Navigation – Plan du site

Les Gilets jaunes et les sciences sociales

À propos de : Sylvain Bourmeau (dir.), « “Gilets jaunes”. Hypothèses sur un mouvement », AOC, Cahier #1, 2019
et de : Joseph Confavreux (dir.), Le fond de l'air est jaune. Comprendre une révolte inédite, Paris, Seuil, 2019.
Arthur Jatteau
“Gilets jaunes”
Sylvain Bourmeau (dir.), « “Gilets jaunes”. Hypothèses sur un mouvement », AOC, Cahier #1, 2019, 216 p., Paris, La Découverte, ISBN : 978-2-348-04370-3.
Le fond de l'air est jaune
Joseph Confavreux (dir.), Le fond de l'air est jaune. Comprendre une révolte inédite, Paris, Seuil, 2019, 219 p., ISBN : 978-2-02-142620-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sauf mention contraire, tous les auteur-e-s cité-e-s dans cette note critique ont écrit des textes (...)

1Pour les sciences sociales, les Gilets jaunes constituent un objet fascinant. Largement inédit, souvent confus, parfois contradictoire, ce « mouvement » – nous verrons que ce qualificatif lui-même est l’objet de débats – suscite de nombreuses interrogations chez les chercheurs et les chercheuses en sciences sociales issu-e-s de disciplines variées (sociologie, histoire, géographie, philosophie, économie…). En ce début d’année 2019, deux livres coordonnés chacun par un journaliste, en rendent compte. L’un est composé du recueil des analyses produites pour le site d’information AOC, dirigé par Sylvain Bourmeau, l’autre réunit des textes d’origines variées (blogs, tribunes…), sous la responsabilité de Joseph Confavreux. Au total, ce sont une quarantaine de textes, écrits à chauds par des chercheurs et des chercheuses en sciences sociales (sociologues, géographes, économistes, historien-ne-s, philosophes…), qui doivent nous permettre de mieux saisir ce que sont (et peut-être plus encore ce que ne sont pas) les Gilets jaunes1.

  • 2 Charles Tilly, « Les origines du répertoire d’action collective contemporaine en France et en Grand (...)

2L’intérêt premier que les sciences sociales portent à ce mouvement repose sur son caractère nouveau. Même si les mouvements sociaux n’ont pas été sans innover ces dernières années (comme Nuit Debout), il faut reconnaître que les Gilets jaunes constituent bien une modalité d’action originale, du moins si l’on s’en réfère au répertoire d’action collective défini par Charles Tilly2. Il nous faut préciser que la modalité d’action des Gilets jaunes est en réalité double puisqu’elle repose à la fois sur des rassemblements à l’échelle locale (autour des fameux ronds-points) et sur des rassemblements à l’échelle régionale ou nationale, les plus médiatisés se déroulant à Paris. Or, même ces derniers ne ressemblent pas à des manifestations ordinaires. Comme le note Samuel Hayat (Fond de l’air), les normes habituelles de la manifestation ne sont pas respectées : pas de parcours défini à l’avance, pas d’organisateurs ni d’organisatrices clairement identifié-e-s, pas de gestion particulière du cortège et, le plus souvent, pas de service d’ordre. Les Gilets jaunes ne se sont pas structurés à l’aide d’associations spécifiques (professionnelles, étudiantes ou politiques), comme le souligne Alexis Spire (AOC), mais essentiellement par des réseaux sociaux.

3Cette originalité dans la forme organisationnelle complexifie la compréhension que l’on peut avoir d’un tel mouvement. Celui-ci n’est pas simple à comprendre, à interpréter, à saisir, contrairement aux mouvements sociaux intervenus depuis Mai 1968, qui étaient plus lisibles, relève Philippe Marlière (AOC). Les syndicats comme les partis politiques leur donnaient une coloration particulière, des objectifs précis et des mots d’ordre clairs. Des mobilisations plus catégorielles (cheminot-e-s, lycéen-ne-s, étudiant-e-s…) avançaient des revendications identifiées et étaient portées des interlocuteurs et des interlocutrices reconnu-e-s. Avec les Gilets jaunes, rien de tout ça. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ?

4Il n’y pas plus avec les Gilets jaunes qu’avec d’autres mouvements de « pureté de l’évènement », écrit Ludivine Bantigny (Fond de l’air). Il est ainsi permis de saisir les Gilets jaunes comme un défi aux sciences sociales. Qu’ont-elles à dire ? Que peuvent-elles produire face à de l’inconnu, du neuf ? Dans les présents ouvrages, ces questions amènent des réponses produites sur un temps court. Bien que les sciences sociales se déploient le plus souvent sur un temps plus long, laissant au journalisme l’analyse à chaud, des chercheurs et des chercheuses ont pris le risque de produire des analyses quasiment en temps réel. Aussi, ces dernières doivent être vues comme une première salve, qui sera très certainement suivie par une seconde dans les mois et les années à venir, bénéficiant d’un certain recul.

Les Gilets jaunes à l’épreuve des sciences sociales

5Qu’ont donc à dire les sciences sur les Gilets jaunes ? Leurs apports se situent à plusieurs niveaux : caractérisation des termes du débat, formulation de concepts, délimitation sociologique, explications économiques et comparaisons historiques.

