Navigation – Plan du site

Anne-Christel Zeiter, Dans la langue de l’autre. Se construire en couple mixte plurilingue

Véronique Miguel-Addisu
Dans la langue de l'autre
Anne-Christel Zeiter, Dans la langue de l'autre. Se construire en couple mixte plurilingue, Lyon, ENS Éditions, coll. « Langages », 2018, 350 p., préface de Thérèse Jeanneret, ISBN : 978-2-84788-965-9.
Haut de page

Texte intégral

1Cette étude sociolinguistique traite de l’appropriation langagière de personnes engagées dans un couple linguistiquement mixte et francophone en Suisse romande. Anne-Christel Zeiter (désormais ACZ) utilise la notion d’appropriation langagière (plutôt que le couple apprentissage/acquisition courant en linguistique) pour « signaler une dynamique individuelle ancrée dans l’action sociale (…) : la personne adapte sa langue, et elle s’adapte elle-même aux nouvelles circonstances qu’elle rencontre » (p. 276). Mobilisant une étude qualitative conduite avec une double approche subjective (entretiens et autobiographies langagières plurilingues) auprès de huit couples d’âges et de nationalités différentes, l’auteure se demande comment le conjoint appelé à parler « la langue de l’autre » agit pour se l’approprier. Comment, de par son expérience sociale, inclut-il la langue française dans son répertoire verbal plurilingue ? L’ouvrage contribue ainsi à mieux faire comprendre ce qui se joue dans les processus d’appropriation d’une langue étrangère.

2Pour à la fois mettre en évidence la singularité des parcours individuels et identifier un processus partagé, l’auteure mobilise les témoignages des huit couples, tous issus de milieux socio-économiques moyens ou aisés. Tous utilisent le français et au moins une autre langue, ils ont été volontaires pour la recherche, rencontrés par le biais de réseaux assez proches de la chercheure.

  • 1 Situation dans laquelle les interlocuteurs utilisent une langue qu’ils savent être inégalement mait (...)

3S’engager dans un couple linguistiquement mixte induit que l’on apprenne la langue de l’autre, celle du partenaire. Chaque partenaire en a potentiellement l’usage au sein du couple mais aussi dans d’autres espaces de socialisation (professionnels ou autres). ACZ montre que cette appropriation advient en lien avec une expérience amoureuse sans pour autant en être une conséquence programmée, ni automatique. Des choix sont faits, et se transforment au cours du temps. Ils ont à voir avec la construction identitaire des deux partenaires. L’auteure interroge donc aussi les liens entre le faire couple et les expériences langagières en situation exolingue1 : lieu de pouvoir parmi d’autres, le couple contribue à cette dynamique de façon très différente selon les personnes au cours de leur parcours de vie. Pourtant un même processus d’empowerment transparait pour chacun : l’étude montre comment se développe un sentiment de légitimité linguistique, négocié au sein du couple, mais aussi à l’extérieur.

  • 2 Simon Diana-Lee, Thamin Nathalie, « Réflexion épistémologique sur la notion de biographies langagiè (...)

4ACZ organise l’ouvrage en six parties distinctes, de longueurs inégales, et non numérotées. Trois parties se terminent par des synthèses bienvenues (3, 4, et 5 ; c’est nous qui numérotons) et sont émaillées d’abondants extraits ; un glossaire résume les principaux outils théoriques mobilisés ; une bibliographie internationale abondante soutient les discussions et offre des perspectives de lecture interdisciplinaires très intéressantes. Après avoir découvert les huit couples enquêtés (partie 1), ainsi que les travaux et modélisations théoriques qui fondent la recherche (partie 2), la démarche méthodologique est présentée de façon très détaillée. Elle est justifiée par une discussion approfondie sur l’objet « biographie langagière », souvent mobilisé dans les études micro-sociolinguistiques actuelles traitant de plurilinguisme (partie 3). Le matériau discursif recueilli, riche et abondant, et marqué par la pluralité des expériences de chacun, donne lieu à une analyse croisée des thématiques d’autant plus délicate que lorsqu’il s’agit de biographies, rien n’est catégorisable per-se2. L’analyse des données s’arrête sur les situations exolingues au sein du couple, en tant que lieu de socialisation mais aussi de pouvoir (partie 4), puis se penche plus avant sur ce qui caractériserait une dynamique d’appropriation au sein du couple : expérience subjective de la socialisation, sentiment de compétence, motivation et agentivité, sentiment de légitimité linguistique (partie 5). Pour l’auteure, l’appropriation langagière en situation de contact de langues doit s’envisager avant tout en termes d’agentivité, ou d’empowerment. Il faut ainsi se demander : comment chacun se constitue-t-il acteur au sein de ces expériences ? Quelles décisions peut-on (veut-on) prendre et en quoi ces compétences y contribuent-elles ? Ceci est étroitement lié au regard de l’autre, des autres mais aussi à des moments qui permettent d’expérimenter les normes linguistiques : « Si la personne parvient à s’accorder et à se voir accorder le droit d’agir en français, c’est-à-dire de se socialiser, elle parvient toutefois à s’approprier la langue par l’observation des normes de chaque contexte de socialisation où elle évolue (p. 259). Le faire-couple parait ici favoriser la possibilité de faire des choix. On peut aussi se demander en quoi l’intervention de la chercheure y aura contribué au sein des échanges constitués, pour eux, mais aussi pour la chercheure.

  • 3 Lüdi Georges, « Le "parler plurilingue" : une catégorie étique ou émique ? », Gajo, L. (éd.), Langu (...)
  • 4 Ce terme n’est cependant pas utilisé par l’auteure qui se défend d’une interprétation en soulignant (...)

