Navigation – Plan du site

Pascal Combemale, Introduction à Marx

Igor Martinache
Introduction à Marx
Pascal Combemale, Introduction à Marx, La Découverte, coll. « Repères Sciences politiques - », 2006, 122 p., EAN : 9782707149572.
Haut de page

Texte intégral

1Introduire l'œuvre de Karl Marx en une centaine de pages, tel est le défi ambitieux que s'est fixé Pascal Combemale. Professeur de sciences sociales en classes préparatoire, celui-ci avait déjà signé une introduction à Keynes dans la même collection « Repères », qu'il dirige par ailleurs. Or, celle-ci comprend déjà trois volumes consacrés respectivement à la philosophie, l'économie et la sociologie de Marx, confirmant que celui-ci reste un auteur des plus commentés. Alors pourquoi ce nouvel ouvrage, qui s'ajoute aux « milliers de pages [déjà] consacrés à Marx » ? Précisément, explique Combemale, pour inviter à lire une œuvre « à une époque où l'on trop tendance à penser en-deçà plutôt qu'au-delà, avec le souci d'éliminer tous les écrans qui s'interposaient naguère entre le lecteur et les textes originaux ». Lesdits écrans étant composés notamment des multiples interprétations et constructions théoriques se réclamant du penseur allemand, tout en s'éloignant parfois à mille lieux de ses écrits. L'entreprise de Combemale peut donc sembler quelque peu paradoxale, risquant d'ériger un nouvel écran entre le lecteur et l'œuvre de Marx. Mais c'est que celle-ci, inachevée, s'avère difficile d'accès, loin de correspondre au « catéchisme figé » auxquels certains ont voulu la réduire, et Combemale se propose ici avant tout d'essayer d'en donner quelques clés d'accès, d'en restituer « la richesse » comme les « faiblesses et les contradictions ».

  • 1 On peut retrouver l'idée d'un refus des découpages disciplinaires dans l'analyse des systèmes-monde (...)

2Partant du présupposé, partagé notamment par Bourdieu, selon lequel la biographie d'un auteur éclaire son œuvre, Combemale commence par retracer la trajectoire de Marx, de sa jeunesse de petit-bourgeois rhénan à sa mort dans la misère londonienne, en passant par son activisme politique et sa rencontre avec Engels. Révolutionnaire, Marx l'était assurément, mais force est de reconnaître qu'il préférait ferrailler dans le champ intellectuel que sur les barricades. Et son mariage avec Jenny von Westphalen confirme qu'il n'a jamais totalement rompu avec son milieu d'origine. Autre idée reçue à laquelle se confronte ensuite Combemale : la classification de Marx comme « philosophe ». Certes, il a bien consacré une thèse à Démocrite et Epicure, mais il s'est appliqué toute sa vie durant à rejeter tout idéalisme, incarné notamment par la philosophie hégélienne. La religion, l'Etat, l'idéologie ou l'argent ont ainsi été les cibles privilégiées de ses écrits ; ceux-ci s'efforçant de fonder la praxis, « la transformation de l'homme par l'homme ». Théorie et pratique sont donc indissociables pour Marx, pour qui le communisme n'était pas « un idéal auquel la réalité devra se conformer », mais « le mouvement réel qui abolit l'état actuel des choses », comme il l'écrit dans le Livre III du Capital. Autrement dit, loin de chercher à créer une idéologie qui devait se substituer à celle de la classe dominante, Marx concevait son projet comme celui de dévoiler scientifiquement les bases sur lesquelles le capitalisme reposait, et qui devaient entraîner son dépassement. Cela explique sans doute pourquoi, comme peu d'autres auteurs, Marx est au confluent des différentes sciences humaines. En fait, celles-ci sont indissociables dans son œuvre1. C'est ainsi que, par exemple, la sociologie historique ne prend réellement sens que renvoyée à sa critique de l'économie politique. Combemale traite cependant l'une et l'autre dans la troisième et quatrième partie de son ouvrage. Dans la première, il rappelle que pour Marx, l'histoire humaine n'est autre que l'histoire de la lutte des classes, et détaille les mécanismes qui constituent le matérialisme historique. Mais si la révolution et le triomphe du prolétariat apparaissent comme un horizon inévitable, Marx n'en est pas moins un observateur attentif des transformations en cours, comme le prouve par exemple la description fine des différentes fractions de classes et de leurs alliances qu'il livre dans Le dix-huit Brumaire de Louis-Bonaparte.

3Concernant sa critique de l'économie politique, on attribue souvent abusivement à Marx des concepts que d'autres avaient forgé avant lui. Ainsi en est-il des idées d'exploitation, présente déjà chez Saint-Simon, et de plus-value, chez Thompson, mais aussi les effets délétères de la division du travail ou de la baisse tendancielle du taux de profit, déjà présentes respectivement chez Smith et Ricardo ! Le principal mérite de Marx réside finalement, explique Combemale, dans la systématisation de ces intuitions à travers la théorie de l'exploitation. Car l'objectif de Marx était bien de démontrer scientifiquement que le capitalisme creusait sa propre tombe.

4La dynamique et les crises du capitalisme font ainsi l'objet du dernier chapitre de l'ouvrage. Combemale y développe un certain nombre de concepts « cardinaux » de l'analyse marxienne du mode de production capitaliste, qui résonnent familièrement aux oreilles du lecteur d'aujourd'hui. Marchandisation des rapports sociaux et mondialisation du marché, salarisation de la population active, croissance de l'armée industrielle de réserve ou paupérisation relative sont ainsi quelques-unes des tendances du capitalisme que Marx avait mises à jour. Mais, comme le note Combemale à la fin de son ouvrage - logiquement - sans conclusion, il ne faut pas pour autant faire de Marx un prophète qu'il n'était pas. Pas plus que quiconque, il n'aurait pu prévoir « les guerres mondiales, les camps d'extermination, la bombe atomique, ou la transition...du socialisme existant vers le capitalisme... ». Sans compter les autres problèmes actuels qui rendent décidément bien difficile de « croire encore aux « lendemains qui chantent »...

Haut de page

Notes

1 On peut retrouver l'idée d'un refus des découpages disciplinaires dans l'analyse des systèmes-mondes initiée par Fernand Braudel (cf. Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde. Introduction à l'analyse des systèmes-monde, La Découverte, 2006)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Pascal Combemale, Introduction à Marx », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 20 novembre 2006, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/331

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page