Navigation – Plan du site

Ernesto Laclau, Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste. Vers une radicalisation de la démocratie

Tanguy Grannis
Hégémonie et stratégie socialiste
Ernesto Laclau, Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste. Vers une radicalisation de la démocratie, Paris, Fayard, coll. « Pluriel », 2019, 320 p., traduit de l'anglais par Julien Abriel, 1re éd. française 2009, ISBN : 978-2-8185-0586-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un exemple récent de travail sur la notion de populisme à partir des analyses de Mouffe et Lac (...)
  • 2 Voir par exemple Pour un populisme de gauche, Paris, Albin Michel, 2018.
  • 3 Voir en particulier La raison populiste, Paris, Seuil, 2008.

1La republication de cet ouvrage en format poche chez Fayard – dix ans après sa parution française aux éditions Les Solitaires Intempestifs – nous offre le texte tel quel, retranché de la préface d’Étienne Balibar qui accompagnait initialement la traduction française. Ce choix donne l’occasion de (re)lire le texte pour lui-même et de le resituer dans la perspective de sa publication originale (1985). Il serait tentant d’en faire une lecture rétrospective, guidée par la fortune de la notion de populisme1 qui est au centre des travaux ultérieurs de la philosophe politique belge Chantal Mouffe2 et du théoricien politique argentin Ernesto Laclau3 ; mais au-delà des nombreux prolongements que cet ouvrage a connus, il semble utile de revenir sur son argumentation propre.

  • 4 En Allemagne, le livre a d’ailleurs eu pour sous-titre Zur Dekonstruktion des Marxismus (pour une d (...)

2Le point de départ de ce texte est le suivant : la crise politique de la pensée de gauche, dans ses versions communiste et sociale-démocrate, appelle à reformuler théoriquement un projet socialiste qui prenne en compte les demandes des « nouveaux mouvements sociaux » (féministes, antiracistes, écologistes) irréductibles à l’essentialisme de classe du marxisme orthodoxe. C’est donc de la déconstruction d’un tel marxisme dont il est d’abord question4 : situé en « terrain post-marxiste » (p. 31), ce travail ambitionne un double procès de réappropriation et de dépassement de cette tradition intellectuelle et politique.

3Le premier des quatre chapitres du livre entame cette déconstruction en prenant pour fil conducteur la généalogie du concept d’hégémonie, qui pointera vers la contingence des rapports de pouvoir au fondement de tout ordre du social. Cette « archéologie d’un silence » (p. 35), comme la qualifient Mouffe et Laclau dans un registre explicitement foucaldien, inscrit leur travail dans le cadre d’une théorie du discours post-structuraliste et de ce fait anti-essentialiste. Il s’agit de revenir sur les contextes historique et politique qui ont permis l’émergence du concept d’hégémonie. Montrant au détour du spontanéisme de Rosa Luxembourg que le marxisme est pris dans une contradiction, un « double vide » (p. 45) entre la nécessité de l’unification de classe et la contingence des luttes, les auteurs affirment que cette difficulté serait révélatrice d’une rupture entre théorie et pratique marxistes, d’une crise de paradigme que la transition vers le « capitalisme organisé » (p. 53) exacerberait. Les auteurs examinent alors les trois réponses apportées à cette crise : l’orthodoxie marxiste de Kautsky et Plekhanov, qui essentialise les intérêts du prolétariat dans un réductionnisme économique et conservateur ; le révisionnisme de Bernstein, qui soutient inversement « l’autonomie du politique par rapport à la base économique » (p. 76) ; et le syndicalisme révolutionnaire de Georges Sorel, qui s’efforce à leurs yeux de penser une « logique de la contingence » caractéristique de l’hégémonie. Tandis que la seconde réponse garantit l’autonomie du politique par un parti unifiant la conscience de classe des travailleurs dans un processus tel que son aspect téléologique contredit paradoxalement sa pertinence politique, la troisième réponse prône un « volontarisme » qui constitue les classes sociales en « blocs » (p. 89) mais demeure fondationnaliste – recourant au mythe de la grève générale comme principe unificateur du « mélange » des relations sociales. Pour les auteurs, cette dernière réponse serait teintée d’une ambiguïté fondamentale, dans la mesure où la thèse de l’indétermination des « sujets mythiquement constitués » (p. 94) ouvre la voie au fascisme.

  • 5 La question du rapport entre l’universel et le particulier sera reprise dans Judith Butler, Ernesto (...)

