Navigation – Plan du site

Xavier Riondet, Rita Hofstetter et Henri Louis Go (dir.), Les acteurs de l’Éducation nouvelle au XXe siècle

Jean Bernatchez
Les acteurs de l'Éducation nouvelle au XXe siècle
Xavier Riondet, Rita Hofstetter, Henri-Louis Go (dir.), Les acteurs de l'Éducation nouvelle au XXe siècle. Itinéraires et connexions, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Enseignement et réformes », 2018, 287 p., ISBN : 978-2-7061-4238-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Béatrice Haenggeli-Jenni, « L'éducation nouvelle », Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l'Eu (...)

1L’Éducation nouvelle se profile à la fin du XIXe siècle et devient un mouvement pédagogique international dans les années 1920. Elle connaît un âge d’or durant l’entre-deux guerres, mais influence toujours les pratiques pédagogiques actuelles. Ses promoteurs « proposent un renversement copernicien plaçant l’enfant, plutôt que les savoirs scolaires, au centre de l’action éducative […] ils critiquent l’école dite traditionnelle qu’ils qualifient d’encyclopédique et de contre-nature »1. Ce courant contrasté repose cependant sur quelques grands principes : la connaissance scientifique de l’enfant, sa participation active à sa formation, la coéducation des sexes et une proposition pédagogique adaptée aux besoins de chacun, propice à la construction d’un monde pacifié. Les douze auteurs de cet ouvrage collectif éprouvent la portée heuristique du concept d’itinéraire et l’utilisent comme vecteur de leurs travaux. L’itinéraire des acteurs de l’Éducation nouvelle qu’ils retracent est à la fois physique (voyages, rencontres, observations) et culturel (lectures, cultures et pratiques professionnelles). Il révèle aussi la dynamique de formation et de socialisation de ces personnalités. L’ouvrage compte dix chapitres.

2Le premier, signé par Laurent Gutierrez et Antoine Savoye, est consacré à Madeleine Guéritte (1881-1948) et à son combat pour sauver les jeunes générations de la faillite éducative. Elle croit que les initiatives privées sont plus efficaces que celles de l’État, raison pour laquelle elle souhaite responsabiliser les parents. Elle fonde avec Roger Cousinet (1881-1973) l’association La Nouvelle éducation qui établit un réseau de correspondants à l’extérieur de la France. « Elle développe une pensée originale qui met en lien l’éducation avec son contexte sociétal […]. Sa vision l’amène à entrer en relation avec les représentants de milieux très divers (éducateurs, médecins, psychologues, littérateurs » (p. 32). Elle croit que la paix sera maintenue lorsque l’esprit de guerre sera extirpé de l’éducation des enfants.

3Célestin Freinet (1896-1966) est une figure connue de l’Éducation nouvelle. Dans le chapitre 2, Henri Louis Go dresse l’itinéraire de sa pensée, à la jonction de ses expériences de soldat puis de militant politique, animée par une passion pour la lecture et une prédisposition pour la recherche empirique. Cette pensée se construit à partir de son expérience de soldat de la Première Guerre mondiale, d’abord dans le socialisme révolutionnaire, puis dans le syndicalisme révolutionnaire. Ensuite, Célestin Freinet se définit comme un instituteur révolutionnaire puis comme un pédagogue révolutionnaire. Le chapitre 3 rend justice à Élise Lagier-Bruno (1898-1983), compagne de lutte et épouse de Célestin Freinet. Son itinéraire est tracé par Xavier Riondet grâce à l’analyse de ses lectures de jeunesse, selon le postulat : « dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es » (p. 69). Avant sa rencontre avec Célestin en 1925, Élise Lagier-Bruno est déjà une institutrice engagée. Ses lectures révèlent une femme « républicaine, révolutionnaire, romantique, animée par la philosophie antique mais également par des écrits spirituels » (p. 86). Elle exerce une influence manifeste sur le Mouvement Freinet. Le chapitre 4, écrit par Frédérique Marie Prot, porte d’ailleurs sur l’itinéraire de ce mouvement, sous l’angle de la transmission et de la filiation suite à la mort de Célestin en 1966. Élise se préoccupe alors d’en préserver l’orthodoxie avec Madeleine Freinet (1929-2007), la fille du couple, tout en l’enrichissant sur les plans pratiques et conceptuels. « Voir ce phénomène de filiation et de transmission comme un itinéraire de la pédagogie elle-même se comprend au sens symbolique où des savoirs circulent dans des pratiques de transmission » (p. 89).

4Maria Montessori (1870-1952), médecin et pédagogue italienne, est une autre grande figure de l’Éducation nouvelle. Le pari de Bérangère Kolly dans le chapitre 5 est d’aborder l’itinéraire de sa pensée, marquée par l’anthropologie et attentive au « développement de la personnalité de l’enfant et […] d’un matériel pédagogique compris comme une cure » (p. 113). Ces ancrages permettent de dresser cet itinéraire : la formation de la jeune femme et son parcours intellectuel ; le contexte de l’Italie de l’époque et le contenu des bulletins de l’Association Montessori de France parus après la mort de Maria, entre 1952 et 1962. Dès le début du mouvement, toutefois, se pose la question de l’orthodoxie des pratiques montessoriennes, avec un camp orthodoxe et un camp hétérodoxe, ce dernier animé par Ovide Decroly (1871-1932). Plus loin dans l’ouvrage, au chapitre 8, Sylvain Wagon se penche d’ailleurs sur le cas de ce médecin belge grâce à la méthode de l’analyse des réseaux comme ensembles de relations qu’un individu entretient avec les autres. Le réseau témoigne « d’un processus historique de sa socialisation et constitue un intermédiaire dans son accès et sa participation au monde social » (p. 181). Il apparait ainsi que ces réseaux et cercles decrolyens sont constitués à partir des collaborateurs de Decroly, des membres de la Société de pédotechnie et de la liste des personnalités invitées à commémorer en 1933 son décès, de laquelle sont absentes quelques personnes pourtant proches de son œuvre.

