Navigation – Plan du site

Caroline Guibet Lafaye (dir), « Une juste violence ? Violences et radicalités militantes depuis les années 1970 », Parlement[s], n° 28, 2018

Clément Beunas
Une juste violence ?
Caroline Guibet-Lafaye (dir.), « Une juste violence ? Violences et radicalités militantes depuis les années 1970 », Parlement[s], n° 28, 2018, 250 p., Rennes, Presses universitaires de Rennes, ISBN : 978-2-7535-7490-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Isabelle Sommier, « Engagement radical, désengagement et déradicalisation. Continuum et lignes de f (...)
  • 2 Gérôme Truc, Sidérations. Une sociologie des attentats, Paris, Presses universitaires de France, 20 (...)
  • 3 Anastassia Tsoukala, « La presse écrite britannique et française face au terrorisme », in Didier Bi (...)
  • 4 Didier Bigo, Laurent Bonelli et Thomas Deltombe, op. cit. ; Vanessa Codaccioni, Justice d’exception (...)
  • 5 Quelques contre-exemples existent néanmoins. Voir notamment Gwnenola Ricordeau, « Pourquoi cassent- (...)

1Les études de sciences humaines portant sur les violences politiques proposent généralement d’appréhender ces phénomènes en déployant trois types d’analyses. Les premières visent à éclairer les carrières des individus engagés dans les organisations violentes, en analysant, dans une perspective processuelle, les mécanismes qui les poussent à entrer, à rester ou à sortir de ces organisations1. Les secondes ambitionnent d’étudier les réactions sociales que suscitent les actions violentes : réactions de la société2 ou (ré)interprétation médiatiques3. Les dernières, enfin, s’efforcent d’envisager la relation duelle entre l’État et ses ennemis en observant la répression de ces groupes, leurs formes spécifiques de coercition et la mise en place de dispositifs pour les juguler4. Mais force est de constater le faible nombre de travaux qui proposent d’étudier ce que ces mouvances ont à dire de leurs pratiques et comment ils les justifient5. Parce que ces groupes se tiennent dans la clandestinité et hors des barrières de la légalité, leurs actions sont commentées de l’extérieur et réinterprétées par les champs médiatique, politique et universitaire. S’ils doivent légitimer leurs actes pour s’assurer d’un minimum de soutien dans la société civile, ils sont également tenus d’être discrets quant à leurs activités, ce qui complique de fait l’accès du chercheur aux sources et aux terrains. Le dossier « Une juste violence » de la revue Parlement[s] propose justement de remédier à cette lacune en observant précisément les registres discursifs de légitimation de la violence politique d’une pluralité de groupes aux modes d’action et aux visions du monde très hétérogènes.

  • 6 Euskadi Ta Askatasuna, (Pays basque et liberté) est une organisation indépendantiste qui a été acti (...)
  • 7 L’EGTK (Ejército Guerillero Túpac Katari, Armée guérillera Túpac Katari) est un mouvement de guéril (...)

2Au regard des trois premières contributions de ce dossier thématique, la méthode d’approche est particulièrement heuristique. Anastassia Tsoukala, qui analyse les registres de légitimation utilisés par les mouvances anarchiste individualiste, anarcho-communiste, éco-anarchiste et antifasciste dans la Grèce contemporaine, montre ainsi que, derrière une radicalité discursive assumée, l’ambition de ces groupes est moins révolutionnaire que réformiste : il s’agit de dénoncer les manquements de l’État grec, voire parfois de le palier. Barbara Loyer pointe quant à elle la confusion résultant des registres de justification déployés par l’organisation basque ETA6, qui supposent un jeu à armes égales entre le groupe armé et ses victimes civiles. « Les idées qui ont justifié les crimes [de l’organisation] sont l’injustice de l’intégration du peuple basque dans l’État espagnol, ou l’injustice de l’illégalité de l’usage de la torture par les forces de l’ordre, ou l’injustice de l’éloignement des prisonniers qui oblige les familles à parcourir de longues distances » (p. 51). S’appuyant sur les discours mobilisés par les associations de victimes des attaques perpétrées par l’ETA, l’auteure insiste cependant sur la nécessité de « refuser l’équidistance entre la victime non combattante et le meurtrier » (p. 49). Cette méthode d’analyse permet enfin à Sergiu Mişcoiu de pointer l’écart entre les stratégies théorisées par les élites intellectuelles d’un mouvement violent et les opinions de sa base sur celles-ci. Décortiquant les écrits théoriques produits par les leaders de l’EGTK bolivienne7 et les soumettant à un focus group constitué de militants de base de l’organisation, l’auteur montre que si certains constats étaient largement partagés par toutes les strates de l’organisation, la légitimité de l’entrée dans la lutte armée était davantage questionnée. Sergiu Mişcoiu insiste sur l’attrait qu’a pu susciter le mouvement par son éthique de la violence : à l’opposé du Sentier Lumineux, l’EGTK s’est formellement opposé à l’assassinat de civils en ciblant spécifiquement des infrastructures.

