Navigation – Plan du site

Christophe Le Digol, Gauche-droite : la fin d’un clivage ? Sociologie d’une révolution symbolique

Julien Michel
Gauche-droite : la fin d'un clivage ?
Christophe Le Digol, Gauche-droite : la fin d'un clivage ? Sociologie d'une révolution symbolique, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « troisième culture », 2018, 84 p., ISBN : 978-2-35687-600-3.
Haut de page

Texte intégral

1En 2017, Emmanuel Macron a été élu Président de la République française au terme d’une campagne surprenante par bien des aspects. Un homme jeune, jamais élu jusqu’alors, soutenu par son propre parti créé un an avant le second tour, a mis fin à une alternance entre la droite et la gauche que l’on croyait pérenne dans la Cinquième République, et même depuis la Révolution française. Dans une campagne marquée par un discours de « dégagisme » et de refus de « l’ancien monde », Emmanuel Macron a construit sa victoire autour de l’idée « ni de droite, ni de gauche », désignant ce clivage comme l’une des raisons du désamour des Français pour la politique et propulsant son obsolescence comme le point de départ d’un « nouveau monde » réconciliateur, plus proche des préoccupations des gens, débarrassé des idéologies, en un mot plus pragmatique. C’est dans ce contexte que Christophe Le Digol s’interroge sur la pertinence de parler de la mort du clivage gauche-droite auquel nous avons assisté. Il s’intéresse d’abord à sa construction historique pour ensuite discuter de sa potentielle destruction.

  • 1 Lipset Seymour Martin et Stein Rokkan, Party systems and voter alignments. Cross-national perspecti (...)

2L’auteur fait le constat que l’histoire du clivage entre les groupes « droite » et « gauche » est peu documentée, malgré un travail assez poussé sur les histoires respectives de ces groupes. Il replace l’origine de la dichotomie droite-gauche à la Révolution, lorsque les députés favorables à l’octroi d’un veto absolu au roi Louis XVI se sont placés du côté droit de l’hémicycle tandis que les opposants se regroupaient du côté gauche. Pour Le Digol, la sphère politique a cessé d’être le monopole d’une classe de la population, essentiellement la noblesse et le clergé, rendant plus difficile la défense d’intérêt particuliers ; en effet, par l’invention du « citoyen », le pouvoir politique s’est trouvé dispersé entre un plus grand nombre d’acteurs. Pour espérer défendre ses intérêts particuliers, un acteur politique doit pouvoir rassembler assez de pouvoir, et donc de « citoyens », pour peser dans les décisions. C’est dans cette volonté de rassembler le pouvoir politique dispersé dans chaque citoyen que le clivage intervient en tant qu’entreprise de différenciation et donc de regroupement. En nouant des alliances, l’acteur intègre son intérêt personnel au sein d’un intérêt collectif. Cette mise en commun permet lui permet d’accéder à une représentation dans les institutions et ainsi d’obtenir le pouvoir d’agir politiquement. Cette proposition peut se rapprocher de l’analyse de Rokkan et Lipset1 dans laquelle ils identifient quatre moments historiques à l’origine de quatre clivages qui ont façonné le système partisan d’Europe de l’ouest en favorisant le regroupement d’intérêts particuliers. Explorant la vie politique française depuis la Révolution, Christophe Le Digol explique que des groupes autres que la gauche ou la droite se sont créés en fonction du contexte propre à leur époque. Le clivage gauche-droite est ainsi l’expression d’une conflictualité sociale présente lors de sa création.

3L’auteur insiste bien sur le fait que la présence du clivage gauche-droite n’est pas continue dans la vie politique française. Toutefois, le scrutin à deux tours de la Cinquième République, qui provoque mathématiquement un « rassemblement » d’opinions au second tour et qui met en scène l’affrontement de deux camps, l’a particulièrement renforcé. Christophe Le Digol explique que la présence et la pertinence du clivage gauche-droite est fonction de l’autonomisation de la politique, en tant que champ hors d’autres contextes sociaux, et donc de la distribution de ressources politiques et de la lutte des agents pour peser sur les décisions par la collectivisation de leurs intérêts.

4Les catégories « gauche » et « droite » se sont réifiées depuis l’origine du clivage. Par un long travail symbolique, les agents qui les ont utilisées y ont fait infuser des idées politiques propres à leur époque. Ces catégories deviennent des objets avec une histoire, des doctrines, des théories et théoriciens. Par cette démonstration, l’auteur explique que si le clivage résulte d’une autonomisation du champ politique, il s’est aussi autonomisé des agents politiques qui, eux, l’utilisent pour se rattacher à un héritage perpétuellement reconstruit. Pour autant, la définition de ces catégories fait débat et les héritiers se disputent le monopole d’incarner la « vraie gauche » ou la « vraie droite ». Le Digol montre ensuite que le système gauche-droite a désigné, dans la sphère scientifique et médiatique, des classifications de politiques et d’agents politiques par rattachement à telle ou telle idéologie, qui seraient le fondement des catégories poursuivant cette réification-naturalisation.

5Pour Christophe Le Digol, l’élection d’Emmanuel Macron révèle plusieurs crises contextuelles. En premier lieu, elle marque une crise du duopole politique, c’est-à-dire une crise de la production et de la reproduction des deux pôles droite et gauche. La différenciation entre les deux catégories, si elle était clairement identifiable au début de la Cinquième République, s’est estompée en produisant de la continuité dans la teneur des décisions politiques, malgré l’alternance. En second lieu, l’élection de Macron révèle une crise de confiance en la politique. Elle marque une méfiance envers les représentants politiques qui n’appliquent pas leur programme. Cette méfiance se traduit par une montée de l’abstention et par l’émergence du vote en faveur de partis qui n’ont jamais participé à un gouvernement. La crise de confiance est renforcée par le sentiment des citoyens qui ressentent l’échelon national comme inutile face à une Union européenne sur laquelle ils ont l’impression de n’exercer aucun contrôle.

