Navigation – Plan du site

Mathieu Jestin, Salonique 1781-1913 Une histoire consulaire de la question d’Orient

Fatima Zohra Hamrat
Salonique (1783-1913)
Mathieu Jestin, Salonique (1783-1913). Une histoire consulaire de la question d'Orient, Paris, Editions de la Sorbonne, coll. « Histoire contemporaine », 2018, 328 p., ISBN : 9791035100834.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La « question d’Orient » est l’expression utilisée pour qualifier l’implication des diverses puissa (...)
  • 2 Voir Esther Benbassa, Salonique : ville juive, ville ottoman, ville grecque, CNRS Éditions, Paris, (...)

1L’histoire de la ville de Salonique a fait couler beaucoup d’encre pour des raisons particulièrement liées à sa position géopolitique et à son rôle dans le façonnement de l’histoire de l’Orient. Salonique a vu naitre Mustapha Atatürk, le mouvement sioniste et le mouvement des Jeunes-Turcs qui a renversé le sultan Abdul Hamid. Ce dernier fut exilé aussi à Salonique. Dans cet ouvrage, Mattieu Jestin fait le choix de présenter Salonique comme une toile de fond pour exposer l’histoire consulaire de France. Ce faisant, l’auteur entend présenter l’implication des puissances européennes dans les conflits intérieurs et le démembrement de l’empire ottoman sous un angle particulier. En d’autres termes, il étudie la « question d’Orient »1 à travers le prisme de l’action des consuls, confrontés aux mutations urbaines et politiques en Macédoine. Entre les histoires anecdotiques et l’histoire politique du consulat, on découvre les rouages de la diplomatie française et sa réaction aux évènements qui ont bouleversé la région entre le XIXe et le début du XXe siècle2.

2Si le dépouillement des archives consulaires de Salonique ainsi que l’exploration des correspondances de consuls ont été largement investis par les historiens, force est de constater que la question d’Orient n’a pas été suffisamment approfondie. En se basant sur ses archives, Mathieu Jestin se montre particulièrement attentif à l’évolution de la situation en Macédoine, dans ce contexte particulièrement complexe. Il met en lumière le rôle du consulat et des consuls lorsque l’Orient fut le théâtre de conflits territoriaux et expansionnistes entre les puissances européennes, au moment où l’Empire ottoman tentait de mettre en place des réformes, ou « Tanzimat », pour moderniser l’Empire. Il apporte des éléments nouveaux concernant la relation des consuls avec les différents acteurs politiques et économiques à Salonique et en Macédoine en général, bien qu’il nous semble que la relation entre les consuls français à Salonique et les Ottomans reste insuffisamment démontrée. La réflexion proposée s’étale sur presque deux siècles qui représentent l’apogée de l’impérialisme.

  • 3 Les Capitulations sont des accords qui ont été signés entre le sultan ottoman et le roi de France à (...)

3L’auteur insiste sur l’évolution du statut du consul et le processus de bureaucratisation de l’institution consulaire au XIXe siècle. Il nous amène à réfléchir sur les missions et les prérogatives du consul de Salonique. Le rôle originel de ce dernier était la protection et la défense des intérêts français ainsi que le développement du commerce français à Salonique. Sa relation avec les ottomans était régie par les capitulations3 et les ordonnances consulaires françaises. La lecture des correspondances consulaires montre bien que le consul était un agent d’information de premier ordre. Il était tenu d’informer la chambre de commerce de la conjoncture commerciale et de l’orientation du marché local. Cette thématique est largement reprise tout au long de l’ouvrage pour montrer l’évolution du rôle du consul et de sa place dans la machine diplomatique.

4Ainsi, nous dit l’auteur, « à leur mission commerciale première s’est ajoutée […] une mission politique, transformant […] le poste commercial de Salonique en un poste à vocation politique » (p. 33). L’émergence de la question d’Orient et la répercussion des évènements d’Europe sur les populations ottomanes locales poussaient le consul à alerter sa hiérarchie. Après la « conquête » de l’Égypte par la France, qui se voulait être une revanche contre la « conquête » des Indes par l’Angleterre et avait causé la fermeture du consulat de Salonique, le consul devait suivre l’évolution de la situation et réagir aux conséquences des bouleversements politiques.

