Navigation – Plan du site

Quentin Skinner, Visions politiques. Volume 1 : Sur la méthode

Fadi El Hage
Visions politiques
Quentin Skinner, Visions politiques. Volume 1 : Sur la méthode, Genève, Droz, coll. « Titre courant », 2018, 276 p., trad. Christopher Hamel, ISBN : 978-2-600-00565-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir respectivement The Foundations of Modern political Thought, Cambridge, Cambridge University Pr (...)

1Chef de file de l’école de Cambridge, Quentin Skinner est aujourd’hui considéré comme une figure importante de l’histoire de la pensée politique. Mais si ses premiers ouvrages parurent dans les années 1970, sa découverte en France fut plus tardive et attendit la décennie suivante. Originellement publié en 1978, son ouvrage majeur ne fut quant à lui traduit qu’en 20011. Ce décalage temporel rend donc peu étonnant celui séparant la parution anglaise de Visions of Politics en 2002 et celle de l’édition française de son premier volume cette année. Regroupant des articles initialement publiés par Skinner dans diverses revues au fil des trente dernières années, leur traduction française sous forme de recueil est d’autant plus appréciable qu’elle facilite l’accès à ce corpus anglophone et éclaté.

  • 2 Comme dans l’édition originale, il y en aura trois.
  • 3 Geoffrey Elton, The Practice of History, Sydney, Sydney University Press, 1967.

2Dans ce premier tome2, l’auteur nous invite à réfléchir sur l’épistémologie de l’histoire intellectuelle. En guise de « chapitre premier », une introduction inédite – spécialement rédigée par Skinner pour le recueil – aborde un enjeu majeur de son travail, à savoir le rapport de l’historien aux faits. Cette introduction fait ainsi le lit du deuxième chapitre sur « la pratique de l’histoire et le culte du fait », dans lequel Skinner procède à une déconstruction de l’argumentaire de l’ouvrage The Practice of History de Geoffrey Elton3 (classique en Angleterre, mais moins connu en France car non traduit). De cet ouvrage ressort un attachement quasi-exclusif au fait, Skinner en qualifiant l’auteur de « chef de file du culte du fait » (p. 12). Notamment, il lui reproche d’appeler à extraire « les vrais faits » afin de les assembler pour qu’émane presque ex nihilo la vérité. Selon Skinner, le goût d’Elton pour la recherche de faits indiscutables est plus politique que scientifique, et motivé par la crainte des réformes sociales sur lesquelles pourrait déboucher une démarche d’histoire critique.

3Intitulé « Interprétation, rationalité et vérité », le troisième chapitre aborde le problème de la relation entre l’explication des croyances et l’évaluation de leur vérité présumée. Pour se prémunir d’interprétations contemporaines et anachroniques des œuvres du passé, Skinner préconise d’enquêter sur la structure de la pensée des auteurs classiques. Il en va pour lui de la compréhension par l’historien de son objet d’étude. Sans aller jusqu’à reconstituer les démarches et les expériences vécues par les hommes du passé, il s’agit de « penser autant que possible comme nos ancêtres pensaient, et de voir les choses comme eux » (p. 63) pour éviter de passer à côté de certaines subtilités de leurs discours – à l’instar de la repubblica chez Machiavel. Considérait-il que la liberté n’existe que sous une république ? Aurait-il été confus en affirmant par moments l’existence possible d’une liberté au sein d’une monarchie ? En fait, pour Machiavel, édicter des lois qui « servaient le bien commun […] était un exemple de repubblica » (p. 74).

