Navigation – Plan du site

Jeffrey Weeks, Écrire l’histoire des sexualités

Pauline Mortas
Écrire l'histoire des sexualités
Jeffrey Weeks, Écrire l'histoire des sexualités, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « SXS Sexualités », 2019, 231 p., trad. Françoise Orazi, Samuel Baudry, Baudouin Millet, Jean-Charles Perquin, ISBN : 978-2-7297-0943-3.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est la traduction française de What is Sexual History? (Polity Press, 2016), augmentée pour l’occasion d’une préface inédite. Son auteur, Jeffrey Weeks, est l’un des grands noms de l’histoire de la sexualité ; ses travaux s’ancrent dans son engagement au sein du mouvement militant gay des années 1970. Dans cet ouvrage assez court mais très dense, l’auteur propose une réflexion épistémologique sur l’histoire des sexualités et une synthèse des évolutions de ce champ disciplinaire. Il y défend une histoire critique, rejetant la vision essentialiste de la sexualité comme un invariant des sociétés humaines, et insistant au contraire sur sa dimension éminemment construite. Parce que les récits de l’histoire de la sexualité sont souvent chargés de valeurs qui impliquent le présent au moins autant que le passé, une histoire critique de la sexualité doit selon lui, à rebours des récits simplistes et déterministes, insister sur l’existence de récits multiples.

2Le premier chapitre se focalise sur les méthodes et les problématiques de l’histoire critique de la sexualité. Née dans les années 1970, cette histoire a pour principe de montrer que les catégories de pensée (masculin/féminin, hétérosexualité/homosexualité, sexualité) qui semblent aller de soi, sont en réalité « des constructions culturelles et historiques » (p. 45) liées à notre présent et qui limitent notre compréhension du passé. L’histoire critique de la sexualité est donc marquée à ses débuts par des préoccupations théoriques importantes et par un fort dialogue avec les autres sciences sociales, mais aussi les études littéraires. Pour autant, ce n’est pas une histoire désincarnée : elle est aussi, sous l’influence de la nouvelle génération de militant·e·s queer ou féministes des années 1990, une histoire du corps, de la subjectivité et des affects.

  • 1 Mary MacIntosh, « The Homosexual Role », Social Problems, vol. 16, n° 2, automne 1968, p. 182-192.
  • 2 Eve Kosofsky Sedgwick, Épistémologie du placard (trad. fr. Maxime Cervulle), Paris, Éditions Amster (...)
  • 3 Judith Butler, Trouble dans le genre : le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Décou (...)
  • 4 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, 1. La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

3L’auteur retrace ensuite les grandes étapes de l’histoire de la sexualité. Les premiers sexologues de la fin du XIXe siècle, à l’instar d’Havelock Ellis, ont joué un rôle important dans son émergence, mais ont surtout mené une « histoire naturelle » (p. 54) de la sexualité, prenant pour acquis l’immuabilité des pratiques sexuelles et l’universalité des catégories de pensée qu’ils utilisaient. Cette vision est renouvelée au XXe siècle par la démographie historique et l’histoire sociale, qui cherchent à comprendre la transition démographique. À la fin des années 1960, la seconde vague féministe et le mouvement de libération gay incitent au renouvellement des méthodes et objets de l’histoire de la sexualité en remettant en cause la notion même de sexualité : c’est l’émergence du constructionnisme social. Jeffrey Weeks en retrace les grandes étapes, des recherches sur l’homosexualité de Mary MacIntosh1 à la critique littéraire post-structuraliste et déconstructionniste (Eve Kosofsky Sedgwick2, Judith Butler3), en passant par les travaux de Michel Foucault4.

4L’auteur passe ensuite en revue l’historiographie de l’homosexualité, centrale dans le développement de l’histoire de la sexualité dans le monde anglo-saxon. Dans les années 1950-1960, celle-ci s’est d’abord focalisée sur les grandes figures homosexuelles, avant de s’intéresser, dans les années 1970, aux mouvements d’émancipation. La réflexion critique sur le concept d’homosexualité a ensuite amené à déconstruire l’idée d’une identité homosexuelle universelle, en insistant sur ses variations historiques, mais aussi sur la spécificité de l’identité lesbienne, par exemple. Les théoricien·ne·s queer, à la fin des années 1980, ont transformé cette perspective en mettant en avant l’hétéronormativité qui sous-tend la catégorie d’homosexualité. Cette approche insiste sur la labilité et la performativité des identités sexuelles et de genre, et investit de nouveaux objets : les phénomènes transgenres, la bisexualité, le sadomasochisme, etc.

