Navegación – Mapa del sitio

Florence Rudolf (dir.), « Humanités environnementales. Quoi de neuf du côté des méthodes ? », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, vol. 50, n° 2, 2018

Bastien Fond
Humanités environnementales
Florence Rudolf (dir.), « Humanités environnementales. Quoi de neuf du côté des méthodes ? », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, vol. 50, n° 2, 2018, 256 p., Strasbourg, Société d'études allemandes, ISSN : 26057913.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Lionel Charles, Bernard Kalaora, Hellmuth Lange et Florence Rudolf (dir.), Environnement et science (...)

1Déjà co-directrice en 2014 d’un ouvrage consacré aux problématiques environnementales dans le double champ des sciences sociales françaises et allemandes1, la sociologue Florence Rudolf coordonne ce numéro de la Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande dédié au renouvellement méthodologique de la sociologie environnementale rhénane. Alors que l’introduction du précédent ouvrage rendait compte d’un rapport distinct à l’environnement sur chaque rive du Rhin, ce numéro symbolise l’effort d’un dialogue théorique entre pays frontaliers.

  • 2 France, Allemagne et Suisse.

2Il offre d’une part une visibilité dans le champ français à de nouvelles perspectives de recherche (dossier principal) et restitue d’autre part les interactions entre chercheurs francophones et germanophones autour d’une recherche-action trinationale2 sur le changement climatique (dossier secondaire). Compte tenu de l’esprit de la Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, dédiée aux échanges scientifiques autour de l’aire germanique, cette recension mettra l’accent sur le rapport entre cultures universitaires française et germanique dans le présent opus.

  • 3 Expériences fondées sur une conception de la société elle-même comme laboratoire grandeur nature qu (...)
  • 4 Citation traduite par l’auteur de la recension.

3Plus méthodologique que thématique, le dossier principal mêle différentes appréhensions de l’environnement : du cadre de vie pour Miki Okubo ainsi que Chloé Le Mouël et Lucille Maugez, jusqu’au réinvestissement latourien de la géologie dans l’article de Daniel Irrgang, Martin Guinard-Terrin et Bettina Korintenberg. Au cœur du dossier, la contribution de Felix Ekardt porte sur l’analyse des conduites quotidiennes en études environnementales. Responsable de l’unité de recherche « durabilité et politique climatique » (Leipzig/Berlin), il s’insurge contre les méthodes d’enquête dominantes en sociologie de l’environnement : la pratique de l’entretien tomberait à ses yeux dans l’écueil de l’empathie, tandis que les expériences dites de living labs (Reallabore)3 seraient vouées à l’artificialité. En conséquence, il prône l’hybridation méthodologique et le recours à l’observation participante. Pour saisir plus finement les dynamiques comportementales de la transition écologique, il s’agirait selon lui de revenir à une observation en conditions réelles, car « la présence au long cours sur le terrain est essentielle » (p. 292)4. Également soulevée par l’article de Christophe Baticle, Anahita Grisoni, Sophie Némoz et Florence Rudolf, la question de « l’accommodement au terrain » (p. 239) apparaît au premier plan du renouvellement méthodologique des humanités environnementales. Marqué par une réflexivité exacerbée, ce tournant méthodologique conduit l’enquêteur à renouveler ses pratiques. D’après les résultats de leur atelier étudiant, Chloé Le Mouël et Lucille Maugez préconisent ainsi l’usage du croquis comme outil d’enquête alternatif.

  • 5 À titre de mise en perspective, le dossier inclut également un article de Valentine Erné-Heintz sur (...)
  • 6 Une chaîne d’impact est un outil d’analyse qui vise à présenter visuellement des liens de causalité (...)
  • 7 Acronyme de « Strenghts, Weaknesses, Opportunities, Threats » (forces, faiblesses, opportunités, me (...)
  • 8 Terme générique renvoyant aux supports mis en œuvre pour appréhender les défis climatiques.

