Navigation – Plan du site

Henri Guillemin, La Commune

David Noël
La Commune
Henri Guillemin, La Commune, Paris, Les Mutins de Pangée, 2018, EAN : 3770001117461.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jacques Tardi, Jean Vautrin, Le Cri du peuple, 4 tomes, Casterman, 2001-2004.

1Henri Guillemin est à l’honneur. Né en 1903, agrégé de lettres, spécialiste de Lamartine – à qui il a consacré sa thèse – et professeur à l’université de Bordeaux, Guillemin a dû fuir la France pendant l’Occupation en 1942 et s’installer en Suisse, où il est devenu conseiller culturel à l’ambassade de France. Pendant les années soixante-dix, Guillemin a passionné les téléspectateurs de la télévision suisse romande (TSR) avec ses conférences télévisuelles sur Jaurès, Napoléon Bonaparte, Céline, Tolstoï ou encore Jeanne d’Arc. Ce sont les treize vidéos des « Dossiers de l’Histoire », diffusés sur la TSR entre avril et octobre 1971 pour le centenaire de la Commune de Paris, qui viennent d’être restaurées et rééditées par les Mutins de Pangée, en même temps que l’ouvrage Réflexions sur la Commune écrit par Guillemin en 1971, illustré pour l’occasion avec des dessins de Tardi tirés du Cri du peuple1. Dans ces conférences, filmées avec une grande sobriété, Henri Guillemin est seul, attablé au bureau de sa bibliothèque, et parle avec passion de la Commune, multipliant les citations sans même regarder ses notes. Spécialiste en littérature du XIXe siècle, Guillemin n’était pas un historien professionnel, mais un vulgarisateur et un historien amateur. Ce sont ses travaux sur la poésie de Lamartine et Victor Hugo qui l’ont conduit à s’intéresser à la révolution de 1848 et à la Commune de Paris. Ancien secrétaire de Marc Sangnier et catholique de gauche convaincu, Guillemin est aussi un historien engagé qu’on a parfois qualifié de « pamphlétaire ». Cependant, dès le début du premier épisode consacré aux origines de la Commune, Henri Guillemin prévient d’emblée le téléspectateur : « je ne fais pas de pamphlet, quoi qu’on en dise », mais puisque « l’impassibilité est impossible devant une histoire comme celle de la Commune, la loyauté est le premier devoir ». Guillemin égratigne au passage « l’histoire officielle, bienséante, pour les revues grand public » (épisode 1, La Révolution française).

  • 2 Annie Lacroix-Riz, Le choix de la défaite. Les élites françaises dans les années 1930, Paris, Arman (...)

2Tout au long des treize épisodes consacrés à la Commune, Guillemin ne fait pas mystère de sa sympathie pour les classes populaires, la « cariatide » selon l’expression qu’il emprunte à Victor Hugo, et de sa détestation pour les possédants, ceux qu’il appelle « les gens de biens ». Bien souvent, ses formules ciselées font mouche. Pour lui, la IIIe République proclamée en septembre 1870 est une « république sans contenu » et « [le] gouvernement dit de la défense nationale est en réalité un gouvernement de défense sociale ». Guillemin brocarde la « République des Jules » (Jules Favre, Jules Ferry et Jules Simon), dénonce leur conservatisme social et leur volonté de faire la paix avec l’Allemagne à tout prix ; il se montre acerbe envers « Monsieur Thiers », présenté comme un arriviste sans scrupule. Selon Guillemin, les efforts de Gambetta pour animer la résistance depuis Tours sont réduits à néant par l’action d’une « cinquième colonne de collaborateurs » formée des « hommes de biens » (épisode 2, Thiers). L’usage de l’expression « cinquième colonne » évoque bien évidemment la Seconde Guerre mondiale et suggère un parallèle entre l’attitude des élites françaises en 1870 et celle des élites françaises en 1940 qui auraient fait « le choix de la défaite », pour reprendre l’expression de l’historienne Annie Lacroix-Riz2.

  • 3 Eugène Cavaignac (1802-1857), nommé général après la révolution de 1848, avait été chargé par l’Ass (...)