5Au-delà de la mission consulaire, transparait en filigrane dans l’ouvrage l’inquiétude et l’angoisse de la France de perdre du terrain face aux efforts de l’Angleterre pour se rapprocher du pouvoir ottoman et exercer plus d’influence à son profit. Ce rapprochement avait pour finalité l’ingérence dans les affaires intérieures de l’empire. La France cherchait à s’imposer dans la région, et principalement à Salonique, pour contrecarrer les ambitions anglaises.

  • 4 Voir Daniel Foliard, Dislocating the Orient. British Maps and the Making of the Middle East, 1854-1 (...)

6La révolution grecque et l’apparition des mouvements nationalistes indépendantistes4 aux Balkans ont causé un « glissement des problématiques commerciales vers les enjeux politiques », note l’auteur (p. 109). La fonction consulaire prend alors un caractère diplomatique, sans pour autant que les consuls deviennent des diplomates. En plus des rapports qui décrivent l’évolution des évènements, les consuls produisent des analyses de la situation économique et commentent les décisions politiques. Ils doivent s’adapter aux changements environnementaux. L’auteur montre que, du fait de l’importance du poste de Salonique, devenu un vrai observatoire de la question d’Orient, le rôle des consuls évolue : de simples observateurs ils deviennent de véritables acteurs. Leur relation directe avec la population leur permet de rendre compte des réactions des diverses populations et de prévoir leur évolution. Entre la défense des acquis de la France dans la région et l’imprévisibilité de la situation, les consuls ont pour mission de mettre en avant le prestige de la France. Cependant, en raison de la mondialisation de l’économie durant la deuxième moitié du XIXe siècle, la diplomatie économique reste prioritaire sur la diplomatie politique. Mathieu Jestin montre le caractère visionnaire de la mission consulaire en donnant l’exemple de Bosio, l’agent consulaire à Prévéza. Ce dernier « met en avant la question ethno géographique […] et la difficulté de séparer les populations […] il conseille donc de faire appel à la médiation des puissances » (p. 187). Les représentants de la France sont désormais observateurs, commentateurs et acteurs sur le terrain, capables de suivre de près la naissance des nouvelles frontières ; ces nouvelles attributions n’empêchent pas les consuls de rester des informateurs économiques.

  • 5 Bien que la mission catholique était considérée comme une affirmation de la présence française à Sa (...)

7Pour garantir le maintien de l’influence française dans la région macédonienne et à Salonique, les consuls étaient tenus de promouvoir la culture française et de faire en sorte que des marqueurs culturels français soient constamment visibles. La langue, « pierre angulaire indispensable aux différentes formes d’impérialismes » (p. 199) était un moyen de rendre les valeurs françaises universelles et d’avoir plus d’impact sur les élites turques telles que les Jeunes-Turcs. À travers le financement des journaux, le consulat garantit la diffusion des idéaux français et surtout l’influence des élites politiques ottomanes, liées directement au corps décisionnel. Le soutien des missionnaires catholiques était un autre moyen d’affirmer le rôle du consulat dans l’ancrage des valeurs chrétiennes au sein de la région5.

8Les consuls, cependant, devaient rester attentifs aux mouvements consulaires des autres pays et à l’installation de nouvelles missions consulaires, telle que celle du vice-consulat américain en 1908. Mais la fin de la souveraineté ottomane sur Salonique et son annexion à la Grèce en 1912-1913 alertèrent les consuls sur la nécessité de défendre les Capitulations afin de préserver les acquis économiques et politiques de la France. La charge des consuls se trouva alourdie, avec de nouvelles tâches dictées par la multiplication des sources d’information. L’apparition de la presse locale risquait de menacer leur rôle principal, en l’occurrence celui d’informer le gouvernement français de la situation aux Balkans. Cependant, les consuls ont su faire de la presse un allié plutôt qu’un concurrent, et ainsi redonner force à leur rôle. Les dépêches consulaires du début du XXe siècle contenaient désormais des articles traduits ou des coupures de presse. Outre les commentaires d’articles, les consuls faisaient la promotion des manifestations organisées par le consulat. Ceci montre bien comment les consuls ont résisté, faisant évoluer leur rôle pour garantir sa pérennité. Mais, comme l’indique l’auteur, l’arrivée de nouvelles délégations françaises militaires ou scientifiques a finalement transformé le consul en un auxiliaire auprès des différents experts envoyés par le gouvernement français.

