Navigation – Plan du site

Patrick Radden Keefe, Frédéric Autran, Cécile Brajeul, Addiction sur ordonnance. La crise des antidouleurs

Audrey Arnoult
Addiction sur ordonnance
Patrick Radden Keefe, Frédéric Autran, Cécile Brajeul, Addiction sur ordonnance. La crise des antidouleurs, Caen, C&F Editions, coll. « Interventions », 2019, 102 p., post. Hervé Le Crosnier, trad. Claire Richard, ISBN : 978-2-915825-90-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme « opioïdes » désigne les produits obtenus à partir de l’opium (morphine, codéine, méthadon (...)

1L’auteur principal de cet ouvrage, Patrick Radden Keefe, est journaliste d’investigation au New Yorker. Il retrace l’histoire de l’épidémie des opioïdes1 aux États-Unis, en se focalisant sur un médicament : l’OxyContin. La partie qu’il signe est la plus conséquente de l’ouvrage. Le livre accueille ensuite trois autres contributions qui apportent un éclairage complémentaire sur la problématique des antidouleurs : celles de Frédéric Autran et Cécile Brajeul, journalistes au service Planète de Libération, et celle d’Hervé Le Crosnier, éditeur et ancien enseignant en informatique et culture numérique.

  • 2 L’auteur écrit qu’« aujourd’hui, Purdue Pharma reconnait l’existence d’une crise des opioïdes, mais (...)
  • 3 Les termes opiacés et opioïdes sont employés au pluriel tout au long de l’ouvrage, même s’il est pr (...)

2Le texte de Patrick Radden Keefe, « Un empire bâti sur la douleur », dresse le portrait de la famille Sackler qui a fait fortune grâce à la vente de l’OxyContin, un antalgique dont le principe actif, plus puissant que la morphine, est proche de celui de l’héroïne. Cette famille est connue pour sa philanthropie et les nombreuses institutions culturelles et universitaires qu’elle finance, mais peu de personnes savent que ces dons ne sont possibles que grâce aux profits retirés de la vente de l’OxyContin, médicament en partie à l’origine de la crise2 des opioïdes3. Le journaliste montre comment Arthur Sackler, qui dirigeait une agence de publicité et éditait un journal à destination des médecins, a élaboré une stratégie commerciale basée sur une communication mensongère, afin de promouvoir le Valium dans les années 1970. Cette stratégie a été reprise par sa famille lors du lancement de l'OxyContin en 1995, alors même qu’aucune étude clinique n'avait été menée sur les risques d’addiction. La désinformation s’est poursuivie avec la formation de représentants entraînés à répondre aux objections des médecins et à minimiser les risques du produit. Concrètement, ce médicament qui est supposé réduire la douleur pendant 12 heures n’est en réalité actif que moins longtemps, et il provoque des crises de manque, ce qui pousse les consommateurs à réclamer une nouvelle prescription ou à trouver un substitut. Des documents internes à l’entreprise Purdue Pharma montrent qu’elle savait que l’efficacité du produit était moindre, avant même de commercialiser le médicament. Face à cette désinformation et à l’augmentation de décès par overdose, des milliers de plaintes ont été déposées (p. 38). Dans les années 2000, l’entreprise a été condamnée une fois à payer des dommages et intérêts, mais la plupart des procès n’ont pas abouti car Purdue Pharma préfère négocier des accords à l’amiable. Aujourd’hui, OxyContin est toujours distribué. L’entreprise a fini par reconnaître l’existence de la crise des opioïdes mais se cache derrière la mise en place d’actions préventives et de structures pour prendre en charge les personnes dépendantes. En 2011, des associations de malades financées par Purdue Pharma ont fait du lobbying pour empêcher la publication des recommandations du Center for Disease Control. Le marché étatsunien étant quasiment saturé, la diffusion de l’OxyContin s’est élargie vers le Canada, l’Angleterre, la Chine, le Mexique, l’Espagne... Comme le souligne Patrick Radden, « suivre la distribution géographique du médicament, c’[est] aussi suivre une éruption d’addiction, d’abus et de morts. Mais cela n’[empêche] pas la famille Sackler de continuer à intensifier ses efforts à l’international » (p. 53).

3L’article écrit par Frédéric Autran, « Sur la route mortelle des opioïdes », a été publié dans Libération le 25 juin 2017. Envoyé spécial en Virginie occidentale, l’auteur montre dans son reportage comment la consommation d’OxyContin pour soulager des douleurs chroniques engendre une dépendance qui se transforme rapidement en un fléau, non seulement pour l’individu consommateur mais également pour sa famille. Le journaliste met en lumière la complaisance de certains médecins qui prescrivent à la chaîne de l’OxyContin – l’un d’entre eux a été condamné. Enfin, il dépeint une autre conséquence de cette épidémie de consommation des opiacés : les « heroin babies ». En effet, de nombreuses personnes dépendantes à l’OxyContin se tournent vers l’héroïne lorsqu’elles ne peuvent plus obtenir d’antidouleur. Ainsi, « entre 2014 et 2015, les overdoses mortelles d’héroïne ont […] bondi de plus de 20% aux États-Unis » (p. 69), cette drogue étant mélangée à d’autres substances qui peuvent être mortelles. L’auteur souligne aussi un constat alarmant : un nouveau-né sur cinq né dans l’hôpital principal d’Huntington a été exposé à une substance psychoactive au cours de la grossesse, certains héritant de l’addiction de leur mère aux opiacés. Ces nouveau-nés ont besoin d’une prise en charge spécifique pour guérir leur syndrome d’abstinence néonatale. Actuellement, les structures ayant l’expérience de ce type de prise en charge sont quasi inexistantes.