Les mots pour les dire

6Avant d’être un signe de ralliement, le gilet jaune d’abord un objet. Il nous apparaît en effet que c’est un objet avec une fonction particulière qui n’est pas sans rapport avec son choix comme symbole : signaler une détresse, un manque, un danger. Le gilet jaune est celui que l’on enfile quand on est en panne et qu’on cherche à alerter les autres du péril de notre situation. C’est un appel à l’aide, un appel de détresse, en même temps qu’un appel à l’évitement. On met un gilet jaune pour prévenir, dans un double sens : on demande de l’aide et on cherche à éviter que d’autres se retrouvent dans notre situation. Une situation qui n’est parfois encore qu’un risque, car le gilet jaune signale un accident qui a déjà eu lieu ou bien qui pourrait avoir lieu. Si le péril n’est pas déjà là, il est imminent. On ne pouvait trouver meilleur symbole pour exprimer le désarroi dans lequel se trouvent celles et ceux qui ont enfilé, depuis plusieurs mois en France, leur gilet jaune.

  • 3 Des résultats préliminaires de cette enquête, regroupant 70 universitaires provenant de plusieurs i (...)

7En effet, si l’on ne pense plus cet objet dans sa stricte acception routière et qu’on élargit l’analyse à la situation sociale, alors on saisit aisément le rôle d’alerte que lui attribuent ses porteuses et porteurs aujourd’hui. Ce n’est pas un conducteur-trice imprudent-e qui risque un accident, mais c’est la société qui se dirige dans le mur. Les inégalités, la pauvreté, le déclassement ne sont certes pas nouveaux. Pour autant, le tour de force premier du recours à cet objet est d’avoir rendu visibles les invisibles. Car la première enquête sociologique sur la composition des Gilets jaunes montre bien qu’il s’agit de populations qui n’ont guère l’habitude de se mobiliser3.

8Ce mouvement n’est pas parti seulement d’un objet, mais également d’un lieu : le rond-point. Ce qui lie les deux, bien sûr, c’est la voiture. De manière plus insidieuse, il nous faut souligner le rôle que l’État a eu dans le décor de ce mouvement. En favorisant ce geste urbanistique qu’est le rond-point depuis plusieurs décennies, il a rendu possible une certaine unité de lieu. Même si, dans les faits, tous les rassemblements n’ont pas lieu sur des ronds-points, médiatiquement, ils y étaient le plus souvent rattachés. En obligeant, depuis 2008, tous les automobilistes à posséder, selon les termes du code de la route, un « gilet de haute visibilité », l’État a lui-même généralisé l’accès à ce qui allait devenir une dizaine d’années plus tard un symbole.

  • 4 Les Lip, l'imagination au pouvoir (2007) et Tous au Larzac (2011).

9Le choix du rond-point signe le référentiel automobilistique des Gilets jaunes. Le lieu emblématique n’est donc ni un ministère, ni une mairie, ni un centre des impôts, ni une avenue, même si différents lieux ont pu jouer un rôle à différents moments (puisqu’ils ont été l’objet de rassemblements ponctuels), mais bien d’un lieu explicitement dédié aux voitures, comme le soulignent Sandra Laugier et Albert Ogien (AOC). En temps normal, personne ne s’attarde sur les ronds-points : on se contente de tourner autour. Ce faisant, les Gilets jaunes ont transformé en lieu, et même un lieu politique, ce que Jacques Rancière appelle fort justement des « non-lieux » (AOC). Le rond-point est donc le lieu de référence qu’ont choisi des individus qui n’avaient pas l’habitude de (se) parler pour, si l’on ose dire, faire le point sur ce qui ne tourne pas rond. Pour Michel Lussault (AOC), ces lieux ont pris la forme d’une « petite république », marquant le retour du politique dans des endroits où on ne l’attendait pas, avec des débats, des choix, des représentants, etc. L’occupation des ronds-points a en effet permis de s’approprier, en le détournant de son usage originel, un espace au carrefour de différents chemins, de différentes routes, et de se donner sinon le temps, du moins la place de « faire de la politique », comme l’analyse Ludivine Bantigny (Fond de l’air). La question même des lieux et de leur détournement a souvent été la condition même de l’éclosion de luttes politiques et syndicales, comme en témoignent la grève menée par les ouvriers et les ouvrières de Lip ou la lutte du Larzac, dont Christian Rouaud rend magnifiquement compte dans les documentaires qu’il leur consacre4.

10D’ailleurs, comment qualifier la mobilisation des « Gilets jaunes » ? Un mouvement ? Un soulèvement ? Une révolte ? Une jacquerie ? Sur ces deux derniers termes, nous verrons que les historien-nes apportent des précisions utiles. Pour Pierre Rosanvallon (Fond de l’air), le terme de « mouvement social » est inadéquat, en ce qu’il renvoie à une circonscription des enjeux, et recouvre bien des événements comme la lutte contre le contrat première embauche (CPE) en 2006 ou celle contre la loi Travail en 2016. Il lui préfère celui de « révolte », qui fait précisément exploser les enjeux. David Graeber (Fond de l’air) rejette également le qualificatif de « mouvement », qui suppose un certain encadrement et une certaine direction, et lui préfère celui de « soulèvement », qui désigne une force allant du bas vers le haut.

