Navigation – Plan du site

Wilfried Lignier, Prendre. Naissance d’une pratique sociale élémentaire

Antoine Argentier
Prendre
Wilfried Lignier, Prendre. Naissance d'une pratique sociale élémentaire, Paris, Seuil, coll. « Liber », 2019, 323 p., ISBN : 978-2-02-140134-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marcel Mauss, « Les techniques du corps », in Anthropologie et sociologie, PUF, 1950, p. 365-386.

1Prendre une « chose » – un objet, un jouet, une personne –, voilà un geste tout à fait banal, quotidien, et « volontiers conçu comme l’acte naturel, non social par excellence » (p. 13). Il peut donc apparaître surprenant qu’un sociologue consacre à cette pratique toute une recherche, d’autant que les chercheur·euse·s de la discipline se sont finalement peu aventurés sur le terrain des gestes, ou sur ce que l’anthropologue Marcel Mauss avait appelé les « techniques du corps »1. Le choix de l’étude empirique de cette pratique, dans une population (des enfants de 2 à 3 ans) et un espace (la crèche) donnés, n’est pas anodin. Wilfried Lignier érige d’emblée la préhension comme pratique première du jeune enfant, et il annonce les objectifs de sa recherche : d’une part, analyser d’un point de vue sociologique l’acte de la préhension, que d’autres disciplines, telles la psychologie et les neurosciences, incluent dans l’étude des multiples facettes de la vie des enfants de bas âge, avec leurs enjeux propres (p. 8) ; d’autre part, grâce à cette investigation, remonter à la source de la formation inégale des dispositions des individus (ici, la disposition à « prendre »), selon leurs propriétés sociales et leur contexte familial (p. 23), qui sont au fondement du sens pratique des agents.

  • 2 Wilfried Lignier et Julie Pagis, L’enfance de l’ordre. Comment les enfants perçoivent le monde soci (...)
  • 3 Dans son ouvrage La distinction. Critique sociale du jugement (1979), Pierre Bourdieu appelle de se (...)

2Les thèmes principaux de l’ouvrage s’inscrivent dans la continuité des interrogations et des méthodes employées dans l’ouvrage précédent que Wilfried Lignier a coécrit avec Julie Pagis2 et dans le sillage du programme bourdieusien de sociogenèse des pratiques3. L’auteur suppose ainsi non seulement que l’acte de prendre chez les enfants est nécessairement un acte social, mais plus encore que celui-ci est immédiatement pris dans un ordre social. Il aspire à prolonger cette sociogenèse de la pratique de l'appropriation en une sociogenèse de l’habitus, thèse particulièrement ambitieuse et séduisante puisque, selon l’auteur, l’acte de prendre serait à l’origine d’une « attitude générale, susceptible de s’exprimer […] dans des champs de pratiques très variés » (p. 23). Un des enjeux que se fixe Lignier est de mettre au jour la capacité différentielle des jeunes enfants à s’approprier des objets ou lieux, que ce soit dans le style d’appropriation comme dans la nature des choses saisies – et de relier à leurs propriétés sociales les conditions de possibilité de l’exercice légitime de leur force physique ou de leur force symbolique (p. 22).

3Dans le premier chapitre, l’auteur justifie son choix de l’ethnographie comme méthode d’enquête pour étudier les premières prises enfantines dans l’univers de la crèche. Il estime nécessaire de rompre avec la perspective de l’individualisme méthodologique que sous-tendent les approches comportementale, neurale et psychologique, pour analyser la pratique de l’appropriation de manière sociologique (p. 30). En effet, ces études qui se déroulent en laboratoire éludent le contexte social puisqu’elles coupent les enfants de l’univers qui leur est familier. L’auteur détaille plus finement la méthode de l’« ethnographie intensive », qu’il préfère à une « ethnographie extensive » (p. 64-65) : plutôt que de suivre les enfants dans l’ensemble de leur existence, Lignier s’est concentré sur un univers délimité, la crèche, où il a consacré au moins une demi-journée d’observation à chaque enfant. Plus précisément, il explique avoir suivi, pendant environ quatre mois au total, les 28 enfants de la section « grands » d’une crèche municipale parisienne, localisée dans un quartier plutôt mixte socialement (p. 69).

  • 4 On estime que les femmes représentent 99 % du personnel des crèches en France. Sur son terrain, Lig (...)