3Faisant porter aux possédants la responsabilité des événements qui aboutissent à l’insurrection du 18 mars 1871, Guillemin dédouane très largement les Parisiens. Pour le conférencier, « la garde nationale, c’est un vaste syndicat, avec ses syndiqués, qui veut garder ses trente sous et qui va défendre la République » (épisode 4, Le siège de Paris). Guillemin insiste à plusieurs reprises sur l’absolue détermination de l’extrême gauche de ne pas recourir à la violence et montre que l’effusion de sang pouvait être évitée, mais qu’elle a été voulue par les députés monarchistes qui « utilisent Thiers comme Cavaignac3, pour lui faire faire la sale besogne » (épisode 4, Le siège de Paris).

4Guillemin montre bien, au chapitre 3 de ses Réflexions que la Commune n’a pas été « la répétition générale en France de ce que sera Octobre 1917 en Russie » (p. 93) et que, sur les 61 membres de l’assemblée communale qui dirigent la municipalité parisienne après le scrutin du 26 mars et la démission rapide des modérés, on trouve beaucoup de braves gens désintéressés, peu d’internationalistes et une majorité de « proudhoniens » – bien que Proudhon ne soit rien d’autre qu’un faux-jeton, juge Guillemin. L’historien évoque la « fureur anticatholique » d’une partie des communards, mais souligne que l’exercice du culte n’a pas été interdit, qu’une douzaine d’églises seulement sur soixante-sept ont été fermées, et que les « bonnes petites sœurs des pauvres » n’ont pas été inquiétées (p. 112-114).

5Honnêtes et « scrupuleux », à l’image de François Jourde, l’ancien comptable qui exerce ses fonctions de délégué aux finances de la Commune avec une rigueur exemplaire, les communards n’ont pas de chef « qui ait assez de prestige pour tout cristalliser » (épisode 8, Des gens scrupuleux). Les principales figures de la Commune, Eugène Varlin, Charles Delescluze ou encore Louis Rossel, n’ont pas la surface d’un Robespierre – auquel Guillemin avait consacré une conférence en 1970. En outre, durant les cinquante-sept jours effectifs de la Commune, l’existence du Comité central parasite les décisions de l’assemblée communale élue le 26 mars 1871.

6Évoquant les Versaillais, Henri Guillemin multiplie les citations qui démontrent la haine, le mépris de classe et la férocité des possédants vis-à-vis du peuple parisien, comme celle du journaliste catholique et directeur de l’Univers Louis Veuillot, celle d’Edmond de Goncourt ou celle de l’« hystérique » George Sand, qui « ne comprend pas que l’armée n’en finisse pas avec cette orgie » (p. 159) Au fond, pour Guillemin, ce qui distingue les communards des Versaillais, c’est que premiers n’ont pas encore acquis cette « conscience de classe » que les « gens de biens » possèdent déjà clairement et qui explique leur détestation et leur volonté d’en finir avec ce que la Commune pouvait représenter (épisode 9, Le fond des choses).

7Dès lors, la « semaine sanglante » du 21 au 28 mai 1871 est la « vengeance des honnêtes gens » sur la « cariatide ». Guillemin souligne la « résistance extraordinaire » des communards, tandis que l’armée des Versaillais perd 7 000 hommes. Il met en lumière la collaboration absolue de l’Allemagne – dont les troupes sont toujours massées au nord et à l’est de Paris – et des Versaillais qui aboutit à la prise de Montmartre par l’armée gouvernementale. Faisant un parallèle avec l’incendie de Moscou en 1812, Henri Guillemin montre que les premiers incendies qui se déclarent à Paris sont causés par les canons des Versaillais, alors que ceux déclenchés par les communards sont en fait purement stratégiques : c’est « la démence féroce du désespoir » qui expliquerait l’attitude des défenseurs de la Commune. À propos des exécutions d’otages, l’historien défend la Commune et met plutôt en cause des initiatives individuelles comme celles de Raoul Rigault, le blanquiste nommé à la tête de la Commission de Sûreté générale (épisode 12, Le moment de vérité). En parallèle, Guillemin montre la férocité de la répression gouvernementale qui suit la « semaine sanglante » sous l’égide du général de Galliffet, avec ses milliers d’exécutions sommaires, 43 000 arrestations, l’internement des prisonniers au camp de Satory, dans des conditions abominables, et la déportation des condamnés en Nouvelle Calédonie. Ironique, Guillemin conclut son ouvrage Réflexions sur la Commune et le treizième et dernier épisode de sa série documentaire sur les bénéfices de la Banque de France : « Bénéfices déclarés pour l’année 1870 : 21 millions. En 1871, 41 millions. Le dividende a été de 84 francs en 1870. L’année suivante – l’année de la Commune et du traité de Francfort qui coûte à la France l’Alsace-Lorraine et 5 milliards –, la Banque distribuera un dividende de 300 francs. Qui dit mieux ? » (épisode 13, Lendemains, et p. 223 de l’ouvrage).

