Navigation – Plan du site

Anaïs Fléchet, Élie Haddad (dir.), « L’écriture de l’histoire : sciences sociales et récit », Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol. 65, n° 2, avril-juin 2018

Héloïse Thomas
L'écriture de l'histoire : sciences sociales et récit
Anaïs Fléchet, Élie Haddad (dir.), « L'écriture de l'histoire : sciences sociales et récit », Revue d'histoire moderne & contemporaine, vol. 65, n° 2, avril-juin 2018, 240 p., Paris, Belin, ISBN : 978-2-410-01398-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’histoire est ici pensée à la fois en tant qu’étude du passé et en tant que discipline à vocation (...)

1Le dossier principal de ce numéro de la Revue d’histoire moderne & contemporaine s’intitule « L’écriture de l’histoire : sciences sociales et récit ». Axé sur la question des liens entre littérature et histoire1, il est issu d’une table ronde organisée par la Société d’histoire moderne et contemporaine en 2017. Sa problématique a beau être classique, comme le soulignent Anaïs Fléchet et Élie Haddad dans l’introduction dudit dossier, elle n’en demeure pas moins actuelle, et connaît en France depuis les années 2000 un regain d’intérêt qui est notamment sous-tendu par la production de discours brouillant les frontières entre littérature et sciences humaines, de même que le retour disciplinaire à une histoire centrée sur « les acteurs, leurs décisions, leurs marges de manœuvre, leurs raisons » (p. 12). Prenant pour fil conducteur le concept de témoignage, ce dossier cherche ainsi à dégager la spécificité et les implications ontologiques de ces nouvelles conceptions de l’histoire au XXIe siècle.

2Dans le sillage des conflits qui ont marqué le XXe siècle, le témoignage a acquis une pertinence particulière aux yeux de l’historien·ne en ceci qu’il implique la nécessité de réévaluer notre rapport à la mémoire et les liens entre littérature et histoire. Aussi Philippe Artières précise-t-il ce qui fait « à ce point “envie” en littérature chez les historiens » (p. 21) en soulignant l’évolution actuelle de notre conception de la littérature. Cette dernière ne chercherait plus à dire l’inavouable mais à repenser notre rapport à la vérité à travers la mise en scène et en récit du témoignage. Ce faisant, elle se distinguerait à la fois du pur témoignage, qui exige un rapport à la vérité bien plus strict, et du reportage, qui narre et enregistre l’événement : sa spécificité contemporaine serait alors d’être hantée par le « rapport du sujet à son passé » (p. 23), de se faire le lieu et le témoignage non du secret, mais « de ce qui reste » (p. 29), des ruines du passé.

3Richard Figuier, lui, propose d’expliquer le pouvoir de séduction de la littérature en prenant comme point de départ la médiation éditoriale. Il montre en quoi les contraintes éditoriales portant sur le contenu et la forme des écrits en sciences humaines et sociales sont elles-mêmes régies par l’évolution de notre conception du temps, qui remet en question la distinction entre passé et présent sur laquelle se fondait l’histoire. L’attrait du récit littéraire découlerait donc du refus généralisé d’un passé mort, inatteignable, et de la volonté qui en découle chez les historien·nes de trouver des formes d’écrit qui rendent compte de nouvelles temporalisations.

4En contrepoint à la formule d’Ivan Jablonka, l’histoire ne serait toutefois pas une littérature contemporaine, quand bien même elle a besoin de la littérature : leurs visées et leurs stratégies ne sont pas interchangeables, au risque d’entretenir une confusion énonciative entre celui qui témoigne et celui qui fait témoigner, de même qu’autour du besoin de vérité. C’est ce que Monica Martinat analyse en soulignant la persistance d’une certaine « indifférence » générale quant à la détermination de la frontière entre fait et fiction (p. 31). La tentation de l’hybridation entre historiographie et littérature s’accompagne chez l’historien·ne d’un brouillage du processus historiographique, qui ferait privilégier une connaissance empathique au détriment d’une connaissance critique du passé. Martinat fait ainsi valoir que ce détour fictionnel – par lequel passent beaucoup de récits à la base pourtant documentaires – ne fait qu’aplatir « la multiplicité des formes de savoir » (p. 44) et réduit le témoignage à un exercice d’identification qui ne laisse guère de place à la construction d’un savoir critique de l’histoire.