4Dans le deuxième chapitre, Lignier entend situer son enquête. Il souligne l’importance des institutions de la petite enfance (administrations, marché du jeu de la petite enfance, familles) pour éviter l’écueil du « contextualisme », oublieux « des forces sociales qui, bien qu’antérieures et extérieures au “terrain”, sont déterminantes » (p. 79). Les enfants ne peuvent effectivement s’approprier n’importe quel objet ou espace, quand bien même ils l’aimeraient (p. 86). Car les auxiliaires qui encadrent les enfants mettent en pratique des ordres provenant de leur hiérarchie, leur imposant de circonscrire l’éventail des objets disponibles, pour des raisons de sécurité ou idéologiques (jeux provenant de la crèche, nutrition, etc.). Le travail de ces « professionnelles de la pacification »4 (p. 91) consiste en partie à éviter les situations de rareté, à mettre en œuvre une distribution égalitaire et à mettre en commun ce qui est appropriable, afin de désamorcer les situations de conflit (p. 102-103). Lignier observe enfin que, selon leur milieu familial et l’espace domestique – qu’il a pu mieux cibler en conduisant des entretiens au domicile parental d’une partie des enfants –, les enfants n’ont pas le même rapport aux objets et à leur appropriation. Il remarque ainsi que les enfants des classes populaires semblent marqués par « l’inquiétude et l’urgence » dans leurs tentatives d’appropriation d’objets. À l’inverse, les enfants de milieux plus favorisés apparaissent « plus détendus, plus confiants » (p. 112). La distribution (égalitaire) de pain à la cantine est une des manifestations les plus marquantes et régulières de cette différence : alors que les premiers cités expriment leur envie ou leur impatience, les seconds acceptent d’attendre (p. 113-115).

5Dans le troisième chapitre, Lignier examine les prises des enfants selon leurs préférences. Plutôt que de se contenter de les observer, il entreprend d’expliquer leur formation à travers le contexte de vie des enfants (p. 135-136). Lignier a opéré un « comptage ethnographique » des pratiques enfantines impliquant certains objets (comme une poupée ou un jeu de construction) : il en ressort une forte préférence féminine pour les jeux traditionnellement dévolus et assignés aux filles, et de même pour les garçons avec les « jeux de garçons », que Lignier impute aux habitudes domestiques (p. 141-143). Les préférences enfantines sont cependant plutôt soumises « aux particularités volatiles du contexte d’action » (p. 154). Les enfants ne sont donc pas toujours guidés par des préférences initiales dans leurs prises, mais les valorisent a posteriori (p. 174). Ils y parviennent grâce à la « magie sociale » des adultes présentes : les auxiliaires rationnalisent une prise, en encourageant les enfants et en s’intéressant à l’objet approprié (p. 182). Ce sont surtout les plus investies dans leur métier qui rehaussent ainsi symboliquement aux yeux de tou·te·s, les objets pris par certain·e·s.

  • 5 Lignier emprunte le terme de « signal » à Lev Vygotski, qui constitue une autre référence décisive (...)

6Dans le quatrième chapitre, Lignier s’attèle à saisir à la fois les modalités et la réalisation de l’appropriation de choses par les enfants. Il substitue à la notion de « technique » (Mauss) celle de « pratique », puisque celle-ci permet de se départir d’une vision instrumentale de l’action (p. 193). Encore une fois, l’intervention des auxiliaires est décisive dans l’accès aux choses, la logique de « l’identification » des enfants (« les concentrés », « les dégourdis », « les réfractaires », etc.) participant à l’attribution « sans effort » des choses à ces enfants sanctionné·e·s positivement (p. 200). Lignier remarque une manière différenciée de s’approprier les choses : par la force physique ou par la parole, la persuasion. Les enfants qui usent de leur force physique de manière récurrente, comme Ibitissam ou Aaron, deux enfants de milieux populaires, se font plus facilement « signaler » aux adultes par les autres enfants. Les adultes intercèdent alors en défaveur des « imposants »5 (p. 229). À l’inverse, les enfants qui recourent à une force symbolique parviennent plus régulièrement à leurs fins, à l’instar de Garance, de milieu favorisé et parmi les plus âgé·e·s de la crèche. Or, la mobilisation de la force symbolique sous-tend la maîtrise du langage, qui est socialement inégale, à l’avantage des enfants plus âgés et de milieux favorisés (p. 236-237). Cette double observation constitue l’apport principal de ce chapitre, qui s’inscrit explicitement dans l’héritage bourdieusien.