  • 8 Les GARI (groupes d’action révolutionnaires internationalistes), fondés en 1973 à la suite de l’arr (...)
  • 9 Si le terme est impropre, la mouvance autonome désigne un ensemble de militants proches du post-sit (...)

3La variété des sources analysées dans ce numéro offre également un large panel des documents susceptibles d’être étudiés, tant en leur qualité de témoignages qu’en celle de matériaux d’analyses, ces deux caractères se combinant parfois. Relisant le journal maoïste La Cause du Peuple, Gilles Ferragu questionne par exemple le parcours singulier des groupes d’extrême gauche français des années 1970 qui, contrairement à leurs homologues italiens et allemands, n’ont pas emprunté les sentiers de la lutte armée durant les « années de plomb ». Olivier Bérubé-Sasseville exhume pour sa part un article publié en 1971 par le groupuscule d’extrême-droite Ordre nouveau. Il montre comment, après avoir déployé une stratégie ouvertement offensive, l’extrême-droite française a adopté une position victimaire et de défense vis-à-vis de l’État et des « gauchistes ». Si cette stratégie cadre peu avec les pratiques militantes qui continuent d’avoir cours au sein de la mouvance, elle est toutefois le préalable à un mécanisme d’institutionnalisation de l’extrême-droite. Le passage d’un registre discursif offensif à un registre défensif est d’ailleurs toujours d’actualité, comme en témoigne Nicolas Lebourg dans ce même numéro. Aurélien Dubuisson quant à lui examine le cumul des stratégies de communication des groupes politiques violents en analysant une bande dessinée diffusée par les groupes antifranquistes GARI8 en 1975. Cette bande dessinée, éloignée des canons du communiqué laconique traditionnellement utilisés par le groupe, constitue un document hautement inhabituel, au ton volontiers humoristique et partisan : les policiers sont caricaturés en benêts, tandis que les membres des GARI sont systématiquement glorifiés. Hugo Patinaux interroge l’actualité d’un flyer anonyme réalisé par la mouvance « autonome »9, initialement édité dans les années 1980. S’appuyer sur l’histoire de ce document permet à l’auteur de mettre en avant la persistance, jusqu’à aujourd’hui, d’une ligne politique au sein du mouvement autonome, à rebours des discours infantilisants les plus convenus fustigeant des personnes « aussi bêtes que méchantes » (p. 106). Hugo Patinaux montre au contraire que les cibles visées et les modes d’actions déployés sont à restituer dans une histoire longue du mouvement, dont la cohérence repose sur un socle théorique et stratégique partagé. Enfin, Charlotte Thomas-Hébert explique le caractère viral de la vidéo qui montre l’agression du suprémaciste blanc Richard Spencer. Largement partagée sur les réseaux sociaux, détournée à de multiples reprises sous forme parodique, cette vidéo fait directement écho à toute une iconographie antinazie dont les assises sont profondes au sein de la culture populaire états-unienne. Elle doit également son succès à la diffusion permise par internet et par son caractère de « justice porn », le protagoniste, considéré comme un ennemi, étant puni de façon rapide et extra-légale.

  • 10 Les Brigate Rosse, ou Brigades rouges, désignent une organisation marxiste active durant les années (...)