4Face au foisonnement du premier dossier, le second retrace inversement la convergence de perspectives interdisciplinaires dans le cadre du projet Clim’Ability (2016-2018) co-encadré par Florence Rudolf. Coïncidant avec l’arrivée à échéance du projet, ce dossier thématique restitue les apports de cette recherche-action qui traite du changement climatique au prisme des PME et PMI. Suite à une enquête par entretiens menée à l’échelle du Rhin supérieur, trois équipes présentent leurs résultats sous forme d’articles aux prémices méthodologiques variées5. La première (Cédric Duchêne-Lacroix et Didier Kahn) a interrogé des énergéticiens à la tête d’entreprises et de collectivité (60 entretiens) pour envisager une typologie des stratégies de transition énergétique à l’échelle rhénane. La seconde a sondé les entreprises de la région en ciblant, outre le secteur de l’énergie, le tourisme d’hiver et la logistique routière et maritime (80 entretiens). Composée d’une ingénieure à Météo France (Sophie Roy) et de deux chercheurs (Rüdiger Glaser et Nicolas Scholze), cette seconde équipe modélise alors – sous forme de chaînes d’impacts6 – les risques climatiques qui menacent la santé économique de chaque secteur. Dans un contexte de recherche-action, l’intérêt de leur analyse est de permettre aux acteurs de systématiser leurs représentations individuelles avec l’appui de chercheurs rencontrés en entretien. Quant à la troisième équipe, composée de Paul Averbeck et Oliver Frör (université de Koblenz-Landau), elle mobilise l’outil de stratégie d’entreprise SWOT7 pour analyser la perception du changement climatique par les PME et PMI (26 entretiens). En prise directe avec les préoccupations des acteurs économiques, la matrice SWOT permet selon cette troisième équipe de proposer un diagnostic climatique exploitable par les entreprises. In fine, combinant d’une part cette centaine d’entretiens et d’autre part les grilles d’autodiagnostic et de questionnaire décrites par Alexandre Kudriavtsev (p. 337-343), le projet Clim’Ability offre un « service climatique »8 aux PME et PMI du Rhin supérieur.

  • 9 Comme le mentionne Florence Rudolf dans l’introduction au dossier principal (p. 229), d’autres écla (...)
  • 10 Voir Ulrich Beck, La Société du risque. Sur la voie dune autre modernité (préface de Bruno Latour) (...)
  • 11 L’introduction de Florence Rudolf (p. 227-237), l’article de Valérie Erné-Heintz (p. 345-354) et l’ (...)
  • 12 En guise de dialogue au sommet, se référer à Bruno Latour, « Whose Cosmos, Which Cosmopolitics? Com (...)
  • 13 Voir entre autres Karl-Werner Brand, Klaus Eder et Angelika Poferl, Ökologische Kommunikation in De (...)
  • 14 Notamment ceux de Matthias Groß, coordinateur d’ouvrages allemands et anglais de référence. Voir pa (...)

5En filigrane des deux dossiers susmentionnés, ce numéro de la Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande dévoile également l’état des humanités environnementales au tournant du renouvellement de leurs méthodes9. Il permet de confirmer la prégnance de la référence à Ulrich Beck en France, figure d’autorité à l’ombre de laquelle le reste des humanités environnementales allemandes a du mal à se faire une place outre-Rhin. Dix-sept ans après la traduction de la Société du risque10, l’héritage du sociologue allemand fait en quelque sorte l’unanimité dans le champ français. Et si trois des contributions françaises lui rendent directement hommage11, il est paradoxalement intéressant de constater qu’aucun chercheur germanophone ne convoque ici ses travaux. Mais nul doute que la réciproque se vérifie par une majoration de la référence à Bruno Latour dans les humanités environnementales germaniques, comme en témoigne une contribution dédiée à son récent séminaire Critical Zones à Karlsruhe (p. 297-308). D’un côté comme de l’autre, difficile de sortir de l’ombre de deux figures tutélaires12 érigées en chefs de file d’un champ d’études effervescent – même si ce numéro permet d’envisager par ricochet un nouvel horizon germanique au détour d’anciens collègues de Beck13 ou de travaux discutés par Felix Ekardt14.

