Navigation – Plan du site

Anne-Sophie Novel, Flo Laval, Les médias, le monde et moi

Célia Delalandre
Les médias, le monde et moi
Anne-Sophie Novel, Flo Laval, Les médias, le monde et moi, Paris, Les Films d'un Jour, Place To B, 2019.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’Obs, Politis, Le Crieur, Alternatives économiques, D’argent et de sang de Fabrice Arfi et Un empê (...)
  • 2 Jodie Jackson (You are what you read), Benoît Raphaël (expert en innovation digitale et média), Jul (...)

1Le film démarre sur un marché. Anne-Sophie Novel a installé un stand sur lequel sont disposés des journaux et des ouvrages de journalistes1. Autour du stand, sont également collées des affiches qui interpellent le chaland : « Comment les médias vous parlent ? », « Les médias vous racontent des salades ? ». Économiste de formation, journaliste et blogueuse, Anne-Sophie Novel cherche à faire réagir les passants sur leur rapport aux médias. Tous sont unanimes : ils n’ont plus confiance dans ces médias qui leur mentent. Partant du constat de cette perte de confiance et du rejet des médias classiques par la population, la documentariste décide de mener l’enquête auprès d’une vingtaine d’experts et de confrères de la sphère médiatique2. Dans ce film coréalisé avec Flo Laval, elle tente de mettre au jour les causes de ce désaveu général, de présenter de nouvelles pistes médiatiques et d’en interroger la pertinence.

2Au fil des premières interviews, on découvre un système médiatique au sein duquel les journalistes sont sommés de produire toujours et encore plus d’informations, en vue de rester compétitifs. Comme l’indique l’économiste Julie Cagé, 64% des informations sont copiées-collées à la va vite. Elles sont à peine regardées par un public atteint d’« infobésité » ou de « médianorexie », parce que gavé de « junk news », produites par des journaux détenus par une poignée de milliardaires, nous dit Anne-Sophie Novel. Des lanceurs d’alerte comme Jodie Jackson dénoncent par ailleurs l’impact négatif de cette malbouffe médiatique sur la santé psychologique des populations. Globalement, le constat des différents experts et journalistes interrogés est sans appel : le secteur des médias est en crise. Dans ce contexte tourmenté, la documentariste se demande comment redonner du sens à son métier et produire de l’information de qualité.

3Anne Sophie Novel décide alors d’explorer les nouvelles façons de penser et de faire le journalisme, qui sont en train d’émerger en France, mais aussi en Angleterre, aux États-Unis ou encore au Danemark. Des médias militants voient le jour, comme Ebdo, journal qui a bénéficié de la meilleure campagne de financement en ligne jamais connue en France. Des revues « bio », c’est-à-dire sans publicité, sont vendues en librairie, comme XXI3 et 6 mois4. Des titres de la presse quotidienne régionale ont dû revoir leur mode de fonctionnement pour faire face à l’« extinction de la diffusion papier ». C’est le cas de Nice Matin, que les salariés ont proposé de reprendre avec un modèle coopératif. Damien Allemand, en charge de l’édition numérique de Nice Matin, explique que le journal propose aujourd’hui des abonnements en ligne qui tiennent de l’« adhésion à un club ». Les abonnés participent à des évènements, ils donnent leur avis sur les thématiques de dossiers traitées par les journalistes et sont ainsi intégrés dans une « communauté ». En contrepartie de ce nouveau fonctionnement « en famille », les journalistes sont tenus d’être plus « réactifs », plus « responsables » et de travailler « au service des gens ». Ainsi, par le biais du numérique, les abonnés jouent quasiment un rôle d’actionnaires.