5Aux côtés des mouvements homosexuels, les féminismes ont joué un grand rôle dans l’élaboration de l’histoire critique de la sexualité, en proposant une réflexion sur les liens entre genre, sexualité et pouvoir. La violence sexuelle, analysée comme un instrument de la domination masculine, y a occupé une place centrale, au risque d’être essentialisée. Certaines féministes ont rejeté l’approche victimaire, en mettant en avant l’agency des femmes. Le concept de genre, théorisé par Joan Scott comme le moyen historiquement variable permettant à des sociétés d’organiser la différence sexuelle, a mené à la réévaluation de certains discours qui tendaient à attribuer l’oppression des femmes et des homosexuels à une même cause : le patriarcat. Le recours à la notion d’intersectionnalité pour décrire la combinaison de différentes formes d’oppression a également permis d’affiner les analyses. L’histoire des masculinités, quant à elle, a écarté le concept de patriarcat au profit de celui de formes hégémoniques de la masculinité, plus à même de mettre en lumière les moments de crise, les anxiétés, les effets excluants de certains modèles de masculinité.

6Pour Jeffrey Weeks, l’histoire critique de la sexualité, souvent marginalisée par le monde universitaire, doit être pleinement réinsérée dans l’histoire conventionnelle, ce qui implique une reconnaissance de « l’importance centrale de la sexualité pour l’exercice du pouvoir » (p. 124). Pour l’illustrer, il examine cinq moments-clés du développement de la modernité sexuelle : sa naissance au XVIIIe siècle, la normalisation de l’hétérosexualité, la révolution sexuelle, l’épidémie de sida et les changements à l’aube du nouveau millénaire, symbolisés par le mariage pour tou·te·s. Il s’agit pour lui de démontrer que « la société avance au rythme de la sexualité » (p. 125).

7Cette chronologie et ces concepts sont toutefois largement issus du monde occidental, et la question de leur application au reste du monde est problématique. Jeffrey Weeks montre dans le chapitre suivant que le tournant transnational des années 1990, qui a rendu l’histoire des sexualités plus attentive aux inscriptions spatiales, aux circulations et aux hybridations des cultures sexuelles, a également conduit à une remise en cause de catégories d’analyse produites par et pour l’Occident, et de l’universalisme porté par les pays du Nord, perçu comme un occidentalisme néo-colonial.

8Le dernier chapitre de l’ouvrage se focalise sur les liens quasi organiques qui unissent l’histoire critique des sexualités aux communautés militantes. Ces dernières ont en effet joué un rôle important dans la naissance de l’histoire des sexualités, mais aussi dans la production et la construction de fonds d’archives alternatifs, notamment de témoignages oraux, d’autant plus précieux que les archives officielles permettent rarement de documenter les expériences intimes. De nombreux travaux d’histoire des sexualités ont en effet choisi la voie de l’histoire orale, dont Jeffrey Weeks montre qu’elle repose bien souvent sur une implication émotionnelle et politique intense des chercheur·euse·s au sein de la communauté.

9L’ouvrage propose donc à la fois une réflexion et une synthèse extrêmement riches sur l’historiographie de la sexualité. Faisant montre d’une très grande maîtrise du champ, il brasse un nombre impressionnant d’ouvrages qui jalonnent cette histoire et offrent un panorama de la grande diversité des thèmes couverts par l’histoire des sexualités, depuis l’homosexualité jusqu’à la contraception, en passant par la médicalisation de la sexualité, le mariage, la famille ou encore la prostitution.

  • 5 À titre d’exemple, on peut mentionner Bruno P. F. Worooij, « The History of Sexuality in Italy (186 (...)
  • 6 Baptiste Coulmont & Marianne Blidon, « De la sociabilité au genre et à la sexualité. Entretien a (...)