5L’originalité de cette étude tient principalement dans la posture épistémologique adoptée : considérer que les traces de la subjectivité des acteurs dans leurs discours informent directement le « lien entre le sens que la personne alloglotte donne à ses expériences de socialisation et son appropriation de la langue du milieu dans lequel elle a choisi de vivre avec son partenaire » (p. 99). Ces traces linguistiques sont repérables dans les paroles des enquêtés : le dire et le dit d’un « je » mis en texte. Encore fallait-il choisir les discours les mieux susceptibles de soutenir cette ambition de la chercheure d’adopter une perspective émique sur ces interactions plurilingues3. Le croisement de plusieurs types et formats d’autobiographies sociolangagières pour une même personne est une démarche explicitée qui s’appuie à la fois sur une réflexion théorique très nuancée et sur une exploration empirique des discours. ACZ a recueilli ainsi deux écrits auprès des personnes alloglottes (originairement non francophones) : un en français et un en L1 (ou en anglais pour deux d’entre eux). Plusieurs entretiens ont été menés parallèlement avec chacun des conjoints. L’ensemble du corpus a été étudié de façon thématique et un même évènement relaté de plusieurs manières (par la même personne ou par les conjoints) a pu être étudié en tant qu’expérience subjective des dynamiques d’appropriation langagière. À ce titre, la méthode pourra intéresser notamment les chercheurs qui travaillent à construire une démarche qualitative fondée sur une approche intersubjective, ou même herméneutique4 d’un fait sociolinguistique (croisement d’une approche distanciée par l’analyse et d’une approche expérientielle par le récit).

6Le choix d’étudier ces biographies langagières en se fondant sur le prisme subjectif des acteurs est justifié par la notion-même d’appropriation : chaque membre du couple envisage l’usage des langues et leur apprentissage en fonction de possibilités ou d’opportunités qui se présentent dans sa vie, ce qui forge alors de nouvelles compétences, et l’ouvre à de nouveaux espaces de socialisation. Se tissent au fil du temps expérience sociale, compétences, opportunités, choix, puis à nouveau expérience sociale etc. Le faire couple contribue à cette dynamique, la freine, l’oriente, en fonction des trajectoires de chacun. Mais ACZ montre qu’il s’inscrit dans une dynamique plus large. Ce ne sont donc pas les langues qui fondent les apprentissages mais ces expériences sociales (dont celle du faire couple) : dans cette configuration, on comprendra que « ce n’est pas l’apprenant qui agit, c’est l’acteur social qui apprend » (p. 46).

  • 5 Piller Ingrid, Bilingual Couples Talk, The discursive construction of hybridity, Amsterdam, John Be (...)
  • 6 Therrien Catherine et Le Gall Josiane, « Nouvelles perspectives sur la mixité conjugale : le sujet (...)

7Cette analyse sociolinguistique contribue à un champ de recherche sur les couples mixtes déjà établi depuis dix ans5 mais le renouvelle par la prise en compte explicite de la subjectivité des acteurs dans la démarche même de recherche. En s’appuyant sur des études de cas et en incluant une perspective émique à la construction du sens des données6, ces études cherchent à modéliser des phénomènes émergents dans un contexte mondialisé, marqué par l’individualisme social dans une société labile. Outre une meilleure connaissance des interactions exolingues et des processus qui les sous-tendent, on peut espérer que peu à peu elles contribuent aussi à mieux comprendre les dynamiques d’acculturation sociolangagière lorsque la migration transforme le rapport au monde de nos sociétés.

Haut de page

Notes

1 Situation dans laquelle les interlocuteurs utilisent une langue qu’ils savent être inégalement maitrisée par chacun. Des ajustements spécifiques ont donc lieu au cours des interactions.

2 Simon Diana-Lee, Thamin Nathalie, « Réflexion épistémologique sur la notion de biographies langagières », Revue Carnets d’Atelier de Sociolinguistique, 2009, Disponible sur : http://www.u-picardie.fr/LESCLaP/spip.php?article260 .

3 Lüdi Georges, « Le "parler plurilingue" : une catégorie étique ou émique ? », Gajo, L. (éd.), Langues en contexte et en contact. Hommage à Cecilia Serra. Cahiers de l’ILSL n°23, 2007, p. 55-63.

4 Ce terme n’est cependant pas utilisé par l’auteure qui se défend d’une interprétation en soulignant son souci d’observer « des processus en marche, donc de voir comment le sens est construit dans l’intersubjectivité » (p. 25).

5 Piller Ingrid, Bilingual Couples Talk, The discursive construction of hybridity, Amsterdam, John Benjamins Publishing Company, 2002. Varro Gabrielle, Sociologie de la mixité. De la mixité amoureuse aux mixités sociales et culturelles, Paris, Belin, 2003.

6 Therrien Catherine et Le Gall Josiane, « Nouvelles perspectives sur la mixité conjugale : le sujet et l’acteur au cœur de l’analyse », Enfances, Familles, Générations, n°17, 2012, p. 1-20. Deprez Christine., Colle Beate., Varro Gabrielle (dirs.), « Familles plurilingues dans le monde. Mixités conjugales et transmission des langues », Langage et Société n° 147 (mars), 2014. Delamotte Régine. (dir.), Mixités conjugales aujourd’hui, Presses Universitaires de Rouen et du Havre, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Miguel-Addisu, « Anne-Christel Zeiter, Dans la langue de l’autre. Se construire en couple mixte plurilingue », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2019, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/33761

Haut de page

Rédacteur

Véronique Miguel-Addisu

Maître de conférences en sciences du langage (ESPE/Université de Rouen, laboratoire Dynamiques du Langage In Situ – DyLiS).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page