4Si le fonctionnement en mode participatif peut représenter à la fois une alternative idéologique et une ressource financière, il interroge par ailleurs sur le profil et les intentions des abonnés, sur le degré d’autonomie de ces nouveaux médias « mis au service des gens », ainsi que sur leur pérennité. En mars 2018, suite à la publication d’une enquête bancale sur une affaire impliquant Nicolas Hulot, le journal Ebdo, dont Anne-Sophie Novel venait d’intégrer l’équipe, a déposé son bilan. La journaliste se demande donc si ces nouveaux médias sont bien « la panacée ». Elle décide de partir interviewer d’autres acteurs médiatiques, désireux de dépasser le clivage gauche/droite et de rééquilibrer le journalisme entre « l’information qui aide à comprendre les problèmes, et celle qui aide à comprendre comment les résoudre », selon les mots de David Bornstein, cofondateur de Solution Journalism Network. Pour contrebalancer la dramatisation quotidienne de la réalité opérée par les chaines d’information classiques, des initiatives de « journalisme de solutions » ont été lancées, comme le Constructive News Institute5 d’Ulrik Haagerup au Danemark ou le Solution Journalisme Network6 de David Bornstein aux États-Unis. Le réseau américain soutient des initiatives locales telles que Broke in Philly7, un projet de reportage qui « s’intéresse aux solutions, à la pauvreté et à la mobilité économique à Philadelphie », explique sa coordinatrice Jean Friedman-Rudovsky. Philadelphie est l’agglomération la plus pauvre des États-Unis. Le projet regroupe 19 médias. Cette collaboration devrait permettre d’appréhender le quotidien des personnes démunies avec plus de profondeur, de sortir de l’instantané et des « moments extrêmes ».

5Dans ce documentaire Anne-Sophie Novel soulève des questions essentielles sur l’évolution des médias. Elle ouvre grand la voie à la réflexion sur le rôle que les journalistes devront jouer dans l’avenir, mais également sur celui des pouvoirs publics et sur leur capacité à réguler l’impact des médias sur les populations, à favoriser la cohésion sociale. La journaliste termine son documentaire en interrogeant les pratiques d’un public qui, par le recours aux réseaux sociaux et aux nouveaux contenus informatifs, fait montre d’une envie de « consommer de l’information différemment », selon les mots d’Axel Lattuada, le vidéaste qui a co-créé la web série Et tout le monde s’en fout. Laissé en suspens sur cette dernière question, le spectateur se prend à souhaiter un deuxième film, qui viendrait éclairer plus avant les attentes de ces citoyens consommateurs d’informations, dont on souhaite « éduquer les esprits », comme le dit Benoît Raphaël, expert en innovation digitale et média.

Haut de page

Notes

1 L’Obs, Politis, Le Crieur, Alternatives économiques, D’argent et de sang de Fabrice Arfi et Un empêchement de Michel Crépu.

2 Jodie Jackson (You are what you read), Benoît Raphaël (expert en innovation digitale et média), Julia Cagé (économiste à Sciences Po), Yves Citton (professeur de littérature et média), Laurent Beccaria et Patrick de Saint Exupéry (XXI et 6 mois), Elise Lucet (France TV), Eric Fottorino (Le 1 hebdo), Fabrice Arfi (Médiapart), Stéphane Paoli (ex France Inter), Samuel Laurent (Le Monde), Mark Rice-Oxley (The Guardian), Aron Pilhofer (chercheur innovation des médias à Temple University), Damien Allemand (Nice Matin), Sylvain Lapoir, Julien Goetz et Henri Poulain (DataGueule), Ulrik Haagerup (Constructive News Institute), David Bornstein (Solution Journalism Network), Jean Friedman-Rudovsky et Emma Restrepo (Broke in Philly), Helen Gym (Ville de Philadelphie), Axel Lattuada (Et tout le monde s’en fout).

3 https://www.revue21.fr/.

4 http://www.6mois.fr/.

5 https://constructiveinstitute.org/.

6 https://www.solutionsjournalism.org/.

7 https://brokeinphilly.org/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Célia Delalandre, « Anne-Sophie Novel, Flo Laval, Les médias, le monde et moi  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 19 avril 2019, consulté le 26 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33678

Haut de page

Rédacteur

Célia Delalandre

Doctorante CNRS en géographie à l’Université Paul Valéry Montpellier III, rattachée au laboratoire ART-Dev, mes travaux de recherche portent sur l’action publique locale au prisme du genre dans la région de Tver en Russie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page