5Examiner la place du témoignage en historiographie permettrait donc de préciser les transformations épistémologiques de l’histoire et du statut d’historien·ne. En parallèle de son travail sur le manuscrit inédit d’un ancien prisonnier républicain espagnol, Stéphane Michonneau a ainsi redéfini sa pratique d’historien en conduisant « une auto-analyse » qui lui a permis d’expliciter son « rapport à la recherche » (p. 75). En problématisant la notion de témoignage et en exposant le processus par lequel il s’est fait témoin des traces de l’histoire qu’il étudie, il put alors « exorciser une manière d’écrire l’histoire » (p. 76) et comprendre le positionnement de sa propre subjectivité. Mais ceci implique de ne pas simplifier l’articulation entre la personne qui témoigne et la personne qui fait témoigner, de ne pas concevoir le travail de l’historien·ne comme un exercice d’effacement au profit d’une vérité qui resterait absente. Martinat rappelle d’ailleurs que le « recours aux preuves et à l’argumentation » – et non à l’affect – fonde la pratique historiographique (p. 43), laquelle ne saurait se subsumer sous un « je » d’auteur·e.

6Dans sa contribution sur les pratiques sociales de l’écrit, Judith Lyon-Caen lui fait écho. Elle souligne la multiplicité des pratiques d’écriture à travers l’histoire pour inviter à revoir l’hégémonie de la littérature sur le « récit » historique. Tout écrit n’est pas destiné à être seulement ou principalement littéraire. Dans le cas de l’historiographie de la Shoah par exemple, Lyon-Caen considère que le témoignage n’est pas une simple source, mais une action sociale au même titre que les engagements qui créent un ensemble socio-politique. La tâche de l’historien·ne est alors de mettre en lumière « [c]es écrits qui ne documentent pas seulement sur ce qui a eu lieu, mais d’abord sur le fait qu’il y eut écriture, recours à l’écrit, action d’écriture, et que cette action prenait sens à côté d’autres actions » (p. 64).

7La Shoah cristallise une tension récurrente dans les récits littéraires et historiques consacrés à cette période et ce n’est pas une coïncidence que ce fait historique soit au cœur des débats contemporains sur la mémoire. Analysant conjointement les « gestes historiographiques » dans la littérature du XVIIe siècle et l’articulation entre témoin et témoignage dans les discours produits autour de la Shoah, Laurence Giavarini parle de tension entre le besoin d’affirmer une vérité historique et la difficulté épistémologique à témoigner d’un passé qui a été le théâtre d’une horreur presque indicible. Elle montre en quoi l’évolution des rapports entre littérature et histoire a permis d’envisager la période hitlérienne comme celle « d’une vérité incertaine, fascinante, toujours à établir, toujours à rappeler » (p. 95).

8Pour finir, signalons que ce dossier de la Revue d’histoire moderne & contemporaine est complété par un dossier secondaire non moins intéressant sur les « Figures d’intermédiaires religieux ». Mêlant érudition et précision historiographiques à des stratégies narratives qui font ressortir les enjeux des analyses conduites, les articles du second dossier recourent d’une part au présent de narration pour jouer sur l’illusion d’un accès plus immédiat au passé, d’autre part à des tournures interrogatives pour rappeler le cheminement herméneutique de l’historien·ne et relativiser son interprétation. En ce sens, ce dossier complémentaire apporte une dimension réflexive à l’analyse critique du processus historiographique. Il renforce la cohésion et l’originalité du numéro, offrant des cas pratiques qui exemplifient les concepts interrogés précédemment. L’un dans l’autre, ce numéro met ainsi en œuvre une réflexion polymorphe sur la pratique même du métier d’historien·ne. Il rappelle notamment la nécessité d’adapter les grilles d’analyse aux spécificités des objets étudiés, ceci afin de rendre compte avec pertinence de leur complexité et de leur singularité. De plus, il met en lumière les tournants actuels de l’historiographie, qui témoignent d’un rapport constamment renouvelé à la vérité et au récit.

Haut de page

Notes

1 L’histoire est ici pensée à la fois en tant qu’étude du passé et en tant que discipline à vocation scientifique constituée au cours des deux derniers siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Héloïse Thomas, « Anaïs Fléchet, Élie Haddad (dir.), « L’écriture de l’histoire : sciences sociales et récit », Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol. 65, n° 2, avril-juin 2018  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 21 avril 2019, consulté le 21 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33746

Haut de page

Rédacteur

Héloïse Thomas

Ancienne normalienne et agrégée d’anglais, doctorante à l’université Bordeaux Montaigne. Ses recherches portent sur les représentations de l’histoire et de l’apocalypse dans la littérature contemporaine américaine.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page