Navigation – Plan du site

Nehara Feldman, Migrantes : du bassin du fleuve Sénégal aux rives de la Seine

Théoxane Camara
Migrantes : du bassin du fleuve Sénégal aux rives de la Seine
Nehara Feldman, Migrantes : du bassin du fleuve Sénégal aux rives de la Seine, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2018, 224 p., ISBN : 978-2-84303-292-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nehara Feldman, Migrations de l’oppression : rapports sociaux de sexe et divisions du groupe des fe (...)
  • 2 Le terme khassonké « lou-o » (« lou-ow » au pluriel) désigne une unité d’habitation. Au village com (...)
  • 3 Par exemple : Catherine Quiminal et al., « Mobilisation associative et dynamiques d’intégration des (...)

1Inscrit à la croisée de l’anthropologie féministe et de la sociologie de l’immigration subsaharienne, l’ouvrage de Nehara Feldman questionne « l’impact des processus migratoires sur le genre » (p. 10), en évaluant les effets de l’émigration féminine sur les rapports de pouvoir entre hommes et femmes dans la société de départ. Les analyses que livre l’auteure reposent sur son travail de thèse1, réalisé entre 2003 et 2009 auprès de migrantes maliennes installées en France, et de leur entourage. L’étude est centrée sur des femmes originaires d’un village situé au bord du fleuve Sénégal, et appartenant au même lignage. En digne héritière d’Abdelmalek Sayad, pionnier de la sociologie de l’immigration en France, Nehara Feldman a non seulement enquêté dans le pays d’immigration, suivant différents couples d’immigrés maliens installés en région parisienne, mais aussi dans le pays d’émigration, à travers plusieurs séjours au Mali (au village et à Bamako). La sociologue a réuni un matériau qualitatif qui mêle entretiens (surtout en contexte français) et observations (notamment en contexte malien, où elle a résidé dans les lou-ow2 de différentes personnes du lignage considéré). Son immersion ethnographique « ici » et « là-bas » lui permet de restituer l’expérience migratoire de la population étudiée comme « un tout social cohérent, en dépit de sa discontinuité géographique » (p. 14). Ce faisant, l’ouvrage vient combler une lacune des études sur les femmes migrantes originaires de l’Afrique de l’Ouest : plutôt que de se limiter à l’analyse de l’insertion et du vécu de ces femmes en France – comme cela s’est beaucoup fait3 –, l’auteure prend acte de leur « multipositionnement » (p. 12) pour observer la place qu’elles occupent, en tant que migrantes, dans leur milieu d’origine.

  • 4 Ce sont des « espaces ambigus » car les femmes, encouragées par les hommes, les fréquentent, tout e (...)
  • 5 En vertu du principe de virilocalité, en vigueur dans le village étudié, les femmes sont considérée (...)
  • 6 Le confiage (ou « fosterage », de l’anglais « foster », confier) est une pratique très répandue en (...)

2L’argumentation suit un plan en trois étapes. Dans une première partie, l’auteure présente les lieux de l’enquête (le village, Bamako, la France), en exposant comment les rapports de genre s’y manifestent, d’un point de vue spatial. Cette analyse genrée des modes d’occupation de l’espace et des pratiques de circulation permet à l’auteure de proposer une typologie des espaces. Il y d’abord ceux auxquels les femmes sont assignées, qui sont des lieux de travail domestique (par exemple, le puits au village ; le lou-o à Bamako ; l’appartement en France). Viennent ensuite les espaces où la présence des femmes est tolérée (les lou-ow voisines lors de festivités au village, les « espaces ambigus » – bars, restaurants, boîtes de nuit4– à Bamako), qui ont en commun d’être des lieux de détente. Enfin, l’auteure distingue un ensemble d’espaces dans lesquels les femmes – notamment les femmes mariées et d’origine rurale – n’apparaissent jamais, par souci de leur réputation mais aussi parce qu’elles n’ont pas le temps ou les moyens matériels de s’y rendre (l’extérieur du village ; la rue à Bamako ou en France). Une seconde partie s’attache à analyser les mobilités géographiques des femmes (et jeunes filles), soulignant qu’elles relèvent d’une division sexuelle du travail et de décisions masculines. Le mariage amène ainsi les jeunes mariées à quitter le lou-o dans lequel elles ont grandi pour celui de leur mari5 ; le confiage6 conduit les jeunes filles à quitter leur lou-o pour combler des manques de main-d’œuvre féminine dans d’autres lou-ow. La troisième partie est consacrée à l’expérience migratoire des femmes, et aux effets de leur multipositionnement. S’intéressant tout particulièrement à la place des femmes migrantes dans leur milieu d’origine, l’auteure note que la catégorie sociale « immigrées » importe souvent plus que leur appartenance à celle des « femmes ». L’expérience migratoire (le fait de quitter le village pour la ville ou pour la France) instaure effectivement une hiérarchisation supplémentaire parmi les femmes. En plus des catégories d’âge, de caste ou de lien au lignage – par filiation ou par alliance – s’ajoutent des catégories fondées sur l’origine géographique qui correspondent à des statuts sociaux définis : les villageoises sont en bas de la hiérarchie, les « Bamakoises » occupent une place intermédiaire et les « Françaises » (c’est-à-dire les émigrées) sont tout en haut. C’est ce qui explique par exemple que ces dernières puissent transgresser les normes de la division sexuelle de l’espace, mise en lumière dans la première partie de l’ouvrage. Plus globalement, elles jouissent au Mali d’une « position [sociale] privilégiée » (p. 78) qui les rapproche de celle des hommes, tout en les éloignant de celle des autres femmes.