7Le cinquième et dernier chapitre porte sur l’appropriation des autres (des « super-choses », p. 249), à savoir la capacité qu’ont les enfants à former des alliances interpersonnelles délibérées, qui dépendrait fortement des choses qu’ils ont à offrir à l’autre (p. 252). Pour objectiver l’observation de ces pratiques, Lignier a recours à une méthode d’étude de la formation d’interactions coopératives : il recense l’identité des enfants qui entrent en relation de coopération avec un autre enfant, par des gestes, des paroles ou par la pratique commune d’un jeu (p. 261). Il en déduit que les enfants de milieux favorisés s’engagent plus souvent dans des interactions coopératives que leurs pairs de milieux plus modestes. L’analyse de réseaux menée à partir de ses comptages lui permet de conclure à une ségrégation extrêmement précoce des sexes dans la formation des alliances, et au sein même de celles-ci, une préférence marquée des enfants pour celles et ceux qui leur sont plus proches dans l’espace social (p. 267). Cette tendance est avant tout due à la tendance des enfants de même sexe à s’intéresser aux mêmes objets, concentrés dans les mêmes espaces (dînettes, poupées d’un côté ; atelier et jeux de construction de l’autre), qui les conduit à ensuite former des alliances entre eux (p. 276).

8En somme, les enfants sont pris dans des institutions de la petite enfance qui cadrent leurs prises, leur donnant aussi les moyens d’exercer leurs prises. Le rôle des adultes, dont il s’agit d’attirer l’attention pour valoriser l’appropriation et la rendre légitime, permet de battre en brèche l’idée d’une autonomie enfantine. Lignier montre bien comment les enfants aux dispositions sociocognitives et langagières les plus élaborées « recyclent » des mots d’ordre des professionnelles, ce qui sert leurs fins et leurs tentatives d’exercer une violence symbolique (p. 237). Aussi, en dépit de contraintes pratiques et d’une idéologie refusant le favoritisme, les auxiliaires sont amenées à encourager plus particulièrement certains enfants s’exprimant dans des termes valorisés et valorisables qui, dans l’ensemble de leurs interactions, engagent des rapports au monde et une manière d’agir déjà fortement différenciés. Les auxiliaires contournent par ailleurs certaines prescriptions officielles, pour être en mesure de maintenir l’ordre pacifique de la crèche.

  • 6 Bernard Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Armand Colin, 2005, p. 54-55.

9Si le développement apporte satisfaction quant aux intentions annoncées, quelques remarques ou objections subsistent une fois l’ouvrage terminé. La remarque principale porte sur le choix, longuement justifié, de ne pas avoir prolongé l’enquête in situ dans l’univers familial (p. 66-67). Dans le cadre d’une étude de la socialisation « en train de se faire », il aurait pourtant été particulièrement intéressant d’examiner la diversité des manières de prendre et la nature des objets pris par les enfants, afin de se donner les moyens de réfléchir à l’origine et au caractère transférable des préférences en construction. Cet appel à « multiplier les scènes » dans l’observation était déjà lancé par Bernard Lahire6. En l’état, Lignier est réduit à inférer les conditions de formation des dispositions des enfants à partir de connaissances sociologiques et des entretiens qu’il a conduits avec les parents. Enfin, il serait intéressant, à la suite de cette enquête, de se pencher sur la différenciation genrée dans l’appropriation non-consentie des autres. Quelles sont les conditions sociocognitives et institutionnelles qui influencent la formation de la disposition des garçons à imposer physiquement et symboliquement une interaction aux autres, et plus particulièrement aux filles ? En tout état de cause, cet ouvrage constitue une source stimulante de réflexion sur la question de la socialisation et de la formation des dispositions.

Haut de page

Notes

1 Marcel Mauss, « Les techniques du corps », in Anthropologie et sociologie, PUF, 1950, p. 365-386.

2 Wilfried Lignier et Julie Pagis, L’enfance de l’ordre. Comment les enfants perçoivent le monde social, Paris Seuil, 2017 ; compte rendu de Corentin Roquebert pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/22748.

3 Dans son ouvrage La distinction. Critique sociale du jugement (1979), Pierre Bourdieu appelle de ses vœux une « sociologie génétique », à même de renseigner sur la formation des habitus des individus.

4 On estime que les femmes représentent 99 % du personnel des crèches en France. Sur son terrain, Lignier n’a effectivement rencontré que des personnels féminins.

5 Lignier emprunte le terme de « signal » à Lev Vygotski, qui constitue une autre référence décisive dans son travail.

6 Bernard Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Armand Colin, 2005, p. 54-55.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Argentier, « Wilfried Lignier, Prendre. Naissance d’une pratique sociale élémentaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33530

Haut de page

Rédacteur

Antoine Argentier

Agrégé de sciences économiques et sociales. Professeur de SES en lycée.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page