4L’article de Cécile Brajeul, intitulé « En France, faible dépendance mais forte vigilance », a été publié dans le même numéro de Libération. Il montre que, si l’épidémie d’overdoses aux opioïdes n’a pas atteint la France, le nombre de personnes consommant régulièrement des antalgiques en vente libre – comme le Codoliprane – est en augmentation. Toutefois, l’auteure met l’accent sur l’existence de structures de pharmacovigilance et de prise en charge des addictions, qui permet de suivre l’évolution de cette problématique. En outre, elle rappelle que la publicité pour des médicaments vendus sur ordonnance est interdite en France, si bien que la pression marketing est relativement limitée, contrairement à la situation outre-Atlantique.

5L’ouvrage se clôt avec une postface d’Hervé Le Crosnier dont le titre rappelle un des principes d’Hippocrate : « D’abord ne pas nuire ». L’auteur propose une réflexion sur la place de la communication dans les entreprises pharmaceutiques. Ainsi, il rappelle que si les firmes pharmaceutiques font bien de la recherche et du développement, le marketing constitue leur premier poste de dépenses. La stratégie publicitaire de la famille Sackler est empruntée à celle du fondateur des relations publiques (Edward Bernays), qui laisse peu de place à la critique. En outre, l’activité de recherche et développement ne vise pas toujours à créer de nouveaux produits mais bien souvent à modifier la composition d’un médicament pour en prolonger le brevet. L’auteur invite à considérer les industries pharmaceutiques comme des industries de l’influence, influence qui est distillée à toutes les étapes du processus de santé publique. Le marketing est utilisé en amont de la promotion des médicaments puisque leur création répond à des demandes identifiées par des études de marché. Comme le souligne Hervé Le Crosnier, « il s’agit avant tout de trouver des médicaments qui vont rapporter gros [...] et d’orienter les recherches vers ces satisfactions-là, au lieu de partir des besoins de santé publique et de s’affronter aux maladies très répandues, mais moins “porteuses” » (p. 87). Une communication mensongère qui promeut le médicament est ensuite mise en place. L’auteur insiste sur le rôle de la publicité télévisuelle qui permet de convaincre le consommateur/patient de l’utilité du médicament puis de l’inciter à faire pression sur son médecin pour obtenir une prescription. Derrière la philanthropie de la famille Sackler (qui a commencé à financer des institutions culturelles en France), se cache une entreprise dont l’unique but est de faire du profit, quelles qu’en soient les conséquences. Or, le coût de l’addiction aux opiacés est à la fois social, économique et humain (structures de désintoxication, prise en charge des bébés souffrant d’un syndrome de sevrage néo-natal, violences liées à l’achat de drogues de substitution, décès, etc.). En dépit de cette prise de conscience, l’existence du réseau d’entreprises Mundipharma, qui assure la vente des médicaments de Purdue Pharma vers d’autres continents, pose la question de la régulation du marché l’international des médicaments.

6Ce livre interroge à la fois le fonctionnement des administrations de la santé publique et l’éthique médicale. Patrick Radden montre bien comment la cupidité et le profit permettent de corrompre des personnes haut placées qui vont ensuite travailler pour Purdue Pharma. Il dénonce également le fait que les institutions culturelles et universitaires qui reçoivent des dons de la part de l’entreprise pharmaceutique continuent à les accepter, sans remettre en question l’origine de ces financements.

Haut de page

Notes

1 Le terme « opioïdes » désigne les produits obtenus à partir de l’opium (morphine, codéine, méthadone, etc.). La notion d’épidémie est mobilisée à plusieurs reprises par l’auteur. Il précise, entre autres, qu’en 2011, le Center for Disease Control a reconnu l’existence d’une épidémie d’opioïdes aux États-Unis (p. 51). Ce terme est employé pour désigner l’accroissement relativement rapide de la consommation de ces substances.

2 L’auteur écrit qu’« aujourd’hui, Purdue Pharma reconnait l’existence d’une crise des opioïdes, mais continue d’affirmer qu’elle a fait tout ce qui était en son pouvoir pour y faire face » (p. 48).

3 Les termes opiacés et opioïdes sont employés au pluriel tout au long de l’ouvrage, même s’il est principalement question de l’OxyContin aux États-Unis et des antalgiques, de façon générale, en France. Le pluriel peut s’expliquer par le fait que les personnes qui ne disposent plus de ce médicament se tournent souvent vers l’héroïne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Arnoult, « Patrick Radden Keefe, Frédéric Autran, Cécile Brajeul, Addiction sur ordonnance. La crise des antidouleurs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 11 avril 2019, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33475

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page