  • 7 C’est pourtant la définition de l’émancipation selon Danièle Kergoat, comme le rappelle Nehara Feld (...)
  • 8 L’expression est de Françoise Gaspard : Françoise Gaspard, « De l’invisibilité des migrantes et de (...)

3L’étude de Nehara Feldman met ainsi en évidence un groupe de femmes « fractionné » (p. 195) par différentes hiérarchisations. Ces rapports de pouvoir entre femmes viennent contester l’idée d’une « sororité » qui permettrait la prise de conscience collective de l’oppression masculine7. Au contraire, l’auteure montre que le processus migratoire introduit de nouvelles stratégies de domination entre femmes, qui aboutissent en particulier à l’exploitation des jeunes filles d’origine rurale. Plus globalement, il instaure « un climat de tensions, de suspicions et de rivalités » (p. 197), peu propice à une contestation collective de l’ordre social. En outre, l’ouvrage met en doute les thèses associant migration féminine et émancipation, en soulignant la complexité de ce lien. L’étude montre en effet que, pour les migrantes maliennes rencontrées, la migration ne signifie pas émancipation par rapport aux normes en vigueur dans leur pays d’origine. L’expérience migratoire de ces femmes les conduit à devoir arbitrer entre différentes normes et injonctions sociales, présentées comme antagonistes : « la tradition » malienne et « la modernité » occidentale. D’une part, considérées comme « garantes de la tradition »8, elles ne doivent pas montrer de rupture avec leurs habitudes passées lorsqu’elles sont en voyage au Mali. D’autre part, il est attendu d’elles qu’en tant que migrantes – et au même titre que leurs homologues masculins – elles aident financièrement leurs familles (d’origine et d’alliance) restées au Mali, et qu’elles affichent un certain statut social par des pratiques ostentatoires.

  • 9 Voir à cet égard : Mahamet Timéra, « L’immigration africaine en France : regards des autres et repl (...)

4Consciente du risque politique que constitue l’étude des rapports de pouvoir entre hommes et femmes d’un milieu migrant, l’auteure conclut son ouvrage sur un retour réflexif et une mise en perspective épistémologique – qui auraient sans doute gagné à figurer dans l’introduction – pour justifier scientifiquement son entreprise. Car en effet, présenter les femmes maliennes comme « main-d’œuvre gratuite » (p. 100) et objets d’appétits sexuels (masculins) qui doivent être assouvis sous menace de violences physiques – et plus globalement, montrer la situation d’exploitation de ces femmes à travers des exemples très concrets tirés d’un travail ethnographique minutieux – peut venir renforcer la stigmatisation des immigrés subsahariens, déjà fortement stigmatisés par les discours publics et les mesures migratoires9. Si l’auteure ne peut être responsable des récupérations politiques de son ouvrage, elle s’attache à toujours nuancer son propos. Par exemple, elle note une évolution des rapports de genre dans la volonté de certains chefs de famille de « garantir aux filles un avenir qui ne se limite pas à la position d’épouse » (p. 125), en les encourageant à faire des études. De plus, l’auteure conçoit les rapports de genre comme « un processus de dominations, de résistances et d’accommodements toujours révisés » (p. 202), et décrit ainsi les stratégies que les femmes rencontrées mettent en œuvre pour se soustraire, même momentanément, à l’oppression. Évitant le double écueil d’un discours condamnateur ou misérabiliste, l’étude ne se contente effectivement pas de décrire la matrice des rapports de pouvoir qui place les femmes maliennes dans une condition de domination, mais elle montre aussi les espaces interstitiels de négociation des positions. Enfin, en examinant les rapports de genre dans trois lieux d’enquête différents, cet ouvrage va à l’encontre d’une « essentialisation », qui figerait les modes de fonctionnement et rapports de pouvoir au sein du milieu social étudié, pour mettre l’accent sur les dynamiques de ces rapports sociaux.