Nécessité des concepts, importance de la réflexivité

  • 5 Karl Polanyi, La grande transformation, Paris, Gallimard, 2009.

11Au-delà des mots, les sciences sociales apportent des concepts pour penser les Gilets jaunes, comme le relève Dominique Rousseau (AOC). À ce titre, celui d’économie morale développé par Edward Thompson et actualisé ici par Samuel Hayat (Fond de l’air) nous semble le plus prometteur. L’historien britannique a forgé ce concept pour souligner l’intrication des luttes populaires du XVIIIe siècle en Angleterre dans des considérations morales sur le fonctionnement de l’économie. Dans ce cadre, certaines règles se devaient d’être respectées, fondées non sur des principes strictement économiques (comme celui de la concurrence, qui semble si importante aujourd’hui aux yeux de nombreuses institutions étatiques), mais sur des principes moraux. Pour les Gilets jaunes, il semble que ce soient ces derniers qui doivent gouverner l’économie. Il ne s’agit pas d’une remise en cause du système capitaliste dans son ensemble, comme les mouvements sociaux des années 1960 et 1970 pouvaient y appeler, mais d’un appel à une remoralisation de l’économie, à l’heure des rémunérations astronomiques des dirigeants et d’un accroissement des inégalités. De ce point de vue, il nous apparaît pertinent de convoquer les analyses que formulait Karl Polanyi dans son ouvrage La grande transformation5. Si l’on s’accorde sur l’analyse qui verrait dans toutes les réformes opérées depuis années 1980 un mouvement similaire à celui de désencastrement qui a eu lieu au XIXe siècle et qui a vu l’affirmation du marché comme mode de régulation dominant, alors on pourrait saisir le mouvement des Gilets jaunes comme une volonté de réencastrement, que Polanyi nommait « grande transformation », dont la réalisation est passé – entre autres – par les systèmes de Sécurité sociale qui se sont développés dans l’après Seconde Guerre mondiale.

12Le concept d’économie morale permet également de saisir le caractère conservateur de certaines revendications des Gilets jaunes, notamment en matière d’immigration. Il ne s’agit pas d’un programme révolutionnaire, au sens où il viserait l’avènement d’un monde nouveau, mais bien d’une volonté de retour à un monde où certains principes moraux n’étaient pas assujettis à des principes économiques. Comme le souligne Samuel Hayat (Fond de l’air), c’est bien d’un retour à l’ordre dont il est question. Dès lors, il n’est pas étonnant que les Gilets jaunes ne promeuvent guère une ouverture migratoire.

13La légitimité démocratique des Gilets jaunes a souvent été mise en question, eu égard à leur nombre relativement faible comparé à la population française et aux modes d’action parfois violents de certains d’entre eux. Cette légitimité contrasterait avec celle du président élu, assise sur des élections relativement récentes. Pourtant, Jacques Rancière (AOC), dans l’un des textes les plus percutants des deux ouvrages, nous rappelle combien l’on aurait tort de réduire la démocratie à celle du vote. Une telle réduction est précisément de nature anti-démocratique. Les Gilets jaunes réaffirment le primat de l’action continue sur l’élection, comme principe de légitimité démocratique. On regrette la baisse régulière de la participation aux élections, mais ne peut-on pas voir au contraire les Gilets jaunes comme un moment d’explosion démocratique, dans une frange de la population où le taux d’abstention est particulièrement élevé ?

  • 6 Jacques Rancière, La haine de la démocratie, Paris, La Fabrique, 2005.
  • 7 Propos tenus sur Public Sénat le lundi 17 décembre 2018.

14Dans une problématique qu’il déjà explorée dans son œuvre6, Jacques Rancière souligne combien le propre d’une démocratie est de reconnaître la capacité de n’importe qui d’y prendre part, en remettant en cause l’idée même qu’il faudrait et qu’il y aurait une compétence pour gouverner. Une telle idée a pourtant été maintes fois entendue à propos des Gilets jaunes, qui souffriraient d’un manque de cohérence et d’expertise, comme en témoignent les propos du président du groupe parlementaire LREM à l’Assemblée Nationale, Gilles Le Gendre, selon lequel l’erreur du parti présidentiel fut d’avoir été « trop intelligent, trop subtil »7. Dans l’optique de Jacques Rancière, il est ainsi permis de voir les Gilets jaunes comme un moment démocratique inopiné, une sorte d’imposition démocratique là où on l’attendait le moins (sur des ronds-points !). Cette question du rapport du peuple à son avenir (et plus certainement à son présent) est d’ailleurs ancienne, comme nous le rappelle Olivier Christin (AOC). Il nous apprend ainsi que l’acronyme QOT, du latin Quod omnes tangit ab omnibus tractari debet, qui signifie « ce qui concerne tout le monde doit être débattu et approuvé par tout le monde », était central depuis le milieu du Moyen Âge dans les théories du pouvoir juste. Dans cette optique, la légitimité du pouvoir ne provient pas d’une quelconque élection (c’eut d’ailleurs été impensable à l’époque), comme cela pourrait être le cas aujourd’hui, mais de la nécessité d’obtenir le consentement des gouverné-e-s. En ce sens, on pourrait reprocher à bon nombre de femmes et d’hommes politiques actuels de ne voir la légitimité de leurs actions qu’à travers le mode de l’élection. Or, l’élection et le consentement ne se recoupent pas : une élection ne veut pas dire consentement, surtout dans la durée. Ce problème de l’absence de recherche du consentement fait directement écho à une des revendications majeures des Gilets jaunes : le RIC (référendum d’initiative citoyenne).