5Carmen Letz évoque dans le chapitre 6 l’épopée de Paul Geheeb (1870-1961) et de sa femme Edith Cassirer (1885-1982), pédagogues réformateurs qui animent l’École Odenwald (1910-1934) puis l’École de l’Humanité (1934-1946) orientées vers la coéducation, l’organisation flexible des apprentissages et la cogestion. À l’École Odenwald en Allemagne, « des groupes composés d’enfants de différents âges et sexes habitent ensemble dans des maisons dont chacune a son enseignant-éducateur-père et son enseignante-éducatrice-mère, appelés Familienhäupter, têtes de famille » (p. 150). Chassés d’Allemagne du fait qu’Edith est juive, les époux Geheeb instaurent en Suisse l’École de l’Humanité. Face à la montée du fascisme, ce nom traduit l’idée qu’il est inapproprié d’associer une école à une nation particulière : l’édification de la paix est d’abord une affaire pédagogique, croit le couple. Leur pensée pédagogique est riche sur le plan philosophique, mais questionnable du point de vue des normes actuelles : la promotion de la culture du corps nu conduit à des abus qui obligent la fermeture définitive de l’École Odenwald en 2015.

6Dans le chapitre 7, Jean Rakovitch propose l’itinéraire d’Anton Makarenko (1888-1939), pédagogue soviétique réputé être, selon l’Unesco, l’un des quatre pédagogues les plus influents du XXe siècle. La révolution d’octobre 1917 impose que tout dans la société doit changer, notamment l’école. Quelques intellectuels, dont l’épouse de Lénine, misent sur les méthodes pédagogiques européennes et américaines, celles inspirées de la pensée de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) entre autres, et conceptualisent une pédologie qui devient le paradigme éducatif dominant des années 1920 en Union soviétique. Des réponses éducatives pratiques émergent cependant, dont celles de Makarenko auprès des jeunes délinquants. Il développe un système « dans lequel la collectivité joue le rôle de medium éducatif et dont les pratiques, fortement empreintes de militarisme et s’appuyant sur une discipline et un sens de l’honneur rigoureux, s’organisent autour des impératifs de la production agricole ou industrielle » (p. 163-164). Ce modèle est conforme à la doxa communiste, aussi les idées de Makarenko sont reprises, et parfois dénaturées, dans le contexte de l’évolution de l’école soviétique.

7Dans le chapitre 9, Rita Hofstetter et Frédéric Mole s’intéressent à la neutralité du Bureau international d’éducation (BIE). Celui-ci veut donner un élan à l’Éducation nouvelle et, pour ce faire, s’inspire de la science et de sa neutralité méthodologique afin de résister au dogmatisme. L’Institut Rousseau, auquel sont associées des personnes phares de l’Éducation nouvelle comme Édouard Claparède (1873-1940) et Jean Piaget (1896-1980), se donne pour mission « d’orienter la militance de l’Éducation nouvelle en la subordonnant au développement des sciences de l’éducation. Le BIE amplifie cette ambition et entreprend de dessiner une nouvelle trajectoire pour la militance réformatrice » (p. 195). Dans le chapitre 10, Thérèse Hamel suit sur les routes d’Europe l’enseignant québécois Charles-Joseph Magnan (1865-1942), dont le rapport de voyage de 1909 contribue à influencer les pratiques éducatives québécoises : « ce voyage d’études témoigne non seulement de l’ouverture du Québec de cette époque aux influences extérieures, notamment européennes, mais illustre également combien la circulation des idées pédagogiques et éducatives y était vivante, malgré la longueur des voyages et leurs conditions difficiles » (p. 225).

8Cet ouvrage de qualité, coordonné par Xavier Riondet, Rita Hofstetter et Henri Louis Go, fait suite à un symposium de 2017 sur ce thème. Le livre saura intéresser les personnes déjà familières avec l’Éducation nouvelle. Cependant, pour atteindre un lectorat plus large, l’introduction de l’ouvrage aurait pu être plus substantielle et explicite afin de mieux définir et situer l’Éducation nouvelle par rapport à l’éducation traditionnelle. Toutefois, le concept pivot de l’ouvrage, l’itinéraire, se révèle effectivement porteur. Sur le plan de l’éducation, il permet de « ne plus penser les idées pédagogiques comme étant nues et en apesanteur, mais ancrées dans un tissu, dans des contextes socioculturels, économiques, idéologiques et politiques, et [limite] les usages abusifs de l’histoire dans l’espace social contemporain » (p. 19). Sur le plan des méthodes de recherche, l’itinéraire suggère une panoplie de techniques qui peuvent être mobilisées dans le contexte d’enquêtes et de chantiers de recherche sociologiques divers pour analyser des lectures de jeunesse, des parcours biographiques, des récits de vie, des journaux de voyage, ou encore des réseaux d’influence et d’affinités, etc.

Haut de page

Notes

1 Béatrice Haenggeli-Jenni, « L'éducation nouvelle », Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l'Europe, 2016, en ligne : https://ehne.fr/node/133.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bernatchez, « Xavier Riondet, Rita Hofstetter et Henri Louis Go (dir.), Les acteurs de l’Éducation nouvelle au XXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 16 avril 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33617

Haut de page

Rédacteur

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, Université du Québec à Rimouski (Canada), Groupe de recherche Apprentissage et socialisation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page