9Les consuls furent souvent les témoins directs des remous sociodémographiques dans la région. Du fait de l’intérêt que l’opinion publique européenne portait à la question d’Orient et aux évènements dans la région de Salonique, les consuls devaient suivre de plus près le devenir des populations locales. « Dans leurs rapports, ils relèvent régulièrement les évolutions démographiques concernant le territoire de compétence […] les études démographiques font désormais partie intégrante du travail consulaire » (p. 248).

  • 6 Signé le 24 juillet 1923 entre la Turquie et les Alliés, il remplace le traité de paix de 1920 et d (...)

10Cet ouvrage permet de comprendre finement le combat mené par les consuls français à Salonique non seulement pour défendre les intérêts de la France et affirmer sa présence dans la région à travers différentes manifestations, mais aussi pour faire valoir le caractère diplomatique de leur fonction – qui n’était pas reconnue en tant que tel – et assurer la pérennité de son rôle face aux changements politiques, économiques, sociaux et militaires. Indirectement, Mathieu Jestin nous invite aussi à nous intéresser à Salonique après le traité de Lausanne de 19236 qui a scellé définitivement le destin de cette ville. Ses arguments liés à la transformation politique et démographique de Salonique montrent bien qu’elle reste toujours une source d’inspiration pour d’autres recherches.

Haut de page

Notes

1 La « question d’Orient » est l’expression utilisée pour qualifier l’implication des diverses puissances européennes (principalement la France, le Royaume-Uni et la Russie, ainsi que, dans une moindre mesure l’Autriche-Hongrie, l’Italie et l’Allemagne) en Méditerranée orientale et dans les Balkans, profitant des difficultés de l’Empire ottoman.

2 Voir Esther Benbassa, Salonique : ville juive, ville ottoman, ville grecque, CNRS Éditions, Paris, 2014.

3 Les Capitulations sont des accords qui ont été signés entre le sultan ottoman et le roi de France à partir de 1535, pour bénéficier mutuellement d’avantages et de privilèges commerciaux. Grace aux Capitulations, par exemple, l’Église catholique à Salonique disposait de privilèges tels que celui d’utiliser des cloches.

4 Voir Daniel Foliard, Dislocating the Orient. British Maps and the Making of the Middle East, 1854-1921, Londres, University of Chicago Press, 2017.

5 Bien que la mission catholique était considérée comme une affirmation de la présence française à Salonique et dans la Macédoine en général, elle avait pour objectif principal de diffuser le catholicisme et de faire face à l’orthodoxie russe. Voir Méropi Anastassiadou, Salonique, 1830-1912. Une ville ottomane à l’âge des Réformes, New York, Brill, 1997.

6 Signé le 24 juillet 1923 entre la Turquie et les Alliés, il remplace le traité de paix de 1920 et définit les frontières modernes de l’actuelle Turquie. Pour le monde musulman, il symbolise la fin du khalifat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fatima Zohra Hamrat, « Mathieu Jestin, Salonique 1781-1913 Une histoire consulaire de la question d’Orient », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 03 avril 2019, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33221

Haut de page

Rédacteur

Fatima Zohra Hamrat

Ancienne professeure de lycée, a soutenu sa thèse en novembre 2017. Son domaine de recherche est centré sur l'impérialisme britannique au Moyen-Orient, les répercussions de la politique coloniale sur les différents aspects de la société britannique ainsi que sur les sociétés colonisées.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page