15Loin de ne proposer que des concepts, les sciences sociales ont également à offrir une expérience de la réflexivité qui permet de penser les termes du débat. C’est particulièrement vrai pour la question de la violence, que plusieurs auteur-e-s précisent et souvent circonscrivent. Dans les commentaires sur les mouvements sociaux, qu’ils soient médiatiques ou politiques, il en est souvent question. Vitrines brisées, mobiliers urbains dégradés, magasins vandalisés, il s’agit bien là d’une forme de violence. Mais encore faut-il saisir le tableau dans son ensemble pour la recadrer à sa juste place. Comme le rappelle Yves Citton (AOC), la violence des Gilets jaunes apparaît bien modeste comparée à celle des inégalités de richesse. Il ne faudrait pas perdre de vue en effet la disproportion qu’il y a à qualifier de violences des dégradations ponctuelles, localisées et de faible ampleur et tout en omettant de le faire pour des problèmes qui ne le sont sans doute pas moins, tels que le chômage, les conditions de vie, le logement, etc., comme le note Ludivine Bantigny (Fond de l’air). Il ne s’agit pas de dire qu’il n’y pas de violence physique, mais de souligner que la violence est avant tout sociale, et que cette violence sociale est d’une toute autre ampleur que les quelques dégradations que l’on a bien voulu nous montrer.

Qui sont les Gilets jaunes ?

16Si la question de l’identité des participants ne se pose pas à propos des mouvements sociaux plus « classiques » – à l’exception peut-être des « casseurs » dont on parle régulièrement –, il en est autrement pour les Gilets jaunes. La question de leur composition sociologique fait débat depuis le début.

17Premier enseignement souligné par Samuel Depraz (AOC) : si leur mobilisation est bien liée à des considérations pécuniaires, ce ne sont pas les plus pauvres qui se sont le plus mobilisés dans ce mouvement – ce qui aurait sans doute constitué une originalité supplémentaire. Contrairement à une idée reçue, les Français les plus pauvres résident à l’intérieur des villes et non dans les zones périurbaines. Le revenu médian des habitants de ces dernières est supérieur à celui au niveau national. Opter pour une telle localisation géographique, même si c’est parfois un choix contraint, suppose le plus souvent d’avoir les moyens, au moment de l’installation, d’entretenir un véhicule.

  • 8 Marie Cartier, Isabelle Coutant et Olivier Masclet, La France des « petits-moyens ». Enquête sur la (...)

18Les résultats récents de la sociologie rurale nous rappellent, comme le font Ivan Bruneau, Julian Mischi et Nicolas Renahy (AOC), que la part des ouvriers et des employés dans la population active s’accroît à mesure que l’on s’éloigne du cœur des villes. Aussi, les catégories socio-professionnelles les plus représentées à la campagne sont loin d’être les agriculteurs, contrairement à ce que l’on pourrait penser intuitivement. Même s’ils méritent d’être complétés par une analyse quantitative plus précise, ces premiers éléments nous permettent de cerner mieux qui sont les gilets jaunes : entre une « fraction consolidées des classes populaires », pour reprendre l’expression d’Aurélien Delpirou (Fond de l’air), et une petite classe moyenne, celles et ceux que Marie Cartier, Isabelle Coutant (Fond de l’air) et Olivier Masclet avaient nommé les « petits-moyens » dans leur ouvrage8. Ivan Bruneau, Julian Mischi et Nicolas Renahy (AOC) font état d’un éloignement spatial entre classes sociales dans le monde rural. Si l’instituteur constituait autrefois une figure locale, il en va différemment aujourd’hui, et les cadres, dont les enseignants, s’insèrent moins dans la vie locale. Cette mise à distance est à même d’expliquer le sentiment de relégation dont font souvent état les Gilets jaunes.

19Il faut ajouter que ce sentiment ne rencontre pas, dans les campagnes, d’espaces militants où être recueilli. Si la désaffection à l’égard des partis politiques et des syndicats est générale depuis plusieurs décennies, elle est particulièrement forte dans le monde rural. Ainsi, pour Ivan Bruneau, Julian Mischi et Nicolas Renahy (AOC), ce déficit de sociabilités militantes est compensé par la sociabilité des ronds-points. Les rencontres, discussions et débats que ces lieux permettent sont d’ailleurs régulièrement mis en avant par les Gilets jaunes quand ils pointent les bienfaits de leur mobilisation, au-delà des annonces faites par le gouvernement pour les contenter.

  • 9 Jacqueline Laufer, Séverine Lemière et Rachel Silvera, « Pourquoi le travail des femmes vaut-il moi (...)

