Navigation – Plan du site

Gamal Abdel Nasser, Jean Ziegler, Le socialisme arabe

Ludovic Rioux
Le socialisme arabe
Gamal Abdel Nasser, Jean Ziegler, Le socialisme arabe. Discours d'Alexandrie du 26 juillet 1956, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Quoi de neuf ? », 2019, 101 p., ISBN : 978-2-35687-620-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sankara Thomas, Ziegler Jean, Discours sur la dette, Bordeaux, Elytis Édition, 2014.
  • 2 Dans Ziegler Jean, Main basse sur lAfrique : la recolonisation, Paris, Éditions du Seuil, 1980.

1Dans cette publication concise, le sociologue Jean Ziegler reprend le modèle déjà éprouvé dans son précédent ouvrage sur l’ancien président du Burkina Faso, Thomas Sankara1 : introduire le lecteur à une figure importante de l’anti-impérialisme au moyen d’extraits de discours auxquels il adjoint une présentation rédigée par ses soins. Cette fois-ci, c’est Gamal Abdel Nasser qui est mis en avant. À la suite de sa participation au coup d’État de 1952, Nasser parvient à se hisser au sommet de l’État égyptien où il tente de mettre en œuvre une synthèse visant à adapter le modèle socialiste aux pays du monde arabe. La première moitié du livre est constituée d’un chapitre rédigé par Jean Ziegler et intitulé « Gamal Abdel Nasser, le réveil arabe », version remaniée d’un ancien texte publié en 19802, qui vient introduire la seconde moitié regroupant plusieurs extraits de discours prononcés par Nasser alors qu’il est président de la République d’Égypte.

2Cette première partie rédigée par Jean Ziegler comprend une notice biographique plutôt élogieuse revenant sur la jeunesse et l’ascension de Nasser. Gamal Abdel Nasser est né le 15 janvier 1918 de parents issus de la petite bourgeoisie de Haute-Égypte. Il grandit à Alexandrie et rejoint l’Académie militaire à la fin des années 1930, profitant de sa récente ouverture aux enfants de la petite bourgeoisie arabe. Là-bas, il participe à la formation de ce qui constituera ultérieurement la société secrète des Officiers libres. Jean Ziegler revient alors sur sa politisation tous azimuts, partagée entre marxisme, nationalisme et influence des Frères musulmans. Il retient un certain nombre de dates marquantes visant à cerner le personnage historique : 1942 et l’ultimatum fait au roi Farouk par la Grande-Bretagne pour qu’il mobilise le pays contre l’Allemagne, symbole du discrédit du roi vis-à-vis de l’armée ; 1948 et la guerre de Palestine, ressentie par les militaires comme une trahison des officiers et des autorités britanniques ; enfin, le coup d’État des Officiers libres auquel participe Nasser dans la nuit du 22 au 23 juillet 1952 et la proclamation de la République l’année suivante. Jean Ziegler revient sur les luttes qui opposent Nasser, alors Premier ministre adjoint, au général nationaliste Neguib qui cumule les postes de président de la République et de Premier ministre. Neguib, considéré comme réformiste et trop proche des Frères musulmans, sera poussé à la démission par Nasser.

3Les Officiers libres se contentent ainsi dans un premier temps (1952-1956) d’assurer leur contrôle sur l’armée. Ils n’ont pas encore les moyens de former de nouveaux cadres et font appel à des civils extérieurs au mouvement révolutionnaire. C’est en 1956 que le socialisme arabe se profile sous la forme d’un contrôle plus strict du capital et de l’économie couplé à la formation d’un secteur public et à l’accélération de l’industrialisation. Ce socialisme bien particulier, qui ne vise pas l’extinction des classes sociales mais leur alliance, s’incarne alors dans la nationalisation des banques et des entreprises étrangères, mais aussi dans l’introduction d’une fiscalité plus progressive sur la propriété et les bénéfices, sans oublier une réforme agraire qui permet la redistribution d’une partie des terres arables aux paysans pauvres, les fellahs. De plus, la diplomatie égyptienne s’inscrit explicitement dans une perspective de non-alignement : l’anti-impérialisme de Nasser prend sens dans le soutien mutuel apporté à d’autres leaders africains, parmi lesquels le socialiste marocain Mehdi Ben Barka et l’éphémère Premier ministre congolais Patrice Lumumba. Le point de vue adopté dans cette présentation relève également du témoignage, Jean Ziegler revenant sur certains souvenirs personnels datant de l’époque où il menait des recherches portant sur le nationalisme en Afrique, et ce au risque de brosser un portrait de Nasser particulièrement avantageux.

