républicaine rend compte non pas d’une légitimité républicaines basée sur une quelconque forme de transcendance, mais sur « [la] connaissance et la reconnaissance des choses accomplies par les hommes pour être libres dans une société politique et pour trouver une manière de vivre ensemble malgré ce qui les distingue et souvent les oppose » (p. 7). L’ouvrage s’insère donc davantage dans le champ de l’histoire des idées politiques que dans celui de la pensée politique.

3Les différentes contributions qui constituent l’ouvrage, bien que nombreuses (15), ne sont pas organisées en sections. Néanmoins, quatre thématiques transparaissent à leur lecture : républicanisme et transformation du pouvoir, influence de l’économie politique sur le républicanisme, solidarité et républicanisme, et éducation et laïcité.

4Une première série de contributions examine la manière dont différentes tentatives républicaines se sont adaptées aux mutations du pouvoir de leur temps. Ilaria Taddei déconstruit ainsi les mythes de la république florentine au XIVe siècle pour étudier la transition d’une seigneurie régalienne vers une organisation politique basée sur la citoyenneté (p. 18). Céline Spector explore les différences théoriques qui séparent le républicanisme d’Harrington de celui de Montesquieu, faisant de ce dernier un allié critique du projet républicain. La contribution de Catherine Secretan contribue à développer une vision critique du républicanisme. Elle analyse comment le système institutionnel dans la République des Provinces-Unies (actuels Pays-Bas) au XVIIe siècle a permis de préserver la toute-puissance du patriarcat au pouvoir. Ces contributions sont liées à des questionnements plus théoriques portant par exemple sur la réconciliation de la vertu avec les droits individuels (p. 29), sur la protection des individus face à la volonté arbitraire (p. 95) ou sur l’importance du droit de résistance (p. 96), amenés par Christopher Hamel et par Thomas Maissen.

5La seconde série de chapitres contribue à examiner les liens entre républicanisme et économie en interrogeant les échanges des économistes du XVIIIe siècle sur les républicains. Par exemple, pour Manuela Albertone, l’économie politique des physiocrates, portée par Condorcet, Jefferson et Say, participa à la fondation d’un républicanisme moderne en promouvant l’élargissement de l’acquisition de la propriété comme manifestation de la liberté (p. 114). Cette contribution entre en dialogue avec celle de Florence Gauthier, laquelle met en exergue la faiblesse de la pensée physiocrate, selon elle responsable du détachement de l’économie vis-à-vis des sciences humaines, faisant de celle-ci une discipline régie par des lois naturelles. L’auteure propose une brève histoire de la liberté du commerce des gains avant et pendant la Révolution française, depuis une perspective qui tient « les droits de l’homme et du citoyen » comme critère moral. Yannick Bosc, quant à lui, met en avant la puissance des écrits de Thomas Paine en tant que penseur républicain (p. 130). L’auteur reprend et ravive le concept de droit à l’existence, dans sa dimension à la fois matérielle et spirituelle, pour critiquer l’accumulation de la propriété comme génératrice de surplus.

  • 3 Arendt Hanna, Essai sur la Révolution, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1967.

6Le lien entre économie et République est également approfondi sous l’angle social avec une attention particulière sur l’enjeu de la solidarité. Les contributions rappellent qu’il est important de prendre en compte les conditions matérielles – comprises comme les conditions d’existence aussi appelées par Hanna Arendt la « question sociale »3 – nécessaires à la réalisation des idéaux républicains dans l’histoire. Stéphanie Roza ancre le débat dans l’opposition entre matérialisme et idéalisme, incarné par Robespierre et Babeuf dans leurs discussions sur le suffrage censitaire. Pour le premier, il s’agit de défendre l’intérêt du pauvre alors que pour le second, ce sont des principes universels qu’il faut défendre. Lauricella Marie apporte une perspective originale sur l’école buchézienne en 1848 – du nom du politicien français Philippe Buchez –, qu’elle estime être une tentative d’importation de valeurs et de pratiques républicaines au sein de l’économie. Autrement dit, un État qui encouragerait la société civile – et en particulier les travailleur·euse·s – à être acteur·trice·s de l’amélioration de leurs propres conditions physiques et morales. Sa contribution est enrichie par le regard historique de Samuel Hayat sur les mouvements sociaux ouvriers de la fin du XIXe. Celui-ci cherche à comprendre la mobilisation ouvrière en faveur du projet républicain en France, alors même que ce projet avait a priori moins de chances de les séduire que le projet socialiste (p. 177).