20Plusieurs textes, dans et hors de ce recueil, évoquent la place significative des femmes autour des ronds-points. Sandra Laugier et Albert Ogien (AOC) en offrent une piste d’explication intéressante, qui s’appuie sur la très forte surreprésentation des femmes dans les métiers du care, dont on sait qu’ils sont aujourd’hui en France parmi les plus pénibles et les moins rémunérateurs. Que l’on songe aux personnels des maisons de retraite et des hôpitaux, aux aides à domicile ou encore aux assistantes maternelles, ce sont toujours les femmes qui sont en première ligne, avec des salaires faibles et des conditions de travail éprouvantes. Le développement récent de ces activités, à relier en partie à la hausse de l’espérance de vie, n’est pas allé de pair avec la revalorisation pécuniaire et symbolique de ces métiers. Sans doute cette absence de considération n’est-elle est pas sans lien avec des questions de genre, si l’on s’en réfère à l’analyse de Jacqueline Laufer, Séverine Lemière et Rachel Silvera, selon lesquelles le travail des femmes vaut moins d’abord parce qu’il est exercé par des femmes9. Sandra Laugier et Albert Ogien (AOC) poursuivent cette analyse en parlant de la « politique de la carelessness », qui s’appuie sur un « care inversé », où l’on demande aux plus pauvres de prendre soin des plus riches. Cette grille de lecture permet de comprendre la colère des Gilets jaunes, et en particulier l’importance de l’ISF dans leur revendication, dans la mesure où cette baisse d’impôt des plus riches (à ajouter au prélèvement forfaitaire unique sur le capital) peut être vue comme une politique du care à l’égard des plus riches. « Il faut en prendre soin si on ne veut pas qu’ils s’en aillent », nous dit en substance le Président de la République pour défendre une telle mesure, dont le coût se chiffre en milliards d’euros. Une même lecture des lois Travail, qui visent non plus à protéger les salariés, optique qui a été celle de l’élaboration du droit du travail et de la protection sociale pendant plusieurs décennies, mais bien à protéger les employeurs.

Les racines économiques des Gilets jaunes

21La revendication originelle des Gilets jaunes était de nature économique, puisqu’elle portait sur le prix des carburants, dont on sait qu’il est majoritairement constitué de taxes, en France. Si cette revendication n’est plus la seule, des questions économiques comme la fiscalité et le pouvoir d’achat demeurent au cœur des préoccupations des Gilets jaunes.

  • 10 Alexis Spire, Faibles et puissants face à l’impôt, Paris, Raisons d’agir, 2012 ; Alexis Spire, Rési (...)
  • 11 C’est le seul chercheur à avoir contribué aux deux ouvrages.

22Comme le montre Alexis Spire dans ses travaux10 et dans les textes qu’il livre ici (AOC, Fond de l’air11), il existe un sentiment de défiance à l’égard des impôts qui est d’autant plus affirmé que l’on se situe en bas de la distribution des revenus. Cette déconsidération des impôts par les plus pauvres interroge, dans la mesure où ils et elles sont proportionnellement les premiers et les premières à bénéficier de prestations sociales. Elle s’explique par une vision biaisée du système fiscal, elle-même entretenue politiquement et médiatiquement, et surtout par un sentiment d’injustice fiscale, très prégnant chez les Gilets jaunes. Ce dernier repose sur l’existence des mécanismes d’exonération offerts aux contribuables les plus aisés (les fameuses « niches fiscales ») et sur l’incompréhension de la nature et de l’utilité de certains prélèvements. Alexis Spire (Fond de l’air) note d’ailleurs que remplir la déclaration d’impôt est une tâche essentiellement féminine dans les classes populaires, ce qui explique peut-être la place des femmes chez les Gilets jaunes. Toujours sur la question fiscale, Thomas Piketty (Fond de l’air) rapporte un élément troublant. Si les déclarations d’impôts sur le revenu sont préremplies depuis dix ans, cela n’a jamais été le cas pour l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), ni pour l’impôt sur la fortune immobilière qui en a pris la suite (IFI). Pourtant, il serait assez aisé de demander aux banques de transmettre au fisc les informations sur les valeurs mobilières détenues par leurs clients et cela accroitrait vraisemblablement de manière significative le montant de la collecte d’un tel impôt.

23Au-delà de la fiscalité, la question du pouvoir d’achat est lancinante chez les Gilets jaunes. Les statistiques disponibles à ce sujet, surtout lorsqu’elles se concentrent sur des indicateurs en moyenne, masquent souvent les disparités – le recours à la médiane étant dès lors préférable. On le saisit bien si l’on songe que, selon l’INSEE, le salaire moyen d’une personne travaillant à temps plein dans une entreprise (qu’elle soit privée ou publique) est aujourd’hui de 2 250 euros nets, alors que le salaire médian est de 1 800 euros par mois. Le salaire moyen est en quelque sorte « tiré vers le haut » par les plus hauts salaires.

