Navigation – Plan du site

Constance De Gourcy, Kamel Chachoua (dir), « Mobilités et migrations en Méditerranée. Vers une anthropologie de l’absence ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 144, 2018

Sofia Stimmatini
Mobilités et migrations en Méditerranée
Constance de Gourcy, Kamel Chachoua (dir.), « Mobilités et migrations en Méditerranée. Vers une anthropologie de l'absence ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 144, 2018, 320 p., Aix-en-provence, Presses universitaires de Provence, ISBN : 979-10-320-0195-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Depuis une trentaine d’années, les chercheurs ont commencé à appréhender les phénomènes migratoires (...)

1Ce numéro de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée propose de réintroduire l’expérience temporelle de l’absence au centre de l’étude des phénomènes migratoires, permettant ainsi de penser la migration avec et à partir les sociétés de départ. En effet, les personnes qui se déplacent maintiennent des liens avec les membres du groupe d’appartenance afin d’éviter d’être considérées comme « étrangères » ou « disparues ». Une sociabilité à distance se développe alors, dans laquelle l’absent occupe un statut provisoire et labile, toujours susceptible de disparaître si les échanges s’interrompent. C’est en problématisant les perspectives ouvertes par le transnationalisme1 dans le champ des migrations internationales, et notamment celles de l’absence, que les articles recueillis dans ce volume sondent les différentes expériences de migration dans l’espace méditerranéen. Cette question est posée par les chercheurs à partir de leurs terrains respectifs, et explorée en suivant trois dimensions : la séparation, considérée comme « l’expérience fondatrice de la mise en mouvement » (p. 14), les politiques d’État, analysées dans leur travail de formalisation de l’absence, et l’action, mise à l’épreuve par l’entretien des liens entre membres géographiquement éloignés.

  • 2 En Kabylie le terme utilisé pour nommer l’émigré « égaré » était celui d’amjah (pluriel imjahen).

2La séparation, première condition de la relation à distance, est dépassée par la force des liens et des sentiments qui lient ceux qui partent à ceux qui restent. Les membres du groupe de départ organisent la relation à distance en donnant à l’absent un rôle au sein de leur organisation sociale. Cependant, certains refusent cette place ainsi que l’obligation morale d’entretenir le lien. Ces trajectoires marginales sont abordées par Emmanuel Blanchard et Kamel Chachoua dans leurs articles. Le premier, en se penchant sur les archives du Service des affaires indigènes nord-africaines (Saina), analyse les demandes d’intervention que les familles kabyles adressaient au Saina durant les années 1930, à la recherche de leurs proches égarés en région parisienne. Il démontre ainsi que ces requêtes étaient souvent liées à des intérêts matériels ou à des flux financiers. L’article de Kamel Chachoua examine une archive orale et musicale kabyle des années 1940-1960 et explore le jih, l’égarement en immigration, depuis le point de vue des mères et épouses des imjahen2, ces hommes emportés par « l’air de l’émigration ». Les femmes restées en Kabylie, hantées par la figure redoutable de l’amjah, dont l’absence retentissait sur leur propre statut, pratiquaient alors le rite de l’« appel » (asiwel) afin de solliciter leur retour. L’auteur souligne que, de nos jours, ce rituel n’est plus célébré de la même manière, en partie parce que la représentation de l’émigration, qui peut être aujourd’hui souhaitée et désirée, s’est elle-même modifiée. À partir de l’étude des kabyles en France, ces deux articles démontrent combien le statut et la place de l’absent est fragile : ce dernier peut se transformer en « disparu » dès lors que la communication se dissout. Ainsi l’absence n’est plus seulement une conséquence géographique de la migration, mais aussi la forme manifeste de l’émancipation sociale et individuelle du groupe d’appartenance.

3En analysant le phénomène migratoire du double point de vue de la société de départ et de la société d’installation, le transnationalisme offre également une perspective intéressante pour étudier les mutations de l’État. En effet, comme Constance De Gourcy l’écrit, « il devient possible d’analyser la formalisation de [la notion d’absence] par les biais des politiques d’États » (p. 19). Pour Malika Gouirir, le Maroc apparaît comme un observatoire privilégié de politiques publiques qui officialisent la place de l’absent en maintenant sa nationalité marocaine par le biais d’un statut juridique spécifique. Le « Marocain résident à l’étranger » (MRE) est un statut qui répond à la volonté étatique de consolider le lien indissoluble entre un individu et le Royaume, lien qui peut parfois être vécu comme une entrave par les concernés. L’auteure souligne toutefois les difficultés juridiques concrètes que pose cette double affiliation, notamment face aux questions d’héritage.