  • 4 Patrick Rödel, « Une nouvelle association autour d’Henri Guillemin », Mediapart, 4 décembre 2015, e (...)

8Dans les suppléments du DVD, Patrick Berthier, professeur émérite de littérature française, membre fondateur de l’association des ami(es) d’Henri Guillemin et auteur de plusieurs articles et d’un volume d’entretiens avec Guillemin paru en 1979, souligne que le conférencier mérite d’être reconnu comme un véritable historien. De fait, les travaux de Guillemin sur la Commune ont nécessité d’énormes recherches. S’il a fallu attendre plus de vingt ans après sa mort pour saluer la qualité du travail de Guillemin, l’« historien pamphlétaire » n’est plus regardé aujourd’hui avec condescendance par les historiens professionnels. Créée en 2015, l’association des ami(es) d’Henri Guillemin4 a organisé deux colloques : autour de la Commune de Paris en 2016, puis sur Pétain et la collaboration en 2018.

  • 5 Marc Meillassoux, « Sur YouTube, l’étonnant carton post-mortem d’un historien oublié », L’Obs, 17 a (...)

9Historien télévisuel et vulgarisateur de talent, Henri Guillemin séduit aujourd’hui de nouvelles générations de spectateurs qui ont l’ont découvert sur YouTube. Ses vidéos enregistrent des dizaines de milliers de vues et suscitent la curiosité des médias5, alors que celles de son contemporain Alain Decaux, accessibles sur le site de l’INA, restent confidentielles. On peut s’interroger sur les raisons de ce succès posthume. Il tient sans doute, pour une part, au « style » Guillemin et au ton pamphlétaire d’un historien résolument engagé du côté des classes populaires, inlassable pourfendeur des « gens de biens » et des possédants. L’immense érudition d’Henri Guillemin, sa connaissance précise des textes et des auteurs du XIXe siècle, mais aussi l’extraordinaire talent de conteur et de persuasion de l’historien passionné font des treize épisodes de La Commune racontée par Henri Guillemin une série documentaire captivante, intelligemment complétée par les éditeurs, Les Mutins de Pangée et Utovia, par la belle réédition des Réflexions sur la Commune dans le petit ouvrage illustré par Tardi.

Haut de page

Notes

1 Jacques Tardi, Jean Vautrin, Le Cri du peuple, 4 tomes, Casterman, 2001-2004.

2 Annie Lacroix-Riz, Le choix de la défaite. Les élites françaises dans les années 1930, Paris, Armand Colin, 2006.

3 Eugène Cavaignac (1802-1857), nommé général après la révolution de 1848, avait été chargé par l’Assemblée nationale d’écraser le soulèvement du peuple parisien lors des journées de juin 1848.

4 Patrick Rödel, « Une nouvelle association autour d’Henri Guillemin », Mediapart, 4 décembre 2015, en ligne : https://blogs.mediapart.fr/patrick-rodel/blog/041215/une-nouvelle-association-autour-dhenri-guillemin.

5 Marc Meillassoux, « Sur YouTube, l’étonnant carton post-mortem d’un historien oublié », L’Obs, 17 août 2015, en ligne : https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-internet/20150817.RUE0253/sur-youtube-l-etonnant-carton-post-mortem-d-un-historien-oublie.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Noël, « Henri Guillemin, La Commune », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 04 avril 2019, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33233

Haut de page

Rédacteur

David Noël

Professeur d’histoire-géographie au collège Paul Duez de Leforest, doctorant en histoire contemporaine, centre Georges Chevrier, UMR 7366, université de Bourgogne, et membre du bureau de la régionale Nord-Pas-de-Calais de l’APHG.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page