24Il faut également différencier le pouvoir d’achat tel que mesuré par l’INSEE et celui « ressenti » par les ménages, qui est souvent lié à la notion de « dépenses contraintes », c’est-à-dire de dépenses qui, chaque mois, ne sont pas arbitrables, comme le loyer, le chauffage, l’électricité, etc. De fait, comme le remarque Maxime Combes (AOC), plus celles-ci sont élevés, moins ce que les économistes appellent le « signal-prix » fonctionne. C’est pourtant sur lui que l’on compte quand on augmente les taxes sur les carburants, en espérant que les automobilistes utilisent moins leur voiture au profit d’autres modes de transport moins polluants. Si cette utilisation est contrainte, notamment par des considérations géographiques, alors une telle mesure est inefficace du point de vue de la réallocation des ressources. Or, les ménages les plus pauvres sont également ceux dont la part des dépenses contraintes est la plus élevée, ce qui explique là aussi l’émergence des Gilets jaunes autour d’une question – le prix des carburants – dont la consommation est très largement contrainte. Samuel Depraz (AOC) souligne que le malaise des populations périurbaines se mesure au poids de leurs dépenses incompressibles, qui ont proportionnellement plus que doublé depuis un demi-siècle. Bien souvent, les habitants s’installent dans ces zones pour accéder à la propriété, et il faut alors ajouter le remboursement des crédits immobiliers aux coûts liés à la voiture (qui peut elle-même être achetée à crédit).

25La condition économique des Gilets jaunes, et plus généralement des classes populaires, doit également être considérée au regard de leur rapport à l’écologie. On a souvent lu que les plus pauvres de nos concitoyen-ne-s n’y étaient pas sensibles et qu’ils n’étaient pas prêts aux « efforts » qu’on leur demande de consentir pour « sauver la planète », et dont la fiscalité sur le diesel est une pierre angulaire. L’accusation d’égoïsme n’est pas loin, contre ceux qui préféraient leur voiture à la planète, alors que rien moins que la « fin du monde » serait en jeu. Mais, comme le soulève Michaël Foessel (Fond de l’air), pour que la fin du monde soit vue comme un problème, encore faut-il que ce monde soit suffisamment désirable pour qu’il mérite d’être sauvé…

Prendre au sérieux la comparaison historique

26Plus encore que lors des mouvements habituels, il semble que le réflexe de la comparaison historique a jailli pour essayer de caractériser et de circonscrire ce que sont les Gilets jaunes, comme si cela rassurait de les inscrire dans une tradition et d’amoindrir leur originalité. Ont ainsi été évoquées les jacqueries médiévales, la Révolution française, Mai 68, etc. Ces comparaisons ne sont pas systématiquement infondées, mais quelques contributions permettent ici d’en préciser les contours avec une perspective historique.

27Guillaume Mazeau (AOC) invite à fortement nuancer, si ce n’est à interdire, le parallèle avec la Révolution française. Quoiqu’on en pense, le contexte est bien différent et, si la Ve République connait des travers monarchiques, la France n’est pas pour autant une monarchie absolue. En outre, les libertés publiques sont bien plus considérables et la critique du pouvoir plus aisée, même si là aussi elles rencontrent certaines limites que l’on peut regretter. L’origine sociale des Gilets jaunes contraste avec celle des Sans-culottes. Les premiers sont issus de milieux professionnels relativement diversifiés, alors que les seconds provenaient essentiellement de l’artisanat et du petit commerce, urbains et fortement parisiens. Au-delà de la comparaison avec la Révolution française, Guillaume Mazeau (AOC) souligne que ce que l’on nomme aujourd’hui les « fake news », et que l’on rangeait auparavant dans la catégorie des rumeurs, existe depuis longtemps dans les mobilisations populaires. Les fake news ne sont donc pas nouvelles et y ont souvent un joué un rôle moteur.

28Plus inattendu est le parallèle qu’opère Michèle Zancarini-Fournel (Fond de l’air) avec Mai 68. Les modalités d’action, à commencer par les grèves et les manifestations, qui ont jalonné les semaines de mai et de juin de l’année 1968 n’ont que peu à voir de prime abord avec celles des Gilets jaunes. En 1968, les organisations étudiantes et professionnelles étaient très présentes et les cortèges organisés. Pour autant, un point essentiel et commun se joue dans les occupations, celles des usines et des universités en 1968 comme celles des ronds-points ces derniers mois : la prise de parole généralisée. La formidable libération de la parole que Mai 68 a permis et qui s’est poursuivi dans les années 1970, sans en être totale, fait écho à ce qui s’est déroulé pendant plusieurs semaines sur les ronds-points investis par les Gilets jaunes. Sur ce point, il faut évoquer une nouveauté radicale qui est celle de l’usage des réseaux sociaux, et de Facebook en particulier. Comme le note Olivier Ertzscheid (Fond de l’air), ce réseau social a fourni un espace d’expression à celles et ceux qui se sentent habituellement les moins légitimes sur deux plans : celui du rapport à l’écrit et celui de l’intervention en public. Faisant fi des codes formels qui siéent habituellement à l’expression écrite, Facebook permet des modalités d’intervention plus souples, associées parfois à la vidéo, comme en témoignent le succès des vidéos « face caméra » de certains Gilets jaunes, notamment celles qui relatent des violences policières. Ainsi Olivier Ertzscheid fait sienne l’expression de Benjamin Bayart : « L’imprimerie a permis au peuple de lire, Internet va lui permettre d’écrire ».