4Dans une même veine, le quatrième chapitre revient sur l’écueil de l’anachronisme dans l’étude des textes classiques, pratique qui a suscité « une série de confusions et d’absurdités exégétiques qui ont trop longtemps embrouillé l’histoire des idées » (p. 76) – discipline qui s’est vue grevée par la quête de réponses à des « problèmes éternels » décelables dans les textes classiques. Entre Machiavel annonçant Marx, Montesquieu posant les principes du plein emploi et de l’État providence, Shakespeare sceptique quant à « la possibilité d’une société pluriraciale et pluriconfessionnelle » (p. 83) et Platon totalitaire (p. 96), les auteurs classiques sont en proie à toute forme de détournement idéologique. Car l’analyse « prédéterminée » des idées du passé (p. 89) tend à gommer leurs singularités – qu’il s’agisse de simples contradictions ou de vraies marques d’évolution d’une pensée. Cette analyse « prédéterminée » fait abstraction du cheminement personnel d’un auteur, persiste à le figer dans une posture et un mode de pensée. Or Skinner insiste sur la contingence des textes : « toute affirmation est inévitablement l’expression d’une intention particulière en une occasion particulière, destinée à la solution d’un problème particulier » (p. 115). Il invite ainsi les esprits à s’émanciper, à penser par eux-mêmes au lieu de s’obstiner à chercher des « leçons » clé en main dans l’histoire de la philosophie (p. 115).

5Consacré aux motifs et aux intentions des auteurs, le cinquième chapitre prolonge les réflexions précédentes en repartant des travaux d’Austin sur la fonction illocutoire (p. 132) pour réfléchir aux textes classiques en tant que propos tenus par un auteur à un moment donné. Skinner y explique qu’il s’oppose au purisme de l’explication internaliste, qui veut qu’on analyse l’œuvre d’un auteur sans prêter attention au reste de sa vie. Sans adhérer inversement à l’hypothèse que les motivations d’un auteur ne se trouvent pas dans son œuvre mais à l’extérieur de celle-ci (par exemple dans sa correspondance ou dans des propos tenus) ; il prône une enquête sur les intentions des auteurs comme possibilité de découvrir leur mentalité sociale et symbolique (p. 134). On regrettera toutefois qu’il ne donne ici aucun exemple, car ce chapitre théorique reste très abstrait.

6Sur le langage, qui est le thème du chapitre 6, Skinner se réfère à Wittgenstein et à Austin pour justifier le parti pris d’étudier l’usage des mots plutôt que leur signification. L’usage des mots et son évolution permettraient de déceler la particularité d’un discours et de saisir notamment sa signification aux yeux de la société. Il est par conséquent logique que les chapitres 7 et 8 se recentrent sur l’action sociale : quelles sont sa signification et son lien avec les motifs de l’agent qui l’accomplit ? Pour étudier les actions sociales, définies en partie par des principes moraux, Skinner se penche sur le caractère conscient d’une attitude – physique ou verbale – sans prôner d’interprétation téléologique. De manière paradigmatique, il met d’ailleurs inversement en garde contre l’évaluation wébérienne d’une corrélation entre valeurs protestantes et capitalisme (p. 201).

7Ce premier volume des Visions politiques de Skinner s’achève sur l’invitation à établir un « lexique culturel » susceptible de faciliter l’étude de la rhétorique et des évolutions conceptuelles. L’aspect purement théorique de cette idée de « lexique » – non exemplifiée – est cependant dommageable, si tant est que l’objectif soit de mettre en lumière des changements sociaux par le biais d’évolutions tangibles dans les pratiques langagières. Mais, d’un point de vue théorique, ce renversement demeure d’autant plus intéressant qu’il confère aux variations dans les usages de la langue le statut de moteur du changement social plutôt que de simple reflet consécutif de l’évolution des sociétés (p. 232).

8Les réflexions méthodologiques de Skinner dépassent largement les cadres de l’épistémologie et de l’histoire des idées. Elles donnent des clés pour appréhender le monde d’aujourd’hui à travers l’étude du passé sans s’ancrer, de Charybde en Scylla, au rivage du déterminisme.

Haut de page

Notes

1 Voir respectivement The Foundations of Modern political Thought, Cambridge, Cambridge University Press, 1978 ; et Les Fondements de la pensée politique moderne, Paris, Albin Michel, 2001.

2 Comme dans l’édition originale, il y en aura trois.

3 Geoffrey Elton, The Practice of History, Sydney, Sydney University Press, 1967.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fadi El Hage, « Quentin Skinner, Visions politiques. Volume 1 : Sur la méthode », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 04 avril 2019, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33263

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page