Inicio de página

Notas

1 Lionel Charles, Bernard Kalaora, Hellmuth Lange et Florence Rudolf (dir.), Environnement et sciences sociales en France et en Allemagne, Paris, L’Harmattan, 2014.

2 France, Allemagne et Suisse.

3 Expériences fondées sur une conception de la société elle-même comme laboratoire grandeur nature que le scientifique peut observer et décrire pour tester ses hypothèses théoriques.

4 Citation traduite par l’auteur de la recension.

5 À titre de mise en perspective, le dossier inclut également un article de Valentine Erné-Heintz sur le saut épistémologique inhérent à l’interdisciplinarité du projet, un article de Franck Guêné sur le rapport au changement climatique dans la filière bois du Grand Est, et un article de Sophie Némoz sur certaines interactions franco-allemandes dans la filière bâtiment de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

6 Une chaîne d’impact est un outil d’analyse qui vise à présenter visuellement des liens de causalité entre différents facteurs observables et leurs effets attendus sur une variété d’activités.

7 Acronyme de « Strenghts, Weaknesses, Opportunities, Threats » (forces, faiblesses, opportunités, menaces), la matrice SWOT est un outil d’aide à la décision qui évalue les enjeux du développement économique à l’aune de ces quatre pans stratégiques.

8 Terme générique renvoyant aux supports mis en œuvre pour appréhender les défis climatiques.

9 Comme le mentionne Florence Rudolf dans l’introduction au dossier principal (p. 229), d’autres éclairages sur les dynamiques des humanités environnementales ont également été fournis par Guillaume Blanc, Elise Demeulenaere et Wolf Feuerhahn (dir.), Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017.

10 Voir Ulrich Beck, La Société du risque. Sur la voie dune autre modernité (préface de Bruno Latour), Paris, Aubier, 2001 [1986].

11 L’introduction de Florence Rudolf (p. 227-237), l’article de Valérie Erné-Heintz (p. 345-354) et l’article de Sophie Némoz (p. 377-392).

12 En guise de dialogue au sommet, se référer à Bruno Latour, « Whose Cosmos, Which Cosmopolitics? Comments on the Peace Terms of Ulrich Beck », Common Knowledge, vol. 10, n° 3, 2004, p. 450-462 ; Ulrich Beck et Patrick Camiller, « Neither Order nor Peace: A Response to Bruno Latour », Common Knowledge, vol. 11, n° 1, 2005, p. 1-7.

13 Voir entre autres Karl-Werner Brand, Klaus Eder et Angelika Poferl, Ökologische Kommunikation in Deutschland, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1997 ; Reiner Keller, Müll – Die gesellschaftliche Konstruktion des Wertvollen. Die öffentliche Diskussion über Abfall in Deutschland und Frankreich, Wiesbaden, VS Verlag, 1998 ; Cordula Kropp, "Natur": Soziologische Konzepte. Politische Konsequenzen, Wiesbaden, VS Verlag, 2002.

14 Notamment ceux de Matthias Groß, coordinateur d’ouvrages allemands et anglais de référence. Voir par exemple Matthias Groß (dir.), Handbuch Umweltsoziologie, Wiesbaden, VS Verlag, 2011 ; Debra J. Davidson et Matthias Groß (dir.), The Oxford Handbook of Energy and Society, Oxford, Oxford University Press, 2018.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Bastien Fond, « Florence Rudolf (dir.), « Humanités environnementales. Quoi de neuf du côté des méthodes ? », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, vol. 50, n° 2, 2018 », Lectures [En línea], Reseñas, 2019, Publicado el 24 abril 2019, consultado el 25 agosto 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33754

Inicio de página

Redactor

Bastien Fond

Assistant de recherche en sociologie à l’université d’Augsbourg. Axes de recherche : sociologie de l’environnement, sociologie politique, analyse de discours, socio-informatique.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página