4La mort à l’étranger est aussi une dimension abordée par ce volume. Le fait de mourir en migration pose en effet la question fondamentale de « savoir où se “place” l’absence » (p. 20). C’est dans ce cadre que s’inscrivent les articles d’Azzedine Kinzi et de Valérie Cuzol. Le premier étudie les rapatriements à Tounef (Kabylie) des dépouilles d’immigrés décédés à Saint-Étienne (France) et la deuxième analyse les pratiques funéraires des immigrés algériens, tunisiens et marocains à Chalon-sur-Saône (France). En examinant les trajectoires post-mortem des corps, les deux articles mettent en évidence le souhait majoritaire des immigrés d’être enterrés dans leur village d’origine. Les auteurs décrivent la manière dont le Maroc, l’Algérie et la Tunisie facilitent le déplacement des dépouilles, dans le but politique de récupérer les citoyens éloignés, tout en allégeant la peine des familles. « La liberté de circulation des morts » comme enjeu politique se manifeste également dans l’article de Lisa Anteby-Yemini, qui décrit la gestion des défunts érythréens et soudanais en Israël. Elle montre comment le retour de ces corps dépend des relations diplomatiques qu’Israël entretient avec les deux pays. L’État érythréen maintient des relations diplomatiques avec Israël et les corps de ses ressortissants sont souvent rapatriés, d’autant plus que l’État a le souci d’entretenir un sentiment d’unité nationale. En revanche, aucune représentation soudanaise n’est présente sur le sol israélien, et les défunts sont donc enterrés dans des cimetières d’Israël. Ceci est clairement lié au fait que l’État soudanais considère les réfugiés comme des traîtres et n’a aucun intérêt à les rapatrier. Ainsi, nous voyons que la gestion de la mort en migration révèle des logiques politiques contrastées, qui témoignent de l’intérêt qu’un État porte – ou non – à ses ressortissants émigrés.

5L’article de Laura Odasso nous révèle les manières dont les États interviennent dans la définition même de la « famille » des personnes qui sont loin de leur pays d’origine. L’auteure explore la manière dont les femmes ressortissantes du Maroc et du Liban, mariées à des Français et installées en France, sont soumises à des règles institutionnelles genrées. En effet, les femmes libanaises ne peuvent transmettre la nationalité à leurs enfants, tandis que les marocaines doivent fournir toute une série de documents qui ne sont pas exigées des hommes marocains mariés à une femme étrangère – comme par exemple l’acte de conversion. En étudiant les cas de ces deux pays, Laura Odasso met en lumière ces discriminations genrées dans la définition et la gestion étatique de la nationalité et de sa transmission, et montre que beaucoup des femmes sont ainsi amenées à distendre le lien avec leur pays d’origine, ce qui contribue à consolider l’absence.

6Nous voyons donc que l’absence et la présence sont en partie fabriquées par les États, mais qu’elles peuvent également être souhaitées, désirées et aménagées par les acteurs eux-mêmes. Ce fait est illustré par le cas des Grecs restés en Égypte malgré l’incitation au départ de Gamal Abdel Nasser en 1960, décrit par Efychia Mylona. Grâce à leurs activités commerciales rentables, les migrants grecs ont en effet réussi à imposer leur présence, soulignant leur compétitivité marchande et taisant leur nationalité. L’aménagement de la présence et de l’absence est aussi l’angle d’analyse des deux dernières contributions, celle de Claire Demesmay, Sabine Russ-Sattar et Katrin Sold et celle de Leo Fourn, qui explorent la dimension émotionnelle de l’engagement à distance lors d’évènements politiques particuliers. La première traite des Tunisiens à l’étranger après 2011 et documente la présence d’une communauté diasporique émotionnelle postrévolutionnaire : la deuxième étudie les trajectoires des militants révolutionnaire syriens, dont l’engagement s’estompe au fur et à mesure que leur absence du pays d’origine se prolonge.

  • 3 Sayad Abdelmalek, La double absence, Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, (...)

7En suivant la perspective des travaux de Sayad (1999)3, ce numéro de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée invite à (re)mettre le concept d’absence au centre des analyses des phénomènes migratoires, en « tenant compte de [sa] nature processuelle » (p. 22). L’approche pluridisciplinaire de l’ouvrage permet d’appréhender les notions d’absence et de mobilité humaine sous plusieurs angles. Tout d’abord, l’absent se redéfinit lui-même constamment en fonction de la posture choisie et de la temporalité. Ensuite, faire de l’absence « l’institution fondatrice de la relation à distance » permet de considérer les mouvements migratoires dans un même espace-temps sur deux scènes sociales, ici les deux rives de la Méditerranée. Enfin, la malléabilité du concept d’« absence » rend compte de l’expérience du manque de manière polymorphe, faisant ainsi surgir son caractère relationnel, ce qui se révèle être un prisme fécond par lequel analyser les phénomènes d’immigration et d’émigration.

Haut de page

Notes

1 Depuis une trentaine d’années, les chercheurs ont commencé à appréhender les phénomènes migratoires à partir de la capacité des personnes à organiser leurs déplacements et à entretenir des liens malgré la distance, et non plus seulement à partir du prisme des sociétés d’installation.

2 En Kabylie le terme utilisé pour nommer l’émigré « égaré » était celui d’amjah (pluriel imjahen).

3 Sayad Abdelmalek, La double absence, Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sofia Stimmatini, « Constance De Gourcy, Kamel Chachoua (dir), « Mobilités et migrations en Méditerranée. Vers une anthropologie de l’absence ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 144, 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 18 avril 2019, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33660

Haut de page

Rédacteur

Sofia Stimmatini

Sofia est étudiante à l’Université Libre de Bruxelles, actuellement en échange international à l’Université d’Aix-Marseille.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page