Navegación – Mapa del sitio

Barbara Stiegler, « Il faut s’adapter ». Sur un nouvel impératif politique

Nathanaël Colin-Jaeger
« Il faut s'adapter »
Barbara Stiegler, « Il faut s'adapter ». Sur un nouvel impératif politique, Paris, Gallimard, col. « NRF Essais », 2019, 336 p., ISBN : 978-2-07-275749-5.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Boas Taylor et Gans-Morse Jordan, « Neoliberalism: From New Liberal Philosophy to Anti-Liberal Slog (...)
  • 2 Foucault Michel, La naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Gal (...)
  • 3 On peut citer principalement Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, Paris, (...)
  • 4 En langue anglaise on peut lire notamment Craufurd Goodwin, Lippmann. Public Economist, Cambridge, (...)
  • 5 Audier Serge, Le Colloque Lippmann. Aux Origines du néo-libéralisme, Lormont, Le Bord de l’eau, 200 (...)

1Depuis une vingtaine d’années, le terme de « néolibéralisme » est de plus en plus utilisé, sans qu’on sache très bien ce à quoi il se réfère1. Suite au cours pionnier de Michel Foucault2, plusieurs travaux importants ont été publiés en France sur le néolibéralisme3, visant à clarifier l’histoire de ce courant de pensée. Le livre de Barbara Stiegler s’inscrit dans une continuité critique vis-à-vis de ces publications. En effet, si l’histoire du néolibéralisme commence à être davantage connue, dans sa diversité comme dans sa chronologie, aucun ouvrage français n’avait été consacré4 à la figure de Walter Lippmann, journaliste américain qui fut à l’origine du Colloque Lippmann, souvent considéré comme un évènement fondateur du néolibéralisme5. La lecture de Barbara Stiegler se distingue de celle de Foucault en ce qu’elle montre les sources évolutionnistes de la pensée de Lippmann. Pour elle, c’est à partir de là qu’il faut saisir l’injonction que l’époque contemporaine adresse aux individus de s’adapter à leur environnement mondialisé.

2En plus de ses apports historiographiques, l’ouvrage défend une posture critique. Dans la refonte du libéralisme lors des années 1930, les théories de Lippmann ne sont pas restées sans opposition. Barbara Stiegler fait ainsi dialoguer Lippmann avec John Dewey, le philosophe pragmatiste américain qui, au même moment, a proposé une refonte théorique du libéralisme à partir de constats et de problématiques similaires à ceux de Lippmann. En cela, l’auteure montre que le néolibéralisme inspiré par Lippmann a été dès le départ remis en question et qu’il ne constitue en rien une fin de l’histoire. En éclairant les fondements théoriques du « sentiment diffus, de plus en plus oppressant et de mieux en mieux partagé, d’un retard généralisé » de l’espèce humaine et de « l’injonction à s’adapter » (p. 11), l’ouvrage cherche à critiquer ce nouvel impératif tout en lui substituant un remède.

3Le livre est composé de sept chapitres, qu’on peut regrouper en deux parties. La première partie, comprenant les trois premiers chapitres, élabore le contexte problématique qui donne naissance au renouvellement du libéralisme chez Lippmann. La seconde partie, soit les quatre derniers chapitres, montre comment le journaliste américain participe au renouvellement du libéralisme. Tout au long de l’ouvrage, l’auteure fait droit à un dialogue soutenu entre les thèses de Lippmann et celles de Dewey pour montrer l’éloignement effectif entre les deux pensées, qui développent deux potentialités opposées de refonte du libéralisme dans les années 1920-1930.