4Si certaines des sources analysées dans le présent numéro ont été produites par les militants eux-mêmes, d’autres ont été récoltées ou réalisées par les services de police et de renseignements. C’est le cas du document analysé par Guillaume Origoni, qui étudie la revendication de l’assassinat en 1978 du leader chrétien-démocrate Aldo Moro par les Brigades rouges.10 En se fondant sur un enregistrement réalisé par les services de renseignements, l’auteur met brillamment en lumière la tension entre le « soldat politique », convaincu de la justice de sa cause, et l’individu doué d’empathie qui peine à annoncer le décès de l’homme à ses proches. L’assassin, nous dit Origoni, « se trouve temporairement déstabilisé par la réalité d’un geste qu’il voudrait révolutionnaire mais qui, in fine, se heurte à l’indicible peine de l’homme seul » (p. 100). Pour sa part, l’étude de Nicolas Lebourg sur les groupes néo-nazis français s’appuie autant sur des données policières que sur des archives militantes. L’auteur montre notamment comment ces groupes, plus proches de la forme d’un rhizome que de celle d’un parti, ont partiellement réinventés les codes historiques du fascisme en abandonnant la construction d’un État fasciste ou d’un « homme nouveau » au profit d’une rhétorique de défense d’une « race blanche ». Insistant sur la pénétration au sein de ces groupes d’influences anglo-saxonnes et sur les biens culturels qu’ils ont produits, l’auteur rappelle que la violence reste au centre du principe de vision et de division du monde propre à ces mouvances. Il revient enfin sur les difficultés méthodologiques et éthiques inhérentes aux études sur les « marges violentes ».

5Si l’étude des groupes engagés dans la violence politique est par nature difficile d’accès, elle a cependant un caractère fécond, tant elle force l’enquêteur à sortir des sentiers battus et à redoubler d’ingéniosité pour construire un protocole d’enquête mêlant sources et terrains, archives et entretiens, documents militants ou productions hexogènes. Il s’agit là d’un point commun à l’ensemble des contributions du dossier.

Haut de page

Notes

1 Isabelle Sommier, « Engagement radical, désengagement et déradicalisation. Continuum et lignes de fracture », Lien social et politique, n° 68, 2012, p. 15-35 ; Olivier Fillieule, « Le désengagement d’organisations radicales. Approches par les processus et les configurations », Lien social et politique, n° 68, 2012, p. 37-59 ; Xavier Crettiez, « Penser la radicalisation. Une sociologie processuelle des variables de l’engagement violent », Revue française de science politique, vol. 66, n° 5, 2015, p. 709-727.

2 Gérôme Truc, Sidérations. Une sociologie des attentats, Paris, Presses universitaires de France, 2016 ; Gérôme Truc (dir.), « Attentats », Ethnologie française, vol. XLIX, n° 1, 2019.

3 Anastassia Tsoukala, « La presse écrite britannique et française face au terrorisme », in Didier Bigo, Laurent Bonelli et Thomas Deltombe, Au nom du 11 septembre… Les démocraties à l’épreuve de l’antiterrorisme, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2008.

4 Didier Bigo, Laurent Bonelli et Thomas Deltombe, op. cit. ; Vanessa Codaccioni, Justice d’exception. L’État face aux crimes politiques et terroristes, Paris, CNRS, 2015.

5 Quelques contre-exemples existent néanmoins. Voir notamment Gwnenola Ricordeau, « Pourquoi cassent-ils ? Présentation des discours et motivations des casseurs », Déviance et société, vol. 25, n° 2, 2001, p. 165-183.

6 Euskadi Ta Askatasuna, (Pays basque et liberté) est une organisation indépendantiste qui a été active de 1959 à 2018.

7 L’EGTK (Ejército Guerillero Túpac Katari, Armée guérillera Túpac Katari) est un mouvement de guérilla marxiste et indigéniste né en Bolivie et actif au début des années 1990.

8 Les GARI (groupes d’action révolutionnaires internationalistes), fondés en 1973 à la suite de l’arrestation et de l’exécution de membres de MIL (Movimiento Ibérico de Liberación, Mouvement ibérique de libération), ont mené divers attentats contre le franquisme au cours de l’année 1974.

9 Si le terme est impropre, la mouvance autonome désigne un ensemble de militants proches du post-situationnisme, de l’autonomie italienne ou de la Gauche prolétarienne. Ils partagent un rejet du capitalisme, de l’État et des structures syndicales et politiques, perçues comme ses émanations. Les militants autonomes appellent à l’action directe via la casse ou le sabotage.

10 Les Brigate Rosse, ou Brigades rouges, désignent une organisation marxiste active durant les années 1970-1980 qui appelait au soulèvement du prolétariat par le biais d’assassinats et d’attentats ciblés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Beunas, « Caroline Guibet Lafaye (dir), « Une juste violence ? Violences et radicalités militantes depuis les années 1970 », Parlement[s], n° 28, 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 04 avril 2019, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33241

Haut de page

Lieu

France

Espagne

Grèce

Italie

États-Unis

Bolivie

Haut de page

Rédacteur

Clément Beunas

Doctorant en sociologie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page