Navigation – Plan du site

Yasmine Siblot, Faire valoir ses droits au quotidien. Les services publics dans les quartiers populaires

Sylvie Tissot
Faire valoir ses droits au quotidien
Yasmine Siblot, Faire valoir ses droits au quotidien. Les services publics dans les quartiers populaires, Les Presses de Sciences Po, coll. « Sociétés en mouvement », 2006, 347 p., EAN : 9782724609868.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre de Yasmine Siblot porte sur les services publics dans les quartiers populaires, et traite la question de trois points de vue. La première partie s'intéresse aux rapports des habitants des quartiers populaires aux services publics, notamment la Poste ; la seconde est centrée sur les agents des services publics, et dans la troisième, l'auteure s'intéresse aux réformes de « modernisation » des services publics mises en place dans les quartiers populaires.

2La combinaison de ces focales apporte un éclairage nouveau sur des réformes reposant sur l'idée a priori évidente et pleine de bonne intention qu'il est nécessaire de faire fonctionner les services publics dans les quartiers dit sensibles de façon spécifique. Loin de cette évidence, Yasmine Siblot montre que le diagnostic sur lequel reposent ces réformes engage un regard tout à fait particulier sur les habitants (et leurs « problèmes »), appréhendés comme étant fondamentalement différents, et avant tout marqués par le manque et la dépossession. Ce diagnostic aboutit à la conclusion qu'il faut accentuer le caractère « social » des services, alors que, comme le montre l'auteure à l'issue de son enquête du côté des habitants, les services publics sont précisément appréciés par ces derniers pour leur caractère généraliste. C'est en effet cette dimension généraliste qui permet aux habitants d'être dans une logique de « droit » et non d'« aumône », et ainsi de développer une relation de proximité avec les institutions. L'effet potentiellement déstabilisateur des réformes actuellement mises en place est renforcé par l'autre objectif qu'elles se donnent : préparer le personnel à une mission d'ordre social. Or la conception que les agents ont de leur métier repose sur une valorisation des relations de sociabilité et non pas de l'assistance, conception qui est précisément susceptible de favoriser des relations positives avec les usagers.

3L'analyse des rapports des habitants des quartiers populaires aux services publics repose sur une enquête ethnographique dans une ville de la banlieue parisienne, démarche particulièrement appropriée pour mettre au jour la dialectique domination/autonomie qui joue au sein des classes populaires. L'auteure montre en effet que si les relations aux services publics sont marquées par des formes de domination, les habitants s'appuient aussi sur des ressources diversifiées et des formes de « débrouille » pour faire face aux administrations. De sorte que celles-ci peuvent aussi favoriser l'accès aux droits et même le développement d'une sociabilité locale. Les ambivalences des rapports aux « papiers » sont ainsi mises en évidence, par exemple ce que peut signifier la gestion de cette tâche par l'épouse, qui « est à la fois une forme d'autorité et renvoie à ce qui est considéré comme une disposition féminine » (p. 48).

4Le travail de Yasmine Siblot témoigne par ailleurs de l'intérêt d'une démarche attentive aux dispositions et aux trajectoires des acteurs étudiés. Rompant avec une littérature (d'ailleurs étudiée dans la dernière partie) sur les « habitants » appréhendés indépendamment de leur ancrage social et local, elle montre à quelles conditions, et pour qui, la logique des droits peut l'emporter sur la logique de l'aumône, l'intégration sur la domination, l'autonomie sur la soumission. Cette approche est particulièrement convaincante dans la partie consacrée aux employés, dont la « position sociale hybride » peut favoriser, là encore selon les propriétés des acteurs, le rigorisme ou la souplesse, le mépris social ou l'entraide, dans la gestion des rapports aux usagers des classes populaires. Faire la genèse des catégories à travers lesquelles les agents perçoivent leur métier et les usagers est d'ailleurs d'autant plus nécessaire que, dans ces situations où le travail des employés est peu codifié, ce sont ces catégories d'appréhension qui fonctionnent dans les interactions avec les usagers.

5Les apports de l'enquête sont multiples, et nous ne pourrons les mentionner tous ici. Le livre de Yasmine Siblot apporte par exemple une contribution intéressante à la sociologie des classes populaires et de leur rapport au politique. Son analyse apparaît précieuse à une époque où, comme l'a noté la politiste Annie Collovald, le « populaire » est associé dans les débats publics à l'absence d'engagement, au déficit de citoyenneté, voire au conservatisme et au vote Front national. Loin de cette vision misérabiliste, mais aussi loin d'un discours militant de « défense des services publics » qu'elle ne retrouve pas dans la bouche des enquêtés, Yasmine Siblot insiste sur « la conscience que l'on a des droits et de l'importance attachée au fait de pouvoir les faire valoir sans demander l'aumône » (pp. 74-75).

6Les résultats de l'enquête de Yasmine Siblot apportent ainsi un éclairage intéressant sur de nombreuses questions qui sont aujourd'hui au centre de la vie politique. Il illustre finalement l'intérêt d'une démarche qui associe à la rigueur et à l'inventivité scientifiques une volonté de nourrir le débat public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Tissot, « Yasmine Siblot, Faire valoir ses droits au quotidien. Les services publics dans les quartiers populaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 07 novembre 2006, consulté le 21 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/334

Haut de page

Rédacteur

Sylvie Tissot

Sociologue, maîtresse de conférences à l'université Marc Bloch-Strasbourg 2, et membre du laboratoire CSU (Cultures et sociétés urbaines).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page