4La première partie du livre explicite clairement le contexte problématique dans lequel Lippmann élabore ses réflexions, dans les années 1910 et 1920. Le problème central est celui de l’adaptation des individus à leur nouvel environnement issu de la révolution industrielle. Alors que les communautés humaines de petite taille ont disparu et que l’humanité entière est rentrée dans l’ère de la Grande Société, c’est-à-dire chez Lippmann une société où les relations d’interdépendance sont si importantes que les individus n’ont plus le contrôle sur elles, les humains ont conservé l’équipement cognitif qu’ils possédaient avant la révolution industrielle, ce qui les rend de fait désadaptés. Comment réadapter les humains à leur environnement ? Barbara Stiegler montre l’oscillation de Lippmann entre deux réponses incompatibles : d’un côté une position pragmatiste expérimentaliste qui considère que les individus doivent intensifier l’enquête et l’expérimentation collective dans un processus démocratique ; de l’autre une position presque technocratique qui soutient que les experts doivent gouverner et se « soustraire par principe au contrôle des citoyens » (p. 47). Lippmann tranche en faveur d’un gouvernement par les experts, ce qui le met sur la voie d’une nouvelle théorie de la démocratie – nourrie du contexte des années 1920, de la naissance de la publicité et de la propagande de masse. Dans son ouvrage Phantom Public de 1925, le public, c’est-à-dire ce qu’on appelle plus traditionnellement le peuple, voit ses prérogatives extrêmement diminuées, du fait de la désadaptation cognitive des individus vis-à-vis de leur environnement. L’aspect le plus novateur de cette première partie est de montrer que les prises de position de Lippmann, notamment sur la démocratie, sont tributaires d’une anthropologie spécifique, et plus précisément d’une interprétation discutable du darwinisme. L’accent mis par Lippmann sur la spécificité du leader et de l’expert, capable de s’extraire de son environnement pour le façonner, révèle selon l’auteure un dualisme problématique en ce qu’il véhicule en fait une vieille distinction entre la masse et les dirigeants. Le travail de Dewey montre bien que c’est cette façon d’expliquer le retard de la société, du fait que les leaders ne gouvernent pas assez, qui est en réalité en retard sur l’environnement de la Grande Société. Le philosophe pragmatiste se réfère au contraire à Darwin pour montrer qu’on ne peut pas distinguer chez les hommes des individus actifs et d’autres passifs. L’interactionnisme qu’il tire de Darwin a pour principe que chacun est toujours à la fois actif et passif vis-à-vis de son environnement. Il n’existe pas de différence de nature entre des individus compris comme une « masse » (p. 103) passive d’un côté, et des leaders de l’autre, capables de façonner l’environnement social. Barbara Stiegler défend dans le troisième chapitre l’idée que ce différend entre Lippmann et Dewey remonte à un désaccord sur la théorie de l’évolution. Le gouvernement des experts et des leaders que prône Lippmann fixe une fin de l’évolution, c’est-à-dire que l’adaptation à l’environnement mondialisé et à l’économie de marché devient le but de ce gouvernement. Or chez Dewey, qui se veut plus proche de Darwin, l’expérimentation active et démocratique ne peut être dirigée : elle est « buissonnante », « hétérogène » et « imprévisible » (p. 130).

5La deuxième partie du livre montre comment le libéralisme de Lippmann, développé dans The Good Society en 1937, se fonde en répondant à ces problèmes structurants. L’invention de Lippmann est de repenser le libéralisme au-delà de son échec historique, c’est-à-dire sa perversion sous la forme du « laissez-faire ». Lippmann propose, contre les socialistes et communistes de son époque, de « mettre l’intelligence hors-circuit » (p. 159), c’est-à-dire d’empêcher toute planification de la société par un individu ou un groupe qui prétendrait posséder la connaissance suffisante pour organiser celle-ci. Son libéralisme ne préconise pas pour autant l’abandon du gouvernement. En effet le diagnostic lippmannien est celui d’une faillite du libéralisme historique sous la forme du « laissez-faire ». Si la concurrence est bien un outil formidable pour coordonner les individus, celle-ci nécessite un cadre légal précisant le contenu du droit de propriété, des contrats ou des échanges, pour permettre des échanges optimaux (p. 188). Laissée à elle-même, la concurrence tend en effet à produire des inégalités et des monopoles sur le plan économique, mais aussi de la misère et des laissés pour compte sur le plan social. Il faut cadrer le libéralisme par des moyens institutionnels, en précisant les conditions juridiques du bon fonctionnement de la concurrence et en adaptant activement les individus à leur milieu par des politiques sociales et éducatives. L’auteure estime que Lippmann rompt ici avec le providentialisme d’Adam Smith, qui illustre une harmonie naturelle des intérêts. Loin d’inaugurer une forme d’interventionnisme illibérale, Lippmann développe une théorie du droit comme « code de la route » (p. 194), qui vise à rendre compatible le gouvernement de soi des individus avec un gouvernement par la loi. La spécificité du code de la route est en effet qu’il ne contraint pas directement les fins que visent les individus, chacun restant libre de ses itinéraires et de ses destinations. Le gouvernement néolibéral prend la forme d’un gouvernement par les règles générales de droit qui régissent la société sans venir contraindre directement les comportements individuels. Il se contente de venir fixer des « règles du jeu » (p. 209) organisant les interactions pour les parfaire. Le gouvernant est donc l’arbitre impartial qui s’assure que les individus sont bien égaux dans le jeu. La particularité de la thèse conduit Barbara Stiegler à souligner le modèle de société qui apparaît derrière cette insistance sur les « règles du jeu », à savoir celui de compétition entre des individus qui, à condition d’être à égalité sur la ligne de départ, peuvent jouir librement de leurs capacités naturelles. Ce modèle nécessite plus qu’un interventionnisme juridique mais une véritable « action sociale » (p. 230) pour produire des individus compétitifs, adaptables à leur nouvel environnement, et capable de jouer le jeu qu’on leur propose. L’auteure montre ainsi que le projet libéral d’une société compétitive est en réalité bien plus interventionniste qu’un simple cadre juridique et légal, mais qu’il nécessite la structuration d’environnements sociaux de façon à produire des individualités adéquates, fixant la concurrence mondialisée comme le télos de l’évolution humaine.