Les sciences sociales à l’épreuve des Gilets jaunes

29Si les sciences sociales ont assurément des choses à dire sur les Gilets jaunes, comme en témoignent les contributions rassemblées dans ces deux ouvrages et dont nous avons fait état jusqu’alors, ce « moment » Gilets jaunes est aussi l’occasion d’interroger la capacité des sciences sociales à analyser l’actualité. Il ne s’agit dès lors plus seulement de se pencher sur ce qu’elles ont à dire, mais de s’interroger sur ce que l’on peut dire de ce qu’elles disent des Gilets jaunes, et sur la façon dont elles le disent.

L’effet retard des sciences sociales

  • 12 Pierre Bourdieu (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993.
  • 13 Stéphane Beaud, Joseph Confavreux et Jade Lindgaard (dir.), La France invisible, Paris, La Découver (...)
  • 14 Pierre Bourdieu et Patrick Champagne, « Les exclus de l’intérieur », Actes de la recherche en scien (...)

30À la lecture de ces quelques dizaines de textes, se dégage l’impression d’un « effet retard » qui pourrait être le propre des sciences sociales dès lors qu’il s’agit de saisir le réel en train de se faire. La presque totalité des contributions repose sur du « déjà fait », soit en ce qu’elles renvoient à des analyses historiques lointaines, soit parce qu’elles s’appuient sur des enquêtes sociologiques passées, soit encore parce qu’elles ont recours à des concepts forgés par ailleurs. Un tel effet n’est d’ailleurs pas nécessairement illégitime car, comme le rappelle Serge Paugam (AOC), le malaise social qui semble être celui des Gilets jaunes a déjà été documenté par les sciences sociales, de La misère du monde12, ouvrage dirigé par Pierre Bourdieu et publié en 1993, jusqu’à La France invisible13, en 2006, sous la direction de Stéphane Beaud, Joseph Confavreux et Jade Lindgaard. Le titre de ce dernier ouvrage s’applique d’ailleurs bien à la manière dont se définissent eux-mêmes les Gilets jaunes aujourd’hui, en ce qu’il évoque ces « exclus de l’intérieur », selon l’expression de Pierre Bourdieu et Patrick Champagne14. Or, comment mieux rendre visible cette « invisibilité sociale » que beaucoup ressentent, sinon en enfilant un gilet jaune ?

31Cet « effet retard » doit être mis en regard avec la réactivité de l’activité journalistique, dont le propre est justement de capter l’actualité en train de se faire. Les deux ouvrages qui nous occupent invitent à confronter ces deux façons d’appréhender le réel que sont le journalisme et les sciences sociales, différentes dans leur optique. Dans son acception la plus courante, le journalisme s’inscrit dans un temps relativement court, mettant l’accent sur ce qui est en train d’advenir, de se passer, de bouger, etc., alors que les sciences sociales se prévalent d’une dimension scientifique et d’une certaine réflexivité qui, combinées, s’inscrivent nécessairement dans un temps plus long. À ce titre, on peut regretter qu’aucun de ces deux ouvrages ne contiennent de reportages au long cours, qui auraient résonné comme des échos du réel – en prise directe si l’on ose dire – renvoyés aux analyses produites par les chercheurs et les chercheuses. De la même manière que La misère du monde incluait des retranscriptions d’entretiens, il aurait été appréciable d’offrir des contre-points journalistiques, comme autant de fenêtres ouvertes directement sur celles et ceux qui forment les Gilets jaunes.

La question des matériaux et des disciplines

32La question des matériaux est centrale en sciences sociales, surtout dès que l’on s’éloigne de considérations strictement théoriques, comme c’est le cas pour l’objet qui nous occupe. On vient de le voir, la grande majorité des textes présentés dans ces ouvrages s’appuient sur des matériaux qui ne sont pas directement reliés aux Gilets jaunes. Aussi, la teneur et l’intérêt des propos tenus sur les Gilets jaunes reposent sur la capacité des auteur-e-s à faire tenir la possibilité d’une translation plus ou moins partielle des analyses qu’ils tirent de leurs matériaux sur d’autres objets. Cette perspective comparative, quelques fois réalisée de manière trop implicite, comporte moins de risques pour des disciplines peu directement empiriques comme la philosophie, mais invite à la plus grande prudence pour d’autres comme la sociologie. Comme le rappelle Sylvain Bourmeau (AOC) dans son introduction, plutôt que de saisir les analyses formulées dans ces ouvrages comme définitives, il convient de les comprendre comme des hypothèses, que des recherches plus approfondies viendront confirmer ou infirmer par la suite.

33Une certaine humilité est donc nécessaire quant à la capacité des sciences sociales à produire un discours, solidement assis scientifiquement, sur un évènement en train de se faire. Des pistes peuvent être dressées, des débuts d’explications avancés, des hypothèses formulées, et c’est d’ailleurs le cas de manière plutôt convaincante dans un certain nombre de contributions, mais il faut se garder de conclure de manière trop définitive. Le temps long dans lequel s’inscrivent les sciences sociales nous oblige à laisser grande ouverte la porte de l’analyse, en acceptant que certaines explications soient invalidées dans le futur et que d’autres puissent apparaître. Yves Citton (AOC) nous invite aussi à penser que ce qu’il nomme la « consistance des Gilets jaunes » est sans doute davantage d’ordre affectif qu’argumentatif. Il ne faut pas mésestimer la place des affects dans ce mouvement – comme dans tout mouvement, d’ailleurs – puisque chercher des explications rationnelles et attendre des acteurs eux-mêmes des revendications parfaitement cohérentes reviendrait à manquer la part d’irrationnel propre à toute action, à toute mobilisation.

