Navigation – Plan du site

Olivier Masclet, L’invité permanent. La réception de la télévision dans les familles populaires

Pierre-Antoine Bilbaut
L'invité permanent
Olivier Masclet, L'invité permanent. La réception de la télévision dans les familles populaires, Paris, Armand Colin, coll. « Individu et Société », 2018, 266 p., ISBN : 978-2-200-62215-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 À l’exception notable des travaux de Dominique Pasquier (1999), Olivier Schwartz (1999) et Vincent (...)

1À travers ce livre tiré de son Habilitation à Diriger des Recherches, Olivier Masclet répond à la nécessité d’actualiser les connaissances sociologiques des pratiques télévisuelles des classes populaires en France. Si de nombreuses recherches menées des années 1960 aux années 1980 ont été consacrées à cet objet d’étude, la sociologie entretient un rapport paradoxal avec la télévision : ce loisir reste le plus pratiqué par la population française et notamment par les membres des classes populaires mais les recherches sociologiques récentes le concernant sont peu nombreuses1, contrairement, par exemple, à la lecture, dont le caractère plus légitime en a fait un objet d’étude privilégié de la sociologie des pratiques culturelles. L’analyse d’Olivier Masclet vise donc à combler cette absence en étudiant à la fois les pratiques et leur réception dans les classes populaires. Deux principaux résultats émergent : d’une part, le rapport traditionnel à la télévision des classes populaires a évolué lors des trente dernières années, même si des continuités sont observables. Ainsi, « la télévision ne peut plus être décrite comme "la reine des foyers populaires". Elle s’est muée […] en sorte d’invité perpétuelle, témoin des processus d’exclusion sur la scène principale du travail » (p. 19). D’autre part, de nouveaux usages ont émergé : même si les usages familiaux restent fréquents et constituent l’une des fonction de la télévision, des usages plus individuels (notamment féminins) prennent désormais une place non négligeable dans la consommation télévisuelle des classes populaires.

2L’ouvrage se divise en deux parties de nature très différente. Le premier moment est consacré à une présentation détaillée des résultats de l’enquête d’Olivier Masclet à la lumière de l’ensemble des travaux antérieurs sur la question. Il s’agit d’abord de caractériser les pratiques télévisuelles contemporaines suite aux évolutions récentes des classes populaires ainsi que de l’offre télévisuelle. D’une part, les conditions plus précaires de travail et l’émergence d’un chômage de masse font de la télévision « l’occupation principale des catégories disposant à la fois le plus de temps "libre" et le moins de ressources économiques et culturelles » (p. 35). D’autre part, la diversification grandissante du paysage audiovisuel – à travers la multiplication des chaînes de télévision disponibles par exemple – ne s’est pas accompagnée d’une véritable ouverture de l’espace télévisuel des classes populaires. Ainsi, les pratiques des ouvriers et des employés restent largement circonscrites aux chaînes commerciales. Olivier Masclet questionne ensuite la cécité des sociologues face à l’objet télévisuel pour mieux justifier son étude et les choix méthodologiques qu’il réalise. En effet, à la suite des travaux de Richard Hoggart, la sociologie des classes populaires a davantage insisté sur l’autonomie et la capacité de résistance des membres de cette catégorie face à l’influence du reste de la société. Or, dans un contexte où les frontières entre classes populaires et classes moyennes sont plus floues qu’auparavant, il semble nécessaire de comprendre les modalités de la réception de ce média de masse par les classes populaires. Enfin, et ce point constitue sans doute l’apport le plus éclairant de l’ouvrage, il s’agit pour le sociologue de montrer que l’analyse des pratiques télévisuelles ne constitue pas une fin en soi mais permet surtout d’appréhender les transformations contemporaines des classes populaires. L’omniprésence de la télévision dans l’organisation quotidienne de ces ménages permet ainsi d’évoquer à la fois le rapport à la politique et à l’information, les conditions de travail, l’organisation familiale tant sur le plan éducatif que conjugal, les liens avec les autres membres de la parenté, etc. Ces éléments témoignent de l’existence de diverses strates à l’intérieur des classes populaires, plus ou moins dotées en capital culturel et scolaire et donc plus ou moins proches des pratiques des classes moyennes.