  • 6 On peut citer, parmi une multitude de références, et en se limitant à la littérature récente : Miro (...)

6Le propos de Barbara Stiegler est clair, argumenté et informé sur l’évolution de la pensée de Lippmann. Le dialogue constant qu’elle entretient entre les thèses de Lippmann et de Dewey permet également d’apprécier avec finesse la spécificité de leurs positions respectives. Il nous semble qu’une limite de ce travail tient à l’absence d’enquête sur le lien qu’on peut faire entre les théories de Lippmann et la situation contemporaine. Bien que l’auteure semble consciente, dans sa conclusion, de la nécessité d’apporter davantage d’éléments de contextualisation et de démonstration pour défendre la thèse d’un néolibéralisme influencé profondément par les thèses de Lippmann, ces éléments manquent au propos du livre. Par ailleurs l’ouvrage, très bien informé sur les sujets traités, ne mobilise que la littérature française sur Lippmann et le néolibéralisme – en témoigne la bibliographie essentiellement francophone –, mettant ainsi de côté toute une série de références importantes sur le néolibéralisme6, notamment anglo-saxonnes, qui défendent des thèses vis-à-vis desquelles les positions tenues mériteraient d’être comparées.

Inicio de página

Notas

1 Boas Taylor et Gans-Morse Jordan, « Neoliberalism: From New Liberal Philosophy to Anti-Liberal Slogan », Studies in Comparative International Development, vol. 44, n° 2, 2009, p. 137-161. Les auteurs montrent notamment sur une base statistique que l’usage du terme « néolibéralisme » s’accompagne rarement d’une définition du terme.

2 Foucault Michel, La naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Gallimard, 2004.

3 On peut citer principalement Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, Paris, La Découverte, 2009 ; Audier Serge, Néolibéralisme(s), une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, 2012.

4 En langue anglaise on peut lire notamment Craufurd Goodwin, Lippmann. Public Economist, Cambridge, Harvard University Press, 2014.

5 Audier Serge, Le Colloque Lippmann. Aux Origines du néo-libéralisme, Lormont, Le Bord de l’eau, 2008.

6 On peut citer, parmi une multitude de références, et en se limitant à la littérature récente : Mirowski Philip et Plewhe Dieter, The Road from Mont-Pélerin, Cambridge, Harvard University Press, 2009 ; Peck Jamie, The construction of neoliberal reason, Oxford, Oxford University Press, 2010 ; Burgin Angus, The Great Persuasion, Cambridge, Harvard University press, 2012 ; Davies William, The limits of neoliberalism, Londres, Sage, 2014 ; Brown Wendy, Undoing the Demos, Massachusetts, MIT Press, 2015 ; ou encore Biebricher Thomas, The Political Theory of Neoliberalism, Stanford, Stanford University press, 2019.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nathanaël Colin-Jaeger, « Barbara Stiegler, « Il faut s’adapter ». Sur un nouvel impératif politique », Lectures [En línea], Reseñas, 2019, Publicado el 17 abril 2019, consultado el 16 octubre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33653

Inicio de página

Redactor

Nathanaël Colin-Jaeger

Doctorant en philosophie à l’ENS de Lyon, laboratoire Triangle, travaillant sur les anthropologies économiques des néolibéralismes.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página