4Après cette riche présentation, l’éditeur propose une retranscription partielle du discours d’Alexandrie prononcé le 26 juillet 1956 dans la ville où Nasser a grandi. La transcription du discours est reconstituée par l’éditeur Frédéric Dufourg d’après des extraits et des enregistrements de l’époque. Dans son allocution, Nasser revient dans un premier temps sur les conquêtes de la révolution et le soutien indéfectible apporté à la Palestine, pour évoquer ensuite les relations conflictuelles entretenues entre l’Égypte et les États impérialistes. Lorsque le gouvernement égyptien tente de se procurer des armes et des fonds nécessaires à la construction du barrage d’Assouan, ces États imposent, selon Nasser, des conditions draconiennes, comme l’autorisation de missions militaires britanniques en Égypte. Seule l’Union soviétique propose à l’Égypte une aide financière sans conditions restrictives ni contreparties. C’est par surprise que Nasser annonce, à la fin de son discours, qu’il existe une autre source de financement : le canal de Suez, dont il décrète la nationalisation sous les acclamations de la foule.

  • 3 Schneidermann Daniel, « La blague de Nasser sur le voile et ces rires inimaginables », Rue89, 2012, (...)

5À la suite du discours d’Alexandrie, l’éditeur nous livre la retranscription d’un « discours sur le socialisme » non daté, qui semble improvisé par Nasser. Le président égyptien tente ici de démontrer l’affinité entre le socialisme et l’Islam. Si le socialisme a pour vocation de rendre leurs droits et leur humanité aux travailleurs et paysans, ceux qui s’y opposent ne sont que des « réactionnaires qui tentent d’exploiter la religion de façon à dépouiller les masses » (p. 93). Enfin, c’est la retranscription d’un dernier extrait de discours qui nous est présentée. Il semble que cet extrait soit réapparu récemment sur Internet3. Face à la foule, Nasser se remémore alors un entretien qu’il aurait eu avec le Guide général des Frères musulmans Hassan al-Hudaybi en 1953. Dans cette anecdote possiblement fictive, le chef islamiste demande à Nasser de proclamer le port obligatoire du voile. Celui-ci rétorque alors à al-Hudaybi que sa fille, étudiante en médecine, n’est pas voilée : « Si vous-même, vous n’arrivez pas à mettre le voile à une seule personne qui est votre fille, comment voulez-vous que je mette le voile à 10 millions de personnes dans le pays ? » (p. 97), suscitant l’hilarité générale de l’assemblée. Plus loin, Nasser prend position pour la libération de la femme par le travail et contre les Frères musulmans, qu’il dénonce comme fascistes. Chose surprenante, l’éditeur date ce discours de 1958, alors que Nasser fait explicitement référence à l’amnistie qu’il accorde aux Frères musulmans en 1964.

  • 4 Voir par exemple Younis Sherif, « Marxisme et patriotisme dans les régimes militaires de libération (...)

6Le portrait érudit de Nasser que nous dresse Jean Ziegler, parfois dithyrambique, gagnerait à s’attarder plus longuement sur les contradictions propres à cette Égypte des Officiers libres. Le socialisme arabe, tel que présenté ici, s’attache à dépasser l’opposition entre les classes sociales au sein d’un peuple égyptien auquel on suppose des caractéristiques et intérêts communs. Bien que Jean Ziegler mentionne les « drames humains » (p. 34) engendrés par le nationalisme égyptien, la tension entre la volonté émancipatrice d’un projet socialiste universaliste et la dimension nationaliste de son application locale reste à interroger. Dans cette continuité, il apparaît regrettable que la présentation de Jean Ziegler, très largement inspirée d’un texte publié il y a près d’une quarantaine d’années, ne fasse pas plus clairement écho aux discours publiés. De même, resituer la répression du mouvement ouvrier par les Officiers libres dans son contexte4 permettrait de la rendre moins « difficilement compréhensible » (p. 54) qu’elle ne l’est pour l’auteur. Néanmoins, cette publication constitue une solide introduction au personnage de Nasser.

Haut de page

Notes

1 Sankara Thomas, Ziegler Jean, Discours sur la dette, Bordeaux, Elytis Édition, 2014.

2 Dans Ziegler Jean, Main basse sur lAfrique : la recolonisation, Paris, Éditions du Seuil, 1980.

3 Schneidermann Daniel, « La blague de Nasser sur le voile et ces rires inimaginables », Rue89, 2012, disponible en ligne : https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-le-915-darret-sur-images/20121005.RUE2934/la-blague-de-nasser-sur-le-voile-et-ces-rires-inimaginables.html.

4 Voir par exemple Younis Sherif, « Marxisme et patriotisme dans les régimes militaires de libération nationale : les « Officiers libres » et les communistes égyptiens », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 105-106, 2008, p. 145-174.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludovic Rioux, « Gamal Abdel Nasser, Jean Ziegler, Le socialisme arabe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 27 mars 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/32899

Haut de page

Rédacteur

Ludovic Rioux

Étudiant en Master 2 de Science politique. Université Lyon 2.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page