Navigation – Plan du site

Catherine Depretto, John Pier Philippe Roussin (dir.), « Le formalisme russe cent ans après », Communications, n° 103, 2018

Victoire Feuillebois
Le formalisme russe cent ans après
Catherine Depretto, John Pier, Philippe Roussin (dir.), « Le formalisme russe cent ans après », Communications, n° 103, 2018, 292 p., Paris, Seuil, ISBN : 9782021406467.
Haut de page

Texte intégral

1Courant de pensée né au moment de la Première Guerre mondiale en Russie, le formalisme constitue l’une des grandes révolutions critiques du XXe siècle : il a fait émerger un nouveau paradigme d’analyse mettant l’accent sur les caractéristiques formelles de l’œuvre au détriment de l’intention de son auteur ou du contexte historique de sa production. L’approche formaliste des productions artistiques a ainsi considérablement modifié la manière d’expliquer les textes littéraires, mais la portée de la méthode formelle s’étend bien au-delà et a été appliquée dès l’origine à des objets aussi différents que le cinéma ou le folklore. En dépit de l’aura de grand ancêtre qui entoure ce courant, peu d’ouvrages, avant ce numéro de Communications, s’étaient aventurés sur le terrain périlleux de l’historiographie du formalisme russe, tâche particulièrement difficile en raison de l’organisation propre de ce courant, mais aussi des circonstances dans lesquelles il s’est développé.

2En effet, comme le rappelle Catherine Depretto, le « formalisme russe » stricto sensu est un courant de pensée qui s’est développé entre 1915 et la fin de la décennie 1920, mais il n’a jamais été une école ou un mouvement aux contours bien définis : divers cercles se sont constitués à Moscou et à Saint-Pétersbourg durant la Première Guerre mondiale et la première décennie après la Révolution d’octobre, fédérant en réalité des chercheurs aux intérêts et aux pratiques très divers autour d’une « méthode formelle » pouvant s’appliquer aussi bien à la littérature qu’au cinéma ou à l’étude du folklore. Ainsi, dans son article canonique de 1919 « Comment est fait Le Manteau de Gogol ? », le formaliste Boris Eikhenbaum rompt avec la lecture traditionnelle de ce texte, interprété comme une défense des « petites gens » face aux absurdités du système bureaucratique. Le critique montre que le texte repose sur des jeux formels et des effets de sonorité qui contribuent à eux seuls, indépendamment de tout contenu d’idées, à créer l’effet de l’œuvre. Ce paradigme critique accompagne le mouvement des avant-gardes russes, qui rompent avec une logique figurative : le critique Iouri Tynianov collabore en 1926 à l’adaptation du Manteau de Gogol par deux pionniers du cinéma soviétique expérimental, Grigori Koznitsov et Léonid Trauberg, et il passe en 1927 à l’écriture fictionnelle avec Le Lieutenant Kijé, récit fantastique où une lettre prend vie et monte en grade dans la bureaucratie. Mais en faisant passer au second plan le contenu idéologique des productions artistiques et en nouant des liens avec les groupes artistiques modernistes, les formalistes sont de plus en plus mal vus par les autorités soviétiques. Forcés de s’expatrier, les critiques exportent le courant à Prague jusqu’à la veille du second conflit mondial et à New York où il laisse sa marque dans le paysage intellectuel jusque dans les années 1960. Le terme même de « formalisme », donné par les opposants des critiques concernés, désigne donc plutôt une constellation de penseurs qu’une véritable école, mais cette caractéristique a été à l’origine de son riche héritage, qui s’étend de l’étude de la narration ou des structures poétiques à une première forme d’anthropologie structurale. Face à une telle diversité, le chercheur peut douter de la possibilité de rendre compte de l’essence d’un tel courant dans un ouvrage collectif.