4Le second chapitre aborde plus directement le double vide de cette crise marxiste à l’origine du concept d’hégémonie. Mouffe et Laclau multiplient ici les ressources théoriques, comme en témoigne l’hétérogénéité des concepts dont ils font usage. La « suture hégémonique » (p. 97) emprunte par exemple à la psychanalyse, tandis que Derrida et la linguistique saussurienne sont également mobilisés. Les contradictions que les auteurs décèlent dans le discours de la Seconde Internationale (1889-1916) sont ainsi analysées à l’aide d’une théorie du discours post-structuraliste dont les présupposés seront rétrospectivement explicités au chapitre suivant. Concrètement, ce deuxième chapitre analyse entre autres les conséquences de la conception léniniste de l’hégémonie, qui « implique une direction politique au sein d’une alliance de classe » selon une « représentation d’intérêts » (p. 110). Or cette conception peut paradoxalement mener aussi bien à une « pratique démocratique » (p. 114) qu’à une « pratique autoritaire » (p. 116). Au cours de la période de la Seconde Internationale, le terrain politique s’ouvre certes aux revendications politiques des masses et non plus seulement aux « intérêts objectifs de la classe ouvrière », mais continue d’accorder un « privilège ontologique » et « épistémologique » (p. 113) à l’avant-garde des dirigeants. La masse des dirigés se voit alors représentée par cette avant-garde qui s’identifie à l’universel5. Les auteurs proposent donc de remplacer « le principe de représentation par celui d’articulation » (p. 126), qui éviterait l’écueil de l’essentialisme en privilégiant inversement la pratique. Et au regard d’une telle pratique articulatoire, ils réaffirment l’importance du moment gramscien. Mais comme dans le communisme et le planisme de la social-démocratie, que les auteurs renvoient dos à dos, il resterait chez Gramsci un noyau essentialiste réduisant le politique à l’économie – ceci empêchant de penser la spécificité des nouveaux rapports sociaux.

5Comment mettre en pratique une articulation hégémonique sans faire intervenir de principe totalisant les éléments qui la constituent ? Pour répondre à cette question, le troisième chapitre vise à « élaborer théoriquement le concept d’hégémonie » (p. 167). La notion d’articulation hégémonique développée antérieurement permet ici aux auteurs de rentrer plus directement dans leur théorie du discours, marquée par son éclectisme. Tour à tour sont invoqués des concepts issus de divers courants théoriques que Mouffe et Laclau utilisent comme des boîtes à outils – c’est-à-dire le plus souvent pour les subvertir. Il n’est donc pas surprenant qu’ici, comme d’ailleurs tout au long de l’ouvrage, on retrouve des concepts de Michel Foucault, et en premier lieu celui de « formation discursive » (p. 186). Les auteurs prolongent ainsi la dimension anti-essentialiste du post-structuralisme en transposant ces concepts au domaine politique. En découle une conception de la société et des sujets comme résultant de « structures discursives » qui sont des « pratiques articulatoires » (p. 172). Il s’agit là d’un « point décisif » de leur théorisation politique : selon eux, il n’y a jamais de sens ultime, toute identité n’est que partielle ; les sujets ne sont que « positions de sujets » au sein d’une structure discursive, des « signifiants flottants », et c’est cette indétermination du social qui « rend possible l’articulation hégémonique » (p. 214).

6À partir de cette construction théorique, le quatrième chapitre reprend le fil des deux premiers pour poser à nouveaux frais la question de la relation entre hégémonie et démocratie. L’objectif des auteurs est alors de promouvoir un nouvel « imaginaire politique » fondé sur l’acceptation de la pluralité et de l’indétermination du social (p. 256). Le choix des références se fait ici plus étonnant par rapport à la tradition marxiste, convoquant par exemple François Furet et Tocqueville pour réfléchir à la « révolution démocratique » qui a promu des « équivalences égalitaires » corrélatives de « nouveaux antagonismes » sociaux (p. 266). Tout l’effort des auteurs consiste finalement à montrer la nécessité d’une démocratie radicale et plurielle comme « alternative pour une nouvelle gauche » (p. 293).

  • 6 Pour une critique marxiste de ce post-structuralisme, voir par exemple Jacques Bidet, « Les visions (...)

7Cet ouvrage pose les fondements de la théorie politique post-marxiste qui suscite depuis plus de trente ans de nombreuses discussions et critiques6. Mais au-delà de ce débat avec le marxisme – lequel réaffirme la pertinence de la notion de classe face à celle de peuple – il resterait encore à analyser l’enjeu stratégique et critique du langage dans leur conception politique des relations sociales. Les bases conceptuelles des travaux ultérieurs de Mouffe et Laclau sont en tout cas posées et justifient pleinement qu’on revienne aujourd’hui sur cet ouvrage fondateur.

Haut de page

Notes

1 Pour un exemple récent de travail sur la notion de populisme à partir des analyses de Mouffe et Laclau, voir Manuel Cervera-Marzal, Post-vérité. Pourquoi il faut s'en réjouir, Lormont, Le Bord de l'eau, 2019 (compte rendu de Jean Bernatchez pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/31446).

2 Voir par exemple Pour un populisme de gauche, Paris, Albin Michel, 2018.

3 Voir en particulier La raison populiste, Paris, Seuil, 2008.

4 En Allemagne, le livre a d’ailleurs eu pour sous-titre Zur Dekonstruktion des Marxismus (pour une déconstruction du marxisme).

5 La question du rapport entre l’universel et le particulier sera reprise dans Judith Butler, Ernesto Laclau et Slavoj Žižek, Après l’émancipation, Paris, Seuil, 2017.

6 Pour une critique marxiste de ce post-structuralisme, voir par exemple Jacques Bidet, « Les visions d’Ernesto Laclau et les ruses de Chantal Mouffe », Médiapart, 2019, disponible en ligne : https://blogs.mediapart.fr/jacques-bidet/blog/270319/les-visions-d-ernesto-laclau-et-les-ruses-de-chantal-mouffe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tanguy Grannis, « Ernesto Laclau, Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste. Vers une radicalisation de la démocratie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 09 avril 2019, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33446

Haut de page

Rédacteur

Tanguy Grannis

Diplômé du master 2 de philosophie contemporaine de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page