10Si l’auteur s’efforce, notamment dans le chapitre 6, d’évoquer les travaux de chercheur·euse·s non occidentaux·ales, on note malgré tout la large prédominance des références anglo-saxonnes au sein de l’ouvrage. Cela s’explique par le rôle important qu’ont joué les historien·ne·s américain·e·s dans la genèse de l’histoire des sexualités – et la riche bibliographie en fin d’ouvrage corrige quelque peu cet anglo-centrisme –, mais on peut regretter la quasi absence dans l’ouvrage des historiographies européennes non anglophones, qui témoignent pourtant d’une certaine vitalité, et qui auraient pu être intégrées à peu de frais en faisant usage des synthèses historiographiques disponibles5. Cette inclusion permettrait une réflexion plus fine sur les conditions politiques et sociales de l’émergence de l’histoire des sexualités, auxquelles l’auteur accorde par ailleurs une attention importante : la question homosexuelle a par exemple tenu un rôle bien moins crucial en France qu’aux États-Unis dans la genèse de l’histoire de la sexualité, et celle-ci s’y est plutôt développée au sein des universités qu’à leurs marges6.

  • 7 Citons, par exemple, pour l’historiographie française, les travaux de Violaine Cuchet-Sébillotte ou (...)

11On peut également s’étonner de la focalisation quasi-exclusive sur des travaux concernant la « sexualité moderne » – à l’exception d’une discussion sur les études consacrées à l’homosexualité en Grèce ancienne – alors que des spécialistes de toutes les périodes étudient les pratiques sexuelles en évitant l’écueil de l’essentialisation de la sexualité7.

12Ces quelques remarques n’enlèvent rien à la grande qualité de l’ouvrage, dont la principale force est de retracer de manière articulée l’évolution de ce courant historiographique foisonnant (en évitant de tomber dans ce qui s’apparenterait à une juxtaposition de comptes rendus d’ouvrages), tout en proposant une réflexion épistémologique et méthodologique sur l’histoire des sexualités et ses implications. En attirant l’attention sur le fait que « la sexualité est particulièrement chargée d’un passé vivant parce qu’elle est intimement connectée au sens de ce que nous sommes » (p. 22), Jeffrey Weeks montre que « les préoccupations présentes donnent forme non seulement aux questions que nous posons au passé, mais aussi à la configuration que prennent les idées que nous nous faisons du passé » (p. 199). C’est une irrationalité avec laquelle l’historien·ne des sexualités doit composer, mais qui est aussi, pour l’auteur, l’une des richesses de ce champ, en ce qu’elle nourrit en retour notre compréhension du présent historique.

Haut de page

Notes

1 Mary MacIntosh, « The Homosexual Role », Social Problems, vol. 16, n° 2, automne 1968, p. 182-192.

2 Eve Kosofsky Sedgwick, Épistémologie du placard (trad. fr. Maxime Cervulle), Paris, Éditions Amsterdam, 1900.

3 Judith Butler, Trouble dans le genre : le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte, 1990.

4 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, 1. La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

5 À titre d’exemple, on peut mentionner Bruno P. F. Worooij, « The History of Sexuality in Italy (1860-1945) », in Perry Willson (dir.), Gender, Family and Sexuality. The Private Sphere in Italy 1860-1945, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2004, p. 173-191, ou encore Sylvie Chaperon, « L’histoire contemporaine des sexualités en France », Vingtième Siècle, n° 75, 2002, p. 47-59.

6 Baptiste Coulmont & Marianne Blidon, « De la sociabilité au genre et à la sexualité. Entretien avec Michel Bozon sur les étapes d’un parcours sociologique », Genre, sexualité & société, n° 4, 2010.

7 Citons, par exemple, pour l’historiographie française, les travaux de Violaine Cuchet-Sébillotte ou de Sandra Boehringer en histoire ancienne, de Jacques Rossiaud ou Didier Lett en histoire médiévale, de Jean-Louis Flandrin, Sylvie Steinberg, Scarlett Beauvalet-Boutouyrie en histoire moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Mortas, « Jeffrey Weeks, Écrire l’histoire des sexualités  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 27 mars 2019, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/32799

Haut de page

Rédacteur

Pauline Mortas

Ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée d'histoire, doctorante contractuelle à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Auteure de l'ouvrage Une rose épineuse. La défloration au XIXe siècle en France (Rennes, PUR, 2017). 

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page