  • 2 Sur la dynamique des primaires, voir : Le Bras Hervé, « Changements d’opposition : une interprétati (...)

6Pour l’auteur, la double crise du système politique a balayé l’échiquier habituel de l’électorat. Des partis moins bien placés se sont retrouvés sous la lumière des projecteurs et ceux qui occupaient cette place précédemment se sont vus marginalisés. Cette dynamique s’est trouvée renforcée par l’usage des primaires dans les deux partis traditionnels de gouvernement qui, par une sélection interne, ont ouvert à Emmanuel Macron un espace politique plus large2.

7Christophe Le Digol analyse le résultat de l’élection en utilisant la notion de capital dans un sens bourdieusien. Emmanuel Macron se présente aux élections avec peu de capital politique pour accéder à la fonction de président de la République, ce qui constitue un avantage dans cette conjoncture. Il possède cependant un fort capital médiatique, auquel il fait subir une double conversion : il s’en sert pour constituer un capital militant, dans un premier temps, qu’il valorise dans un second temps pour produire un capital électoral.

8Selon l’auteur, Emmanuel Macron attire, grâce à son capital médiatique, trois catégories de militants : les établis, les outsiders et les néophytes. Les établis sont des barons politiques locaux qui, en marge de leur parti, prennent le risque de suivre ce nouveau candidat, dans le but d’accéder à des postes plus prestigieux ou de conserver leurs fonctions, et ce malgré la chute du gouvernement précédent. Les outsiders sont plus hétérogènes, ce sont soit des dirigeants de partis marginalisés, soit des agents politiques de second plan qui ne voient pas d’évolution dans leur propre groupe politique. Ils se rallient pour profiter de la dynamique ascendante dans un paysage en complète recomposition, tout en évitant de se trahir politiquement : en effet, le mouvement n’appartenant pas à l’autre catégorie, ils peuvent rester « droit[s] dans [leurs] bottes ». Enfin, les néophytes sont ceux qui n’ont jamais exercé de mandat électif politique et qui rejoignent le candidat pour des raisons très diverses ; le discours anti-système et révolutionnaire d’Emmanuel Macron se sert d’eux. Ils et elles sont la « société civile » s’opposant à une élite politique, ce qui lui donne un avantage stratégique face aux candidats traditionnels pour qui le capital politique devient un fardeau.

  • 3 Bourdieu Pierre, Les règles de l'art genèse et structure du champ littéraire (nouvelle édition revu (...)

9Pour comprendre l’élection, Christophe Le Digol se sert de l’analogie avec l’art et sa révolution décrite par Pierre Bourdieu3. Emmanuel Macron a fait éclater les frontières des alliances entre les des agents politiques de la même manière qu’une révolution symbolique peut bouleverser le champ de l’art, sous réserve que les initiateurs possèdent un fort capital social et bénéficient d’un certain charisme. Cette « révolution symbolique » a désorganisé les habitudes politiques et les processus de recrutement, permettant la formation d’un bloc politique du centre-droit au centre-gauche et parachevant le brouillage entre la droite et la gauche entamé depuis plusieurs années. L’auteur propose deux hypothèses pour continuer l’exploration de cette voie : soit le changement de processus de recrutement est momentané, soit il marque un tournant plus important qui renouvelle la place du capital dans la désignation d’une élite politique. Cette question reste en suspens et trouvera sa réponse dans des élections futures, estime Le Digol.

10En définitive, la mort annoncée du clivage gauche-droite est-elle confirmée ? Pour l’auteur, l’élection d’Emmanuel Macron ne suffit pas à l’enterrer. Au cours de son histoire, ce clivage a été oublié puis réactivé selon les circonstances. Si l’élection de Macron a produit une révolution symbolique, c’est une révolution politiquement très conservatrice. Par un travail de changements d’acteurs, l’ordre institutionnel a été préservé, voire réactivé, et le monopole exercé par le centre sur la Cinquième République a continué de se déployer. Après un an de pouvoir d’Emmanuel Macron, Christophe Le Digol estime que la dichotomie gauche-droite n’a toujours pas disparu, que ce soit dans les commentaires ou dans l’action politique. Le clivage pèse encore dans les institutions locales ou mêmes nationales et, pour l’auteur, c’est l’un des enjeux des manœuvres politiques futures pour La République En Marche que de conquérir les scrutins les uns après les autres sur le même modèle d’entreprise politique, pour réellement faire disparaître ces deux catégories.

Haut de page

Notes

1 Lipset Seymour Martin et Stein Rokkan, Party systems and voter alignments. Cross-national perspectives, New York, Free Press, 1967.

2 Sur la dynamique des primaires, voir : Le Bras Hervé, « Changements d’opposition : une interprétation de l’élection d’Emmanuel Macron », Les Temps Modernes, n° 695, 2017, p. 30-42.

3 Bourdieu Pierre, Les règles de l'art genèse et structure du champ littéraire (nouvelle édition revue et corrigée. éd., Points Essais 370), Paris, Éditions du Seuil, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Michel, « Christophe Le Digol, Gauche-droite : la fin d’un clivage ? Sociologie d’une révolution symbolique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 26 mars 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/32765

Haut de page

Rédacteur

Julien Michel

Étudiant en master 2 recherches et études sociologiques à l’université Toulouse Jean-Jaurès.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page