34Jacques Rancière (AOC) nous pousse lui aussi à une certaine humilité, en rappelant avec une certaine finesse, mais de manière un peu désespérante, que « les motifs de souffrance que l’on énumère pour expliquer la révolte sont exactement semblables à ceux par lesquels on expliquerait son absence : des individus soumis à de telles conditions d’existence n’ont en effet normalement pas le temps ni l’énergie pour se révolter. L’explication des raisons pour laquelle les gens bougent est identique à celle des raisons pour lesquelles ils ne bougent pas ».

Sciences sociales et Gilets jaunes, une nécessité démocratique

35Les réserves que nous venons de formuler ne visent bien sûr pas à délégitimer le droit des sciences sociales à analyser l’actualité, surtout quand elle prend des formes aussi originales que ce mouvement des Gilets jaunes ; bien au contraire. Car l’analyse qu’elles en fournissent revêt une perspective démocratique.

36Le caractère radicalement original de ce mouvement, les revendications qui se révèlent parfois contradictoires entre elles (plus de services publics et moins d’impôts dans le même temps), l’absence de représentants légitiment reconnus, compliquent la lecture de ce que sont et de ce que veulent les Gilets jaunes. Pourtant, ce relatif flou qui s’en dégage n’est pas pour autant délégitimant. Ce n’est pas parce que ce n’est pas clair qu’il n’y a rien à dire et que ça ne veut rien dire. Les contributions de chercheuses et chercheurs en sciences sociales réunies dans ces deux ouvrages montrent bien qu’il est possible d’en tirer sinon des enseignements, au moins des pistes de compréhension. Celles-ci sont nécessaires, pas seulement sur le plan scientifique, mais bien sur le plan politique, pour prétendre comprendre et répondre aux attentes de celles qui ceux qui portent le Gilet jaune.

Haut de page

Notes

1 Sauf mention contraire, tous les auteur-e-s cité-e-s dans cette note critique ont écrit des textes dans l’un des ouvrages. On note « AOC » pour l’ouvrage, « Gilets jaunes ». Hypothèses sur un mouvement, et « Fond de l’air » pour Le fond de l’air est jaune. Comprendre une révolte inédite.

2 Charles Tilly, « Les origines du répertoire d’action collective contemporaine en France et en Grande-Bretagne », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1984, vol. 4, no 1, p. 89‑108.

3 Des résultats préliminaires de cette enquête, regroupant 70 universitaires provenant de plusieurs institutions, ont été publiés sur le site du Monde. Voir : https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/12/11/gilets-jaunes-une-enquete-pionniere-sur-la-revolte-des-revenus-modestes_5395562_3232.html?fbclid=IwAR1dyva7XZcAcPdhuKunC5KUA4VvMt2vbLgd83iQmS9zyt_S4sSvuaKquqc.

4 Les Lip, l'imagination au pouvoir (2007) et Tous au Larzac (2011).

5 Karl Polanyi, La grande transformation, Paris, Gallimard, 2009.

6 Jacques Rancière, La haine de la démocratie, Paris, La Fabrique, 2005.

7 Propos tenus sur Public Sénat le lundi 17 décembre 2018.

8 Marie Cartier, Isabelle Coutant et Olivier Masclet, La France des « petits-moyens ». Enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris, La Découverte, 2008.

9 Jacqueline Laufer, Séverine Lemière et Rachel Silvera, « Pourquoi le travail des femmes vaut-il moins ? » dans Laurie Laufer et Florence Rochefort (dir.), Qu’est-ce que le genre ? Paris, Payot & Rivages, 2014, p. 137‑154.

10 Alexis Spire, Faibles et puissants face à l’impôt, Paris, Raisons d’agir, 2012 ; Alexis Spire, Résistances à l’impôt, attachement à l’État. Enquête sur les contribuables français, Paris, Seuil, 2018 ; notre note critique pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/28273.

11 C’est le seul chercheur à avoir contribué aux deux ouvrages.

12 Pierre Bourdieu (dir.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993.

13 Stéphane Beaud, Joseph Confavreux et Jade Lindgaard (dir.), La France invisible, Paris, La Découverte, 2006.

14 Pierre Bourdieu et Patrick Champagne, « Les exclus de l’intérieur », Actes de la recherche en sciences sociales, 1992, vol. 91, no 1, p. 71‑75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Jatteau, « Les Gilets jaunes et les sciences sociales », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2019, mis en ligne le 29 mars 2019, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33053

Haut de page

Discipline

Histoire

Économie

Droit

Science politique

Sociologie

Géographie

Philosophie

Haut de page

Rédacteur

Arthur Jatteau

Maître de conférences en économie et en sociologie à l’Université de Lille (Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques – Clersé). Chercheur associé à l’IDHES-ENS Paris Saclay.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page