3La seconde partie de l’ouvrage, beaucoup plus proche du travail de terrain qu’a mené Olivier Masclet, présente les portraits des huit ménages enquêtés. Ces portraits sont organisés de manière similaire : il s’agit de présenter l’équipement et les pratiques télévisuelles des ménages ainsi que leur parcours scolaire et professionnel. Vient ensuite une description détaillée d’une journée habituelle de l’enquêté à partir de ses pratiques télévisuelles ainsi que de la réception des programmes par ce dernier. Enfin, les aspects relatifs à l’éducation et aux relations conjugales sont développés. Cette succession de portraits peut sembler déconcertante de prime abord dans la mesure où elle reste très largement descriptive et ne crée donc pas immédiatement de liens entre les différents enquêtés. Néanmoins, cette organisation permet de rester au plus proche des conditions de l’enquête : plus que l’accumulation de quelques caractéristiques sociodémographiques, les enquêtés prennent réellement chair au fil de la lecture. En consacrant plus d’une vingtaine de pages à chacun des ménages (qui résultent à chaque fois de plusieurs dizaines d’heures d’entretien), Olivier Masclet parvient à aborder les éléments les plus intimes – notamment lorsque les enquêtés lui révèlent les programmes qu’ils regardent sans l’assumer publiquement ou auprès de leur propre conjoint(e). Le travail descriptif, propre à l’approche qualitative que défend l’auteur, prend tout son sens ici puisqu’il donne à voir le processus de construction du savoir sociologique ainsi que les contraintes de ce travail (par exemple, en termes de recrutement et d’évolution des relations avec les enquêtés). Les portraits successifs, organisés par aisance matérielle croissante des ménages, mettent au jour la stratification des classes populaires qui ne constituent définitivement pas un groupe homogène. En témoigne, par exemple, le modèle éducatif qui transparaît de l’usage de la télévision : pour les ménages les plus précaires, il s’agit de laisser aux enfants un usage libre de la télévision par opposition au temps de travail scolaire contraint ; à l’inverse les ménages dont la position sociale est plus élevée et stabilisée font davantage preuve de bonne volonté culturelle dans le choix des programmes que regardent leurs enfants, en valorisant notamment les émissions de vulgarisation scientifique. De la même manière, les émissions de décoration intérieure peuvent engendrer un fort sentiment de frustration et de rejet face à des biens inaccessibles car trop coûteux alors qu’elles seront, dans une situation économique plus favorable, prescriptrices de l’aménagement des foyers.

4Finalement, cet ouvrage s’avère particulièrement clair, précis et documenté. L’ampleur du travail empirique force l’admiration et en fait un véritable exemple d’enquête qualitative. L’auteur noue avec ses enquêtés une relation prompte à faire émerger un matériau de qualité. Il analyse ces éléments sans misérabilisme et en tire des conclusions éclairantes pour la sociologie des classes populaires. On pourra éventuellement regretter quelques passages dans la seconde partie de l’ouvrage qui s’apparentent parfois à une analyse psychologisante des comportements des enquêtés dont l’auteur propose des interprétations sans présenter les éléments qui les fondent. Cela est par exemple le cas lorsqu’il déduit du comportement d’une enquêtée face à un nouveau né un supposé désir de maternité alors même que les propos recueillis lors des entretiens laissent à penser le contraire. Néanmoins, ces éléments restent secondaires par rapport à la qualité générale de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 À l’exception notable des travaux de Dominique Pasquier (1999), Olivier Schwartz (1999) et Vincent Goulet (2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Antoine Bilbaut, « Olivier Masclet, L’invité permanent. La réception de la télévision dans les familles populaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 05 avril 2019, consulté le 21 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33289

Haut de page

Rédacteur

Pierre-Antoine Bilbaut

Professeur agrégé de Sciences Économiques et Sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page