7La dernière série de contributions s’intéresse à la place centrale de l’éducation dans le projet républicain. Les auteur·e·s s’inscrivent, pour la plupart, dans une perspective classique qui conçoit l’éducation comme outil de formation de citoyen·ne·s libres. Néanmoins, l’argumentation ouvre la voie à une interprétation plus contemporaine du sujet. Par exemple, Marie-Claude Blais rappelle un principe fondamentalement pratique au cœur du projet républicain : « la tâche spirituelle de la République est de redéfinir en permanence le sens des principes dont elle besoin pour se guider » (p. 209). La contribution de Stéphan Soulié prétend établir les contours d’une morale laïque républicaine qui s’oppose à une lecture du projet éducatif comme un outil d’endoctrinement des esprits au service d’une république bourgeoise, ou au contraire, à une lecture plaçant ce projet comme cohérent et dépourvu de toute contradiction (p. 252).

8Malgré la volonté affichée d’élargir la pensée républicaine à des horizons inhabituels, en variant les aussi bien la localisation des études de cas que les angles d’analyse, l’ouvrage s’ouvre avec prudence sur cette diversité géographique et théorique. Les contributions sont convaincantes de par leur capacité à fournir des visions hétéroclites de la scène républicaine française du XVIIIsiècle, enrichies par des études des cas britanniques, américains, suisses, hollandais et italiens. Les propositions enthousiastes d’Alexandre Fontaine et de Serge Audier assoient des positions fortes qui n’ont pas d’équivalent dans l’ouvrage. Le premier plaide l’ouverture du débat républicain à des catégories historiques et théoriques hybrides, métissant ainsi des projets non républicains dans la constitution même du républicanisme. Il souligne l’importance des influences étrangères et des constructions théoriques variées dans la construction des projets républicains nationaux en étudiant l’influence mutuelle des cas suisse et français. De son côté, Serge Audier réussit avec rigueur à connecter certaines exigences écologiques et sociales contemporaines avec la pensée républicaine.

  • 4 Pettit Philip, Républicanisme: une théorie de la liberté et du gouvernement, Paris, Gallimard, 2004
  • 5 Skinner Quentin, La liberté avant le libéralisme, Paris, Le Seuil, 2016.
  • 6 Chabal Emile, « From the banlieue to the burkini: the many lives of French republicanism », Modern (...)
  • 7 Allen Michael P., Von Essen Erica, « Neo-republicanism as a route to animal non-domination », Polit (...)
  • 8 Honohan Iseult, « Republicanism and the all subjected principle as the basis of democratic membersh (...)

9Sur le plan théorique, les principaux courants sont à peu près tous abordés : républicanisme classique, républicanisme humaniste, néo-romain ou néo-républicanisme. Néanmoins, le dialogue avec les penseur·euse·s contemporain·e·s non continentaux du républicanisme semble encore difficile. Seul·e·s quelques auteur·e·s prennent en compte le néo-républicanisme d’un Pettit4 ou d’un Skinner5. De plus, des questions suscitant l’intérêt démocratique contemporain demeurent absentes, telles que celle du rapport spécifique entre le républicanisme français et l’Islam6, celle du droit animal7 ou celle de la capacité du républicanisme à ne pas exclure des minorités marginalisées dans son modèle de citoyenneté8. L’ouvrage dirigé par Olivier Christin est ainsi davantage une histoire de la pensée républicaine française du XVIIIe siècle, enrichie par des contributions plus larges, reliée au souci d’un républicanisme continental, qu’un ouvrage de pensée politique qui adapte le républicanisme aux défis politiques contemporains.

Top of page

Notes

1 Pocok J. G. Agard, Le moment machiavélien. La pensée politique florentine et la tradition républicaine atlantique, Paris, PUF, coll. « Léviathan », 1997.

2 Christin Olivier (dir.), Demain, La République, Lormont, Le Bord de l’eau, coll. « Bibliothèque républicaine », 2018 : https://journals.openedition.org/lectures/24527.

3 Arendt Hanna, Essai sur la Révolution, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1967.

4 Pettit Philip, Républicanisme: une théorie de la liberté et du gouvernement, Paris, Gallimard, 2004.

5 Skinner Quentin, La liberté avant le libéralisme, Paris, Le Seuil, 2016.

6 Chabal Emile, « From the banlieue to the burkini: the many lives of French republicanism », Modern & Contemporary, vol. 25, n° 1, 2017, p. 68-74.

7 Allen Michael P., Von Essen Erica, « Neo-republicanism as a route to animal non-domination », Politics and animals, n° 2, 2016, p. 15-24.

8 Honohan Iseult, « Republicanism and the all subjected principle as the basis of democratic membership », in Rainer Bauböck (dir.), Democratic inclusion, Manchester University Press, 2018.

Top of page

References

Electronic reference

Tristan Boursier, « Olivier Christin (dir.), Républiques et républicanismes. Les cheminements de la liberté », Lectures [Online], Reviews, 2019, Online since 26 March 2019, connection on 16 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/32759

Top of page

About the author

Tristan Boursier

Tristan Boursier est doctorant en science politique à l’Université de Montréal et à Sciences po Paris. Ses recherches portent sur la structuration des politiques de solidarités sociales en milieu de diversité culturelle dans une perspective néo-républicaine. Il est membre du CEVIPOF et du centre Jean Monnet de Montréal.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page