Haut de page

Notes

1 Nehara Feldman, Migrations de l’oppression : rapports sociaux de sexe et divisions du groupe des femmes au sein d’un segment de lignage originaire de la région de Kayes (Mali), thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Francine Muel-Dreyfus, EHESS, Paris, 2009.

2 Le terme khassonké « lou-o » (« lou-ow » au pluriel) désigne une unité d’habitation. Au village comme à Bamako, il s’agit de plusieurs bâtiments abritant une même grande famille, disposés autour d’une cour intérieure.

3 Par exemple : Catherine Quiminal et al., « Mobilisation associative et dynamiques d’intégration des femmes d’Afrique subsaharienne en France », Migrations études, n° 61, 1991, p. 23-26 ; Claudette Bodin et Quiminal Catherine, « Le long voyage des femmes du fleuve Sénégal », Hommes et Migrations, n° 1141, 1991, p. 1-12, disponible en ligne : https://doi.org/10.3406/homig.1991.1614.

4 Ce sont des « espaces ambigus » car les femmes, encouragées par les hommes, les fréquentent, tout en risquant de subir des sanctions si leur présence est remarquée. De plus, si la présence des (jeunes) femmes célibataires y est attendue, une femme mariée ne doit pas fréquenter ces espaces.

5 En vertu du principe de virilocalité, en vigueur dans le village étudié, les femmes sont considérées comme des « résidantes temporaires » dans le lou-o de leur père en attendant de rejoindre celui de leur mari.

6 Le confiage (ou « fosterage », de l’anglais « foster », confier) est une pratique très répandue en Afrique de l’Ouest qui s’inscrit dans un système d’entraide familial. Il consiste à « déplacer » un enfant dans une autre unité domestique que celle de sa naissance. L'enfant est ainsi « confié » à un membre de la parentèle, pour une durée et un motif qui peuvent varier. Dans le village étudié par Nehara Feldman, les jeunes garçons sont souvent confiés pour recevoir une éducation coranique (et sont donc envoyés auprès d’un marabout dans un autre village, pour une durée de cinq à dix ans) ou pour être scolarisés, tandis que le confiage des jeunes filles vise surtout à parfaire leur apprentissage des tâches ménagères. Pour plus de détail sur ces pratiques, voir : Mathias Deshusses, « Du confiage à l’esclavage, “Petites bonnes” ivoiriennes en France », Cahiers d'études africaines, n° 179-180, 2005, p. 731-750, disponible en ligne : https://journals.openedition.org/etudesafricaines/14988.

7 C’est pourtant la définition de l’émancipation selon Danièle Kergoat, comme le rappelle Nehara Feldman (p. 195). Voir par exemple : Danièle Kergoat, Se battre disent-elles…, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2012 ; compte rendu d’Igor Martinache pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/9290.

8 L’expression est de Françoise Gaspard : Françoise Gaspard, « De l’invisibilité des migrantes et de leurs filles à leur instrumentalisation », Migrants-Formations, n° 105, 1996, p. 15-30.

9 Voir à cet égard : Mahamet Timéra, « L’immigration africaine en France : regards des autres et repli sur soi », Politique africaine, n° 67, 1997, p. 41-47.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Théoxane Camara, « Nehara Feldman, Migrantes : du bassin du fleuve Sénégal aux rives de la Seine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 29 mars 2019, consulté le 21 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33029

Haut de page

Rédacteur

Théoxane Camara

Élève de l’ENS de Lyon (Projet long de recherche - Sociologie).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page