3Ce numéro de commémoration ne vise pas à figer l’image du courant formaliste russe mais plutôt à restituer son caractère de rupture épistémologique, tout en mettant en valeur sa richesse foisonnante, dont les contemporains n’ont pas toujours conscience. Trois grands enjeux se dégagent de ce recueil, même s’ils ne structurent pas son plan. Une première série d’articles s’attache ainsi à remettre en lumière un formalisme oublié, disparu dans les méandres de son développement historique heurté. En effet, si le formalisme est né il y a cent ans, sa première diffusion en Occident date de cinquante ans (le recueil s’ouvre sur un des derniers textes signés par Tzvetan Todorov, qui traduisit en français une anthologie des formalistes, restée une référence), et cela fait seulement trente ans que les archives russes sont ouvertes et dévoilent de nouveaux faits jusque-là inconnus. Au prisme des contributions des meilleurs spécialistes internationaux, eux-mêmes issus de pays où le formalisme a imprimé sa marque, comme la République Tchèque ou les États-Unis, on voit réapparaître des figures injustement méconnues (Grigori Vinokour dans l’article de Sylvie Archaimbault, Viktor Jirmounski dans celui de Michel Espagne ou la « branche cadette » du formalisme évoquée par Natalia Avtonomova) et émerger des textes fondamentaux, jusque-là inaccessibles en français (comme l’essai à la fois manifeste et testament signé par Boris Tomachevski au crépuscule du formalisme et traduit pour la première fois par Catherine Depretto).

4Un second groupe d’article interroge les frontières du formalisme par rapport aux autres paradigmes théoriques, concurrents ou amis, et aux disciplines voisines. On voit s’y dessiner les contours d’un type de pensée profondément interdisciplinaire, s’étendant de la poétique pure (voir les articles de Wolf Schmid, Christine Noille ou Philippe Roussin) aux arts visuels, comme le montre Nadia Podzemskaia. La notion d’évolution, évoquée par deux articles, met sans doute le mieux en valeur cette interrogation à la fois proprement littéraire et largement en dialogue avec les paradigmes issus d’autres disciplines : tandis que Tomáš Kubíček montre que Iouri Tynianov s’inspire de Darwin pour penser « la lutte des genres littéraires pour la survie », Aage A. Hansen-Löve retrace la réflexion commune entre Tynianov et Roman Jakobson pour repenser l’histoire littéraire à partir de la notion de fonction. Cette pensée en dialogue a justement suscité le dialogue avec d’autres : ainsi, Caryl Emerson montre que Mikhaïl Bakhtine, dont la pensée offre un modèle radicalement différent, sur le fond et la forme, de celui des formalistes, adopte à leur égard une attitude plus ouverte qu’on ne pourrait l’imaginer.

5Un dernier groupe de contributions explore les généalogies du formalisme, au sens plein d’un terme explicitement cité dans le titre de l’article de Tomáš Glanc (« Une généalogie du structuralisme ») : il ne s’agit pas simplement de reconstituer les dettes et les héritages de ce courant, mais de montrer comment l’interrogation formaliste a modifié les valeurs que l’on attribue à une œuvre ou à un phénomène sémiotique et, partant, a transformé la manière dont on les analyse. Et ici encore, le formalisme n’est pas forcément là où on l’attend : il connaît en France une réception plurielle, comme le montre Frédérique Matonti, et essaime jusqu’à la Pologne, où il laisse une profonde trace dans les études linguistiques et littéraires (Michał Mrugalski). Si le formalisme russe a bien sûr influencé le structuralisme et la sémiotique (Katalin Kroó), on peut aussi traquer sa marque jusque dans les paradigmes les plus contemporains comme celui du « distant reading », dont l’ancêtre semble pour Catherine Depretto être Boris Jarkho, et dans la théorie des mondes fictionnels qu’explore John Pier.

6Ce numéro de Communications constitue ainsi le premier bilan d’ampleur du formalisme cent ans après : par la diversité des approches et son caractère à la fois international et interdisciplinaire, il rend justice à l’influence considérable de cette pensée complexe sur nos manières d’appréhender les œuvres aujourd’hui encore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victoire Feuillebois, « Catherine Depretto, John Pier Philippe Roussin (dir.), « Le formalisme russe cent ans après », Communications, n° 103, 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 27 mars 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/32794

Haut de page

Rédacteur

Victoire Feuillebois

Ancienne élève de l’École normale supérieure, Victoire Feuillebois est maître de conférences en études russes à l’Université de Strasbourg et spécialiste de la littérature du XIXe siècle.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page